Revenir en haut
Aller en bas

M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
384
M. Le Maire
PNJ
le Sam 4 Mai - 18:09
Manifestation contre la loi Rains
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Giphy

Aujourd’hui, le sénateur Rains doit présenter au sénat son projet de loi visant à interdire la présence des totems dans les lieux publics. Si certains sont partisans des idées de ce mouvement, d'autres sont totalement contre.

C'est donc tout naturellement qu'une vague de protestations va déferler dans les rues de Toronto à l’occasion du 4 mai. Les forces de l'ordre ont coupé certains des grands axes afin de permettre une manifestation des plus pacifistes et de maintenir la foule. Malgré tout, le risque de voir des casseurs ou des manifestants aux idées contraires est assez grand. La police est donc en alerte, surveillant le moindre débordement.

Armés de pancartes et scandant des slogans contre la loi, il est 14h lorsqu’une foule remonte l'une des grandes rues principales. Tout se déroule plutôt bien, les gens manifestant de manière plutôt pacifiste. Certains retrouvent des amis, qu’ils soient en train de manifester ou non. Quelques commerces ont choisi d’ouvrir leur porte pour les passants qui souhaitent bien s’aventurer jusqu’ici.

- Attention, la météo de Toronto n'est pas celle de la France. Ce jour-là il faisait 11 degrés avec un léger soleil -

_______
Participants :
Ingrid Kirkland
Á. Diego Esperanza
Enoch Sinclair
Thomas Hernandez
Edwin Conchuìr
Tori Clark
Crystal Benson
Marceline Melicêtre
Min-Ki Park
Sara A. Blackwell
Lucie St Pierre
Alphée Nyström
Caiside E. White
Moïra Saline
Louis Perron
Rohan Maxwell
Djahyan N. Wolfe
Andrew K. Prescott

HRP:
Hello ! Voilà le début de l’event ! Pour le moment on commence par un sujet collectif, qui va vous permettre d’expliquer votre arrivée, pourquoi, et surtout si vous êtes accompagnés. Vous pouvez être venus avec des PNJ (sait-on jamais, je pourrais peut-être les utiliser !) ou bien avec un autre membre du forum. J’éclaterai ensuite les groupes pour n’avoir que des RP de 4/5 personnes.

Il y a, comme dans chaque event, quelques règles. Vous avez un délai d’une semaine pour répondre (1 à 2 réponses). C’est à dire que tous les dimanches à 18 heures je vais relancer les rps.

Le minimum est le même que sur tout le forum, c’est à dire 300 mots. Le maximum est de 900 mots. Compte tenu de ce point, si vous répondez au moins une fois à chaque tour, l’event pourra être compté comme un RP terminé pour une demande de DC/TC.

Ces RPs seront sur la base d’une histoire dont vous êtes le héros, c’est-à-dire qu’à la fin de chacune de mes réponses vous allez avoir deux choix. Ces deux choix vous mèneront à des conséquences que je donnerai dans la réponse de la semaine suivante, avec un nouveau choix à la fin, et ainsi de suite. Alors attention de ne pas aller trop vite dans vos réponses ! De plus, ce n’est pas vous qui choisissez quelle est la conséquence.

Aussi, il est important de savoir que les choix devront être unanimes afin de pouvoir avancer. Si vos personnages ne sont pas d’accord, il est tout à fait possible de les faire argumenter et que ça prenne plus d’un tour s’il le faut. Comme pour l'event précédent, un salon sera créé pour chaque groupe sur le Discord du forum afin que vous puissiez vous mettre d'accord sur un choix commun. Vous êtes aussi libres de voir entre vous pour créer un ordre de passage ou non (ce point n’est pas pour le sujet collectif).

Les blessures de vos personnages seront données au fur et à mesure, pas d'inquiétude personne ne sera oublié hihi Après, si vous souhaitez en ajouter ou bien durcir celle que je vous donne c’est possible. Mais il est obligatoire d’intégrer la blessure de base à votre personnage.


  • Si quelqu’un met trop de temps à répondre, le reste du groupe peut sauter son tour, ou me faire appel pour que je relance.
  • Si quelqu’un souhaite abandonner, il peut me prévenir par MP et je trouverai un moyen pour le faire quitter le groupe (sans le tuer promis).
  • Si une personne ne revient plus durant l’event, je trouverai un moyen pour le faire quitter le groupe (toujours sans le tuer snif).

Djahyan N. Wolfe
Balms
Date d'inscription :
30/12/2018
Messages :
120
Djahyan N. Wolfe
Balms
le Sam 4 Mai - 22:22

Manifestation

La vie est vraiment une chienne.
C’est la seule explication au karma dégueulasse que je me traîne. J’ai bossé toute la nuit pour n’en retirer qu’une putain de migraine, que je me suis encore trimballée tout au long de mes courses.

Mon sac à dos dégueule presque de paquets de ramen instantané, de biscuits et de bouteilles de sodas tant je l’ai chargé, mais l’appel des moitié prix s'est montré irrésistible. Et de toute façon, j'allais clairement pas chercher à y resister.

Je grogne en poussant l’attroupement de gens devant le magasin, resté ouvert malgré la manifestation. L’idée de base était de l'éviter avant qu’elle n’éclate dans les rues et de rentrer me coucher, mais j’ai misérablement échoué.

Ou plutôt : la manifestation m’a trouvé d'elle même, comme une grande.

Pas que je sois contre elle.
Au contraire même, je suis plutôt contre cette loi débile d'interdire les totems dans l'espace public… mais je me serais bien contenté d'observer tout ça de loin ! Je me suis fait avaler par la foule sans pouvoir dire quoi que ce soit et m'obstine à vouloir la traverser depuis de longues minutes déjà, sans grand succès. À chaque fois que je bouscule des gens pour essayer de me frayer un chemin, c'est comme si d'autres se dressaient d'eux-même devant moi pour me freiner.

Et les panneaux de propagande contre la loi en votation sont comme de grandes murailles infranchissables qui, en plus d’obstruer mon champ de vision, commencent sérieusement à me faire me sentir claustro. Super. Je suis super content d'avoir mis mes boots compensées aujourd'hui, ça me permet d'au moins voir ce qu'il se passe entre les têtes et de ne pas être tout bonnement emprisonné dans la foule … 

Agité, je regarde un peu partout à la recherche d'une faille où m'immiscer.

Les flics sont omniprésents, encadrant l'attroupement de militants pour s'assurer que rien de grave ne survienne, mais ils me foutent foutrement mal à l'aise et inquiet. Je peux sentir des sueurs froides glisser le long de mon échine, plus très habitué à me retrouver dehors en plein jour aussi… démuni. Je n'ai jamais été particulièrement à l'aise ainsi entouré, mais tout semble se lever contre moi.

M'obligeant au calme –inspire & expire–, forcé à avancer pour ne pas me faire piétiner par ce qui semble être des centaines de réfractaires, j'attends l'opportunité de me barrer.



( Pando )
Caiside E. White
Balms
Date d'inscription :
30/12/2018
Messages :
80
Caiside E. White
Balms
le Sam 4 Mai - 23:12
“Tu crois que je dois le prévenir ? Ce serait peut-être mieux, non ?”

Álfheim soupire. Étalé près de lui. Sa tête blanche posée contre ses pattes avant ; il est là, paisible. Il est loin de l'angoisse surtout, de l'angoisse idiote, celle qui lui tape dans les tripes à Caiside alors qu'il tient entre ses mains la boîte maudite sans trop savoir quoi faire. Quoi dire. Écrire, en fait, serait plus exact, bien plus précis ; un SMS à taper - et réfléchir avant -, et qui le travaille plus qu'il ne l'aurait pensé. Est-ce qu'il doit le prévenir qu'il compte venir ? Il ne le faisait pas avant, mais avant il ne connaissait pas le prénom du serveur et il n'avait pas passé plusieurs heures à l'aquarium en sa compagnie. Puis plus important : il n'avait pas son numéro, sauf que c’est le cas maintenant. Et ces quelques chiffres dans le téléphone ils pèsent lourds parce que le Gardien il ne sait pas s’il doit lui envoyer un message, s’il doit l’appeler, s’il doit juste passer, comme une fleur au café, et commander son Latte Macchiato. Comme il le faisait avant. Avant de trouver des excuses aussi idiote que l’angoisse qui lui tord le ventre ; trop fatigué pour qu’il le voit ainsi, en retard pour le travail.

Des conneries.

"Est-ce qu’il vaut pas mieux que je l’appelle ? Remarque s’il travaille il verra pas..." Nouveau soupir. "Tu pourrais m’aider au lieu de râler !" Le téléphone est balancé. S’écrase sur la couette alors qu’il se lève. Tour de la pièce rapide et il le récupère, tape quelques mots, rapide, sur le nouveau message qu’il a créé et qu’il envoie. Puis fourre le Maudit dans sa poche pour l’y oublier. Et oublier surtout la maladresse de ce SMS qu’il a envoyé, à base d’un Bonjour Alphée, suivi de Aujourd’hui je viens boire un Latte Macchiato, et terminé sur un À tout de suite de fortune. Un peu étrange. Comme lui. Il espère bien que ça le fera pas trop fuir. Mais il se prend sûrement trop la tête.

"Allez Alfy, on bouge."

Comme si Álfheim avait besoin de l’entendre dire ça pour se lever. Il est déjà sur ses grandes pattes fines, prêt à coller à l’ombre du Gardien qui s’enroule dans son snood avant de sortir tout aussi vite. Les nerfs en pelote. Il se sent nerveux, presque nauséeux. Terrifié à l’idée de faire une bêtise quelconque et de faire fuir Alphée avec ses maladresses.

Pas très facile de se faire des amis.
Ce que le Loup semble approuver, en enfouissant sa truffe noire au creux de sa paume, froide et douce, il frissonne un peu.

Ça sonne 14h00 au loin. Dans la ville. Et il déboule d’un seul coup dans une rue pleine de monde qui le sépare de celle où il doit aller. "Merde." Il sort la boîte maudite de sa poche et se trouve encore plus bête qu’il ne l’est déjà quand il voit qu’Alphée l’a non seulement prévenu de la manifestation, mais qu’en plus le café est fermé aujourd’hui.

Il laisse s’étirer une grimace.
Et oblige son totem à rentrer alors qu’il envisage de traverser cette foule.

Autant aller voir si le Blue Boy est quand même au café. Caiside espère qu’il n’a pas été pris dans la manifestation lui aussi.

_________________
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Caiside%20-%20Signatures
Merci Djahyan pour la brique ♥️
Edwin Conchuìr
Totem de poche
Date d'inscription :
02/04/2019
Messages :
117
Edwin Conchuìr
Totem de poche
le Dim 5 Mai - 16:24

Manifestation contre la loi Rains
Sujet collectif

- Edwin… fait Gabriel au jeune homme. Où vas-tu ?
- Me promener…
- Tu ne vas pas à la manifestation, j’espère. On ne s’occupe pas de ces choses-là.
- Je sais, je sais, lui assure Edwin. Je ne vais pas manifester.

A peine son service fini, Edwin sort du temple en retirant rapidement son sol rigide afin de le fourrer dans sa poche. Toujours habillé de ses vêtements du temple – une chemise et un pantalon totalement noirs – le jeune homme se dirige rapidement vers le centre de la ville, où est censée passer le cortège. Il laisse à Gabriel le bon soin du temple. En soi, il ne lui a pas menti, se dit-il. Il ne va pas manifester, il va juste voir. Pure curiosité malsaine, certes. Mais Edwin n’a jamais vraiment su comment se positionner par rapport à cette loi. Gabriel lui dirait bien qu’il n’est pas censé s’occuper des décisions politiques, que ce n’est pas son rôle, mais pourtant difficile pour le jeune homme de ne pas y penser. Il ne sait tout simplement pas où se mettre. En un sens, il se dit que Bidule a déjà bien assez subit venant de lui, lorsqu’il la laissait enfermer sans aucun scrupule dans l’unique but de ne pas avoir à subir sa présence. De l’autre, le fait qu’elle ait pu l’agresser l’a profondément perturbé, bien qu’elle était visiblement stressée et apeurée lorsqu’elle l’a mordu. Mais Bidule a disparu de toute façon, se dit Edwin. Il n’est plus concerné par tout ce cirque. Une petite pointe au cœur apparait lorsqu’il pense que leur relation s’améliorait enfin après des années de dégradation. Juste avant qu’elle ne disparaisse.
Edwin pince les lèvres, agacé, avant de chasser ces pensées de son esprit. Une main dans la poche, il tripote son col rigide en le tordant dans tous les sens, stressé. Malgré son envie de résister, il finit quand même par sortir son paquet de cigarettes presque vide. Il se promet qu’il n’ira pas en acheter un autre avant la fin de la semaine avant de s’en sortir une et de l’allumer. Il tire dessus un moment avant de s’arrêter sur le bord de la route, à l’endroit où est censé passer le cortège. S’il vient, c’est par curiosité certes, mais également pour comprendre les arguments de ces gens qui sont contre le passage de la loi. Lui voit du bon des deux côtés bien qu’il sache que l’on ne peut pas faire un compromis ici. Soit la loi passe et la sortie des totems dans des lieux publics sera interdite purement et simplement, soit la loi ne passe pas et tout restera comme avant. Malgré tout, Edwin pense aux gens qui doivent aller quotidiennement au lac pour faire sortir leur totem aquatique. Sera-t-il encore autorisé pour eux de s’y rendre ? Probablement, sinon, ils y resteraient.

Edwin tend l’oreille lorsqu’il entend enfin une foule arriver.
Il soupire en voyant les manifestants hurler des slogans déjà écrits sur leurs pancartes. En vrai, Edwin ne pense pas que la manifestation changera quoi que ce soit à propos de cette loi. Elle passera et voilà tout. Peut-être est-il pessimiste mais lui dira plutôt qu’il est réaliste. Il ne comprend pas l’acharnement des manifestants, voilà tout. Le cul entre deux chaises, comme dirait l’autre. Il tire une nouvelle fois sur sa cigarette avant de faire tomber les cendres au sol tandis que le cortège passe devant lui. Toujours plus de gens, toujours plus de bruit. Ed reste à l’écart, mal à l’aise au possible. Les dents serrées, il en vient à marmonner dans son col de chemise.

- Qu’est-ce que je fais là… ?
Halloween

_________________
Merci Jahan ! :

[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Signa_11

Merci Sean pour cette superbe Bidule ! :

[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Bidule10

Edwin parle en #741E2E
Présentation - Liens - Plan de l'appartement
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
191
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
le Lun 6 Mai - 22:09

Manifestation contre la loi Rains
Sujet collectif

- Et là, le gosse se mouche dans mon pull, fais-tu. Je lui aurais collé une baffe si seulement j’avais pu le trouver.

Tu rigoles.
Depuis mars, tes petites balades avec Sara se sont multipliées, sans même avoir besoin de se croiser par hasard au parc, sans même avoir besoin de s’organiser une sortie sportive quelconque en dehors de la ville. Juste comme ça. Tu t’en réjouis, même si tu ne sais pas vraiment comment qualifier votre relation, si bien que tu n’as parlé de Sara à personne pour le moment. Et surtout pas à Andy, qui aurait bien rapidement commencé à te charrier à ce propos. Mais tu ne t’en occupes pas, tu as d’autres choses en tête en ce moment. Devant vous, Jade trottine calmement en tirant la langue à cause de la longue balade. Elle vous mène dans un petit café du coin, où vous avez décidé de vous rendre après vous être retrouvé peu avant. Dans ta tête défile une ribambelle d’idées afin de proposer à Sara une sortie nocturne ce soir. Juste comme ça. Difficile avec toi. Ta première idée fut le cinéma. Tout le monde va au cinéma, c’est la sortie facile et pratique. Mais toi, tu n’y as jamais mis les pieds et même les soirées films sont ennuyeuses au possible avec les commentaires audios pour malvoyants. Donc la soirée film, tu l’as rayé de ton esprit. Tu as ensuite pensé à un concert, plus facile pour toi d’en profiter. Ce n’est pas rare que tu te rendes à des concerts, quelque soit le style musical. C’est un peu ta sortie cinéma à toi. Mais on ne s’organise pas une soirée concert comme une soirée cinéma.
Finalement, tu t’es rabattu sur quelque chose de plus simple : un restaurant.  Peut-être un peu simple par rapport à ce que vous faite d’habitude mais tu peux te vanter de connaitre quelques perles rares, que tu aimerais lui faire découvrir. Tu as notamment entendu parler d’un restaurant où il était possible de manger entièrement dans le noir. Sans rien voir en somme. Pour toi, pas de grand changement à l’horizon mais tu penses que l’expérience est à tenter pour Sara. Tu n’y as encore jamais mis les pieds, te doutant qu’il n’y a pas grand intérêt pour toi. Mais pourquoi ne pas proposer à Sara que tu réserves une table pour les jours à venir ? Tu as plutôt fier de ton idée, il faut dire. Pour le moment, tu n’en as pas encore parlé à Sara, mais tu comptes le lui proposer tout à l’heure, une fois que vous serez installé dans le café.

Mais au loin, commence à s’élever un brouhaha. Tu fronces les sourcils, sans réussir à mettre le doigt sur quelque chose d’évident mais qui pourtant t’échappe encore. Puis tu finis par réaliser. Tu es vraiment un parfait crétin.

- La manifestation… souffles-tu. Je l’avais complètement oublié.

Tu te frottes les yeux sous tes lunettes de soleil en grognant.
Tu tires légèrement sur le harnais de Jade afin qu’elle s’arrête puis tu te tournes vers Sara.

- Tu penses qu’on peut faire demi-tour ?

Tu n’apprécies pas les foules, c’est bien une situation qui te stresse au plus haut point. Plus de point de repère, trop de bruits partout et surtout, trop de monde. L’imprévu que tu aurais dû pouvoir prévoir, voilà des semaines que les infos en parlent. Mais tu ne t’en occupes tellement pas que tu as complètement zappé l’existence de la manifestation. Tu ramènes un peu Jade vers toi tandis que la foule se rapproche.
Halloween


Dernière édition par Thomas Hernandez le Mer 8 Mai - 11:34, édité 1 fois

_________________
Merci à Joo Joo, Lucie et Sean pour les avatars :3
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Untitl11

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Plan de l'appartement
Marceline Melicêtre
Totem de poche
Date d'inscription :
25/03/2019
Messages :
26
Marceline Melicêtre
Totem de poche
le Mar 7 Mai - 16:30
 
Sans devenir pour autant une militante chevronnée, Marcy avait appris quelques trucs auprès de sa femme. Notamment que l'on doit se battre pour ses droits. Qu'un droit acquis peut repartir aussi vite qu'il est venu. Et que la masse aura toujours plus de poids qu'une personne seule.

Alors même si elle ne donnait pas beaucoup de sa voix, même si elle n'avait pas de pancarte, elle était là, avec Bonnie sur son épaule. Car pour elle c'est un sujet important, il en tient de la liberté même des totems et des personnes qui en ont.

Avant de rencontrer Coriolis ça ne lui serait jamais venue à l'idée. La détective était, à l'époque, plutôt du genre à ne pas faire de vague. À faire sa petite vie dans son coin et à moins qu'on vienne directement lui chercher des noises elle se foutait de tout. La politique lui passait bien au dessus de la tête et il ne lui serait pas venue à l'idée de se déplacer, de militer ou de manifester pour de quelconques droits sociaux.

Elle remerciait sa femme en son fort intérieur pour tout ce qu'elle a pu lui apprendre sur le sujet. À remarquer les inégalités et à se battre contre. Quelque chose qui a présent coulait de source pour Marcy et elle ne se voyait pas faire autrement, elle devait être là, avec les autres.

Elle venait de rejoindre le cortège pour son départ à 14h. S'était placée plutôt vers l'arrière pour pouvoir observer celui-ci et les gens le composant. Ce n'était ni la première, ni la dernière manif qu'elle ferait. Par contre c'était la première qu'elle ferait seule. Sans Coriolis à ses côtés. Elle soupira à cette pensée, laissant une larme couler le long de sa joue. La solitude continuait de l'étreindre. La foule tout autour se mit en marche et elle de même.
Libella, Graphiorum
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 7 Mai - 17:08
Manifestation

« Eeeet voilà ! »

Avec autant de taches de peinture sur son T-shirt que sur la bâche étendue par-terre, Louis se redresse avec une expression de satisfaction mêlée à une certaine détermination. A ses pieds, qui observent le carton avec attention, un Linus et un Basil aux pattes rouges de peinture. Ils ont prêté patte forte pour la décoration de son slogan “Totem enfermé = liberté bafouée” et les empreintes aléatoires renforcent cette protestation contre la loi visant à interdire la présence des totems dans les lieux publics.

Mais avant de trop se réjouir, il s’agit de baigner Linus qui a l’air de se demander s’il ne pourrait pas laisser sa trace ailleurs, comme sur les murs par exemple… Il n’a pas le temps de s’éloigner que son maître l’attrape et le cale sous son bras gauche, tandis que le castor trône déjà sur son épaule droite. Direction la baignoire, ils ont tous les trois besoin d’un bonne douche. Heureusement, cette peinture à l’eau part très bien une fois rincée et ils se retrouvent rapidement propres comme des sous neufs. Le séchage ne leur prends pas trop de temps non plus, et heureusement car c’est ce moment que choisit son meilleur ami pour l’appeler.

« Salut Hans ! - Ouais, toujours. - Je viens de la finir ! Et toi ? - Hahaha toujours aussi doué ! - T’inquiètes, y’en aura déjà plein de brandies, c’est pas une de moins qui fera la différence. - Oui, hm, vaut mieux se retrouver avant je pense. - Ouais bonne idée, surtout que j’ai zappé le petit dej. - Tchuss. »

Louis raccroche pour donner les dernières nouvelles aux deux bestioles qui lui tournent autour.

« Bon, Hans a foiré sa pancarte, il viendra les mains vides. Faut qu’on se bouge maintenant, on le retrouve pour déjeuner dans trente minutes, on ira à la manif directement après. »

Son totem se moque un instant en tapant sa queue au sol. Ils le savaient déjà, Hans n’est pas un grand manuel. Louis s’habille, attrape un sac à dos qui lui permet de transporter Linus ou Basil, ou même le deux en même temps, ainsi que sa pancarte qui aurait mérité encore un peu de temps de séchage - il fera très attention avec - et ils partent au rendez-vous d’un bon pas.

L’annonce du projet de loi a fait gronder beaucoup de monde, et notamment Louis et son totem. Basil ne rentre presque jamais, il est toujours aux côtés de son humain, et aucun des deux ne voit pourquoi cela devrait changer. Louis soutient mordicus que si les totems doivent redevenir fous, ce n’est pas d’être enfermés qui changera quelque chose, les hommes ne pourront pas toujours les retenir. En attendant, il veut pouvoir vivre normalement avec le sien et ne voit pas pourquoi il n’aurait pas le droit de se promener, Basil à ses côtés. Pourquoi pas interdire les animaux domestiques aussi, pendant qu’on y est ?

Lorsqu’il retrouve son ami, la discussion autour du repas est animée, tous deux révoltés que le sénateur Rains puisse essayer de faire passer une telle loi. A 13h30, ils ont terminé de manger et sont déjà en train d’avancer entre les gens qui se massent pour la manifestation. Pour deux grands gaillards comme eux, ce n’est pas très difficile d’atteindre le début du cortège. Pour le moment, chien et castor sont tous les deux dans le sac à dos, leurs têtes sorties pour observer ce qui se passe autour.

Lorsque vient l’heure du départ, ils sont prêts. Pendant la marche, Louis brandit haut sa pancarte et Hans beugle le slogan de sa voix de Stentor.


[HRP] Droit = anglais / italique = français
Codage par Libella sur Graphiorum
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 7 Mai - 19:13
La manifestation
Crystal se prépara pour la grande manifestation, elle avait prévenu sa grand mère qu'elle ne serait pas disponible aujourd'hui. Elle avait également prit un jour de congé dans son petit boulot en tant que caissière. Sa pancarte était prête depuis la veille, elle était contre cette loi depuis le début.

«  A plus tard grand-mère ! »

Elle ferma la porte et partit en direction du rassemblement. Elle avait sur elle un sac à dos contenant le nécessaire, une bouteille dos, un sandwich, de quoi se restaurer pendant la manif et bien sûr sa pancarte.
La voilà parti pour la grande aventure et défendre ce qui lui semblait être juste.
Arrivée au point du rendez vous, elle observa qu'il y avait énormément de monde, de tous genre de personne, une marée humaine à perte de vu.
Elle s'immisça dans la troupe, bouscula sans le vouloir une inconnu, elle s’excusa et repris le cortège. La marée humaine commença à marcher, elle brandissait sa pancarte comme d'autre à côté d'elle. Elle hurlait le slogan à plein poumon.
Soudain elle remarqua qu'une amie à elle, qu'elle connaissait depuis la fac, était dans les rangs. Elle essaya de se frayer un chemin pour la retrouver. Crys lui toucha l'épaule pour qu'elle se retourne, il n'était pas facile de l'atteindre avec un monde pareil.

« Hey Amanda ! »

Son amie la dévisagea et lui sourit à pleine dent. Amanda la salua

« Coucou toi , tu es ici aussi ? »

Crystal réussi avec un peu d'effort à se mettre au même niveau que la jeune femme.

« Oui je ne peux pas rester là sans rien faire. C'est cool on reste ensemble aujourd'hui ? »

Amanda acquiesça et commença à réciter le slogan. Les voilà parties pour la grande manifestation.

Codage par Libella sur Graphiorum
Andrew K. Prescott
Sans-Totem
Date d'inscription :
20/01/2018
Messages :
104
Andrew K. Prescott
Sans-Totem
le Mer 8 Mai - 12:09
« Manifestation contre la loi Rains »
Feat. pleins de gens
Seul et abandonné. C’est avec ce sentiment que tu enfiles tes vêtements ce matin. Hier soir tu as proposé à Thomas de venir avec toi à la manif. Bien sûr pas pour manifester, vous êtes sans totems, vous vous en fichez. Mais tu aurais aimé faire un reportage avec des photos, un bel article, et peut être même que tu aurais payé une bouffe à ton meilleur ami pour avoir bien voulu t’accompagner. Mais le voilà le hic, c’est que monsieur-je-ne-sors-jamais a dit non. Prétextant tu ne sais trop quoi, et sentant bien qu’il y a anguille sous roche. Mais tu as décidé de le cuisiner plus tard, tu l’inviteras un soir et il ne pourra pas s’échapper.

Vêtu d’un pantalon marron, d’une chemise bleu clair, d’une paire de bretelle et de ta veste en tweed, tu réajustes ton noeud papillon rouge tout en te regardant dans le miroir. Une tenue que certains jugeraient trop classes pour sortir, des jaloux diraient sûrement trop kitch, mais pour toi c’était une tenue habituelle. Tu peignes un peu tes cheveux sur le côté, avec une certaine fluidité dans le mouvement. Ta petite mèche est redevenue temporairement blanche, n’ayant pas encore pris le temps de lui appliquer une couleur bleu. Tu glisses tes lunettes rondes à monture bleu ciel sur ton nez. Fouillant dans le petit meuble de l’entrée, tu ressors tes bottines en cuir et file rapidement les enfiler en t’installant dans le canapé. Kurt en profite pour venir se faire câliner, et tu prends le temps de le satisfaire comme le bon maître que tu es. Tu l’aurais bien emmené avec toi, mais tu connais assez les manifestations pour savoir que ça peut bien vite dégénérer. Alors préférant ne pas prendre de risque, tu le laisseras ici.

Après un baiser sur son museau, tu te redresses pour prendre ton appareil photo que tu glisses autour de ton cou. Tu mets dans la poche intérieur de ta veste un calepin avec un petit crayon, et dans l’autre ton téléphone portable qui peut servir d’enregistreur. Tu arrives sur place un peu en avance, assez pour pouvoir prendre discrètement les forces de l’ordre qui attendent la foule. Il y a bien sûr un autre groupe qui suit aussi le cortège. Ne faisant pas attention tu bouscules un jeune homme aux cheveux bleus qui tapotait sur son portable. Tu t’excuses rapidement auprès de lui avant de t’éloigner. Tu croises un autre sortant du supermarché avec des cheveux blancs, et ça te fait sourire. Voir toutes ces têtes si différentes alors qu’à une autre époque ça n’aurait pas été possible…

Tu prends quelques photos, l’oeil vissée à l’appareil en attendant que la foule arrive. Au loin, tu commences déjà à attendre du bruit, et pourtant, ce n’est pas ce qui t’attire à ce moment là. De ton objectif, tu as vu une tête que tu connais bien. Un certain aveugle, avec un certain chien. Pas de doute, c’est lui. Et si tu reconnais bien ton ami, tu dois bien avouer que tu ne sais pas du tout qui est la blonde à ses côtés. Tu grommelles un “petit bâtard” entre tes lèvres avant que ton attention ne soit happé par les manifestants. Il va te le payer cher, mais ce n’est plus le moment d’y penser.

Tu bouges pas mal pour prendre des photos, avant de te mêler un peu plus à la foule pour interviewer quelques gens.

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !



[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Andrew_sign
Alphée Nyström
Totem de poche
Date d'inscription :
11/02/2019
Messages :
26
Alphée Nyström
Totem de poche
le Mer 8 Mai - 19:00
Pressure building.
event.
Le 4 mai 2019,
à 13:54.


Une goutte.
D'un geste, chassée.

Appuyé contre le comptoir, Alphée s'autorisa un long soupir. Les yeux fermés, il savourait l'instant, comme en témoignait le faible sourire qui se laissait insinuer sur ses lèvres légèrement ourlées. La bataille avait été laborieuse, éreintante. À ses côtés trônait le manche d'une serpillière, son arme, sa seule alliée et à ses pieds s'étendait le fruit de sa labeur, le résultat de tous ses efforts : la lumière de l'extérieur se reflétant sur un plancher immaculé. Aujourd'hui marquait une victoire sublime de plus de l'homme face à la saleté.

Une minute.

Rouvrant les yeux, il se redressa. D'un geste robotique, il attrapa sa serpillière et son seau, ses produits d'entretien, puis prit la direction de la cave. En bas, il prit son temps pour ranger chaque chose à sa place, vérifiant une fois de plus les stocks de produits ménagers pour être sûr de n'avoir rien à racheter à déclarer. Après quelques laborieux essais, il parvint à retirer ses gants en plastique – combien de fois n'avait-il pas demandé au patron de les commander une taille au-dessus ? – et son tablier, qu'il jeta à la va-vite dans un panier.
Lorsqu'il remonta, le jeune homme se dirigea vers le comptoir à nouveau. Là-bas, il sortit de sa poche et posa en évidence sur celui-ci sa fiche d'inventaire soigneusement remplie, produit durement gagné de plusieurs heures à compter tasses, verres, bouteilles et produits de tous types ; fruit de l'une des corvées les plus ennuyeuses possible à devoir occuper son samedi. La feuille posée et l'esprit tranquille de savoir son travail bel et bien terminé, il allait enfin pouvoir récupérer ses affaires et s'en retourner chez lui.

Libre, bientôt.

Ses affaires, sur le dossier d'une chaise. Tranquillement, Alphée les saisit, commençant par enfiler un pull carmin en mailles fines qu'il coinça dans son jean. Un manteau noir rejoignit ensuite ses épaules, suivi par une écharpe épaisse – patchwork multicolore de goût discutable que ses colocataires lui avaient offert pour son anniversaire, mais que le jeune homme aimait particulièrement. Confortable. Il l'était, emmitouflé de la sorte. Paré à affronter l'extérieur, également.

De l'agitation, dehors.
Un regard.

Enfermé dans son petit coin de travail, dans son petit coin de pensées, il avait presque oublié. Dehors, des figures déambulaient. Des slogans étaient clamés, des pancartes brandies. On lisait l'indignation de certains, la ferveur à crier plus fort des autres. Le projet de loi du sénateur Rains faisait grand bruit, plus encore que ce qu'il ne l'avait anticipé. Alphée n'avait eu aucune intention de se joindre à la manifestation mais celle-ci avait pourtant trouvé un moyen de venir à lui.
Dans sa poitrine, il sentait son totem réagir. Ne plus laisser sortir son totem en public. Il ne savait trop qu'en penser, Alphée. Depuis septembre, le jeune homme s'était posé maintes questions concernant les totems, concernant cet évènement tragique et les personnes qui en étaient ressorties sans leur âme sœur. Il pensait à ces gens souvent, imaginant la douleur que pouvaient ressentir certains à voir chaque jour d'autres montrer au monde ce qu'eux avaient injustement perdu.

Charly.

Las, Alphée attrapa les sangles de son sac à dos. Au fond de celui-ci, il vint chercher les clefs du café, ainsi que son portable qu'il rangea immédiatement dans sa poche. En quelques foulées, il atteignit l'entrée qu'il passa, refermant soigneusement la porte derrière lui. Constatant de la foule qui s'amassait déjà lentement dans les environs, il prit la décision de baisser les grilles devant les larges fenêtres de l'établissement ; au cas où. Ceci fait, il rangea ses clefs et sortit son téléphone, prêt à envoyer un message à Hylas pour se proposer de faire quelques courses avant de rentrer.

Figé soudain, pourtant.
Face à une anomalie.

Bonjour Alphée
Aujourd’hui je viens boire un Latte Macchiato
À tout de suite

à 13:31

Caiside.

Un instant, Alphée resta sur place à observer le message. Interloqué. Il n'y avait pas d'autre mot pour décrire ce qu'il pouvait bien ressentir d'avoir pour la première fois depuis plusieurs semaines des nouvelles de ce garçon. Garçon étrange. Garçon qu'il peinait à comprendre, sans réellement chercher à le faire. Garçon qui ne venait plus – ou presque – au café depuis quelques temps ; depuis leur échange de numéros. Garçon dont la présence au coin, face à la fenêtre, lui avait presque manqué.

Un premier pas à faire.
Son engagement dans la foule.

Bonjour Caiside, j'espère que tout va bien ?
Je suis désolé mais à cause de la manifestation, on a décidé de fermer l'Affogato aujourd'hui.
à 14:00

Hésitation d'une lèvre pincée.
Course freinée sur l'écran du clavier.

Impersonnel. Détaché. Ce message aurait pu tout aussi bien être adressé à un vulgaire étranger ; déplaisant. Involontairement. Alphée ne voulait paraître froid pourtant, seulement le jeune homme ne savait trop quoi dire. Plusieurs phrases se succédèrent sous ses doigts, l'une après l'autre, sans qu'il ne sache sur laquelle se décider. Trop formel ? Pas assez ? Les yeux rivés sur son écran, il remontait tant bien que mal le flot humain qui s'opposait à lui sans y prêter attention. Pas assez du moins, pour qu'il puisse éviter quiconque ne ferait pas attention à lui.

Quiconque ?

Quelqu'un.

Une bousculade, maladroite.
Des excuses hâtivement bredouillées.

Viens demain, il sera offert.
à 14:03

Message envoyé.
Sara A. Blackwell
Totem de poche
Date d'inscription :
29/08/2018
Messages :
200
Sara A. Blackwell
Totem de poche
le Ven 10 Mai - 1:41
Debout devant son miroir, Sara prit un instant pour se regarder. Dans le miroir, toujours cette cicatrice qui s’étirait sous son œil gauche. À une autre époque, elle aurait pu passer pour un pirate ou un corsaire. Au XXI siècle, elle ne passait pour rien; une pauvre fille qui avait eu un accident. La plupart des gens évitaient de lui poser la fameuse question : comment t’as eu ça? Elle n’était pas une adepte du mensonge, autrement elle dirait alors : À Las Vegas, dans une partie de poker. Ce qui serait plus amusant que la vérité.

Un bruit sourd provenant du salon. Du verre éclaté. Avant d’entrer dans l’aire ouverte, Sara Anne savait ce qu’elle allait y trouver. Elle s’immobilisa devant l’œuvre de son totem : du liquide répandu et une bouteille fracassée. Vanir venait de lâcher du haut de la mezzanine sa dernière bouteille d’alcool. Douze ans d’âge. Un véritable gâchis. Elle avait commandé cette bouteille expressément pour la partager avec Thomas. Une surprise. La semaine précédente, l’oiseau avait réservé le même sort à une autre bouteille; celle que Sara avait achetée pour les mauvais jours. Sara prit une grande respiration, sentant la colère monter en elle.

La buse à queue rousse poussa un cri d’avertissement. Son totem brisait des choses et avertissait après. Très pratique. Elle l’aurait volontiers secoué avec énergie. Suspendu par les pattes, la tête vers le bas. Déplumé. Jamais deux sans trois, comme on dit, mais Sara le prévint: il n’avait pas intérêt à briser une troisième bouteille. Il y avait des limites.

Depuis plusieurs semaines, Vanir avait un comportement que Sara avait qualifié de merde. Lui qui par le passé avait toujours été son éternel observateur silencieux. Il en avait peut-être assez d’observer; l’abus d’alcool, les nuits d’insomnies, les périodes de méditation de Sara - c’est-à-dire épuiser ses yeux à fixer un mur trop blanc, beaucoup trop longtemps.

Sara souffla; laissa partir la colère. Pas aujourd’hui; elle se choquerait un autre jour. Et pas maintenant; elle ramasserait le dégât plus tard, son plancher pouvait endurer. Elle était attendue ailleurs. Vêtue d’une paire de jeans bleus, d’un gilet et d’une veste légère assortit, ses souliers dans les pieds, une casquette noire sur la tête et des lunettes de soleil sur le visage, la balafrée quitta son immeuble.

Ce serait une évidence de dire que Sara Anne appréciait la compagnie de Thomas. Autrement, l’homme étant complètement aveugle, il aurait été facile de l’éviter. De ce qu’elle en savait, Thomas n’était pas compliqué; elle pouvait lui parler de n’importe quoi. Les grands silences ne l’effrayaient pas, ce qui collait parfaitement au caractère de Sara. Et, petit bonus, il arrivait à la faire rire. Alors, oui, aujourd’hui encore, après s’être rejoint, les voilà à marcher ensemble, en direction d’un café cette fois.

- Et là, le gosse se mouche dans mon pull. Je lui aurais collé une baffe si seulement j’avais pu le trouver.

- J’aurais aimé voir ça !, dit-elle, du rire dans la voix. Puis, elle y repensa sérieusement et en arriva à une conclusion facile : En fait, non. Je n’aurais pas échangé mon scotch et mon chauffage pour ça.

Non loin désormais, une foule, des voix qui s'élevaient et des pancartes colorées. Vanir en elle s’énerva; elle refusa de le laisser sortir.

Un projet déposé au sénat, et le peuple s’enflammait. Ce n’était qu’un projet de loi. Aberrant, d’accord, mais juste un projet; il pouvait être rejeté par le sénat, pouvait être rejeté par la chambre des communes, pouvait être modifié de bien des façons.

- La manifestation…, prononça Thomas. Je l’avais complètement oublié, ajouta-t-il. Au moins, Sara n’était pas la seule à souffrir d’amnésie temporaire. Elle murmura de mécontentement un : Bordel. Une sortie en ville avec un ami un samedi; Sara ne demandait pas le ciel. Merde. C’était un peu de sa faute;  voilà trois semaines qu’elle savait pour la manifestation. Elle aurait dû y penser.

- Tu penses qu’on peut faire demi-tour ?

- Absolument, dit-elle en apposant une légère pression sur l’épaule de l’homme pour l’inciter à pivoter sur lui-même. Retourner d’où ils venaient, aller boire un café ailleurs, voilà le projet de Sara; un projet voué à l’échec, mais tout de même.

_________________
“Memories, she thought, were tangling things. They brought you ease and they brought you sorrow, and the same images and people could do both.”
Tori Clark
Totem de poche
Date d'inscription :
17/01/2019
Messages :
25
Tori Clark
Totem de poche
le Ven 10 Mai - 3:56
J’aurais très bien pu fabriquer une pancarte accrocheuse et colorée. J’aurais très bien pu parce que j’ai le talent nécessaire et Laetitia m’encourageait à en faire une, mais à quoi bon ? Gaspiller un gros carton qui ne servira peut-être qu’une seule fois pour fabriquer un truc encombrant à traîner avec soi ? Non merci. Je suis contre la loi, mais c’est pas pour autant que je suis obligée de faire un gros bricolage qui me servira à démontrer ma position.

C’est donc sans pancarte que j’ai décidé de me rendre à la manif’, accompagnée de Shadow et ma meilleure amie qui met un temps fou à se préparer dans la salle de bain.

- ‘Titia, c’est juste une manif’, pas un défilé de mode.

- Mais oui, je sais ! Ce sera pas long.

C’était la troisième fois qu’elle disait ça. Même Loukoum, son totem, qui attendait à côté de la porte paraissait s’ennuyer à mort. Un peu plus et je partais sans eux, cependant, elle finit enfin par émerger, coiffée d’une tresse brune vraiment bien étudiée. Tout ça pour une coiffure… J’avais bien envie de lui faire remarquer, mais je regardais l’heure sur mon téléphone et me rendais compte que si on ne partait pas sur le champ, la manifestation commencerait alors qu’on ne serait pas encore arrivées au point de rendez-vous. Du coup, je reste muette et me contente d’ouvrir la porte pour sortir de l’appartement.

Notre minuscule troupe constituée de deux jeunes adultes, un corbeau et un renard se met donc en route. Il n’y a probablement pas de meilleur moyen de montrer qu’on est contre la loi qu’en ayant nos totems avec nous et non en nous, après tout. Sauf qu’un coin de rue plus tard, on doit déjà s’arrêter parce que, surprise, Laetitia a oublié ses lunettes de soleil dans sa chambre… Elle retourne donc les chercher en courant, pendant que j’attends sur le trottoir, en m’adressant à Shadow perché sur mon épaule :

- Si elle revient et qu’elle a oublié autre chose, on l’empêche de retourner à la maison, okay ?

Je regarde encore une fois l’heure, il est 14h02. On va devoir courir après le cortège. Finalement, mon amie revient, jurant qu’elle n’a rien oublié, mais je ne peux m’empêcher de passer un commentaire :

- Même pas ton épée laser ? Après tout, c’est may the fourth.

- Gna gna gna !

Finalement, on se met en route, pour vrai cette fois-ci. Lorsqu’on aperçoit la manifestation au loin elle est déjà partie, alors on court pour la rattraper et on finit par s’y incruster, Shadow qui volait pour nous suivre pendant qu’on courait vient reprendre sa place sur mon épaule, mais je sens qu’il ne tiendra pas en place longtemps.
Anonymous
Invité
Invité
le Ven 10 Mai - 17:25
Manifestation !
Ce jour là est particulier. Enoch s'était levé aux aurores, pour passer beaucoup de temps avec Rain, autant que nécessaire, puisqu'il n'allait pas être là l'après midi, contrairement à d'habitude. Et surtout parce qu'il était nerveux. C'est la première fois qu'il va à une manif après tout. Il y a une première à tout, comme sa mère disait. Suzanna, sa femme, l'avait bien rassurée, mais elle aussi s'inquiétait pour Enoch. En soit, ça lui plaisait. Il lui était reconnaissant d'être autant aux petits soins avec lui, pas comme son père avec qui il parlait à peine. Mais peu importe. Il s'en plaindra un autre jour. Sa mère lui avait assuré que s'il ne l'appelait pas en rentrant et ne lui assurait pas qu'il était sain et sauf, elle viendrait s'occuper de Rain et le trouver à l'hôpital. Enoch ne comprenait pas pourquoi elle s'inquiétait autant. Oui, c'est une manifestation, et il y aura sans doute des casseurs, mais il devrait vraiment manquer de chance s'il se faisait attaquer ou blesser. Sérieusement, du moins, parce qu'il était facile de se faire une petite coupure en tombant.

Il vérifie ses messages. Diego avait accepté de venir avec lui au rassemblement, ce qui rassurait énormément le garçon. Enfin, garçon. Il ne l'avouera jamais mais aujourd'hui, il se sentait plutôt féminin. Encore un problème qu'il mit à part. Il devait se préparer plutôt que de penser à tout ça. Chaque chose à la fois. Il regarde une dernière fois les infos qu'il a noté, sur l'heure, le lieu, avant d'envoyer un message à Diego pour l'informer de son départ. Ils étaient sensés se retrouver un peu à côté de la manif, histoire d'actuellement y aller ensemble. Avant de partir, il avait bien vérifié que Rain avait mangé toute sa gamelle et qu'elle avait plein d'eau à disposition. Et il était parti.

Maintenant, il avait rejoint Diego, et tous deux se dirigeaient vers l'endroit prévu, mais avant même d'y parvenir, le rassemblement était déjà là. Il y avait donc beaucoup de monde. Enoch se sentit subitement moins à l'aise et se rapprocha un peu de son compagnon.

« On dirait qu'on est pas les seuls hein... »

Un sourire nerveux se dessine sur son visage. Plus on est de fous, plus on rit comme on dit. Et puis, ils cherchent à arrêter de faire passer une loi, pas à faire un pique nique !

« Essayons quand même de rester groupés... »

Après une inspiration pour se donner du courage, il repense à Moony. Moony qu'il avait pu apercevoir. Un jour. Au détour de la tête. Au coin de l'oeil. Il va revenir, pour sûr. Et s'il revient, cette loi ne doit pas passer. L'idée lui donne du courage avant qu'il n'avance un peu dans la foule, prenant soin de rester près de Diego.
Codage par Libella sur Graphiorum
Anonymous
Invité
Invité
le Sam 11 Mai - 14:58

manifestation
" aujourd'hui, dans la rue principale de Toronto, les citoyens ou commencé à se rassembler...."  

- Haud yer wheesht !*

SHAPFF !  ma main s'écrasa sur l'auto radio pour la faire taire.

Bordel !! Manifestation par-ci, manifestation par la, n'eu peuvent t'il pas nous laisser tranquille avec ça ! Ok, il manifeste, pour une bonne raison, mais ce n'est pas la peine d'en faire tout un plat ! À croire que le slogan de l'année, c'est " vous nette pas manifestant, soyer prudent" j'leurs en foutrais de la prudence moi ! Même la station radio que j'écoutai habituellement pour ne passer que de la musique s'y était mise. Ça la radio, il était fort, de simple manifestant, ils en font des tonnes, mais des victimes de la guerre ou les SDF ça, on n'en parle pas. Bravo ! Belle mentalité !

Mistral m'observais, depuis le salon,  éplucher les pommes, furibondes, il était habitué depuis le temps à mes sauts d'humeur quotidienne. En même temps, quelle idée de parler tout le temps de cette manifestation, ce n'était pas non plus l’événement de l'année ! Les gestes rodés par l'habitude, je posais les quartiers sur la pâte brisée maison. Un peu de cassonade et elle était prête à enfourner pour 40 min à 210 °C. En attendant, je me replongeais dans ma lecture. Un thriller passionnant prenant place dans un new york sombre et crue. Le genre d'écriture franche, presque dérangeant dont je ne me lasserais jamais. Le temps passa, l'odeur de ma tarte me sortit de ma lecture. Je finirais sûrement cette nuit. Manique en main, je posai la tarte près de la fenêtre, recouverte d'un torchon. J'me débarrassai de mon tablier pour le poser sur le dos d'une chaise. Il était l'heure pour moi de faire ma sortie du samedi.

Manteau sur le dos, légère écharpe, bottine, je suis prête. Mistral retourna en moi le temps que j'arrive dans la rue. À ce moment, je fus bien obliger de le faire ressortir. Il y avait tellement de monde que je ne voyais plus la rue d’en face. Je pouvais très bien leur gueuler dessus pour  me frayer un passage, mais ça ne marcherais probablement pas.  Mistral se coucha au sol, pour que je puisse monter sur son dos et nous nous frayèrent un chemin à travers la marée humaine, certaine se plaignais, mais je leur lançais mon regard le plus noire. Au bout d'une quinzaine de minutes au pas, nous arrivaient a au bar. Le barman, habituer à ma visite accueillie avec chaleur et me servit ma blonde habituelle, sur la terrasse épargnée par la foule. Mon compagnon d'âme plongée dans son sommeil debout, j'observais la manifestation qui évoluais devant moi.

* shut the fuck up !
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Ingrid Kirkland le Sam 11 Mai - 18:28, édité 1 fois
Min-Ki Park
Totem de compagnie
Date d'inscription :
11/02/2018
Messages :
94
Min-Ki Park
Totem de compagnie
le Sam 11 Mai - 18:20
Sujet commun
FREEDOM
Les loups de Toronto sont de sortie. Ils courent, libres comme l'air. Ils choisissent leur chemin, vont où bon leur semble. Sur les toits ils se sentent inarrêtables, dans les ruelles ils trouvent des raccourcis, sur l'asphalte ils accélèrent la cadence. Il courent, sautent. Ils sont jeunes et cons. Ils sont maîtres de leur destin, de celui de leur Totem mais surtout de celui de nombreuses personnes après eux.

A la tête de la Meute, celui qui mène la troupe à travers la ville en cette journée particulière n'a plus de Totem. Il mène un combat autre mais similaire. Celui de la liberté. Celui de l'indépendance. Il ne compte pas accepter une loi à l'encontre de la liberté de quiconque, aussi trahi se sent-il vis à vis de son propre animal totem. Il est de plus en plus évident à ses yeux que la tragédie passé n'était pas lié à un comportement naturel. Elle ne peut pas être utilisé comme raison valable à la restriction de la liberté de chacun.

Chacun au sein du groupe a ses propre raison d'être là aujourd'hui, jour de manifestation. Mais tous ont choisi de manifester leur désaccord autrement que la manifestation officiel. Ils se révoltent à leur manière. Cela pourrait renforcer l'impact général, qui sait ?

Un mot : FREEDOM.

Des sprays de peinture comme outils. Des panneaux publicitaires et toits visibles comme cibles. Des mois, voire années, de courses effrénées à travers la ville. Une connaissance parfaite des lieux. Mais un obstacle inattendu. Les forces de l'ordre sont bien plus présentes qu'anticipé. La manifestation est plus grande que prévue. Une mauvaise trajectoire a été prise, ils sont passés sur un toit trop près de la zone sécurisée. Ils ont dû se replier bien vite en sens inverse après qu'on leur ait crié de descendre. Après tout ils sont des sportifs, pas des malfrats. Ils contestent la loi, pas l'autorité en elle-même.

Certains des membres sont rentrés directement chez eux. Mais la plupart, après avoir pris soin de faire un grand détour histoire de se faire oublier des policiers, sont revenus se joindre à la marche de protestation. Leur leader quant à lui… ne sait pas. Que faire ? Il a battu en retraite mais s'est arrêté sur un toit hors de vue en chemin.

Il ne s'est toujours pas vraiment remis de la séparation avec Alpha. Il a préféré essayer de l'oublier, de se concentrer sur d'autre choses. L'adoption du chien qu'il a secouru cet hiver l'a beaucoup aider en l'occupant. Il n'a jamais eu de chien avant, c'est une sacré aventure qu'il a vécu à essayer de comprendre l'univers canin et à essayer de se faire pardonner de son adorable chat. Maintenant qu'il est face à tous ces gens luttant pour les Totems il se sent…

Vide.

C'est étrange. Il s'est entouré pour ne pas ressentir cette absence jusqu'à maintenant mais ce fort sentiment d'absence le frappe à nouveau. Non… C'est différent. C'est un manque. Alpha lui manque. Une part de lui s'enflamme, Min Ki veut se battre pour lui même s'il n'est plus là. Ses sentiments sont confus. Il est toujours en colère d'avoir fini seul mais son amour pour son totem semble ne s'être jamais éteint. C'est sûrement pour ça qu'il s'est retrouvé attiré par cette foule sans même trop réfléchir. Il hésite. C'est probablement parce qu'il voit toujours les Totems des autres qu'il veut toujours se battre pour eux, peut-être même que c'est ce qui lui donne de l'espoir. Probablement qu'il ne serait pas là aujourd'hui si il avait perdu cette faculté.

Ce qui est sûr, c'est que ses tripes ne mentent pas. Et ses tripes lui ont dit de rester là. Son esprit indépendant rugit avec les manifestants. Il pense à d'autres en étant là, pour une fois il n'est pas que là pour sa propre personne personne. Il regarde toutes ses personnes si différentes défiler devant ses yeux depuis son perchoir. Tous unis pour une même cause. Il est hypnotisé par le bruyant cortège. Sa main se sert dans la poche de son teddy. Elle se sert autour de sa bombe violette. L'hésitation est finie.

L'asiatique commence à arpenter les toits adjacents pour descendre un peu plus loin. Dans son dos, le logo à l'image de leur mascotte officielle reprend tout son sens. C'est comme si l'esprit d'Alpha n'avait jamais quitté sa meute. La Meute. Il est temps pour MK de retrouver ses membres dans cette agitation. Il a fini par les repérer en observant depuis les hauteurs, ils portent tous leur attirail de parkour "officiel". Leurs teddys noirs. Ils ont même des bandes réfléchissantes dessus puisqu'ils ont tendances à courir de nuit. Un amas noir scintillant ne passe pas inaperçu, même dans la grande foule.

Sa mission à présent est de s'incruster dans la foule afin de les atteindre. Il lui faut jouer du coude pour remonter à contre-courant sur quelques mètres. Il parvient à les retrouver après bien des efforts. Chacun est ravi de le voir se joindre à la cause, après tout il savent bien que le jeune homme a été fortement affecté par la perte de son propre compagnon poilu. Sa présence ici signifie beaucoup. Leur moral en est redoublé. Tous ensemble ils clament haut et fort :

« FREEDOM ! »

_________________
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Swagsi10
Merci Ho Joo d'avoir décrédibilisé MK à jamais avec cette atrocité horriblement parfaite x'D

[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Dramaq10

Best secret santa ever ♥️ Merci Kieran ♥️:
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Secret10


Min-Ki répand son sass en Teal
Anonymous
Invité
Invité
le Dim 12 Mai - 17:43
Manifestation


Diego ne s'est jamais considéré comme quelqu'un de fondamentalement engagé politiquement ; il est ce garçon qui hoche vigoureusement la tête durant un débat face aux arguments de chaque parti, sans jamais vraiment se mouiller. Grand diplomate à l'oreille bien tendue que ce Diego. Pour autant, il a parfois de ces illuminations soudaine, qui le pousse à vouloir se battre pour une cause, à revêtir une cape de justicier, ou du moins, brandir une pancarte au milieu d'une foule en colère.

C'est un de ces jours. Enoch y est peut-être aussi un peu pour quelque chose, aurait-il seulement fait le déplacement si ça n'avait pas été pour lui ? Probablement pas ; il serait resté chez lui à regarder une série, ou à jouer avec Seven, ou à jouer des morceaux de Céline au Kazoo, ou à dessiner Diablo dans des costumes marrants... Bref, il aurait meublé sa journée comme il sait si bien le faire.La loi l'horrifie, bien sûr ; vouloir empêcher Diablo de faire les livraisons avec lui, quelle cruauté ! Mais au point de descendre dans les rues pour scander des chants de protestation ? Ça ne lui a jamais vraiment traversé l'esprit. Diego n'est pas du genre à rentrer dans les conflits.

Et puis, il avait suffit d'un message, une simple requête, pour qu'il enfile bonnet, veste et baskets avant de s'élancer vers le dehors. C'est qu'il est bien incapable de lui refuser quoique ce soit.

Alors, contre toute attente, Diego s'engage, Diego manifeste ; il est là, un peu perdu non loin d'une vague de gens indignés, armés de banderoles, à chercher son ami du regard. Il y a tellement de gens que ça lui en donne le vertige : inconsciemment, il se met à chercher une tête bleue dans la marée humaine, un ami parti avant lui, qu'il pensait peut-être retrouver durant la bataille.

Mais il ne voit qu'Enoch à leur point de rendez-vous ; en voyant sa nervosité, Diego lui décroche son plus beau sourire et lui donne une légère tape dans le dos.

- T'inquiètes pas, y'a pas de raison qu'on se sépare, puis tu peux t'accrocher à mon sac à dos si jamais !

La tête de Diablo vient d'en sortir pour venir saluer leur camarade ; il semble bien plus excité que Diego face à la marée humaine dans laquelle ils se trouvent. C'est qu'il a peut-être surestimé le pouvoir de son sac à dos, et il vient naturellement se rapprocher d'Enoch le plus possible, sans perdre son enthousiasme.

- Tu crois qu'on va passer à la télé ??

Ni ses priorités.

Lucie St Pierre
Totem de poche
Date d'inscription :
22/03/2019
Messages :
75
Lucie St Pierre
Totem de poche
le Dim 12 Mai - 17:48
Lucie ne se mêlait pas à la politique, en grande partie parce qu'elle ne sentait absolument pas légitime pour le faire. Elle avait ses avis bien arrêtés, ses valeurs, ses croyances, qu'elle défendait calmement mais avec verve. La loi Rains lui faisait froid dans le dos, comme à ses collègues de la librairie. Ensemble, ils s'étaient appliqués à créer une table thématique : entre les 1984 et autres livres d'émancipation catastrophique, Lucie avait glissé quelques ouvrages plus légers qui, elle l'espérait, donneraient l'espérance d'un avenir moins sombre.

La matinée était passée rapidement. La propriétaire de la boutique leur avait demandé de fermer à 13:00 afin d'éviter tout problème. Lucie rentrait donc chez elle, un peu penaude parce qu'elle n'avait aucune idée de comment passer le reste de sa journée. Sans trop y réfléchir, elle s'était vite retrouvée au départ de la manifestation. Si elle avait hésité à y prendre part, elle ne regrettait pas son choix : il y avait trop de monde et l'air était déjà électrique. Les mains dans les poches de sa parka, elle siffla doucement sur l'air des chansons éparses qui se contredisaient dans la foule.

Un aboiement la fit sursauter, encore. Elle pensait s'être faite à l’absence de Lemon, mais elle se surprenait encore à regarder derrière elle pour vérifier qu'il la suivait bien. Elle fouillait ses draps, les yeux fermés, le matin pour l'étreindre. Elle le cherchait des yeux quand elle riait, et tendait les mains pour sentir son poil dru sous des doigts, mais elle ne trouvait, immanquablement, que du vide.

Lucie regardait passer le cortège, sans vraiment le voir, et rentra la tête dans ses épaules, cachant son nez dans son écharpe. Elle se demandait si tous ceux qui avaenit perdu leur Totem en souffraient autant ou si elle était bizarre, faible ou pleurnicharde. Elle se demandait aussi si le reste de sa vie ressemblerait à ce brouillard solitaire dans lequel elle avait l'impression de flotter depuis sa disparition.

Un enfant chuta brutalement devant elle, s'étant pris les pieds dans les siens, et se mit immédiatement à brailler. Lucie sursauta mais se dépêcha de le relever, assurant au parent qui arrivait derrière que ce n'était rien. C'est pas grave, ça passera. Tout passe.

_________________
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains 19122512515339847
Merci Sean plz
Rohan Maxwell
Balms
Date d'inscription :
05/12/2017
Messages :
77
Rohan Maxwell
Balms
le Dim 12 Mai - 18:22
Le réveil sonna avant qu'une main lourde ne s'écrase sur l'appareil, faisant taire ce dernier. Un œil vert s'ouvrit, pour observer l'heure, 12h30.... ça va, Rohan avait pu dormir quelques heures depuis son retour du travail de nuit, heureusement. Pourtant, il enfonça son visage dans l'oreiller en couinant avant de s'étirer. Il fallait se motiver pour retourner travailler... Et pour ça, sa sœur savait s'y prendre, le nez du brun captant une odeur de nourriture, un pâté chinois? A la bonne heure! Une fois la bonne raison de se lever trouvée, l'aîné des Maxwell se traîna jusqu'à la salle de bain pour un brin de toilette, puis retrouver dans sa chambre pour s'habiller. Vu les températures, un sweat noir, pour changer du Bordeaux, un vieux jeans confortable pour la future marche avec une paire de basket. Il rejoignit la cuisine, venant poser un baiser sur la tempe de sa sœur pour la saluer. Depuis l'acceptation de la perte de Glow, Rohan était devenu plus tactile, enfin avec ses rares proches,

"Hey, merci d'avoir fait à manger. Te mets pas en retard, hein..."

Elle rit doucement, lui demandant de mettre le couvert alors, pour qu'elle puisse se préparer. Ce qu'il fit, avant de regarder l'avancée du plat qui heureusement était prêt. Ils mangèrent, elle plus rapidement que lui, devant partir plus tôt pour ses enfants. Il regarda tristement la porte se fermer derrière elle pendant un moment, avant de se décider de se bouger, faisant la vaisselle. Un nouveau regard vers une horloge, 13h24. Il décida de partir doucement pour rejoindre la manifestation.

Fait étrange de la part du brun de se retrouver dans un bain de foule qui s'exprimait. Oui, il faisait partie de ceux manifestant contre la nouvelle loi. Pourquoi? Pour ses collègues et supérieurs, c'était de la surveillance, il faut toujours s'informer sur les évolutions de la société pour être un grand pouvoir de l'ombre. Surtout avec la nouvelle drogue..... Alors oui, Rohan faisait tâche dans le cortège quand on faisait attention à lui, il semblait légèrement ailleurs, à regarder partout, d'un air soi disant tranquille, sans crier ou brandir de pancarte.
Pour lui, la liberté fait partie de ses idéaux, et bien qu'il ait perdu sa moitié, il ne voulait pas que les autres se retrouvent comme des animaux en cage dans leur humain. Ok il y avait eu quelques accidents, mais entre humains aussi ça arrive, pourtant ils sont bien là, à se balader dans la rue...

Comme d'habitude, il observait l'environnement, l'ambiance, pour comprendre, repérer quelques têtes aussi, Les yeux verts semblaient avoir reconnu une chevelure, mais avec ce monde, pas sûr...... Alors il continua de se mêler avec cette foule pacifiste pour l'instant.

_________________
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains OGbhKdc
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Ktpi
Merci Père Noël Ho ho pour cet avatar ♥️
Magnifique travail de Sean ♥️:
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Untitl11
M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
384
M. Le Maire
PNJ
le Dim 12 Mai - 19:03
Manifestation contre la loi Rains
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Giphy
Pour la suite des opérations :

Groupe 1
Á. Diego Esperanza
Andrew K. Prescott
Enoch Sinclair
Rohan Maxwell

Groupe 2
Crystal Benson
Thomas Hernandez
Alphée Nyström
Lucie St Pierre
Louis Perron

Groupe 3
Ingrid Kirkland
Sara A. Blackwell
Moïra Saline
Caiside E. White
Marceline Melicêtre

Groupe 4
Edwin Conchuìr
Tori Clark
Djahyan N. Wolfe
Min-Ki Park
M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
384
M. Le Maire
PNJ
le Dim 23 Juin - 19:00
Manifestation contre la loi Rains
[sujet collectif] - Manifestation contre la loi Rains Giphy
C’est une bien triste journée qui se termine. Si le gouvernement s’était effectivement attendu à quelques mouvements de foules, il ne s’était pas attendu à ce que les émeutes soient si violentes. Les reporters sur les lieux ont filmé le chaos. Beaucoup de personnes seront blessées, certaines si gravement qu’elles en garderont malheureusement des séquelles. Heureusement, aucun mort n’a été à déplorer.

Sur les chaînes d’informations, on peut voir les journalistes qui marchent au milieu d’une scène presque apocalyptique. Certaines voitures sont en flamme, une épaisse fumée noire tourbillonnant dans la rue. Beaucoup de magasins ont été saccagés, en extérieur comme en intérieur pour certains. Ils montrent ensuite le point de ralliement, là où tous les blessés plus ou moins graves sont emmenés afin d’attendre les ambulances des différents hôpitaux de la ville. Tout le monde tente d’aider, les secours sont presque entièrement mobilisés pour évacuer tous les blessés. Afin de redonner un peu d’espoir, les flash d’infos se termineront pas des images de personnes retrouvant leur amis ou bien leur famille au milieu de tout ce chaos.

-----
Quelques jours après la manifestation, la rue est toujours dans un sale état. Les devantures sont pour la plupart fermées avec de simples planches de bois. Certains ont mis la clef sous la porte, n’ayant pas les moyens de reprendre leur commerce détruit. Les voitures brûlées ont été retirées de la chaussée et doucement, la vie reprend son cours. La plupart des hommes et femmes cagoulés ont été arrêtés. Et malgré cet émeute, le projet de loi n’a pas été repoussé. Le sénateur Rains a d’ailleurs fait un passage très remarqué dans les médias pour expliquer qu’il ne comptait pas s’arrêter et qu’il n’avait pas peur.

Le 15 mai, la loi Rains a été votée par le sénat. Il est désormais interdit d’afficher son totem dans des lieux publics et ce, sans exception,  sous peine d'une amende.

HRP:
Et voilà, l'event est terminé ! Vous pouvez tous aller rp à l'hôpital désormais hihi Il est aussi possible de rp dans le point de ralliement, si vous voulez retrouver un camarade, vous pouvez poster dans cet endroit.

Si besoin d'informations : le point de ralliement est sur une grande place où la circulation a été coupée. Les blessés sont pris en charge ça veut dire qu'il y a de quoi apaiser les souffrances, donner de l’oxygène, faire quelques points de suture... Tout ce qu'il faut pour tenir jusqu'à la prise en charge par une ambulance. Comme tous les hôpitaux sont mobilisés, il est possible que vous ne soyez pas tous dans le même hôpital du coup.

Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum