Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
17/10/2018
Messages :
10
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Mer 24 Oct - 23:34

Certains vous diront que ce n'est pas raisonnable, de partir un soir sur un coup de tête, vers dix-huit heures, un soir d'automne, fuir la ville pour aller jouer les aventuriers dans la forêt. Ça tombe bien, je ne suis pas raisonnable. Il m'en avait fallu peu, vous savez. C'était vraiment sur un coup de tête, une envie subite, comme l'instinct d'un animal lui dictant de faire telle ou telle action sans raison apparente pour nous, humains. A la fenêtre de mon appartement, plutôt que de me morfondre plus longtemps de ne pas pouvoir voir la moindre étoile faute de pollution lumineuse, j'avais pris les choses en main. Il suffit de croiser le regard de Peter, aussi déterminé que le mien, pour que nous acquiesçons et décidions que c'était une bonne idée.
C'était le week-end, donc d'un côté, je pouvais donc me permettre de filer à l'anglaise sans craindre d'arriver le lendemain, en retard, et tête dans le cul en cours. On va dire que la bêtises, si mes parents m'avaient vue faire, c'était de ne prévenir personne. "Et si tu te perdais ?", t'inquiète Micheline, aucun risque. On a grandi dans la cambrousse ou pas, mais j'avais déjà passé plus d'une nuit à la belle étoile, plus ou moins malgré moi, quand je vivais chez mes parents. C'est en échouant qu'on apprend ses plus belles leçons, et à force de m'égarer dans les bois, j'avais appris à m'y orienter. Telle une grande navigatrice, je savais déjà pas mal m'aider de la cartographie céleste, et de plus, je connaissais bien les techniques classiques de repérage en forêt, sans compter les capacités encore plus impressionnantes de Pete à retrouver son chemin ! Au cas où ça partait réellement en vrille, j'avais mon téléphone et une batterie de rechange, en espérant avoir assez de réseau pour utiliser le GPS. Au pire du pire, j'avais de quoi filmer, et on pourrait faire un film comme Blair Witch à partir de mes bobines quand j'aurai été portée disparue.
Une grande exploratrice, une pro en survie, pas vrai ? Nan, faut pas déc, d'un côté, si je peux garder un minimum de confort occidental, je le fais. J'avais fourré dans un sac mon matos de photographie (on sait jamais), une lampe-torche, bon nombre de vêtements chauds, une couverture de survie, et des provisions de type chips et cookies. Et de l'eau aussi, cette fois. J'avais eu l'air bête la dernière fois à devoir chercher un ruisseau parce que j'avais oublié ma bouteille...

Bref ! Un sac à dos de 10kg sur le dos, un smartphone, un Peter, je n'oubliais rien, je pouvais y aller. Je profitais de mon dernier allié urbain dans un bus quasi-vide qui ralliait Toronto et des villes de plus en plus petites. J'avais patiemment attendu pendant environ trois quarts d'heure, éclairée par la lumière jaunâtre du véhicule, écouteurs vissés aux oreilles, avant de voir apparaître des étendues vertes. Mon arrêt était dans une partie assez calme de la banlieue de la métropole, où les gens commençaient à rentrer du travail. Quelques passagers du car, qui m'avaient jeté quelques regards curieux à la vue de la carapace qui me servait de fourre-tout, descendaient d'ailleurs avec moi.
Alors qu'eux se dépêchèrent de rentrer dans leur doux foyer, je quittai encore plus la civilisation. J'exagère un peu, j'avoue. La forêt n'était pas gigantesque, et à deux pas des habitations. Ca n'allait pas m'empêcher de rentrer dans le jeu ! Et puis, mine de rien, quand on n'y connait rien, c'est facile de se paumer, même dans un petit espace. C'était ça ou je roulais une heure de plus ce soir... et je n'avais pas particulièrement envie de débarquer dans le noir total.

Le temps que je marche, me trouve un petit coin tranquille et dégagé, et que je m'installe, la nuit était complètement tombée. Pas de quoi paniquer, j'avais tout à ma disposition. Une petite bâche au dessus de la tête me protègerait même s'il devait pleuvoir ! Mais au vu des prévisions météo et de la beauté du ciel, ça ne risquait pas d'arriver. Si des nuages débarquaient d'un coup sans prévenir pour m'arroser, ça ferait au moins une histoire amusante à raconter !
En tout cas, cette forêt était bien jolie. Une agréable surprise : je l'avais déjà remarquée à force d'allers et retours entre ma campagne et Toronto, mais ma curiosité ne m'avait piqué que ce soir-là. Je comptais bien y prendre quelques photos. D'abord de la voie lactée, car les constellations étaient très visibles, au point que je pouvais en reconnaître parmi les biens cachées. Après je n'ai pas fait astrophysique, et je n'en connaissais pas des masses en dehors des traditionnelles Grande et Petite Ours, Orion, etc. Peut-être devrais-je m'y plonger un peu plus un de ces jours...
Aussi, il y avait sûrement des animaux à saisir en images dans le coin. Je doutais fort que des originaux ou des ours m'attendent au tournant, mais pourquoi pas des chevreuils ou des moufettes, si j'avais un peu moins de chance.

C'est à une de ces bêtes que je pensai lorsqu'un bruit nous firent sursauter, Pete et moi. Il m'arrivait d'entendre des sons inexistants, comme à tout le monde, mais si les radars militaires qui servaient d'oreilles à mon totem avaient capté quelque chose, c'est qu'il y avait bien... quelque chose. Étonnant, en revanche, qu'un animal fasse ce genre de bruit de pas. Bien trop espacés pour avoir quatre pattes, déjà, et trop lourds pour être un oiseau au sol. Il devait s'agir d'un être humain. Là, d'un coup, les choses devenaient un peu plus flippantes. Je savais échapper à un sanglier, mais moins à un type louche. En prenant du recul, j'aurais plutôt du craindre la colère d'un garde forestier n'appréciant pas mon petit campement, mais osez me dire que vous n'avez jamais eu peur des fantômes quand un truc tombait chez vous...
Ma lampe de poche à la main, j'éclairai les environs avant de tomber sur une silhouette et de poser cette question si culte et si cliché :

Y a quelqu'un ?

_________________
Merci pour le vava Ho Joo hihi
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
04/04/2018
Messages :
22
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Dim 4 Nov - 10:50
« Into the wood »
Feat. @Audrey Davies
Je te regarde un instant pendant que tu te brosses les dents. Fièrement posé sur ta tignasse à moitié coiffé, mon regard se tourne sur l’alarme quand celle-ci retentit. Tu t’arrêtes avant de recracher le dentifrice et de rincer ta bouche avec de l’eau. Tu coupes ensuite ton téléphone et d’un geste rapide, tu enclenches la prochaine alarme.

Ca fait maintenant quelques semaines que l’on vit en colocation avec Virgil et Quinn. Même si le début a été très compliqué, tu as finis par t’y faire. Tu as compris que malgré ton emploi du temps millimétré, tout le monde n’avait pas besoin de vivre comme toi à la minute près. Tes parents faisaient des efforts pour toi, mais tu as bien compris que ça ne serait pas le cas de tes colocataires. Alors doucement tu as pris ton indépendance. Désormais tu te régles des alarmes pour chaque action, afin de ne pas être en retard, ou tout simplement pour avoir le sentiment d’une vie bien réglé.

Mais aujourd’hui tu es plus excité que d’autres jours. Ca ne se lit pas forcément sur ton visage, mais moi je le sens bien au fond de toi. Tu grouilles d’impatience. Nous retournons à la chambre alors que je virevolte un peu autour de toi en piaillant. Si toi tu ne montres pas trop ton excitation, moi je ne vais pas me priver ! Tu me jettes un coup d’oeil avant de prendre ton sac sur le dos et ton télescope dans l’autre main. La dernière alarme retentit, signe qu’il est temps de quitter l’appartement. Tu salues brièvement tes colocs avant de partir. Une fois tous les deux mois, tu partais pour rejoindre la forêt et admirer le ciel étoilé avec ton télescope. Au début notre grand-père venait avec nous, mais depuis quelques années nous n’y allions que tout les deux, papi étant trop vieux pour ça. Arrivé à la gare, tu jettes un coup d’oeil à ta montre avant de t’asseoir sur le banc. Je me blottis contre toi, attendant le bus qui a pris un peu de retard. Je te vois taper du pied sous le stresse, tu n’aimes vraiment pas quand ton emploi du temps se dérègle… Par chance, moins de deux minutes après le bus arrive. Tu grimpes, posant tes affaires à tes côtés alors que tu t’asseois. A cette heure-ci et pour aller où tu vas, on ne peut pas dire qu’il y ai foule.

On arrive à la forêt vers 18 heures, frissonnant un peu sous l’air frais. Tu enroules un peu mieux ton écharpe pour que je puisse m’y blottir aussi, puis mettant ton sac de randonné sur le dos et le téléscope sur une épaule, nous partons. Tu suis tranquillement le sentier qui mène à un lac, regardant autour de toi alors que petit à petit tout devient plus sombre autour de nous. Tu finis par allumer la lampe torche pour éclairer le sol, mais bizarrement je vois un éclair un peu plus loin. Je piaille doucement pour t’avertir et tu tournes la tête pour voir, réajustant tes lunettes. Pas effrayé pour deux sous, l’inconscient que tu es avance vers la lumière alors que j’essaie de te faire changer d’avis en virevoltant autour de toi. Tu me repousses gentiment de la main alors que tu t’éloignes du sentier. La voix d'une jeune femme retentit, et avant même que je puisse te prévenir, tu réponds.

- Oui, je suis Archibald Carter. Je travaille au planétarium de la ville de Toronto.

Je me facepalm avec une de mes ailes alors que je suis revenue me poser sur ton épaule. Tu as cette fâcheuse habitude de te présenter entièrement quand tu rencontres quelqu’un que tu ne connais pas. C’est vrai que maman t’a appris à le faire pour que ça soit plus poli, mais dans ces circonstances… Tu ne sais même pas qui est en face de toi. Parce que si ta lampe éclaire le sol, la sienne t’éclaire toi, et il est impossible de voir qui tient cette lumière. Mais visiblement, tu en as rien à faire puisque tu lui tourne le dos pour retourner sur tes pas, te mettant en tête de rejoindre le sentier.

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !

avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
17/10/2018
Messages :
10
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
Aujourd'hui à 22:24

C'est une voix de jeune homme qui m'a répondu. Et quelle politesse, il s'était présenté comme dans les films : nom, prénom, métier... j'avais presque l'impression d'être à un entretien d'embauche, dans les chaussures du patron. Il avait l'air gêné, peut-être un peu pressuré, mais pas méchant. Je suppose que s'il travaillait au planétarium, il était là pour profiter de ce beau ciel, lui aussi. Pour ne pas mentir, maintenant que l'occasion se présentait, je n'allais pas cracher sur un peu de compagnie. Il n'avait pas l'air d'un grand costaud baraqué, mais un nouvel ami m'empêcherait de bondir à la moindre feuille morte qui craque. J'avais assez de crackers pour deux, sans compter la gloutonnerie de Pete.
Je baissai ma lampe, pour cesser d'aveugler cette pauvre âme, et me montrer à mon tour. Il avait l'air de s'en aller, mais je l'interpellai pour l'arrêter.

Hey, vous êtes là pour les étoiles je suppose ? Moi aussi, vous pouvez rester avec moi, j'ai des cookies.

Argument ultime. Enfin, peut-être, tout le monde n'a pas un trou noir à la place de l'estomac comme mon totem et moi. Au cas où il essayait de fuir à nouveau, il allait être condamné. Je m'approchai, glissant plus ou moins agilement le long d'une petite pente. Le gars n'était pas bien grand, en effet, un peu plus que moi, heureusement pour lui. C'était un maigrichon, peau assez pâle, cheveux bruns, et grosses lunettes d'intello. Pas de quoi m'inquiéter de me faire agresser, même s'il s'avérait d'une extrême violence... En vrai, il avait l'air plus embêté de la situation que moi.

Moi c'est Audrey Davies, étudiante en photographie !

Je me présentai comme lui, espérant le décrisper un peu. J'hésitai à lui tendre la main, mais j'avais comme l'intuition qu'il n'accepterait pas de la serrer. Je me contentai d'un petit signe de main, en essayant de me faire aussi amicale que possible. Toujours au campement, pour surveiller les vivres, Pete lança un aboiement sonore, pour faire savoir à notre visiteur qu'il était là aussi.

Et ça, c'est Peter, mon totem et welsh corgi de son état. Je marquai une légère pose avant de relancer mon invitation. Il ne mord pas, promis !

_________________
Merci pour le vava Ho Joo hihi
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum