Revenir en haut
Aller en bas
Le CrocoDeal du moment :
Licence Office 2019 Professional Plus ...
Voir le deal
13.90 €

M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
392
M. Le Maire
PNJ
le Dim 27 Jan - 17:50
Tempête de neige
sur Toronto
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Giphy

Amandine, William, Thomas et Charlie

______

Malgré le froid et la neige, la bibliothèque a décidé d’ouvrir ses portes. Des périodes d’examens ayant lieu régulièrement, le recteur de l’université savait très bien qu’il aurait eu le droit à des reproches d’étudiants s’il n’avait pas ouvert les lieux.

Quelques personnes traînent entre les rayons de livres alors que d’autres sont installées dans des canapés pour lire, ou devant des ordinateurs pour pouvoir travailler. La neige tape fort contre les vitres, une épaisse couche blanche cachant déjà une bonne partie du paysage. Seules quelques lumières arrivent à être visibles au loin.

Mais d’un coup, un grand bruit se fait entendre et une microseconde après, la bibliothèque se retrouve complètement plongée dans le noir.

1/ Charlie est dans un rayon en train de chercher un livre alors que Thomas est en train de marcher dans l’allée. Quand la lumière s’éteint, un enfant se met à pleurer en appelant sa mère :
  • Option a : l’aider à se calmer.
  • Option b : ne pas l’aider à se calmer.

2/ Amandine est installée à un ordinateur alors que William est assis dans un fauteuil pour lire. Quand la lumière s’éteint, une femme commence à paniquer :
  • Option a : l’aider à se calmer.
  • Option b : ne pas l’aider à se calmer.

Thomas Hernandez
Totem de compagnie
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
200
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
le Lun 28 Jan - 20:42

Tempête de neige sur Toronto
Ft. Amandine, Charlie et William

Aujourd’hui, Thomas, tu vas à la bibliothèque.
Effectivement, malgré la forte neige, tu as décidé de sortir un peu, ta bien maigre collection de livres audio commençant doucement à s’épuiser. Et comme écouter un film accompagné de l’audiodescription est d’un monotone intersidéral, tu égayes tes soirées en écoutant des livres. Sauf qu’à défaut de les acheter – c’est dur à trouver en physique ces petites choses - tu préfères les emprunter à la bibliothèque, sous forme de CD que tu glisses dans ta chaine Hi-Fi reliée à ton home cinéma. Ainsi, ce soir, tu espères pouvoir être tranquille en compagnie de Jade, à écouter un bon livre tout en mangeant la pizza qui t’attend sagement dans ton four, prête à être réchauffée. Tout en ignorant royalement le reniflement de dédain qu’émet la bibliothécaire en voyant ton chien entrer avec toi dans l’établissement, tu te diriges tout naturellement vers le rayon des livres audio. Tu viens tellement souvent ici que tu as fini par connaitre le chemin par cœur. En revanche, si quelqu’un te déplaçait dans un autre endroit de la bibliothèque, tu te perdrais immédiatement. Mais quel serait l’intérêt d’aller dans d’autres rayons ? Si ce n’est pour sniffer l’odeur des pages, tu n’en vois vraiment aucun.
Alors que tu te balades dans l’allée principale, Jade marchant devant toi d’un pas régulier, un gros BOUM se fait entendre. Tu sursautes. Tes pauvres petites oreilles sensibles n’apprécient pas vraiment les bruits trop soudains ou trop forts. Jade aussi sursaute, tu sens le bout de ton guidon se soulever de quelques centimètres. Quelques plaintes s’élèvent dans la bibliothèque. Agacé, tu reprends ton chemin en te disant que les gens en font vraiment des caisses pour un gros bruit. Mais finalement, tu arrives à capter quelques paroles. “Coupure de courant“ et “Il fait tout noir“. Ah. Ben oui, toi, tu ne t’en occupes pas vraiment. Tu t’arrêtes donc au milieu de l’allée afin d’écouter tout ce petit monde. Puis une plainte plus aiguë arrive dans tes oreilles. La voix aiguë d’un enfant perdu. Il appelle sa mère. Tu n’es pas du genre à laisser un enfant tout seul. Au son, tu te dirige vers lui, Jade à tes côtés. Une fois auprès de lui, tu te penches à son niveau.

- Hey petit ? Reste calme, lui dis-tu. C'est rien, c'est juste un gros bruit. Tu t'appelles comment ? Elle est où ta maman ?
Halloween

_________________
Merci à Joo Joo, Lucie et Sean pour les avatars :3
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Untitl11

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Plan de l'appartement
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 28 Jan - 22:31
Tempête de neige sur Toronto.

Quoi de mieux pour passer le temps, que de lire dans une bibliothèque avec une personne que l'on apprécie. Le lieu était favorable au calme, la concentration et à l'évasion. Tout ce don avait besoin le brun pour se vider l'esprit dans un lieu autre que son appartement. Cela faisait depuis une petite heure qu'il suivait les aventures de la confrérie de l'anneau au travers du Gondor. Bien caler dans un fauteuil moelleux gris souris, près des ordinateurs ou se trouvais Amandine la personne qu'il avait invité à venir. C'était grâce à elle et à Ran qu'il avait retrouvé le sourire et réussissait à aller de l'avant. William, plongé dans sa lecture, ne remarqua pas la tempête qui faisait rage dehors avant de lever le bout de son nez sentant son cou lui faire mal. En effet mal-grès le soir qui tombait, on pouvait observer les flocons tomber avec violence et le vent frapper les fenêtres avec vigueur. Surpris par cette tempête le brun marqua la page d'un bout de papier puis pencha sa tête en arrière en direction d'Amandine qui était à un petit mètre d'elle, concentrée sur un ordinateur.

- dit Ama, tu ne trouves pas que la tempête est vraiment violente ?

Il était légèrement inquiet sur le fait de ne pas pouvoir repartir. William posa sont livre sur la table basse. Maintenant debout, il s'étira consciencieusement puis marcha jusqu'à son amie quand un bruit fort, soudain, suivie d'une coupure de la lumière le fis s’arrêter net. Plonger dans la peine ombre, remis de ses émotions le brun sortie sont téléphone en guise de lampe torche pour finir sont chemin jusqu'à Amandine.

- ça va, tout va bien ?

Alors qu'il demandait des nouvelles de la rose, William pus distinguer les sont d'une personne qui commençait à paniquer. Un coup d’œil à Amandine lui suffit pour savoir qu'il était sur la même longueur d'onde. Doucement, mais sûrement, ils approchèrent de la femme dans le but de la rassurer.
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 28 Jan - 23:04

Il faisait déjà mauvais quand j’étais partie de la maison mais ce n’étais pas la première fois que je devais sortir par mauvais temps. William m’avait donné rendez-vous à la bibliothèque et je devais me dépêcher si je ne voulais pas arriver en retard. Attrapant le cintre où j’avais préparé ma tenue hier, je partis dans la salle de bain pour m’habiller. Ressortant quelques minutes plus tard en étant habiller d’un gros pull rose pâle et d’un jean noir assorti avec une paire de basket blanche, je partis de la maison. Les chutes de neige étaient encore calmes et j’étais arrivée sans trop de difficultés au lieu de rendez-vous. J’avais salué mon ami d’une bise et j’étais rentrée dans le bâtiment, me dirigeant rapidement vers un ordinateur afin de trouver un cadeau pour ma douce. Du coin de l’œil, je lançais régulièrement des regards vers cet homme que j’appréciais déjà beaucoup et je souriais à chaque fois que je le voyais plongé dans sa lecture.

Alors que je venais enfin de trouver le cadeau parfait pour Sam, un grand bruit se fit entendre et on se retrouva dans le noir total. La peur pénétra dans mon esprit mais la lumière du téléphone de Will me rassura. Je le vis s’approcher de moi en me fiant à la lumière et je gardai mon calme. Je n’avais même pas eu le temps le répondre à sa question.

La tempête semble être très violente puisque le courant vient de couper… mais ça va et toi ?

Les bruits d’une personne paniquée attirèrent notre attention et, après avoir échangé un regard, on décida de se diriger vers la personne. C’était une femme qui se trouvait au sol et qui semblait chercher quelque chose. Sa panique m’inquiétait beaucoup et j’agis. M’accroupissant à ses côtés, je posai une main sur son épaule et, de ma voix la plus douce, lui adressa la parole.

Madame.. Est-ce que vous allez bien ? Ne vous inquiétez pas, ce n’est qu’une coupure de courant comme celle que l’on peut avoir quand il fait mauvais dehors. Vous pouvez vous lever ? Si oui, venez avec nous…

Je lui fis un petit sourire et, après avoir fait signe à Will de nous éclairer, tendis une main à la femme.  Je n’aimais pas voir une personne qui se sent mal, voulant les aider à chaque fois du mieux que je pouvais.



Dernière édition par Amandine L. Phelps le Mer 6 Mar - 13:51, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 31 Jan - 14:09
Blasée. Merde. Non mais sérieusement. Une panne d’électricité. GÉ.NI.AL. Vraiment. j’allais prendre un livre de cuisine et voilà que je n’y voyais plus rien. Bien entendu, j’avais déposé mes effets un peu plus loin, faisant en sorte que… Je n’ai pas mon téléphone pour me permettre de voir quelque chose chose… Que je n’ai pas non plus mon manteau, je portais uniquement un jean avec un pull d’un rose foncé. Le rose n’était pas mal couleur préférée, mais ce pull était assez confortable pour que je le mette lorsqu’il faisait froid et enneigé comme aujourd’hui.

Non mais sérieusement, c’est une bibliothèque. Voir qu’ils n’ont aucun dispositif lorsqu’il y avait un événement comme celui-là. Les gens paniquaient déjà, enfin, certains. Pas moi. Je n’appréciais pas forcément qu’il y ait une panne comme celle-ci, j’avais d’autres chats à fouetter. Initialement, j’étais seulement venue changer les livres que j’avais déjà depuis un moment. Cette fois-ci, j’avais eu envie de me prendre un livre de cuisine et un nouveau roman, souhaitant me mettre à un Stephen King, comme Baazar que m’avait suggéré mes amis sur les Internet.

Je partis donc vers où je venais. Ça me faisait particulièrement chier. Je poussai un gros soupir agacé, je me dirigeais vers du bruit, quelqu’un qui pleurait. Booon. On va faire un semblant de bonne action, j’irais le voir.

En vrai, je n’avais pas particulièrement envie, mais j’aurais pas aimé être à sa place plus jeune, du coup, je me sentais presque gentille.

Presque.

Donc, on va aller voir le petit (ou petite) et on va prendre ses trucs puis partir. C’est ce qui me semblait le mieux.

Il semblerait que quelque chose bloqua mon chemin.

- Oh. Pardon. Désolée.

Pas vraiment, il n’avait juste à ne pas… Avoir un chien avec lui? J’avais aventuré mes mains vers la chose que j’avais foncé dedans, lorsque j’avais senti un poil doux sous mes doigts. Qui traine son chien dans une bibliothèque? Un non-voyant?

Si oui.

Bravo.

Ça doit être la seule personne qui se fiche complètement de voir dans le noir en ce moment. Le « chanceux » parce qu’en vrai, pour rien au monde je voudrais être à sa place. J’allais demander si c’était son garçon, ce qui aurait pu arriver, mais lorsqu’il demanda au petit (ou la petite hein, on ne sait jamais), où était sa maman.

Génial. Encore. Va falloir trouver sa maman.

Et merde.
M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
392
M. Le Maire
PNJ
le Dim 3 Fév - 17:21
Tempête de neige
sur Toronto
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Giphy

Amandine, William, Thomas et Charlie

______

Thomas et Charlie

Vous essayez de calmer l’enfant et durant un instant celui-ci s’arrête de pleurer en vous regardant. Pourtant, il ne lui faut pas longtemps pour reprendre sa crise de panique, se débattant dans tous les sens. Pas de chance pour vous, tout en gigotant l’enfant vient mettre une claque à Charlie.

Mais le bruit de la gifle retentissant a le don de faire rire l’enfant aux éclats, se moquant maintenant de vous. Même si désormais il ne pleure plus, il n’est pas calmé pour autant, courant partout autour de vous en réclamant de recommencer.

  • Option a : demander à l’enfant où est sa mère en ignorant le reste
  • Option b : laisser l’enfant courir et s’éloigner pour retrouver sa mère


Amandine et William

Vous essayez de venir calmer la jeune femme mais elle panique un peu plus en vous voyant approcher. D’un rapide coup de la main, elle projette Amandine contre un chariot plein de livres. Mais lorsqu’elle entend la jeune femme tapant contre l’objet, elle ramène ses mains sur ses joues, les yeux exorbités avec un air choqué. S’excusant platement, elle pleure de plus belle tout en venant prendre la jeune femme contre elle en espérant ne pas lui avoir fait trop mal.

Visiblement ses sentiments semblent être incontrôlables, elle n’arrive plus à réfléchir correctement, vous expliquant entre deux reniflements qu’elle ne retrouve pas son fils. Elle revient prendre Amandine contre elle, la serrant à s’en étouffer alors qu’elle pleure.

  • Option a : lui dire de se calmer une nouvelle fois
  • Option b : la gifler pour qu’elle se calme
Anonymous
Invité
Invité
le Dim 3 Fév - 21:41
Tempête de neige sur Toronto.

L'action, c'était passer très vite, alors qu'Amandine s'était penchée pour venir en aide à cette femme, cette dernière, c'était mise encore plus à paniquer et avait violemment rejeter la rose plus loin. Le sang de William se glaça. Au vu du sont émit au moment du choc la rencontre avec ce qui semblais être un chariot de livre avait été brutale. Sans plus attendre le brun se précipita vers Amandine lâchant sont téléphone près de lui une fois à sa hauteur. Il eu à peine le temps de s’enquérir de son état qu'il se fit lui aussi repousser par la femme qui dans sa panique avait remarquer ce quelle avait fais été entrain de serrer son amie. Désarçonné par ce changement de réaction, William ne sut que faire. Il entendait cette femme s'excuser et de parler de son enfant perdue. À contre-jour de la lumière du téléphone la scène aurait pu être digne d'un film d'épouvante. Le photographe reprit ses esprits et remarqua le comportement dangereux qu'avait cette inconnue sur son amie. En effet toujours dans sa panique la femme serait de plus en plus fort Amandine au point de l’étouffais. Comprenant l'urgence de la situation William agis.

- autant prendre le taureau par les cornes murmura t'il, madame, je suis désolé !Dit t'il plus fort.

William profita d'un moment ou l'inconnue relevait la tête pour chercher du regard son fils s'agenouilla puis le son d'une claque se fit entendre dans l'entièreté du rayon. Le silence empli la salle. La claque avait eu un effet immédiat, elle avait repris pied à la réalité. Le brun en profita pour ramener la rose qui reprenait sont souffle contre lui une main dans le dos, l'autre tenant son téléphone qu'il avait récupéré.

- Ama, ça vas ?

Toujours inquiet pour elle il la garda contre lui s'étant enquéris de son état il s'adressa à la mère :

-veuillez excuser ma brutalité, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour vous ramener à la réalité.

Maintenant qu'ils était plus calme Amandine, la mère et William allais pouvoir se mettre à la recherche du fils perdue.
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
200
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
le Lun 4 Fév - 17:47

Tempête de neige sur Toronto
Ft. Amandine, Charlie et William

Quelqu’un fonce dans ton chien.
Puis une voix féminine s’excuse. Non mais.
Elle ne pourrait pas faire plus attention ?

- Ce n’est pas grave, j’imagine, dis-tu en haussant les épaules.

Légèrement contrarié, tu restes concentré sur l’enfant. Mais au moins, il se calme, c’est une bonne chose. Alors que tu t’attends à ce qu’il te dise son nom, comme tu le lui as demandé six secondes plus tôt, celui-ci préfère plutôt reprendre sa crise de larmes. Que… Qu’est-ce que tu as dit de mal ? Tu lui as demandé son nom et où se trouvait se mère. L’agacement monte doucement en toi, notamment à cause de la voix aigue du petit et du fait que tu ne comprends pas pourquoi il s’est remis à pleurer. Tu l’entends gigoter dans tous les sens puis… Une baffe qui retentit dans toute la bibliothèque. Du moins, c’est ton impression. Etant donné que tu ne ressens aucune douleur, tu en conclues rapidement que ce n’est pas toi qui as pris la baffe, mais la femme qui était également venue l’aider. Bon, l’enfant étant paniqué, on aurait pu en rester là. Mais non. Le gamin se met à rire, visiblement bien amusé du bruit qu’a provoqué sa claque. Puis il demande à recommencer en courant en rond autour de toi.
Pour toi qui aimerais bien avoir un enfant, c’est la douche froide. Tu comptais l’aider ce gamin. Tu comptais lui confier ton portable avec la lampe-torche et tu pensais même le laisser toucher ton chien, qui a l’habitude de conduire des personnes qui ne voient plus. Mais finalement, tu ne feras rien de tout ça. Jade restera à tes côtés et ton portable dans ta poche. Le bruit de ses pas plus son rire strident qui retentissent autour de toi finisse de t’énerver. Qui a éduqué ce gamin ? Si jamais tu retrouves sa mère, tu lui en toucheras deux mots. En oubliant l’idée d’attacher le gosse à un poteau, tu l’interceptes d’une main lorsqu’il passe à côté de toi.

- Bon écoute, gamin, lui fais-tu. Tout ce qu’on veut, c’est t’aider à retrouver ta mère. Donc maintenant, tu vas calmer ta crise de nerf et nous dire où est-ce que tu l’as vu pour la dernière fois, ok ?

Ce doit être étrange pour ce pauvre gosse, parce que tu ne prends même pas la peine de tourner la tête vers lui.
Halloween

_________________
Merci à Joo Joo, Lucie et Sean pour les avatars :3
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Untitl11

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Plan de l'appartement
Anonymous
Invité
Invité
le Jeu 7 Fév - 22:26


Je n’avais même pas eu le temps de réagir que la femme m’avait projeté contre un chariot de livres. Le choc de la rencontre de mon dos contre le chariot me coupa le souffle pendant quelques secondes. J’avais fermé les yeux au moment même où Will vint prendre de mes nouvelles mais, encore une fois, la rapidité des actions me surpris. Il ne s’était pas déroulé deux minutes que je me retrouvais dans les bras de la mère. Elle s’excusait et me parlait de son enfant perdu quelque part dans les rayons de la bibliothèque sauf qu’elle me serrait de plus en plus fort contre elle, commençant à me faire mal en plus de ma douleur dans le dos. La réaction de William m’étonna, il venait de gifler la jeune femme et en avait profité pour me récupérer dans ses bras et me garder contre lui. Mon regard restait centré sur la jeune femme, observant les moindres faits et gestes de la maman.

« Je vais bien Will, j’ai juste un peu mal au dos mais ça passera sûrement dans quelques jours. »

La femme semblait avoir repris ses esprits et nous regardait. La voir dans cet état était douloureux et, même si je n’ai pas encore d’enfants, je comprenais ce qu’elle ressentait. J’avais déjà imaginé comment je réagirais si je venais à perdre mon enfant quelque part dans un magasin donc je comprenais.

« Madame, maintenant que vous êtes de nouveau avec nous, est-ce que nous pouvons commencer à chercher votre enfant ? »



Dernière édition par Amandine L. Phelps le Mer 6 Mar - 13:52, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
le Ven 8 Fév - 14:31
Sale petit morveux. Crétin même. Non mais on ne fait pas ça à des inconnus. Tu veux frapper tes parents. OK. Mais des inconnus, c’est non. Tu es juste un petit imbécile mal élevé. J’en toucherais bien deux mots à ta mère… Si on la retrouve. En vrai, je n’ai même plus envie de lui donner un coup de main, il pourrait bien se perdre dans le fin fond de la bibliothèque, ce n’est pas mon problème. J’ai envie de traiter ce gamin de tous les noms. Parce que, non, on ne me gifle pas comme ça, sans raison.

Ce qui me rendait encore plus furieuse dans cette histoire, c’est qu’il riait. Ce morveux riait en mode : « non mais c’était drôle, peut-on recommencer? » Recommencer, hein? Si c’est moi qui te donne la claque, tu vas trouver ça beaucoup moins drôle. En plus, il s’est mis à courir. Gamin. Courir dans le noir, c’est la chose la plus idiote que tu peux faire… Genre… Non. La chose la plus idiote que tu as fait, c’était me frapper. La deuxième plus idiote c’est de te mettre à courir partout en mode #yolo.

Fuck you.

Je me frottai vigoureusement la joue, en grimaçant. Au moins, personne ne pouvait voir mon air. De toute façon, si le gamin pouvait me voir, il aurait peur. Parce que je le fusillerais du regard, genre à mort. Ou je le ferais souffrir. Probablement que le deuxième me ferait beaucoup plus plaisir. C’est une question de lui rendre la monnaie de sa pièce. L’expression est débile.

L’autre monsieur avec son chien, il a réussi à l’attraper. Bravo le grand. Au moins tu sers à quelque chose. Pris par le bras, le gamin ne pouvait pas faire grand-chose, du moins, jusqu’à ce qu’il se mettre à se débattre pour ensuite se remettre à courir partout. Enfant pourri gâté.

Bon. Je fis une deuxième tentative de bonne action. Je m’excusai préalablement à l’homme à mes côtés pour lancer d’une voix assez forte pour que cela résonne dans toute la bibliothèque :

- Il n’y a pas quelqu’un qui aurait perdu son… Enfant?

À la dernière minute, je retenis le « morveux » que j’avais envie de dire. On ne se cachera pas qu’il en était un… Mais bon. Je ne savais pas où était sa mère, mais elle avait intérêt à ramener ses fesses rapidement jusqu’ici.
M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
392
M. Le Maire
PNJ
le Dim 10 Fév - 17:06
Tempête de neige
sur Toronto
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Giphy

Amandine, William, Thomas et Charlie

______

Thomas et Charlie

L’enfant se fait arrêter par les adultes. Les observant, même s’il fait encore noir, il parvient à sentir l’agacement des deux et surtout leur patience qui finit par s’envoler. Seul avec deux inconnus effrayants, il craque une nouvelle fois. De lourds sanglots emportent le silence qui régnait dans la bibliothèque. Il recommence à geindre qu’il veut voir sa maman et que les deux adultes sont de toute façon bien trop méchants avec lui. C’est vrai après tout, il n’a que 6 ans, c’est normal qu’il ait peur. Les questions ne font que l’agacer un peu plus, ne sachant de toute façon où peut bien se trouver sa mère. Peut-être qu’elle est du côté des ordinateurs, ou à l’entrée ? Ou peut-être qu’elle l’a tout simplement abandonné. A cette pensée, il pleure de plus belle, de la morve coulant doucement de son nez. Mais il a beau renifler, rien n’y fait… Alors il prend le premier truc qui lui tombe sous la main, et se mouche dans le t-shirt de Thomas.

  • Option a : perdre son sang froid et lui hurler dessus
  • Option b : prendre sa main de force et partir à la recherche de sa mère


Amandine et William

La gifle retentit dans le silence, et coupe net la jeune femme dans sa crise. Elle regarde les deux jeunes gens qui semblent être effrayés par elle. Prenant conscience de ce qu’elle a fait, serrant sûrement bien trop fort la jeune femme contre elle, elle vient s’excuser. Ses yeux se retrouvent rapidement gorgés de larmes une nouvelle fois alors que les sanglots reviennent. Mais cette fois-ci elle ne perd pas la contrôle, restant à distance, elle vient même s’asseoir sur un des fauteuils. Prenant son visage entre ses mains, elle tente de se calmer, des hoquets perturbants sa respiration.

  • Option a : dire que ce n’est rien, et partir à la recherche de son enfant
  • Option b : la laisser ici et partir à la recherche d’autres personnes


HRP:
La limite de réponse passe maintenant à 550 mots au lieu des 400 !
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
200
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
le Jeu 14 Fév - 13:57

Tempête de neige sur Toronto
Ft. Amandine, Charlie et William

Alors que le gamin recommence à chialer en demandant sa maman, tu vois ta patience s’envoler définitivement. Mais c’est ce que tu lui demandes depuis tout à l’heure ! Tout ce que tu voulais, c’était l’aider à retrouver sa mère, pas à ce qu’il se mette à courir partout en rigolant de manière insupportable et qu’il se remette à pleurer dans la demi-seconde d’après. Heureusement que les enfants avec lesquels tu travailles sont bien moins insupportables. Quoi qu’il faut dire que ces enfants-là sont rarement gâtés par la vie. Peut-être y a-t-il un rapport. La femme à tes côtés décide soudainement de faire la chose la moins idiote de la soirée : hurler dans la bibliothèque pour savoir si quelqu’un a perdu son chiard. C’est dommage qu’elle l’ait fait dans tes oreilles, tu aurais presque pu la féliciter. Mais non, elle t’a également percé un tympan par la même occasion, tu ravales donc tes félicitations. Tu n’oublies bien sûr pas de grogner, l’une des choses que tu sais faire le mieux, lorsque le gamin reprend ses hurlements stridents. C’est tout de même incroyable que personne ne l’entende. A moins que sa mère soit sourde, mais dans ce cas, tu ne quittes pas ton enfant des yeux. Pour toi, toutes ces réflexions te semblent être la base de la surveillance d’un enfant. Mais visiblement, tout le monde ne pense pas comme toi. Tu as un enfant, tu le surveilles, surtout dans un lieu aussi grand que la bibliothèque. Ça vous aurait évité de vous coltiner le môme hurleur…
D’ailleurs, le voilà qui se met à pleurer. Agacé, tu te frottes les tempes en réfléchissant à un moyen de le faire taire, sous peine de voir ta soirée pizza/livre audio s’envoler à cause d’un mal de crâne. Tu as déjà essayé la manière douce, la manière forte. Et si tu l’abandonnais ? Pas la peine d’y penser, l’idée d’être abandonné par sa mère le panique déjà alors ce n’est pas pour que les deux seules personnes qui sont à ses côtés décident de l’oublier dans les rayons tout simplement parce qu’il est insupportable. Le gosse pleure encore, ton mal de crâne s’intensifie. Si tu as une veine qui éclate, tu sauras d’où ça vient au moins. Tu l’entends renifler – bruit désagréable au possible – avant de se moucher. Dans ton pull.
Tu te dégages de l’emprise maléfique du gosse en marmonnant.

- Espèce de sale petit…

Con.

- Bon, affirmes-tu. On va chercher ta mère.

Tu essayes de lui attraper la main, mais tu l’as perdu. Tu brasses l’air à la recherche du bras du petit, mais pas moyen de le trouver. Et comme tu adores brasser de l’air pour rien, tu continues, en te tournant et te retournant. Peut-être aura-t-il été derrière toi ? Ou peut-être bien devant ? Ou sur le côté ? Tu commences à te perdre toi-même en recherchant le gosse. Bientôt, c’est toi qui vas avoir besoin d’aide. Tu te stoppes donc, ne sachant de quel côté tu es. Tu pourrais tout aussi bien faire face aux étagères de livres que tu ne t’en rendrais même pas compte.

- Elle doit t’attendre près de l’entrée, affirmes-tu en pointant une direction au hasard.

Ce qui serait, selon toi, la chose la plus logique à faire.
Halloween

_________________
Merci à Joo Joo, Lucie et Sean pour les avatars :3
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Untitl11

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Plan de l'appartement
Anonymous
Invité
Invité
le Sam 16 Fév - 11:53

La gifle semblait lui avoir ouvert les yeux car elle s’était excusée envers moi même si elle s’était remis à pleurer et sangloter sauf qu’elle ne se rapprocha pas de nouveau. La regardant faire, j’attendis qu’elle soit assise et m’approchais doucement de là où elle s’était assise.

“Ce n’est pas grave madame, je ne vous en veux pas car je peux comprendre que vous soyez inquiète pour votre enfant.”

Je l’observais un petit moment sans rien dire, réfléchissant à ce que l’on pourrait faire quand j’entendis une femme demandait, ou plutôt hurlait, si quelqu’un n’avait pas perdu son enfant. Plongeant mon regard dans celui de la mère, je compris rapidement que ça devait être du sien qu’on parlait et je lui fit un petit sourire rassurant. Voulant me pencher en avant pour poser ma main sur son épaule, la douleur dans mon dos me fit comprendre rapidement que cela n’était pas la meilleure idée du siècle. Jetant un rapide coup d’oeil à William, qui nous éclairait encore avec la lampe de son téléphone, je lui fit un sourire avant de me remettre droite.

“Et si on partait à la recherche de votre enfant madame ? Il semblerait que quelqu’un l’ai retrouvé donc nous n’avons plus qu’à trouver où cette personne se trouve !”

Profitant d’un petit instant de répit, pendant lequel la femme sembla réfléchir, je jeta un coup d’oeil à mon téléphone où je pouvais voir une photo de Sam et moi mais, contrairement  ce que j’avais pensé, cela ne me rassura pas car je m’inquiétais maintenant pour Sam. Nous n’avions pas de réseau, sûrement perturbé à cause de la tempête qui se déroulait à l’extérieur, donc je n’avais aucun moyen de la joindre pour prendre de ses nouvelles, et la connaissant, celle-ci devait être aussi inquiète que moi même si elle ne le montrait sûrement pas. Appuyant sur l’icône de la lampe torche, je tourna mon téléphone vers les ordinateurs où je me trouvais quelques minutes plus tôt afin de vérifier que je n'oublierai rien.

“Si vous n’avez pas d’affaires à récupérer, j’imagine que nous pouvons commencer à avancer ? Ne vous inquiétez pas madame, vous retrouverez votre enfant dans quelques minutes.”



Dernière édition par Amandine L. Phelps le Mer 6 Mar - 13:54, édité 2 fois
Anonymous
Invité
Invité
le Sam 16 Fév - 16:50
Bon voilà qu’il pleure de nouveau. Le crétin. Je le déteste. Je déteste les enfants. Je n’en veux plus finalement. Finalement, je veux seulement qu’il se perde encore plus dans la bibliothèque, qu’il ne retrouve jamais sa mère, qu’il se fasse enlever par un étranger. Tant pis, il l’aura mérité. J’en ai marre des gamins mal élevés. Ils m’embêtent plus qu’autre chose. Il vaut mieux alors ne pas en avoir.

Il vint pleurnicher contre l’homme qui… Bah l’homme-là. Je l’entendis même se moucher dégueulassement, son accumulation de morve était absolument écœurante. J’eus un air de dégoût, heureusement, personne ne pouvait le voir. Ça commence vraiment à être insupportable. Un gamin qui ne sait pas ce qu’il veut. J’ai envie de lui hurler dessus.

Mais il semblerait qu’il soit mieux que nous restions calme.

Même si j’en aucunement envie.

Je lui pris la main. Au gamin, pas à l’homme. Non mais, j’en ai marre de me faire narguer par un stupide gamin qui ne savait pas ce qu’il voulait. Non mais, si tu veux retrouver ta maman, faut le dire hein et arrêter de pleurnicher. J’en ai marre et je ne voulais pas qu’il s’amuse à faire : « salut, je me remets à courir partout. » Il y a des limites, bordel.

Sur un ton particulièrement froid, ma patience avait atteint ses limites, je lançai :

- Tu viens avec nous, on retrouve ta mère et tu vas arrêter de pleurnicher.

Pleurnicher de la sorte, c’est pour les bébés. Je me retins très fort de dire cette phrase, sinon j’avais l’impression qu’il allait faire une nouvelle crise et je commence vraiment à en avoir ma dose. Ça m’embête tout particulièrement. Nous aurions du tout simplement nous débarrasser de l’enfant en mode : on s’en fiche complètement.

- Vous venez avec nous? dis-je en regardant l’homme qui était avec moi depuis que le gamin faisait sa crise. Comme ça, vous pourrez dire qu’il… Qu’il cherchait sa maman et que je ne suis pas en train de le kidnapper.

En disant cela, je me dirigeais, toujours en tenant fermement la main du gamin, vers ce qui me semblait l’entrée de la bibliothèque.
Anonymous
Invité
Invité
le Dim 17 Fév - 17:36
Tempête de neige sur Toronto.

William restait en retrait, à illuminer la scène. Il put voir cependant Qu'Amandine avais eu mal au dos en se penchant, il lui rendit son sourire et nota dans sa tête de lui demander après de se faire examiner par le médecin. La femme, plus calme, écouta ce que son Amie disais. Il était effectivement la meilleure chose à faire avant que l'enfant ne fasse une bêtise ou se blesse. Il sourit avec gentillesse et assurance à la mère, laissant Amandine gérée la situation.

- je récupère mon sac et remets mon livre dans son étagère et j'arrive.

Aussitôt, dis, aussitôt fais, cela ne lui pris pas plus que quelques minutes, le temps de retrouver la place du livre qu'il avait mémorisé tout à l'heure, merci à ça mémoire photographique. Il revient vers les deux femmes.

- c'est partie !

Dit t'il joueur pour d'étendre un peu plus l'atmosphère en enjoignant le pas du petit groupe.
M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
392
M. Le Maire
PNJ
le Dim 17 Fév - 18:13
Tempête de neige
sur Toronto
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Giphy

Amandine, William, Thomas et Charlie

______

Thomas et Charlie

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le gamin finit par se taire, tenant la main de l’effrayante femme. Il tendit l’autre main pour prendre celle de l’aveugle avant de ricaner comme un bienheureux, content de finalement ne pas être seul. Vous partez donc à la recherche de sa mère....

Amandine et William

La jeune femme écoute les deux personnes tout en acquiesçant. Ce n’est pas en paniquant et en restant sur place qu’elle retrouvera son enfant de toute façon. Se relevant de la chaise, elle attrape son sac à main avant de suivre ses compagnons de la soirée pour retrouver son “bébé”.

_______

Au détour d’un couloir, le gamin lâche la main de ses sauveurs pour courir… Avant de percuter un jeune homme et de tomber sur le sol. Après un grognement de sa part, il se redresse avant de regarder les nouveaux arrivants. La jeune femme pointe doucement le téléphone éclairé sur l’enfant, plissant un peu les yeux avant de relever son regard. La panique commence à la reprendre alors qu’elle demande s’ils n’ont pas aperçu son fils. Quand au gamin, en colère de constater qu’il a marché pour rien et que sa mère n’est toujours pas là, il s’énerve et vient donner un coup de pied à Ama.

  • Option a : les laisser se débrouiller, commençant à rejoindre centre de la bibliothèque
  • Option b : les emmener de force avec vous au centre de la bibliothèque


HRP:
La limite de réponse passe maintenant à 550 mots au lieu des 400 !
Anonymous
Invité
Invité
le Dim 17 Fév - 22:27

J’avais attendu que Will repose son livre puis nous nous étions dirigés vers l’entrée de la bibliothèque en nous éclairant toujours avec la faible lumière émise par nos téléphones. Plus on avançait et plus j’espérais que nous allions retrouver l’enfant de la jeune femme car cette situation commençait à m’agacer même si je ne le montrait pas. Mais je n’eut pas le temps de voir le petit qui tournait que celui-ci fonçait déjà dans Will avant de tomber. Grimaçant, j’avais peur que ce petit se mette à pleurer mais il se redressa rapidement. L’enfant et la jeune femme se regardèrent et j’eus pendant quelques secondes l’espoir qu’on ait enfin trouvé l’enfant tant attendu. Mais c’était bien sûr un faux espoir puisque la jeune femme panique de nouveau tandis que le petit garçon semble s’énerver. Quelques secondes plus tard, je me retrouvais avec une douleur dans la tibia car le garçon avait déchargé sa colère sur moi. Perdant légèrement l’équilibre je pris appui sur l’étagère la plus proche et fusilla le gosse du regard sans rien dire, voulant faire passer toute ma colère dans mon regard. Je ne sortirai pas indemne de cette sortie à la bibliothèque apparemment.

“Tu n’aurais jamais dû faire ça, petit. T'as de la chance que j'aime pas frapper les gens, et encore moins les petits enfants faibles.”

Je lança un regard vers les deux autres personnes que nous venions de rencontrer et grimaça en voyant de la morve sur le haut de l’homme, apparemment leur escapade avec le garçon n’avait pas dû être de tout repos.

“Je propose qu’on aille tous au centre de la bibliothèque, on aurait sûrement plus de chance de trouver le bon enfant et la bonne mère. Et pas de “mais” !”

Un regard autoritaire vers l’enfant lui fit comprendre que je n’étais pas d’humeur à négocier. Me tournant vers la mère, j’attrapai l’une de ses mains et la serra.

“Nous allons retrouver votre enfant madame, je vous le promet.”

Reprenant appui sur mes deux jambes, malgré la douleur qui lançait dans mon tibia, je regardais rapidement les autres personnes, attendant une réponse favorable. La réponse enfin obtenu, je commençai à marcher vers le centre de la bibliothèque comme prévu, tenant toujours la main de la femme afin de la convaincre d’avancer malgré la panique qui était de retour dans son esprit.



Dernière édition par Amandine L. Phelps le Mer 6 Mar - 13:55, édité 1 fois
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
200
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
le Dim 17 Fév - 22:43

Tempête de neige sur Toronto
Ft. Amandine, Charlie et William

Finalement, l’enfant se calme.
Enfin. Tu pousses un soupire de soulagement en suivant la voix de la femme qui a réussi à prendre la main de l’enfant pour le guider vers l’entrée. Jade trottine à tes côtés, pas encore tout à fait rassurée par le manque de lumière. Pour une fois, c’est elle qui est aveugle. Tu ricanes un peu à cette idée puis tu te mets en marche. Le petit, visiblement parfaitement calmé et bien heureux à l’idée de retrouver sa mère, se met à rigoler. Voilà comment tu préfères les enfants, souriants et pleins de vie. Pas pleurnichard et emmerdeur. Tu te calmes également. Tu en redeviendrais presque de bonne humeur si seulement ton mal de crâne finissait aussi par se calmer. Mais pour le moment, tu rêves juste de rentrer chez toi, de rester dans le noir aussi longtemps que possible, et de t’enfiler un bon cachet de Paracétamol. Au moins, ici, la lumière ne risque pas de t’agresser. Apparemment, il fait noir. Toi, tu n’en as pas la moindre idée, bien évidemment. Mais sans lumière, tu te portes bien. Dans cet état, tes lunettes ne te serviraient presque à rien. Donc tu ne plains pas de la panne de courant, finalement.
Le petit te prend même la main, celle qui tient le guidon de Jade. Tu souris en pensant que finalement, tu pourras le laisser caresser ton chien lorsque vous aurez retrouvé sa mère. Ainsi, toi et ta petite troupe vous dirigez vers l’entrée de la bibliothèque. Après tout, si sa mère l’attend, c’est là-bas. Même si les hauts-parleurs ne fonctionnent plus, il serait logique qu’elle l’attende à l’entrée. Jade halète, tu l’entends trottiner gaiement, ses petites pattes tapotant le sol de manière régulière. Finalement, au bout de quelques minutes, le petit vous lâche et court vers l’avant. Il aura sûrement retrouvé sa mère, qu’il aura pu apercevoir dans la pénombre. Parait-il que les voyants voient la nuit, même très mal. Quelques coups et une chute plus tard, tu rejoins le groupe avec de grandes enjambées. Une femme, que tu supposes un poil trop rapidement être la mère de l’enfant se met à paniquer.
Puis elle demande si personne n’a aperçu son fils.

Tu inspires.
Ce n’est pas la mère du petit.
Tout ça. Pour rien.

- Ah je vous jure que je n’ai rien vu, fais-tu un petit rire nerveux dans le fond de ta voix. Mais vous êtes sûre que vous ne voulez pas l’adopter ?

Où est le mal à faire quelques petites blagues ?
Après tout, si tu ne peux pas te détendre après que le petit se soit mouché dans ton pull…

Grognement du petit.
Nouveau coup puis cri étouffé de douleur.
Mais c’est qu’il aime bien frapper les gens cet enfant !
Vraiment insupportable. Mais la menace sous-jacente de la jeune femme qui s’est faites frapper aurait le don de calmer même les plus récalcitrants. Pour cette raison, tu t’imagines immédiatement qu’elle est institutrice. Elle propose d’aller au centre de la bibliothèque. Tu hausses les épaules. Si ce n’est pas l’entrée, c’est le centre. A moins que tout le monde reste prostré dans les rayons. Tu récupères tant bien que mal la main du petit afin de la remettre sur le guidon de ton chien, espérant ainsi le calmer.
Halloween

_________________
Merci à Joo Joo, Lucie et Sean pour les avatars :3
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Untitl11

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Plan de l'appartement
Anonymous
Invité
Invité
le Ven 22 Fév - 2:22
Alors que nous marchions vers la sortie, le gamin semblait s’être calmé, heureusement. Sinon je lui lâchai la main et je disais à l’homme de faire la même chose pour qu’on quitte tout simplement le bâtiment. Non mais, on s’en fout finalement. Quand les lumières seront revenues, l’enfant pourra bien retrouver sa mère.

À l’entrée, nous tombâmes sur d’autres personnes. Je ne les distinguais pas très bien, mais nous pouvions quand même les entendre. Le gamin nous avait lâché la main pour se mettre à courir… Enfin, ses pas se faisaient bien rapide jusqu’à ce qu’il y ait un espèce de bruit d’impact. Je poussai un long soupir, agacée. Décidément ce gamin. Plus jamais je n’aiderais les gens, ça n’en vaut même pas la peine. Je suis certaine que sa mère, une fois que nous allions le retrouver, elle va nous gueuler dessus, en mode :« vous auriez du me le ramener plutôt. » plutôt que de nous remercier. Avec un peu de chance, cela pourrait me soulager; je pourrais bien lui dire ce que je pense de son gamin à la noix.

Le démon, parce que ce n’était clairement pas un enfant cette petite chose, sembla faire du mal à une dame présente, qui lui reprochait d’un ton fort peu agréable qu’il avait de la chance d’être petit. Non, elle était tout simplement trop gentille pour lui faire du mal. Non mais franchement, avec tout ce que cet idiot venait de nous faire subir, la fille aurait pu le manger tout rond. Moi, j’aurais rigolé.

L’homme qui m’accompagnait depuis le début demanda à une personne s’il ne voulait pas adopter l’enfant. Pour absolument rien au monde je voudrais l’adopter et si quelqu’un se proposerait, je trouverais à peu près n’importe quelles raison du monde pour il ne fallait pas l’adopter. Ça ne faisait pas très longtemps que j’étais en sa compagnie, mais cela faisait suffisamment de temps pour que j’ai cette folle envie de le trucider.

La demoiselle parla de nouveau, proposa que nous allâmes au centre.

Si sa mère n’était pas ici, elle doit y être, tout simplement. Je donnai mon accord.

- Oui, allons au centre.

Avant qu’il y ait un meurtre. Je pense que je pourrais bien avoir une tronche de meurtrière. Enfin, ce doit être difficile pour les autres de la voir, puisque nous sommes plongés dans le noir. J’esquissai un vague sourire, je me trouvais plutôt amusante avec cette blague.
Anonymous
Invité
Invité
le Dim 24 Fév - 17:23
Tempête de neige sur Toronto.

Prudemment, guidé par la lumière de son téléphone et de celui de son amie, Will se dirigea vers la sortie, pressé d'en finir, pour rentrée chez lui et boire une bonne tasse de thé à la camomille. Le chauffage coupé, refroidissait le lieu petit à petit. Sentant le froid venir, William referma son manteau qu'il avait gardé ouvert jusqu'à présent et enroula son écharpe autour du son qui était posé sur ses épaules. Pris dans ce qu'il faisait, William ne fait pas attention à la forme peu visible qui fonça dans ses jambes. Pris par surprise, il récupéra son téléphone au vol. Soulagé de ne pas l'avoir fait à nouveau tomber, c'est que ça coûte cher ces bidules ! Will soupira de soulagement, il s’apprêta à se pencher vers ce qu'il avait percuté illuminer maintenant par la lumière du téléphone d'Ama, pour aider à se relever, ce qui semblait être un enfant. Il nu par le temps de dire quelque chose que la mère recommença à paniquer et l'enfant donna un coup de pied dans le tibia de son amie.

Exaspérer, William commençait doucement, mais sûrement à regretter d'être sortie aujourd'hui. La boutade de l'homme avec un chien, eu le mérite de le faire sourire. Revenant à ce que disait Ama, qu'il voyait pour la première fois énervée, ce qu'il pouvait comprendre, sa patiente à lui bien que grande, était mis à rude épreuve.

- Le centre est une bonne idée.

Dit-il plus pour lui-même. William rejoignit son amie et lui demanda si sa jambe et son dos ne lui faisaient pas trop mal. .
M. Le Maire
PNJ
Date d'inscription :
24/09/2017
Messages :
392
M. Le Maire
PNJ
le Dim 24 Fév - 18:14
Tempête de neige
sur Toronto
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Giphy

Amandine, William, Thomas et Charlie

______

Le gamin semble se calmer sous la menace de la jeune femme. Ne pipant plus un mot, le groupe se met d’accord pour se diriger vers le centre de la bibliothèque. Dans le silence le plus total, la troupe se met donc en marche. Seuls les petits hoquetements de la jeune femme paniquée se font entendre. Puis, après avoir dépassé quelques rayons, vous commencez à vous dire que c’est louche. C’est un peu trop calme alors que depuis le début un petit monstre vous en fait voir de toutes les couleurs. Priant pour vous tromper, vous tournez la tête pour regarder derrière vous… Et ça ne loupe pas. Le gamin n’est plus là. Est-ce qu’il a vu quelque chose de plus intéressant ? Est-ce une farce qu’il vous fait et il compte surgir de la pénombre pour vous faire peur ?


  • Option a : continuer sans lui
  • Option b : prendre le temps de le chercher


HRP:
La limite de réponse passe maintenant à 550 mots au lieu des 400 !
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
200
Thomas Hernandez
Totem de compagnie
le Mar 26 Fév - 10:54

Tempête de neige sur Toronto
Ft. Amandine, Charlie et William

Tu saisis la main du petit pour la poser sur le guidon de Jade.
Cette dernière halète en secouant la tête de droite à gauche et se plaçant devant toi, comme pour reprendre son rôle normalement. Elle se sera finalement habituée à l’obscurité, penses-tu. Le gamin, lui, se tait à nouveau. Visiblement, la menace de la jeune femme l’aura assez effrayé pour qu’il se calme une nouvelle fois. Enfin. Espérons qu’il s’arrête une bonne fois pour toute et qu’il ne continue pas dans son comportement exaspérant. Sinon, il aura vraiment été chiant jusqu’au bout. Mais bref. Une fois que tout le monde eut accepté d’aller au centre de la bibliothèque en compagnie de deux perdus, la petite troupe se met en marche silencieusement. Seuls les hoquets de la femme te parviennent à tes oreilles, mais tu ne dis rien. De ce que tu as compris, elle a perdu son fils, il te semble normal qu’elle s’inquiète. Et c’est toujours plus agréable que les reniflements d’un gamin qui se mouche dans ton pull.
D’ailleurs, le petit lâche ta main mais tu l’entends rester à tes côtés, le bruit de ses pas resonnant à côté des tiens. Tu te tends un moment, pensant qu’il s’agit là d’une bonne occasion pour qu’il refasse son bordel. Ça a été trop calme trop longtemps, il va forcément recommencer à faire du bruit et à être insupportable. Forcément. Mais non, visiblement, il reste calme, se contente de vous suivre et ne dit pas un mot. Tant mieux. Une fois que vous aurez retrouvé sa mère, tu seras bien heureux de lui laisser et de ne plus jamais le revoir, même si son souvenir risque de te hanter encore de longues années. Rien que d’y penser, tu frissonnes. Mais pour le moment, tu profites du calme ambiant, ton mal de crâne soulagée par l’absence de bruits aigus.
Et par l’absence de bruit tout court, d’ailleurs.
Tu t’arrêtes un moment. A côté de toi, les bruits de pas du petit ont disparu.

- Dîtes... Vous ne trouvez pas que c’est trop calme ? demandes-tu aux autres, partis devant.

Pas un bruit.
Tu grognes en te frottant les yeux, les doigts sous tes lunettes. Le gamin s’est barré. Si tu ne l’entends plus, c’est qu’il s’est forcément barré. Tu te disais bien que c’était beaucoup trop calme et qu’il n’avait rien tenté depuis bien trop longtemps. Eh bien maintenant, c’est chose faite. Il a échappé à votre vigilance, et le voilà à nouveau perdu dans la bibliothèque. Génial. Vraiment génial.

- Vous me confirmez que le gosse n’est plus là ? fais-tu en pointant l’air à côté de toi.

Parce que le gosse pourrait être totalement calme à côté de toi, sans faire de bruit, que tu en serais venu à la même conclusion. Dans ce cas-là, tu passerais juste pour un guignol. Un guignol aveugle, mais un guignol quand même. Tu inspires en refoulant ton accès de colère. Bon. Le plus probable, c’est qu’il vous aura à nouveau fait une mauvaise blague. Mais sait-on jamais. Seul, dans une grande bibliothèque plongée dans le noir, mieux vaut aller le chercher.

- Bon, je vais le chercher… soupires-tu.

C'est toi qui l'a lâché, c'est toi qui va le chercher.
Qui t’aime te suive.
Halloween

_________________
Merci à Joo Joo, Lucie et Sean pour les avatars :3
Event - Tempête de neige sur Toronto - Team bibliothèque Untitl11

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Plan de l'appartement
Anonymous
Invité
Invité
le Ven 1 Mar - 15:26
Voilà, nous étions réunis dans un « grand » groupe, quelques personnes quoi, qui allaient rejoindre le centre de la bibliothèque. J’étais agacée, ce gamin, décidément. Si des fois je rêvassais à la possibilité d’en avoir un jour ou un autre, voilà maintenant que je n’étais plus du tout intéressée. Gamin ingrat. Bon, j’ai assez dit de bêtises à son sujet depuis que j’ai croisé cet enfant, il vaut mieux penser à autre chose. Dans quelques minutes il aura ENFIN retrouvé sa maman, à moins que celle-ci avait tellement marre de son enfant qu’elle l’a abandonné dans la bibliothèque en mode : « je me fous de lui. » Ce qui pourrait être fort probable compte tenu qu’il est le gamin le plus désagréable que j’ai rencontré depuis bien longtemps. Même Lys, je la supporte beaucoup plus que lui, elle est déjà moins gamine alors qu’elle doit être plus jeune que lui.

Bref. J’avais dit que j’arrêtais.

C’est l’homme qui m’accompagne depuis le début de cette aventure rocambolesque qui finit par sortir un : « c’est beaucoup trop calme…. Non mais le gamin s’est poussé, non? » Je regarde à droite, puis à gauche. Je soupire. Je pousse des jurons dans la langue d’origine de mon père, j’en ai marre. Je me retiens pour ne pas hurler au gamin de revenir immédiatement, je préfère plutôt partager mon mécontentement et donner comme réponse à l’homme au chien :

- Saleté de gamin.

Allez, Charlie, respire un bon coup. Tout va bien. Tout pourrait bien aller. EN VRAI, ÇA POURRAIT ÊTRE VRAIMENT MIEUX. Merde! J’ai une forte envie de me facepalm, de juste insulté de nouveau le gamin et juste me ficher de lui en monde; j’ai beau avoir essayé, mais il s’est poussé. J’ose espérer qu’il a couru vers le centre pour rejoindre sa mère.

Parce que s’il fait encore plus le con qu’il ne le fait déjà, je ne l’aide pas. J’ajoutai à l’homme et indirectement aux autres du groupe :

- Ça vaut vraiment la peine de le chercher? Sincèrement, il peut bien se perdre et ça ne changerait pas grand-chose. En fait, s’il est perdu, bah, tant mieux. Ça nous apprendra à être gentil.

Je m’en fiche que la dame qui a perdu son gamin m’entende. J’ose juste espérer que son gamin à elle soit beaucoup plus sympathique que celui que nous avions trouvé. Ouais, je parle du gamin comme s’il était un pokémon, pourquoi pas? J’ajoutai également un :

- Je vous accompagne. Il ne faudrait pas vous perdre vous aussi. Enfin, si vous ne voulez pas, ça m’importe peu, je vous laisse vous démerder avec ce gamin et tant pis.

Bah quoi, je suis sérieusement énervé après le petit. J’en ai rien à foutre qu’un adulte se perde. Tant pis pour lui quoi. Je l’accompagnerai juste parce que j’ai un semblant de conscience qui est bien cachée, mais qui existe quand même.
Anonymous
Invité
Invité
le Dim 3 Mar - 16:52

Un rêve, j’espérais que tout ceci n’était qu’un rêve. On venait enfin de partir vers le centre de la bibliothèque et j’avais répondu aux inquiétudes de mon ami en lui confirmant que tout allait bien malgré la douleur que je ressentais dans ma jambe et mon dos. La jeune mère paniquait à côté de moi mais ce n’était rien comparé à sa crise de tantôt. Je m’étais étonnée de plus entendre l’enfant mais j’avais juste pensé qu’il avait enfin décidé d’être sage. Mais ce n’était qu’une erreur puisque le jeune homme nous stoppa dans l’avancement et nous demanda si le petit était encore à ses côtés. Soupirant, je les regardais en ronchonnant contre cet enfant irresponsable et désobéissant. Ce n’est pourtant pas compliqué d’écouter des personnes qui nous sauve lorsqu’elles nous disent de les suivre, nan ?  

“Même si cela m’ennuie, mieux vaut aller le récupérer avant qu’on nous accuse de l’avoir abandonné dans le noir. Puis, avec un peu de chance, on retrouvera peut-être votre enfant en même temps”

J’avais fini ma phrase en tournant ma tête vers la jeune mère à qui je tenais toujours la main. Cette situation m’ennuyait mais je n’avais pas d’autre choix que d’aller jusqu’au bout.

(color=#ff66cc]“Je vous accompagne aussi, on aura plus de chance de le retrouver si on est plusieurs. Mais je paye pas cher de sa peau si on le retrouve et qu’il nous manque de respect.”[/color]

J’étais encore agacée par le fait de m’être prit un coup de pied mais je ne lui ferais sûrement aucun mal, aimant trop les enfants pour cela. Regardant vers Will, j’attendis sa réponse puis me mit en route, accompagnée par la jeune mère.
Anonymous
Invité
Invité
le Dim 3 Mar - 17:58
Tempête de neige sur Toronto.

Rassurer de l'état de son amie, le silence bienfaiteur pris place au sain du groupe, calment aux passages ses nerfs mis à l'épreuve tout comme le froid grandissant. Il enfila sa fine paire de gant marron sentant ses exterminer se refroidir. Bien qu'il appréciait le silence, celui-ci n'était pas normal en présence d'un enfant de cet âge aussi turbulent. Les paroles de l'homme au chien confirmèrent, ces inquiétudes. L'enfant avait disparu. Trop refroidis pour réagir, il se contenta de soupirer, lasse de cette enfant. Il se promit au même moment que jamais il ne laisserait un de ses enfants, s'il en avait un jour, devenir aussi pénible.

Agacé, le brun se frotta la tête, il se dit que lui aussi était beaucoup trop gentil, mais il ne pouvait se résoudre à abandonner un enfant dans le noir et le froid. Résigner, il s’avança vers son Amie et souris à la mère. Leurs regards se croisèrent, il hocha la tête avant de marcher à sa hauteur. Dans son fort intérieur, il espérait que cette histoire se finisse vite et sans trop de problèmes.
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum