Revenir en haut
Aller en bas

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Sam 6 Oct - 3:26
L’automne. J’adore cette saison, j’adore les couleurs que les arbres prennent avec l’arrivée du temps froid. J’aime les odeurs, j’aime cette température plus fraîche. Béa, elle, elle déteste. Elle sait que l’arrivée de l’automne, va signifie qu’il n’y a plus de fleurs, ça signifie que l’hiver s’en vient. Et l’hiver, elle déteste. Je dois admettre que je n’apprécie pas particulièrement l’hiver, non plus. Sauf si c’est pour se réchauffer en buvant un thé tout chaud enroulée dans une couverture bien collée… C’est marrant, à cette idée, Béa appréciait un peu plus l’arrivée des saisons froides.

Mais pour le moment nous nous baladions dans la ville, tranquillement. Cherchant tout et rien à la fois. Je me demandais quand même ce que je pourrais faire. J’avais terminé de travailler assez tôt pour une fois et voilà que je ne savais pas quoi faire, je n’avais pas envie d’entrée tout de suite chez moi, je me demandais si je pouvais bien embêter Abi, trouver une activité amusante à faire tous les deux, ou tout simplement passer une soirée collée. Je ne savais pas encore. Tant de possibilité. Mais pour le moment, je ne voulais tout de même pas le déranger, je savais que je n’aurais pas de réponse, il était occupé. Je dois quand même être sage parfois.

Donc, pour le moment, Béa et moi nous regardions les commerces. Béa volait dans tous les sens, s’arrêtant sur des choses qui pourraient m’intéresser, magasin de vêtements, magasin d’antiquité ou encore des librairies. Même si maintenant j’avais ma librairie préférée, Béa prenait tout de même le temps de s’arrêter pour les regarder, du moins, regarder les bouquins qui étaient dans les vitrines.

Un coup de vent. Je frissonnai. Non mais que c’était particulièrement froid dehors, mais le coup de vent, lui, l’était. Ce n’était pas la meilleure des idées non plus de se balader en jupe à l’automne, lorsque le mercure s’approchait tranquillement des zéro degrés. Bientôt je devrais sortir des collant un peu plus chaud que ceux que j’ai en ce moment. En fait, je vais devoir sortir ma garde-robe plus d’hiver. Pour le moment, je portais une blouse sur laquelle il y avait des oiseaux qui me faisaient penser, avec une certaine nostalgie à Ludovick que je ne voyais pas très souvent ses temps-ci, surtout avec ce qui s’est passé ces derniers mois. Enfin, cette blouse avec une jupe jaune, tenue par une ceinture brune et des collant gris qui allaient avec la couleur des oiseaux. Mais ce n’était peut-être pas les meilleurs habits, même si mon manteau était plutôt chaud.

J’enfouis mon nez dans mon foulard que j’avais tricoté pour la nouvelle saison. Mes mains dans les poches de mon manteau, j’accélérai légèrement le pas. Béa, elle, vint se coller un peu plus contre moi. Enfin, c’est ce qu’elle comptait faire, jusqu’au moment..

Elle fila plutôt en sens contraire, plus loin de moi, genre, elle avait vu un truc en mode « non mais je suis un chien dans le vie ou presque et voilà que j’ai vu un beau os. » Je soupirai. Non mais sérieux, des fois, calmes-toi Béa.

Non, en vrai, je suis exactement comme elle lorsque je vois quelque chose qui me plaît beaucoup trop. Je la comprenais. Mais c’est juste qu’elle avait vu un fleuriste. Et immanquablement, elle ne pouvait pas y échapper, elle devait ABSOLUMENT se mettre le nez dedans. Bon, elle était quand même loin, je me mis presque à courir pour la rejoindre. Non mais, me faire courir avec mes petits souliers en talon, c’est vilain. Béatrice, tu vas me le payer cher. Mais, elle s’en fichait pour le moment, l’idée de voir de jolies fleurs, l’enchantait beaucoup trop. Une abeille reste visiblement une abeille. Un client était sorti de la boutique, Béatrice avait réussi à se faufiler et entrer dans le commerce.

Super. Je n’avais pas vraiment le choix et je devais quand même y entrer. Je m’en serais quand même un peu passé. Non mais, on aurait quand même pu faire une surprise pour Abishai et Ada…

NON MAIS CALME-TOI BÉATRICE. NON MAIS TU COMMENCES À ÊTRE LOIN. GENRE. LIMITE.

J’accélérai le pas et rentrait rapidement dans la boutique de fleurs. Bon. C’était plus viable. Béatrice faisait sa petite abeille un peu trop heureuse.

Je me demandais si je devais dire à la fleuriste. Est-ce que je devais lui dire qu’il y avait une abeille qui était dans son commerce, mais que ce n’était que mon totem. OK. Tu n’es pas SEULEMENT mon totem. Mais tu es un totem. Ne monte pas sur tes grands chevaux, mademoiselle.

Je passai une mèche de cheveux derrière mon oreille. Mes mèches, avec le vent et tout ça, s’amusaient follement à m’embêter. Mais maintenant que j’étais à l’intérieur, il n’y aurais pas trop de problème pour le moment. Je pris un petit moment pour reprendre mon souffle.

- Bonjour, lançai-je avec un grand sourire à la demoiselle.

Béa vint me rejoindre, elle semblait très intéressée par des fleurs qu’elle avait vu. Elle voulait déjà que j’en rapporte à la maison. Non mais pas trop non plus. On pourrait également en offrir, petite abeille. Ce serait la moindre des choses…


Dernière édition par Mélodie Laberge le Lun 8 Oct - 3:38, édité 1 fois

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Sam 6 Oct - 13:21

Bee is coming

Un jour, alors que tu feras ce que tu fais habituellement, tu rencontreras quelqu'un qui te ressemble, vous deviendrez amis et tu remerciera la vie d'avoir mis cette personne sur ton chemin. C'est pour cela u'il te faut être ouverte aux gens, sourire et être gentille car, sinon, comment pourrais tu être amie avec cete fameuse personne si tu es désagréable?
Mélodie & Joy

La journée commençait tôt pour toi jeune demoiselle. Tu devrais ouvrir ta boutique à 8h30 et encore tout préparer avant. Non pas que ton magasin soit célèbre ou quoi, mais tu avais tes clients habituels qui venaient souvent tôt le matin, puis les gens avaient l'air d'apprécier ton petit commerce, tant mieux pour toi non? Orion s'occupa de te choisir des vêtements pendant que tu prenais de quoi te faire un petit déjeuner. Tu regarde par la fenêtre pour constater que l'automne était là, tes fleurs allaient finir par être de saison aussi. Tu y réfléchis en mangeant tranquillement jusqu'à ce que ta biche te fasse revenir sur terre pour t'indiquer l'heure: 7h50. Tu allais être en retard à ce rythme là! Rapidement, tu termina ton repas, posa le tout dans l'évier et alla enfiler le slim et la chemise large que ton animal avait pris pour toi. Une veste ne serait pas trop, tu décida donc d'en prendre une plus un bonnet avant d'enfiler tes bottes et de quitter assez vite ton appartement.

Tu t'obligea à courir pour ne pas être plus en retard et, une fois arriver à ton magasin que tu avais nommé "La fleur joyeuse" à cause de ton prénom. Avec la vitesse de l'habitude, tu mis tout en place, ouvris les volets puis la porte pour accueillir ta première cliente, toujours à l'heure. C'était une vieille dame qui adorait les fleurs et, ainsi, ton petit magasin. Mais elle t'appréciait également beaucoup et parlait plus avec toi qu'autre chose. Orio aussi l'aimait beaucoup et ne manquait pas de lui demander un petit peu d'attention de temps en temps. aujourd'hui elle te demanda un joli bouquet pour l'anniversaire de l'un de ses petits enfants et, sans arrêter de discuter avec ta cliente, tu t'affaira à faire ce bouquet. Une autre cliente, que tu ne connaissais pas, apparue et ta biche alla s'en charger. Même si elle ne parlait pas, elle écoutait les demandes des clients et pouvait ainsi les diriger vers les fleurs qui pouvaient leur plaire.

C'est ainsi que ta matinée passa tranquillement dans ta petite boutique. Elle semblait si agréable et chaleureuse qu'on aurait dit un autre monde par rapport à l'extérieur où il faisait froid. La pause du midi approcha et tu ferma le temps de manger un bout, sous l'oeil vigilant de ton animal, dans le petit restaurant du coin. Ils te connaissaient à la longue et n'avaient plus besoin de te demander ton menu. Distraitement, tu grignotais ton repas, laissant Orion te prendre un petit peu de ton repas. Dès que 13h sonna, tu paya et quitta le restaurant pour retourner ouvrir ton magasin et continuer ta journée sur un après-midi banal.

Enfin il l'aurait était si, une fois qu'un client était parti, il n'y avait pas eu cette rouquine qui entre, toute essoufflée. Tu la fixais, un peu étonnée, en te demandant pourquoi elle avait couru jusqu'ici. Orion remarqua la petite abeille qui se baladait autour de tes fleurs mais ne dit rien, après tout c'était dans la nature des abeilles d'aimer les fleurs, non? L'inconnue te sourit avant de te saluer et, comme à ton habitude, tu souris grandement et lui répondis

-Bonjour bonjour, vous voulez un peu d'eau? Vous avez l'air essoufflée, ça va aller?


Tu t'approcha d'elle, ta biche te suivant derrière toi pendant que tu détaillais la jeune femme. Elle était jolie et son sourire était vraiment beau, puis elle avait l'air sympathique, peut-être que vous pourriez devenir amies vous deux. Tes yeux bridés finirent par remarquer l'abeille qui s'approcha de la rousse et ton cerveau fit le rapprochement

-Ah vous êtes là à cause de votre abeille c'est ça? si vous voulez des fleurs pour elle, n'hésitez pas.


Enfin tu espérais ne pas te tromper et que se soit bien son abeille à elle et non une abeille lambda. Orion gardait un oeil sur ta probable cliente, méfiante aux premiers abords avant de s'adoucir doucement. Elle n'avait pas l'air méchante, autant ne pas paraître froide dès le début. Tu gardais ton sourire radieux, attendant la réponse de la jeune femme en toute tranquillité.

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Dim 7 Oct - 2:35
En tout cas, mon entrée fut remarqué. Pour la subtilité, on repassera. Enfin, je ne suis pas de celles qui sont très subtiles non plus. Faut mieux aller droit au but de toute façon. La demoiselle était bien gentille. Avec un grand sourire, elle m’offrait un peu d’eau. Ça c’était vraiment un service personnalisée. Elle ne me connaissait pas, j’arrive en trombe et voilà qu’elle m’offrait de l’eau parce que j’étais essoufflée. C’était absolument adorable, je ne pouvais pas en dire moins. Ça me fit sourire encore plus. Enfin, si c’était humainement possible.

- Ah, non merci. Ça va aller, vous êtes bien gentille.

Ça allait, j’avais repris mon souffle et je ne voulais pas l’embêter à cause de ma course complètement stupide à cause de Béa qui était partie comme une flèche. En vrai, Béa, elle aurait pu juste s’exciter dans mes yeux, me faire remarquer la boutique de fleurs et nous aurions pu rentrer à l’intérieur comme si rien n’était, comme si tout était normal. Mais je crois, qu’avec nous deux, rien n’est normal.

D’ailleurs. Je vis le totem de la jeune demoiselle. Enfin, il n’y avait pas trop de doute que c’était son totem, après tout, ces animaux étaient bien rarement en ville. Des fois, lorsque j’avais fait un peu de route avec ma mère ou encore avec Ludo, il nous était arrivé quelques fois d’en apercevoir. c’est pour cela, que je lançai, spontanément :

- Ooooh! Regarde Béa, c’est Bambi!

Je plaquai ma main sur ma bouche, me trouvant immédiatement idiote d’avoir lancé une telle chose à une inconnue, elle pourrait le prendre mal? Aaarg! C’était vraiment beaucoup trop idiot ce que je venais dire. Je… Elle allait peut-être en insultée, non? Peut-être. Je ne voulais pas que son totem le prenne mal. Bambi, c’est un chevreuil. Enfin, pas exactement non plus, mais chaque fois que je vois un cervidé qui lui ressemblait plus ou moins, c’est à peu près toujours ça que je finissais pas dire. Mais cette fois-ci, je l’avais exclamé un peu trop fort, un peu trop heureuse de voir un si joli animal. Oui, bien sûr que tu es joli petite Béa, mais quand même. Il y avait tellement de totem que c’est normal que je trouve certains animaux plus jolis que d’autres. Comme tout être normal.

Une abeille, c’est joli, sauf qu’on ne peut pas la serrer dans nos bras. Bon, voilà que Béatrice était outrée, elle s’éloigna vers les fleurs de nouveau, plus tranquillement. Elle savait que nous en avions pour le moment ici. Et elle voulait que je ramasse les pots cassés toute seule, comme une grande fille. Et la solidarité, hein, tu en fais quoi!?

- Pardon… Ce… C’est un réflexe, ajoutai-je maladroitement.

Avec ça, je n’avais pas répondu à ses questions. Elle m’avait tout de même demandé si j’étais venue ici pour cette abeille. J’avoue que si Béatrice n’avait pas été mon totem, ça aurait été vraiment bizarre de dire que j’étais venue pour une abeille. De toute façon, à ce temps-ci de l’année, je ne crois pas que nous puissions les trouver aussi facilement. Elle était gentille la demoiselle, la voilà qu’elle me disait que je pouvais choisir sans problème des fleurs pour ma compagne d’âme. Ce n’est pas comme si nous en avions déjà à la maison… N’est-ce pas Béatrice?

- Mais oui, je suis ici pour Béatrice, mon abeille. Vous comprenez qu’avec le temps froid qui approche, les fleurs lui manquent déjà… Et peut-être que je prendrais quelques fleurs pour quelqu’un qui m’est cher…

Mes derniers mots me firent rougir. Comme ça… Ce n’était pas pour une raison quelconque. Juste que lorsque je pense à lui, il m’arrive souvent d’avoir des petits papillons dans le ventre, comme lorsque nous nous sommes embrassés la première fois.

Enfin, Béatrice m’était chère également, mais ce n’était pas elle dont je parlais. Parce que Béa, je savais déjà que j’allais lui prendre quelques fleurs., ou peut-être même un plant de quelque chose, je ne sais pas encore quoi. Encore un plant. Je commence vraiment en a avoir une bonne collection. J’aurais pu devenir fleuriste avec toutes ces fleurs et les connaissances que j’en ai. Ou horticultrice. Enfin, si jamais je n’aime plus mon boulot, je sais déjà vers quels métiers me retourner. C’est certain qu’avec l’horticulture, Béatrice allait être aux anges. Peut-être qu’un jour j’aurais une maison avec un beau jardin afin de rendre ma petite abeille beaucoup trop heureuse.

Mais pour le moment, seul l’avenir pourra nous le dire.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Dim 7 Oct - 12:54

Bee is coming

Un jour, alors que tu feras ce que tu fais habituellement, tu rencontreras quelqu'un qui te ressemble, vous deviendrez amis et tu remerciera la vie d'avoir mis cette personne sur ton chemin. C'est pour cela u'il te faut être ouverte aux gens, sourire et être gentille car, sinon, comment pourrais tu être amie avec cette fameuse personne si tu es désagréable?
Mélodie & Joy

La jeune femme déclina ton verre d'eau en disant que c'était gentil de ta part. Pour toi c'était normal, tu l'avais vu arrivé toute essoufflée, ça semblait logique que tu lui propose un peu d'eau. Tu remarqua ensuite son regard sur Orion et rigola quand l'inconnue s’exclama "Regarde Béa! C'est bambi!" Elle l'avait dit avec tellement de joie presque enfantine que tu trouvais ça mignon. Comme quoi il n'y a pas que toi qui est capable de ce genre de chose. Tu riais de bon coeur alors que Orion secoua la tête pour nier les propos de la rousse.

Après t'être calmée, tu finis par expliquer

-Orion n'est pas bambi vu que bambi c'est un faon. Elle c'est une biche, la mère du faon. Mais ne t'en fais pas, elle n'a pas mal pris ta remarque, ça lui arrive d'être confondue avec bambi dans la rue


Tu trouvais ça plus adorable qu'autre chose même si, par moment, ton animal n'appréciait pas trop. Il valait mieux que les gens la prenne pour bambi plutôt que sa mère étant donné qu'elle meure au début du film. La demoiselle s'excusa et tu secoua la main, tout sourire, pour lui signifier que ce n'était rien. Après avoir vu l'abeille, tu lui avais demandé si c'était pour son animal qu'elle était venue et, heureusement, c'était pour ça. Tu n'auras pas l'air bête à parler d'une possible abeille en animal totem alors que non, ouf. La cliente rougis à la fin de sa phrase et un sourire en coin étira tes lèvres. Pas le sourire sournois ou quoi, non. Le sourire taquin d'une personne qui aime embêter ses amis. Mais tu ne vas pas aller plus loin, après tout tu la connais à peine!

-Je vois, en effet ça doit être dur pour une abeille de ne plus être au printemps. Puis l'hiver arrive bientôt, il va y avoir encore moins de fleur dehors. Et pour un cadeau j'ai des compositions florales si vous voulez, elles sont près de la vitrine, par là bas.


Tu lui montra du doigt où était les compositions que tu avais faite et la laissa y aller après avoir dit

-Si vous avez besoin de moi n'hésitez pas.


Orion leva l'oreille quad elle entendit la porte s'ouvrir et tu tourna la tête pour voir qui c'était. L'une de tes fidèles clientes. Toute souriante, tu t'approcha pour la saluer et parler un peu avec elle, laissant ta cliente à l'abeille choisir tranquillement ce qu'elle voulait, autant en cadeau que pour l'abeille.

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Dim 7 Oct - 23:26
J’étais contente de savoir que je n’étais pas la première à lui dire une telle chose, j’étais contente qu’elle le prenne en rigolant. J’étais rassurée également de savoir que son totem ne le prenait pas trop mal. Je me doutais bien qu’il n’était pas comme Bambi, ils se ressemblaient un peu, mais sans être identiques. C’est juste que tous les animaux qui ressemblent plus ou moins à Bambi, peu importe leur race, restaient des Bambi. Ça ne fait aucun sens, mais voilà, je suis comme ça, beaucoup trop spontanée.

J’écoutai sagement tout ce qu’elle avait à me dire. Béa avait déjà une petite idée de ce qu’elle voulait. Une plante colorée, jolie en plus, quelque chose qui serait joli sur la table basse du salon, parce qu’il y avait une petite place pour une petite plante à cet endroit. La demoiselle me laissa ensuite filé après m’avoir donné toutes les indications nécessaires. Je pris tout de même le temps de la remercier chaleureusement avant de me diriger vers l’endroit qu’elle m’avait pointé.

Béatrice vint me rejoindre. Elle aussi voulait prendre part à la décision. Elle savait déjà de toute façon ce qu’elle voulait, elle n’avait pas bien chercher longtemps. Quelque chose de fleuri, quelque chose de facile d’entretien, ça c’était surtout pour moi, et pas trop cher.

J’avais une idée en tête. Plus que des fleurs. Plus qu’un simple bouquet. Une activité. Un événement. Un repas. J’avais envie d’un bon repas tranquille avec Abi. J’avais envie que l’on s’amuse, que l’on cuisine ensemble, qu’on fasse des bêtises, les adolescents, que l’on rigole, que l’on s’habille chic. Et pourquoi ne pas danser au rythme d’une musique ou d’une autre. Chez moi. Il y avait la place pour le faire.

Oui, je regardai les fleurs, mais je ne pensais qu’à cela. Je regardai les fleurs, mais je voyais plutôt une soirée douce, amusante, tendre de deux amoureux qui veulent seulement prendre du bon temps ensemble.

Bon. Je me lançai. Si je n’essaie pas, je n’aurais jamais de réponse, cela va de soi. Il allait peut-être me trouver bête. Enfin, je me trouve souvent bête quand je le vois, je n’y peux rien. BON! Je ne dois pas me défiler. Mon idée est bonne, voilà tout. Même Béa trouvait que c’était une excellente idée, ce qui est surprenant lorsque c’est une idée qui me passe soudainement la tête comme ça.

Sans attendre, un peu rapidement, je pris mon téléphone, à coup de tapes rapide sur l’écran, je le déverrouillai et cherchai Abishai dans mes contacts. En vrai, il n’était pas très difficile à trouver dans ma messagerie, il était la dernière personne à qui j’avais envoyé un SMS. Je pris une bonne inspiration et lui tapai un rapide message. Un message rempli d’émoticône embarrassés, gênés et même quelques cœurs. Un message qui se veut timide. Comme la majorité des messages que je lui envoyais lorsque j’avais une proposition de la sorte à lui faire. J’ai toujours peur qu’il n’apprécie pas, toujours peur qu’il n’accepte pas. Je lui proposai que l’on se rencontre chez moi demain. Pour manger ensemble. Que l’on fasse ce repas ensemble.

Demain je ne travaillais pas. Je pourrais faire du ménage et je pourrais passer à l’épicerie chercher certaines choses. Je pourrais lui faire un petit dessert sucré. Une petite surprise. Je ne sais pas encore quoi, je devrais jeter un coup d’œil à mes livres de recette.

J’envoyai mon message sans trop réfléchir. Quand je réfléchis trop devant un message, je bloque et immédiatement après, je regrette. Mais voilà, c’était envoyé, j’avais rangé mon téléphone, j’étais un peu énervée, dans un bon sens, j’étais anxieuse, voilà un mot plus juste. Parce qu’au fond de moi, même s’il y a 99% de chance qu’il veuille, j’ai quand même peur qu’il dise non.

Et dire que toutes ces idées avaient commencé à cause de fleurs.

Je me retournai vers la fleuriste. J’avais des questions à poser à la gentille fleuriste. Je.. Je dois admettre que je m’y connais un peu en bouquet. Je connais les fleurs, je connais bien les plantes, quand on a une abeille comme totem, c’est quand même immanquable, mais d’un autre côté, les significations et tout ça, je n’y connais pas grand-chose.

- Eum… Mademoiselle… Pardon, je dois vous embêter quelques instants… En vrai, je m’y connais pas du tout. Ce… C’est pour mon amoureux, je veux vraiment lui faire plaisir, mais je ne veux pas non plus y aller dans les clichés et tout cela… Vous croyez que l’une de vos compositions florales pourraient… Enfin… Vous comprenez ce que j’aimerais bien lui offrir? Je m’excuse, ce ne l’est probablement pas du tout.

Mes émotions me jouent des tours quand je pense à lui, mes émotions font que mes joues s’enflamment. Je n’arrive pas à être cohérent.

- Je… Je veux lui dire merci. Et que je l’aime beaucoup. Que je l’aime plus que le chocolat.

Je souriais naïvement, amoureusement, un peu timide en même temps. J’espérais qu’elle comprenne, qu’elle veuille m’aider. Surtout que... « Aimer quelqu'un plus que du chocolat », ça ne fait pas tellement de sens à proprement parler.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Lun 8 Oct - 0:22

Just too cute

Un jour, alors que tu feras ce que tu fais habituellement, tu rencontreras quelqu'un qui te ressemble, vous deviendrez amis et tu remerciera la vie d'avoir mis cette personne sur ton chemin. C'est pour cela u'il te faut être ouverte aux gens, sourire et être gentille car, sinon, comment pourrais tu être amie avec cette fameuse personne si tu es désagréable?
Mélodie & Joy

La rouquine était partie regarder tes compositions florales après t'avoir remercié. Elle est choute quand même. Tu t'occupa de ton autre cliente en souriant tandis que Orion restait à côté de toi, comme à son habitude quand il n'y avait ps grand chose à faire. Tu donna le bouquet à ta cliente, elle te paya et s'en alla. Cette femme donnait souvent des bouquets, que se soit à des amis, des membres de sa famille ou même à des conquêtes. Tu t'apprêtais à voir comment allait la miss quand elle apparut à côté de toi, formulant tant bien que mal ce qu'elle voulait que tu fasse. Elle avait les joues rouges, très probablement en train de penser à son petit ami... Ou sa petite amie, libre à elle. Tu en souris, attendrie, avant de l'écouter attentivement et de réfléchir à ce que tu pouvais faire. Ta biche avant une longueur d'avance sur toi et commençait à prendre doucement les fleurs que tu devrais utiliser pour la composition

-J'ai compris ne vous en faite pas, Orion et moi on va s'en occuper, je vous laisse regarder en attendant, je vous préviendrais une fois fini.


Tu attacha tes cheveux et te dirigea vers ton petit plan de travail. Ton animal avait déjà rassembler les fleurs que tu pourrais utiliser et tu les examina avant de sourire. Bon choix Orion, comme toujours. Que ferais-tu sans elle? Moins de choses, c'est sûr. Vous choisissez d'un commun accord la base en forme de coeur pour la composition et tu t'y affairas. Tu commença par mettre les bleuets, fleur qui illustre la timidité, vers le milieu du coeur. Tu glissa ensuite une rose d'une couleur joliment rosée qui tirait un peu sur le blanc entre deux bleuets puis vers la droite du coeur. Ensuite tu parsema par-ci par-là des gerbera d'un rose un peu plus soutenue, donnant un peu plus de couleur à tout ça. Quelques cyclamens, fleurs symbolisant la durabilité des sentiments. Tu t'avançais certes en la mettant, mais elle allait si bien avec les autres fleurs. Pour compléter, tu rajouta des feuilles assez fines, les fleurs ayant déjà pris toute la place sur la base en forme de coeur. Tu glissa le tout dans un petit pot en forme de coeur que tu avais fait avec du bois souple, fin et clair. Voilà, tout était bon! Les couleurs se mariaient bien ensemble et les messages qu'envoyaient les fleurs étaient plutôt bon pour toi, ils concordaient à ce que voulait, de ce qu'elle t'avait dit, la jeune femme.

La composition en main, tu t'approcha de ta cliente et lui présenta ton oeuvre

-Voilà. J'ai pris des bleuets pour marqué la timidité, la rose pour la tendresse, la gerbera car elle illumine la quête amoureuse et la cyclamen qui symbolise la durabilité des sentiments. J'espère que ça vous convient, si ce n'est pas le cas je peux toujours en refaire une avec vous.


Tu lui tendais la composition avec un grand sourire. L'astre solaire vient épouser les fleurs de l'un de ses rayons, mettant un peu plus en valeur ton oeuvre. Même si, aux premiers abords, le choix des fleurs semblaient particulier, en y regardant de plus près, elles se mettaient toutes mutuellement en valeur. La rose clair et la cyclamen mettaient en valeur le bleuet à la couleur assez marquée sans être omniprésente ainsi que la gerbera au rose plutôt présent et ses deux fleurs mettaient en valeur la rose et la cyclamen aux couleurs claires. Chacune se faisait voir tout en montrant l'autre et ça donnait un ensemble des plus radieux à regarder. Tu aimais beaucoup ce que tua vais fait et espérait que la cliente aussi. Elle t'avait inspiré pour cette composition, elle était tellement mignonne à rougir et à avoir du mal à parler de ce qu'elle voulait en pensant à son amour que tu voulais que ta composition fasse ressortir le petit côté tendre qu'elle avait et que tu trouvais mignon, espérant sincèrement que le destinataire comprenne tout ça.

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Lun 8 Oct - 15:52
Un soupir de soulagement. Elle avait réussi à comprendre ce que je disais. Même que je crois qu’elle comprenait beaucoup mieux ce que je voulais dire que moi-même. Ça ne fait aucun sens, je sais bien Béa. Mais moi et la logique ça fait deux. La logique, c’est pour Abi, pas pour moi.

La demoiselle fila tranquillement préparer quelque chose. Pendant ce temps, Béa et moi, nous en profitions pour regarder les plantes. Je savais que ma liée d’amour l’avait déjà fait, mais, moi non. J’avais été trop occupée par d’autres choses. On allait lui trouver des plantes… Enfin, une plante, parce que je ne suis pas riche non plus. Une fois de temps en temps, ça allait. Si j’en achetai aussi souvent que ma petite abeille le désirait, je crois qu’il n’y aurais plus de place dans mon appartement pour passer, il y aurait des plantes partout. Ou presque. Sauf dans mon lit. Et limite assez de place pour marcher. Un truc comme cela. Un truc qui fait que ce serait beaucoup trop.

Je m’attardai sur les plantes grasses, j’aime bien ces plantes-là. Facile d’entretien, bien souvent mignon. J’avais même un ou deux cactus déjà à la maison. Dont l’un qui fait quelques fleurs. Pas des masses non plus, mais quand même. C’est joli. Béatrice les évite bien souvent mes cactus. Je crois qu’elle a peur de se piquer avec. Bref. La plante grasse que j’avais sous les yeux, je la trouvais jolie. Béatrice aussi. Elle avait de mignonnes petites fleurs et son prix était plutôt abordable. Voilà, c’était en plus l’un des choix de ma petite abeille. Ce ne fut pas long que je pris la plante dans mes mains. Notre choix était fait.

Pendant que la fleuriste était encore en train de préparer ma demande spéciale, nous continuâmes de regarder les fleurs, après avoir déposer la jolie plante que nous voulions sur le comptoir de la boutique.

Après quelques minutes, la demoiselle revint avec le résultat final entre les mains. Rapidement, je m’approchai. Sur le coup, je restai silencieuse. Je l’écoutais, mais surtout je regardai ce qu’elle venait de faire.

J’étais un peu bouche bée.

J’avais beaucoup d’émotions qui me reversaient ce moment. C’était tellement joli, tellement parfait. J’étais interdite et pourtant, je voulais tellement dire de choses!

Je finis par m’exclamer, un peu soudainement :

- OOOOH! C’est tellement parfaiiit! Merci, merci! Je… J’adore! Je… C’est tellement tout ce que je… C’est vraiment ce que j’aimerais lui dire...Enfin, il le sait déjà, tout ça, mais… Merci! Merci beaucoup!

Alors qu’elle me tendait la composition, je me permis de la prendre. Je la regardai avec beaucoup d’attention, je la regardai avec beaucoup d’admiration. J’aurais bien aimé avoir un métier comme celui-là. J’avais l’impression que la demoiselle faisait de la magie. J’avais l’impression qu’elle avait réussi à transposer tout ce que je ressentais au travers d’une petite composition.

Je ne pus me retenir. Toutes ces émotions toute cette sensibilité que je ressentais en ce moment, voilà que c’était transposé dans un magnifique bouquet de fleur. Je ne pouvais pas me retenir. Je lui fis un câlin.

VOILÀ.

Je ne la connais pratiquement pas, je ne connais même pas son prénom, mais ça me comblait de bonheur qu’elle puisse réaliser une aussi jolie création alors que je lui avais parlé si peu d’Abishai, que je lui avais donné si peu de détails.

- Pardon. C’est que vous avez tellement su bien représenter tout ça, je n’ai pas pu m’en empêcher, dis-je un sourire tout idiot aux lèvres.

C’est sûr qu’elle doit me trouver bête, avec mes réactions enfantines et tout le reste. Mais Je n’étais pas la seule heureuse dans toue cette histoire, Béatrice l’était également. Elle trouvait que la demoiselle avait également fait un bon choix de fleurs. Elle trouvait qu’elle représentait bien tout ce que je lui avais dit, mais également ce que je ne lui avais pas dit et que je ressentais pour Abi. Non pas seulement de l’amour, mais également de la tendresse. Une tendresse qui se voyait plutôt lorsque nous étions que tous les deux, par des baisers ou lorsque le bout de mes doigts s’amusaient à effleurer sa peau.

Et avec la cyclamen qui symbolisait, selon la demoiselle, la durabilité des sentiments. Je pense bien que nous étions partis sur une relation durable. Rien ne peut prédire le futur. Cependant, puisque cela faisait déjà quelques mois que nous étions ensemble, je crois que cela allait fort bien.

- C’est certain que je vais prendre votre composition! Et cette plante également, si cela ne vous embête pas trop, dis-je en pointant la plante que j’avais déposée sur le comptoir, non loin de la caisse.

Enfin, je disais ça, mais, il était clair que cela ne la dérangerait pas du tout. Cette plante était quand même là pour être prise par quelqu’un. Et ce serait par moi. Nous plutôt. Oui, je ne t’oublie pas ma petite Béatrice. D’ailleurs, Béatrice était tellement heureuse de ses fleurs, elle ne voulait pas embêter la composition pour Abi, qu’elle s’y installa tranquillement, fourrant ses antennes un peu partout. Elle était heureuse, c’était ça le plus important.

Nous étions deux abeilles heureuses. Finalement, avoir suivi ma petite abeille jusqu’ici, c’était une excellente idée. J’avais des fleurs pour deux âmes que je chérissais le plus… En vrai, il y en a plus que deux, mais aujourd’hui, j’avais décidé de faire plaisir à ses deux-là et j’avais proposé à mon amoureux une soirée.

Et je venais de rencontrer une demoiselle qui faisait de la magie.

Je ne pouvais pas demander rien de mieux.

- Dites, je suis curieuse, est-ce à vous la boutique? Vous êtes installée ici depuis longtemps?

Ça n’avait pas tellement rapport, mais je voulais quand même en connaître d’avantage sur ce magnifique commerce, j’étais certaine que j’allais y revenir bien souvent. Béatrice avait déjà adopté l’endroit. En plus, la demoiselle et son totem semblaient particulièrement gentils, du coup, pendant l’hiver nous allions pas nous priver je crois bien.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 9 Oct - 11:39

HUG!

Un jour, alors que tu feras ce que tu fais habituellement, tu rencontreras quelqu'un qui te ressemble, vous deviendrez amis et tu remerciera la vie d'avoir mis cette personne sur ton chemin. C'est pour cela u'il te faut être ouverte aux gens, sourire et être gentille car, sinon, comment pourrais tu être amie avec cete fameuse personne si tu es désagréable?
Mélodie & Joy

Tu avais fini de faire ce que t'avais demandé la jeune femme et, vu sa réaction, elle avait l'air d'aimé. Elle était tout d'abord rester silence, comme bouche bée, avant de s'exclamer d'un coup, faisant sursauter Orion, qu'elle adorait ce que tu avais avais. Hé bien tant mieux! Tu souris, toute contente qu'elle apprécie ton travail qu'elle prit. Son abeille aussi avait l'air d'aimer, parfait tout ça! Puis, sans crier gare, ta cliente te pris dans ses bras. Tu te figea à peine une seconde avant de lui rendre son câlin, vraiment contente qu'elle apprécie la composition à ce point, puis un câlin ne fait jamais de mal. Elle s'excusa ensuite et tu secoua la tête

-Ne vous excusez pas pour ça, je ne suis jamais contre un câlin et ça fait toujours plaisir de voir que mon travail est aimé à ce point.


La biche la fixait, pensant très clairement qu'elle te ressemblait avec son côté enfantin et sa facilité à exprimer ce qu'elle ressent dans ses gestes. C'est vrai que elle et toi vous vous ressembliez, tu pourrais en profiter pour faire amie amie, ça ne te ferait pas de mal! La jeune femme approuva pour la composition et rajouta la petite plante grasse qu'elle avait posé sur le comptoir.

-Pas de soucis, il y a aussi des petits caches pots, certains aimantés, si jamais pour accompagner votre plante grasse


Oui, tu n'oubliais pas que c'était ton gagne pain tout ça, même si la tu le disais plus à titre d'information que pour réellement vendre. Tu alla tranquillement vers la caisse quand la demoiselle te demanda si c'était ta boutique et depuis combien de temps tu étais ici. ta réponse n'exigeait pas énormément de temps de réflexion, c'est pourquoi tu répondis presque instantanément

-Oui, c'est mon commerce et je suis installée ici depuis 1 a et demi environ, voir deux ans.


Dans ta tête, tu te dis qu'à ce stade, tu pouvais la tutoyer, lui demander comment elle s'appelait et ce qu'elle faisait aussi, non? Un sourire innocent et joyeux se peignit sur tes lèvres avant de continuer

-Puis je pense que maintenant on peut se tutoyer. Tu es ici depuis longtemps toi aussi? Tu travaille dans quoi?


Tu lui posais ses 2 questions tout en continuant ton chemin jusque la caisse. Une fois derrière, tu tapa rapidement dessus pour avoir la somme qu'elle devrait payer. tu te permis une petite ristourne, comme pour la remercier de sa gentillesse, chose que Orion approuvait rarement. Tu te rappela en même temps qu'il fallait bien que tu te présente et avec un air chaleureux, tu tendis ta main à la rousse avant de dire avec joie

-Au fait je m'appelle Joy, et toi?


C'était peut-être le début d'une belle amitié, non?

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Jeu 18 Oct - 2:23
J’étais tout de même soulagée de savoir qu’elle n’avait pas mal pris mon câlin. Et ça me faisait plaisir qu’elle n’était pas contre les câlins. Je dois avouer que par moment je suis peut-être un peu trop tactile. Mais je crois qu’elle avait compris que j’étais plus que ravie de voir quelque chose d’aussi magnifique et personnalisé.

Elle me proposa également des caches pots pour ma petite plante. Cependant. Avec Béatrice, j’avais réussi à bien m’équiper en ce qui concerne le jardinage. Béatrice et moi nous étions un peu des jardinières du dimanche, dans le sens que l’on était plutôt douées, mais que nous n’en faisions pas tous les jours. On a un peu des vies un peu trop remplies. Mais s’occuper des plantes, c’était quelque chose d’important pour nous… Je crois que c’est plus important pour ma petite abeille d’amour que pour moi. Ça restait important dans notre relation. Se faire plaisir. Enfin.

J’étais quand même un peu désolée pour la demoiselle, parce que j’avais quelques achats, j’aurais voulu l’encourager d’avantage, mais c’est l’argent que je gagnais qui allait en prendre un sale coup si nous dépensions trop. Je préférais rester polie

- Je vous remercie, mais je ne prendrais pas de cache pot. Je dois admettre que j’en ai déjà beaucoup à la maison, je devrais en trouver un qui convienne à notre nouvelle amie. Mais c’est vraiment gentil d’avoir proposé. Et ne vous en faites pas, on compte bien revenir. Je pense que l’endroit nous plaît beaucoup et vu que vous êtes très gentille, on veut bien continuer de vous encourager.

Je rougis légèrement. Elle doit me trouver un peu bête. C’est que les derniers mots étaient sorties un peu comme cela, sans trop que j’y aie préalablement réfléchi. C’est l’histoire de ma vie, mais c’était quand même gênant de dire de telles choses à quelqu’un qui nous connaissait pas trop.

Elle me demandait également depuis combien de temps j’étais en ville. En tout cas, c’est comme cela que je compris la question. Rapidement, je me suis mise à réfléchir. Discrètement, je comptais les mois, depuis mon arrivée au mois de février. Je suis certaine que si Abishai me voyait faire, il se moquerait. Du coup… Ça faisait combien de temps déjà? Mars… Avril… Mai… Ça fait quand même déjà… ou seulement… sept mois que j’étais ici. C’est complètement dingue! Beaucoup trop! En sept mois, j’ai réussi à survivre à un attentat, me trouver un petit ami, à me disputer avec mon meilleur ami, en plus de faire de nouvelles rencontres absolument géniales...et d’autres moins… Comme ce stupide Batman… Mais bon, on ne peut pas apprécier tout le monde. Si quelqu’un m’avait dit qu’il allait se dérouler tout ça la première journée où que j’ai posé les pieds dans cette ville, je crois que j’aurais rigolé bien fort. Et je me serais moquée gentiment. Mais c’est quand même impressionnant tout ça. Une chance que j’ai eu le travail au Musée! Sinon, je…

Enfin, ça ne vaut pas la peine de penser à ces choses un peu déprimante. Non! Restons dans le positif! De belles fleurs, une charmante demoiselle qui a un totem absolument mignon. T’inquiète Béa, toi aussi tu es mignonne, non mais, je ne dis pas du tout le contraire. C’est juste que c’est mignon comme animal. Ça donne envie de le câliner…. Même si ce n’est pas une chose très polie à faire à quelqu’un qu’on ne connaissait pas beaucoup encore.

Il faut croire également que je suis douée pour entrer dans des endroits au hasard pour y rencontrer des gens. Si je n’étais pas tombée sur cette vieille librairie… Et si je n’étais pas tombée sur cette fleuriste. Ok. Décidément me plonger dans des univers alternatifs en imaginant tout ça, ce n’était pas la meilleure idée du monde. Je préférai plutôt répondre à la question de la demoiselle, tout sourire. Difficile de ne pas être enthousiaste en lui parlant, je dois quand même l’avouer.

- Je suis ici depuis le mois de février. Ça me fait tout drôle, ça ne fait même pas un an que je suis ici et j’ai l’impression que cela fait des années! Je ne pensais pas trouver des choses aussi chouettes en arrivant à Toronto. Je travaille dans un musée, je suis médiatrice culturelle. Pour faire simple, je m’occupe, en autre, des visites guidées.

Parce que je ne voulais pas entrer dans les détails, je ne voulais pas l’embêter avec tout ce que je peux faire dans le musée par moment. Des fois, j’ai l’impression d’être la seule à y travailler, tant que je pouvais y faire des choses différentes. Mais bon, j’apprécie quand même beaucoup la diversité. Sinon, je pense que je pourrais m’ennuyer. Travailler au musée, c’était une bonne façon de me stimuler de toute part et surtout de me surpasser. Parce que je voulais définitivement faire plus que de mon mieux pour que les gens soient ravis de leurs visites, de leur guide et qu’ils aient envie de revenir.

Je pris également le temps de me présenter à Joy.

- Moi, c’est Mélodie, enchantée Joy! Je suis vraiment contente d’être tombée sur toi! Il faut croire que ça a du bon que Béatrice ait décidé d’entrer ici tout bonnement.

Le hasard fait très bien les choses. C’est amusant. J’aime bien ces surprises.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Jeu 18 Oct - 14:30

Bee is coming

Un jour, alors que tu feras ce que tu fais habituellement, tu rencontreras quelqu'un qui te ressemble, vous deviendrez amis et tu remerciera la vie d'avoir mis cette personne sur ton chemin. C'est pour cela u'il te faut être ouverte aux gens, sourire et être gentille car, sinon, comment pourrais tu être amie avec cete fameuse personne si tu es désagréable?
Mélodie & Joy

Une fois le câlin de joie fini et ta proposition de cache pot pour sa plante refuser, non sans avoir dit quelques mots qui te touchèrent, ta cliente se perdit dans ses pensées alors que tu lui avais demandé depuis combien de temps elle était ici. Vu comme elle semblait réfléchir, soit elle était là depuis longtemps, soit elle ne se souvenait plus quand elle était arrivée, voir les deux. Tu la laissa réfléchir tranquillement en donnant une petite friandise à Orion qui trépignait de joie. Qu'elle est gourmande, un peu comme toi. Enfin toi tu le cache bien, puis vu le peu que tu mange ce n'est pas bien dramatique que tu grignote.

Par réflexe de gérante de commerce, tu regarda l'heure: 16h, tu avais encore un peu de temps avant de fermer. Puis au pire tu proposa un café à ta nouvelle amie pour continuer de discuter avec elle, si elle veut bien. Elle quitta son mutisme pour finalement te répondre, expliquant qu'elle était là depuis février, même si elle avait l'impression que ça faisait plus longtemps, et qu'elle travaillait comme médiatrice culturelle, vulgarisé en guide pour les visites, dans un muséum. Tes yeux pétillèrent de curiosité et tu laissa un flot de question s'échapper de tes lèves

-Vraiment? Mais ça a l'air génial! Il y a quoi dans votre musée? Il est grand? Si je viens tu me fera visiter du coup? Il est où? Il y a des petits événements spéciaux? Il est grand?


Oui, tu aimais tout ce qui touchait à la culture même si tu prenais rarement le temps de t'y plonger complètement. C'est pour ça que tu semblais si intéressée par son travail et la possibilité qu'elle puisse te faire visité. Après tout elle t'a bien vu travailler, se serait marrant que toi tu la vois en plein travaille.

Elle se présenta ensuite, disant qu'elle était contente d'être tombée sur toi. Ses paroles étirèrent un peu plus tes lèvre et tu te frotta la tête, toute contente d'être tombée sur une cliente aussi adorable

-Enchantée Mélodie, c'est un très joli prénom. Et moi aussi je suis contente d'être tombée sur toi, ton abeille a eut une bonne idée en venant ici. Je te propose un café, je vais fermer dans pas trop longtemps et le temps que je range et que je nettoie, il y aura très certainement ma cliente de dernière minute.


Tu reviens un peu plus sur terre et remarqua que tu ne lui avais toujours pas fais payer ses achats. Tu retapa sur ta machine pour avoir le prix total avant de le lui annoncer: 35$. Tu omis de lui dire la petite ristourne que tu t'étais permise de lui faire. Elle avait été tellement mignonne à essayer de te décrire ce qu'elle voulait pour sa composition puis elle est tellement gentille que, par bonté d'âme, tu baissa le prix de ta composition comme remerciement secret.

Comme tu l'avais prédis, ta dernière cliente arriva et tu la fis attendre le temps que Mélodie paye et te donne sa réponse pour le café.

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Ven 19 Oct - 23:12
Elle demandait des détails sur le musée. Ça m’enchantait de pouvoir parler de mon lieu de travail. Un lieu que j’adore, dans lequel je me sens bien, dans lequel je donne mon 110% et parfois même un peu trop. Des fois, quand j’en parle à mes parents, par téléphone, ils s’inquiètent, surtout mon père, parce qu’ils trouvent que j’en fais trop. Mais je m’en fiche, le plus important, c’est que j’adore ça et que les horaires sont plutôt viables. Et c’est un domaine que j’aime, que j’adore. Ce n’est pas toujours facile. Mais si c’était toujours facile, ce ne serait pas aussi amusant.

Du coup, je me fis plus que plaisir pour lui donner des tonnes de détails, sur le musée, mais en même temps, c’était quand même normal de lui donner des détails, elle en avait quand même demandés!

- C’est un musée d’art. On y montre autant de l’art plus « ancien » que de l’art contemporain. Du coup, il est quand même assez grand, on a une belle collection, notamment en art canadien. Et si tu m’avertis un peu d’avance, ça me ferait un grand plaisir de te faire une visite guidée de ce que tu aimerais voir. En ce moment on a une exposition qui s’appelle Anthropocene, réuni le photographe Edward Burtynsky avec les réalisateurs Jennifer Baichwal et Nicholas de Pencier. Mais il y a d’autres expositions qui valent le détour, comme celle de Rebecca Belmore.

Je respirai. Je crois que j’en avais de besoin. Besoin de reprendre mon souffle, j’avais dit ça avec tellement d’enthousiasme, de rapidité, pas trop rapide non plus, je voulais quand même qu’elle comprenne, mais je ne suis pas certaine non plus qu’elle ait tout saisi. C’était un peu technique et pointu lorsque je me mettais à parler d’artistes. D’autant plus que cette fois-ci, je ne parle pas d’artistes particulièrement connu du commun des mortels. Je ne parle pas de van Gogh ou encore de Rembrandt. Non, c’était des artistes que les gens avaient peu de chance de connaître.

C’est pour cela que je finis quand même par ajouté, un peu embarrassée, alors que quelques doigts jouaient avec une mèche de cheveux rebelle :

- Je m’emporte toujours lorsque je parle d’art, désolée!

Mais ça allait aller. Je crois. J’espère. Cela devrait. Ce ne doit pas être SI dérangeant lorsque je m’emporte. C’est quelque chose de plutôt normal, non? Quelque chose qui peut arriver à n’importe quel être humain qui aime un peu trop parlé et qui ne réfléchit pas toujours avant d’ouvrir la bouche.

Ok. Non en vrai, ça ne peut pas arriver à tout le monde.

Peu importe. Je n’ai pas du la faire fuir, enfin, logiquement elle ne peux quand même pas quitter son propre commerce, ce ne serait pas du tout logique, après tout. Et en plus de cela, elle me proposait de rester en sa compagnie. Et vu que je n’avais rien de prévu, je pouvais bien rentrer lorsque bon me semble! Du coup, la seule chose qui m’embarrassa légèrement, c’est qu’elle proposait un breuvage que je n’aime pas vraiment boire. J’avais essayé une fois ou deux. Ludo m’avait déjà fait le coup du « va-y goûte, c’est SUPER bon. » Et innocemment, je l’avais écouté.

J’ai regretté.

En payant ce que je lui devais, je lui répondis un peu gênée :

- Eum… En fait… C’est que je ne bois pas de café. Ce n’est pas trop mon truc. Par contre, si vous avez du thé ou tout simplement de l’eau ça me conviendrait parfaitement. Ça me ferait plaisir de rester avec toi jusqu’à la fermeture. Pour le moment, je te laisse avec ta cliente.

Je pris mon téléphone je l’avais senti vibré alors que je parlais avec Joy. Il y avait beaucoup de chance que ce soit Abi. J’avais un petit stress, je ne pouvais pas le nier. J’avais toujours peur qu’il me réponde non. Mais je savais aussi, qu’il ne me le disait rarement. Enfin, pas pour une sortie, pour s’amuser.

Timidement, je mis la main sur mon téléphone. Je mourrais d’envie de le savoir. Béatrice vint me rejoindre, elle aussi, elle voulait savoir. Elle voulait savoir si elle avait la chance de voir Ada qu’elle affectionne énormément. Je jetai un coup d’oeil à ma petite abeille posée sur mon téléphone. Ça allait aller, n’est-ce pas?

Donc. Un. Deux. Trois. Go!

J’ouvris mon téléphone, c’était bel et bien lui. De toute façon ses temps-ci, il était une des rares personnes à qui j’envoyais des messages. D’autres fois j’en envoyais quelques-uns à des amis, ou des collègues de travail, mais sans plus. Et sachant que je lui avais envoyé un message, il y a quelques minutes de cela, c’était ce qu’il y avait de plus probable. Il me restait maintenant qu’à lire sa réponse.

Je crois que ma demande l’avait un peu surpris. MAIS IL AVAIT ACCEPTÉ! On était complètement folle de joie. J’avais envie de courir dans tous les sens, bon peut-être pas courir, avec mes souliers, ce n’était pas du tout une bonne idée. En plus, dans le commerce, se serait vraiment une mauvaise idée. Peu importe. Le plus important, c’est qu’il avait accepté et que nous allions passer une magnifique soirée, que nous allions avoir beaucoup de plaisir et que ça ferait du bien, ce petit moment entre nous deux, ce petit moment douillet, qui nous ferait ensuite perdre la notion du temps au profit du bonheur.

J’avais envie d’hurler, hurler de joie. Je dois me calmer. Béatrice, quant à elle, ne pouvait pas se retenir, et volait en tout sens. C’est à l’appartement que nous allions avoir à dépenser notre énergie pour rendre l’endroit impeccable pour leur venue. OMG. Je suis beaucoup trop heureuse! J’ai tellement hâte à demain! Béatrice allait tellement me trouver insupportable lors des préparatifs, je le sentais déjà.

Je retournai vers Joy uniquement lorsque sa cliente eut quitté le commerce. Elle devait voir que j’avais un immense sourire « étampé » sur le visage. Ce n’était pas subtile, mais je m’en fiche, je suis vraiment trop de bonne humeur. J’espérais qu’elle ne remarquerait pas trop mes joues qui avaient du rougir au passage. Mon téléphone, quant à lui, était retourné dans mon sac en bandoulière qui me servait de sac à main.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 23 Oct - 16:06

Happy

Un jour, alors que tu feras ce que tu fais habituellement, tu rencontreras quelqu'un qui te ressemble, vous deviendrez amis et tu remerciera la vie d'avoir mis cette personne sur ton chemin. C'est pour cela u'il te faut être ouverte aux gens, sourire et être gentille car, sinon, comment pourrais tu être amie avec cete fameuse personne si tu es désagréable?
Mélodie & Joy

Tu lui avais demandé plus de détails sur son travail et c'est avec un enthousiasme débordant qu'elle te répondit, donnant des détails ce qu'il y avait d'exposé, des oeuvres de tel artiste qui étaient présentées en ce moment. Ca se voyait qu'elle aimait son travaille et, comme si sa joie était contagieuse, tu te mis à sourire également. Certes tu n'avais pas tout compris mis à part l'essentiel. Une fois fini, Mélodie reprit son souffle et s'excusa de l'enthousiasme dont elle avait fait preuve. Tu secoua la tête

-Ne t'excuse pas enfin! Ca m'a encore plus donné envie d'y aller, vu la joie avec laquelle tu parlais de ton travail! Promis je t'avertirais avant pour que tu me fasse visiter


Tu lui annonça ensuite ce qu'elle devait et, gênée, elle te dit qu'elle n'aimait pas le café et préférait le thé ou simplement de l'eau. Tu avais bien ça quelque part quand tu ne te sentais pas d'humeur caféinée.

-J'ai ça, c'est gentil de ta part d'accepter!


Elle te laissa t'occupe de ta cliente de dernière minute qui te demanda une petite composition que tu avais préparé à l'avance, car elle te demandait toujours tout à l'avance. Tu te demandais même ce qu'elle faisait de tout ça mais bon, ce n'est pas des questions à poser, tu te contentais de faire ce qu'elle te demandait quand tu pouvais le faire et d'encaisser. C'était rapide à faire au moins.

Mélodie revient avec un immense sourire collé aux lèvres et tu en rigolas un peu

-Hé bien, tu as dû avoir une bonne nouvelle pour sourire comme ça. Serait-ce indiscret de ma part de te demander quelle est cette bonne nouvelle?


En attendant sa réponse, tu l'invita à venir à l'arrière boutique ou tu avais aménagé un petit coin pour te poser boire un peu. Avec aisance, tu pris deux mugs en forme de rose et de tulipe et fit chauffer de l'eau avant de tendre une grande boîte contenant pleins de sachet de thé à ton amie

-Vas-y choisis, j'ai du sucre aussi si tu veux


Pour toi, tu pris le thé qui portait le nom de sorbet gourmand qui contenait du melon et de l'ananas. C'était ton thé préféré et tu ne manqua pas de le recommander à la rouquine. L'eau termina de chauffer et, tranquillement, tu la versa dans les tasses avec les thés, mettant deux sucres pour toi avant de laisser infuser le tout. Orion s'allongea à côté de toi et tu lui donna une petite gourmandise pour porter ensuite ton regard sur Mélodie, un sourire taquin au coin des lèvres

-Alors dis moi tout, c'est un message de l'élu de ton coeur, je me trompe?


Même si tu la connaissais à peine, tu te sentais tellement à l'aise avec elle que tu te permis d'agir avec elle comme avec tes bons amis. C'est donc avec une certaine impatience que tu la regardais, l'odeur du thé emplissant doucement l'arrière boutique.

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Sam 27 Oct - 3:04
Finalement, notre subtilité, à Béatrice et à moi-même était archi-nulle. Non mais en réalité, on n’est pas du tout subtiles dans la vie, on l’assume quand même. Mais durant certains moment, ça devient quand même assez gênant. Ouais. Comme en ce moment. Joy avait bien vu qu’il y avait quelque chose de nouveau qui s’était produit lors des dernières minutes. Il faudrait vraiment être dupe pour ne pas remarquer une telle chose. Même qu’Orion a du le ressentir dans toute la boutique. Je ne sais pas s’il peut ressentir ce genre de chose, j’extrapole un tantinet en ce moment.

J’étais un peu timide, je ne voulais pas du tout l’embêter avec toutes mes histoires. Je parle beaucoup, souvent trop, du coup, je ne veux pas du tout l’assommer avec tous mes propos, je veux quand même apprendre à la connaître un peu, je veux en savoir plus sur elle, je ne veux pas que la conversation ne porte uniquement sur moi. Enfin, dans ce cas-ci, on peut quand même dire qu’elle ne porte pas uniquement sur moi, mais également sur Abishai. Même si c’était plutôt indirect. J’espérai que cela ne le dérangeait pas que je parle de lui à quelqu’un d’autre. Probablement pas. Probablement que je ne lui donnerait pas trop de détail.

Ou peut-être pas, parce que je lui raconte beaucoup de choses à lui également.

Mes joues étaient complètement rouge, plus rouge qu’une tomate, si c’est humainement possible. La gêne. Ça a beau faire un bon moment que nous étions ensembles, encore aujourd’hui, j’ai toujours cette fichue impression d’être une adolescente de douze ans qui va voir son amoureux. Avec toujours ces mêmes émotions comme si c’était la première fois que nous nous embrassions, que nous nous prenions dans les bras… Que. Enfin. Le principe restait quand même là.

Mais ça, ce n’est pas nécessaire de le raconter à Joy.

Je ne savais pas par quel bout commencer exactement. Le début serait une excellent chose. Bref. J’attendis d’être assise dans l’arrière de sa boutique avant de lui donner les petits détails qu’elle attendait.

- Je… Enfin… C’est que j’ai eu une idée un peu débile dans la tête tout à l’heure. C’est que je me suis dit que ce serait amusant que lui et moi nous puissions passer une soirée en amoureux. J’ai l’impression que cela fait un petit moment que ce n’est pas arrivé. Enfin. Donc, je lui ai proposé une soirée comme ça, chez moi, tranquille, à cuisiner, bavarder. Et il a accepté.

Je pense que je pouvais être difficilement plus gênée que je l’étais en ce moment. En vrai, si on y pense vraiment, logiquement, c’était vraiment une raison un peu débile d’être aussi heureuse pour une aussi petite chose. Enfin. Peut-être que oui, peut-être que non, je ne sais pas. Arrg…

Tout ça pour dire que mon débit de voix avait bien représenter à quel point j’étais un peu timide. Je lui avais parlé beaucoup trop rapidement, sans presque respirer. Un espèce de stress. Je me sentais absolument maladroite, je voyais bien qu’elle voulait une tonne de détails. Je le voyais bien dans son sourire, dans ses yeux. La vilaine! Je l’appréciais déjà. Je trouvais ça assez difficile de ne pas lui dire tout ce que je pensais. J’avais envie de lui en dire d’avantage, de lui dire pleins de choses, mais d’un autre côté, je voulais garder tout ça pour moi, comme un petit secret, quelque chose d’unique que je voulais qu’Abi soit le seul à connaître. Je ne voulais même pas donner de détails à Ludo.

C’est peu dire.

Enfin, en guise de diversion, je lui tendis la boîte de thé et lui dis, le plus naturellement que je le pouvais :

- Oh! Je suis bien contente que tu aies du thé, merci beaucoup!

J’avais gardé un sachet pour moi. Toutes les saveurs qu’il y avait dans cette boîte me plaisait énormément. Ça me rappelait certains moment où j’avais pris un breuvage comme celui-ci avec Monsieur Lis. J’avais opté cette fois-ci pour un mélange de sure et de sucré avec un thé au canneberge. Je trouvais que c’était une saveur que je ne prenais pas souvent et qui me semblait particulièrement intéressant.

Deuxième diversion :

- Et toi? Tu as un copain? Ou un garçon en vue? Tu… Enfin. Je ne veux pas de détails, je suis probablement super, méga indiscrète, c’est juste que…

Je ne veux seulement pas qu’elle pense que je veuille uniquement parler de moi, voilà, le problème.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 6 Nov - 13:47

.

C'est beau l'amour. Ca fait battre des coeurs, rougir des joues et ça lie les gens d'une très belle façon. C'est un sentiment si pure, si fort et si beau quand il est authentique et sincère. Je vous souhaite de tous le connaître, cet amour qu'on ne vit qu'une fois. Et si vous le rencontrez, gardez-le précieusement, chérissez le et prenez en grand soin.
Mélodie & Joy

Vous vous étiez installée et tu lui avais demandé ce qui l'avait rendu si heureuse. Avec les joues bien rouge, elle te répondit et tu souris un peu plus, la trouvant trop chou à réagir comme ça pour des choses qu'on peut trouver toute bête. C'était adorable. Tu lui avais également proposé du thé avant de la regarder, laissant comprendre dans ton regard que tu voulais plus de détail que ce qu'elle t'avait donné mais, d'un côté, elle pouvait aussi vouloir garder son jardin secret. Après tout vous vous connaissiez à peine depuis... Quelques heures environ, et encore! Mais tu t'entendais bien avec elle et tu sentais que vous alliez devenir de très bonnes amies.

Preuve qu'elle ne voulait pas trop en parler, elle dériva une première fois si le thé en te remercia. Tu hocha la tête avant de constater une deuxième diversion de sa part. Mélo -nouveau surnom- te demanda si tu avais un coup de coeur ou un petit ami. Le silence plana quelques instants et tu rigola un peu avant de lui sourire

-J'ai compris, je ne vais pas insister. Et pour le moment non, disons que ma vie personnelle est trop compliquée pour le moment pour que je songe à me mettre avec quelqu'un.


C'est sûr que entre tes crises et ta peur réticente d'être abandonnée, c'est pas facile de trouver quelqu'un qui pourrait t'accepter avec ça. Sans compter tes doutes sur ton orientation sexuelle. Autant dire que c'est un peu le bordel. Orion t'aidait comme elle pouvait par rapport à ça mais bon, comme on te la souvent dit, tu ne pourras en être sûre qu'en expérimentant avec les deux sexes. Enfin bon, c'est un autre sujet ça encore....

Tu reviens sur le sujet initial et bus une gorgée de ton thé

-Donc la composition florale c'est pour ta soirée avec monsieur c'est ça? J'espère qu'il va apprécier et comprendre ce que tu essaye de faire passer à travers ça.


C'est vrai, après tout la miss était tellement gênée quand elle avait essayé de te faire comprendre ce qu'elle voulait comme composition et tu trouvais que tu avais assez bien représenter ce qu'elle ressentait avec les fleurs, alors forcément tu espérais que son petit ami comprenne tout. Enfin, après si il n'est pas familier avec le langage des fleurs, il ne va rien comprendre et juste trouver ça jolie.

-D'ailleurs si tu souhaite d'autres compositions florales, des bouquets ou autre pour ton petit ami, n'hésite pas à me le dire n'importe quand, même si c'est pas mes horaires de travail. Je me ferais un plaisir de le faire.


Oui, tu recommençais. Tu proposais encore ton aide, même pour te petit chose, en rajoutant qu'elle pouvait demander ça n'importe quand. De toute façon vu le peu de nuit complète que tu faisais, tu étais disponible quasiment tout le temps. Ca se voyait doucement d'ailleurs que tu ne dormais pas beaucoup car on apercevait les cernes qui commençaient à s'installer sous tes yeux bridés. Tu bailla, mettant ta main devant ta bouche avant de remettre correctement une mèche derrière ton oreille

-Excuse moi, j'ai du mal à dormir en ce moment


Tu n'allais pas lui dire pourquoi, certainement pas et même si tu la connaissais depuis des années tu ne lui aurais rien dis. Orion resta allongée contre toi et, distraitement, tu gratta entre ses oreilles

-Dis moi, excuse moi d'avance si ma question est indiscrète, mais avant d'arriver à Toronto tu vivais où? Tu n'es pas obligée de répondre si tu ne veux pas


C'est vrai ça, elle t'avait dit que ça devait faire... 2 ans si tu te souvenais bien, qu'elle était arrivée à Toronto. Alors elle était où avant de venir ici?

Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Ven 16 Nov - 1:29
Je l’écoutai sagement, c’était mieux pour moi je crois. C’était bien quand même de parler d’Abi, je veux dire, c’est plutôt normal, je pense souvent à lui, je l’aime beaucoup, mais je ne veux pas non plus embêter les gens avec cet incroyable coup de cœur que j’avais pour lui. Et je crois, bien qu’elle m’avait demandé des détails supplémentaires, je croyais mieux en garder pour moi. Pour nous deux, lui et moi.

Les paroles de Joy, il semblait que la demoiselle était quand même pas trop embêtée avec ça. C’est vrai aussi qu’on ne cherche pas vraiment l’amour. Des fois il ne fait que nous tomber dessus. C’est peut-être de cette façon que les coups de foudre se produisent. Je me demande si les gens qui se rencontrent par internet finissent par trouver un coup de coeur? Enfin, ce n’était pas du tout la question. Loin de là.

Mais je le comprenais. Des fois, c’est difficile de penser à se mettre avec quelqu’un. Parfois, c’est tellement plus plaisant d’être seul, surtout lorsqu’on vient de sortir d’une relation, d’une rupture difficile. Ou encore que l’envie n’y est pas nécessairement. Aux dires de la demoiselle, j’hochai tout simplement de la tête, approuvant tout de même ce qu’elle disait et sans pour autant la juger sur quoi que ce soit dans ses propos. Ce n’était pas à moi de juger. Mais la journée qu’elle aura un petit copain, il est certain que je vais l’embêter en lui posant des TONNES de questions! Je vais me venger, promis!

Je me mis à siroter tout doucement mon thé, humant son odeur avec bonheur, alors que Joy se proposait pour faire des compositions florales pour mon cher amoureux. Ça me fit rougir de nouveau. Après tout, ce n’était pas très gentil de lui demander de travailler de cette façon, en dehors de ses heures d’ouverture. C’était vraiment trop lui demander. Elle devrait avoir d’autres choses à faire une fois qu’elle avait terminé ses quarts de travail. Personnellement, j’aime bien rendre service, mais il ne faut pas abuser non plus.

- D’accord! J’en prends note! Mais ne t’inquiéterais pas, je ne viendrais pas t’embêter à n’importe quelle heure de la nuit ou du jour!

Une façon pour lui dire que, non, je ne lui demanderais pas de travailler en dehors de ses heures d’ouverture. Non. Je serais capable d’attendre. Tout comme Abi. Ou n’importe qui d’autres à qui je voudrais bien offrir des fleurs. Voilà.

- Ah! Ne t’excuse pas, ce n’est pas grave. Enfin, ce n’est pas grave que tu bailles, c’est plus inquiétant que tu aies du mal à dormir. Il ne faudrait pas que tu t’endormes pendant tes heures de travail, ou que tu finisses tes journées complètement épuisée à cause de cela.

Une pause. Une gorgée de thé. Je suis particulière loquace aujourd’hui. Un peu en mode verbomoteur, intarissable. Je suis vraiment une horrible personne dans ces moments-là. Des fois je me demande comment on peut faire pour me supporter. Au moins, avec Joy, je me sentais moins seule à vouloir autant parler, il semblerait que ma nouvelle amie était aussi bavarde que moi, se qui m’enthousiasmait au plus haut point!

- Ah non! Ça me dérange pas, tu as le droit de me poser des tonnes de questions, je te l’autorise, dis-je en rigolant. Avant d’aménager ici, j’habitais non loin de Montréal. J’aimais bien y être, sauf que seulement… J’avais besoin de changer d’air à l’époque, j’avais vraiment besoin de découvrir le monde, je n’ai jamais eu l’occasion de vraiment voyager, du coup, m’installer à Toronto, c’était une façon de partir à l’aventure.

Je souris doucement. Ouais, après une rupture amoureuse, un désir de s’en aller ailleurs. « J’ai l’goût de m’en aller quelqu’part, je voudrais sacrer le camp », comme dit la chanson d’Octobre. Ouais, j’avais vraiment eu envie de partir, m’enfuir. M’éloigner un peu de ma mère que je ne supportais plus. Ma mère voyant que j’avais quelque peu échoué. Et que surtout mon ancien copain, n’avait jamais été bon pour moi.

Comme si l’erreur et l’échec n’était pas une option pour elle. C’est pour cela, après avoir ramassé assez d’argent, après avoir fait des entrevues pour me trouver une place ailleurs, que je vins par m’installer ici. Six heures de route, c’était peut-être assez pour se faire oublier quelque peu, quelques temps, même si certains membres de ma famille avaient été plutôt attrister par mon départ.

Enfin. Ça je le gardai tout de même pour moi.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mer 28 Nov - 11:30

.

C'est b'eau l'amour. CA fait battre des coeurs, rougir des joues et ça lie les gens d'une très belle façon. C'est un sentiment si pure, si fort et si beau quand il est authentique et sincère. Je vous souhaite de tous le connaître, cet amour qu'on ne vit qu'une fois. Et si vous le rencontrez, gardez le précieusement, chérissez le et prenez en grand soin.
Mélodie & Joy

Vous vous parliez tranquillement, de tout et de rien. C'était agréable, tu n'avais pas souvent l'occasion de parler comme ça avec quelqu'un, surtout que tu venais à peine de la rencontrer et que tu t'entendais très bien avec. Orion aussi l'appréciait, elle la trouvait toute chou à rougir dès qu'on parlait de son amoureux. Elle t'avait demandé pour toi, tu lui avais répondu puis tu lui avais proposé de lui faire des compositions quand elle voulait avant de lui demander où elle était avant d'être à Toronto.

Mélo répondit d'abord à ta proposition par la négative, arguant qu'elle n'allait pas t'embêter n'importe quand. C'est vrai que ça pouvait déranger certains mais tu n'avais tellement rien à faire en dehors de ton travail que ça t'aurais occupé plus qu'autre chose.

La rouquine confia ensuite ses inquiétudes par rapport à ton manque de sommeil et tu secoua la main comme pour dire que ce n'était rien

-T'en fais pas, je peux tenir toute une journée avec peu de sommeil, j'ai l'habitude à la longue


Tu dormais rarement une nuit entière sans qu'elle soit coupée par une cauchemar ou quoique se soit. Puis parfois c'est l'insomnie qui venait te rendre visite et non Morphée, tu te retrouvais donc das ton petit coin douillet à lire avec Orion. Oui, tu avais l'habitude, ton corps c'était habitué et ne semblait pas montrer des signes de faiblesses ou autre par rapport à ça.

Ton amie répondit ensuite à ta question et tu l'écouta attentivement en buvant des gorgées de thé. Oui tu voyais ce qu'elle voulait dire. Niveau aventure, tu as fais fort toi aussi. De Tokyo à Toronto, c'était un sacré voyage. La première fois que tu étais arrivée ici tu étais toute petite et complètement perdue avec juste ton père et Orion pour t'aider. Puis maintenant tu n'avais plus que Orion, ton père se faisant moins présent...

Enfin bon, restons joyeuse!

-Je vois, en effet ça a du être une aventure pour toi! Si tu en veux une autre, je te propose le japon quand tu pourra, c'est vrai beau là-bas. Par contre faut apprendre un peu le japonais parce-que les habitant ne sont pas très doués en anglais


Tu en riais car toi tu t'en étais très bien sorti, même pas de petit accent ou quoique se soit. Tu regarda l'heure et écarquilla les yeux

-hé bien il commence à se faire tard, je ne vais pas te retenir trop longtemps, tu as surement des choses à faire. Met la composition dan un endroit avec une température tranquille et au soleil de temps en temps, vaporise là avec de l'eau aussi histoire que ça tienne d'ici demain soir


Tu ricana avec un air taquin et fini ton thé avant d'attendre que Mélodie le finisse aussi pour mettre vos tasses à laver et fermer complètement ta boutique.


Mélodie Laberge
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
199
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Lun 3 Déc - 16:19
Même si elle pouvait tenir toute la journée avec peu de sommeil, je me faisais beaucoup de soucis. Je ne voulais pas qu’elle s’épuise non plus. Et si jamais elle s’endort quand même sur les heures de son travail? Enfin, je ne voulais pas paraître trop insistante, après tout, on commençait lentement à se connaître, je n’étais pas placée pour la juger dans ce qu’elle faisait. Peut-être qu’elle n’y arrivait tout simplement pas non plus. On ne peut pas forcer quelqu’un à toujours bien dormir. J’en sais quelque chose, bien que mes moments d’insomnies ont pratiquement disparu… Sauf lorsque je me faisais trop de soucis pour des gens. Mais bon, ça s’est pratiquement constant. Peu importe. Ce n’était pas de moi qu’il était question en ce moment.

Joy me proposa ensuite une nouvelle destination. Le Japon. Je ne me souviens plus si nous l’avions mis dans notre boîte des destinations mystères. Probablement. Je crois qu’Abi et moi nous souhaitons voir le monde entier. Bien que je me centrai énormément sur les destinations européenne, j’avais souvenir que nous en avions mise certaine d’Asie et d’Amérique du Sud. Joy semblait y être allée, là-bas. Je la trouvais quand même plutôt chanceuse d’y avoir été, même si le trajet en avion devait être SUPER long! C’est pensive, que je lui dis :

- Je crois que nous avons bien mis le Japon dans notre boîte des endroits à visiter dans le monde! Je serais quand même intriguée de voir ce pays, même si les gens ne parlent pas très bien en anglais.

J’allais ajouter d’autres choses, poser des questions, plus de détails sur le pays en question, mais Joy me coupa quelque peu dans mon élan alors qu’elle disait qu’il commençait à se faire tard. C’était un peu dommage qu’il soit déjà tard, en réalité, je serais restée encore pour parler un peu plus avec la fleuriste d’un peu tout et n’importe quoi afin de mieux apprendre à la connaître. Mais il semblerait que ça allait être pour une autre fois. Je jetai également un coup d’oeil à l’heure, par pur réflexe.

En effet il était tard, plus tard que je ne le croyais en réalité. Difficile de voir le temps passer en bonne compagnie. Je crois que dans ma voix, on pouvait quand même y sentir une petite déception.

- Ooohh? Il est si tard! Je vais te laisser dans ce cas, j’ai amplement abusé de ton temps.

Je terminai rapidement mon thé avant d’ajouter à Joy :

- Merci beaucoup Joy pour les fleurs et le thé, c’était grandement apprécié!

Ensemble, nous ramassâmes les tasses et en profitèrent pour les nettoyer. Je le fis avec plaisir, après tout ce que la demoiselle venait de m’offrir, c’était la moindre des choses de lui donner un coup de main afin de tout ranger. J’espérais quand même que nous puissions prendre un thé à nouveau ensemble. Peut-être que pour la prochaine fois, je pourrais lui en apporter. Ou faire des biscuits afin d’accompagner ce thé. Je verrais. Je pourrais toujours lui offrir un petit quelque chose en échange pour toute la joie que j’avais eu à parler avec elle, dans un milieu aussi joli qu’est sa boutique de fleurs.

J’enfilai mon manteau, ajustai mon foulard. Ces vêtements me rappelaient qu’il faisait plutôt frisquet à l’extérieur. On était bien ici, mais je dois quand même admettre que j’avais cette hâte de rentrer chez moi pour faire du ménage et commencer les préparatifs pour le lendemain. Je pris également mon achat dans mes mains avant de dire, avec un immense sourire, amusée :

- Je vais revenir te voir, c’est promis et plutôt que tu ne le penses.

Je lui fis un au revoir de la main. Ce au revoir n’était pas seulement pour elle, mais également pour Orion, sa jolie biche absolument adorable. Il allait de soi que j’allais revenir les voir. J’allais probablement venir voir Joy afin de lui dire comment Abi avait trouvé la composition… Je ne suis pas encore certaine… Je me dis que peut-être qu’il n’allait pas apprécier, enfin! On allait passer une bonne soirée, les fleurs étaient seulement un plus. Dans le pire des cas elles allaient rester à mon appartement, tout simplement.

Bref. J’avais hâte. C’est le coeur tout léger que je quittai la gentille fleuriste. Béatrice ravie des projets pour demain, tournoyait autour de moi alors que nous rentrions tranquillement à notre appartement, alors que je chantonnais toute joyeuse une vieille chanson d’amour québécoise.

_________________

Merci Vilmos hihi
Joy Adams
Totem de compagnie
Date d'inscription :
02/10/2018
Messages :
117
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Lun 3 Déc - 16:35

.

C'est b'eau l'amour. Ca fait battre des coeurs, rougir des joues et ça lie les gens d'une très belle façon. C'est un sentiment si pure, si fort et si beau quand il est authentique et sincère. Je vous souhaite de tous le connaître, cet amour qu'on ne vit qu'une fois. Et si vous le rencontrez, gardez le précieusement, chérissez le et prenez en grand soin.
Mélodie & Joy

C'était l'heure pour vous deux de vous séparer. Elle t'aida à nettoyer et ranger les tasses alors qu'elle semblait un peu triste de devoir partir. Tu l'étais aussi mais, au fond, tu étais sûre que vous alliez vous revoir. Puis tu peux toujours lui donner ton numéro! Mélo te remercia pour la composition et le thé et, pendant qu'elle remettait son manteau et son foulard, tu nota rapidement ton numéro sur un bout de papier avant de le lui donner

-Voilà, comme ça si jamais tu veux me parler, m'appeler ou quoique se soit, n'hésite pas. Je pourrais te donner plus de détail aussi sur mon pays natal


Tu lui souris et la regarda partir en lui disant au revoir. Orion l'appréciait bien cette demoiselle, elle était contente que tu commence à faire amie amie avec quelqu'un comme elle. Tranquillement et joyeusement, tu termina de ranger ta boutique et de la fermer avant de rentrer chez toi, une petite pensée pour la rouquine. Tu espérais qu'elle s'en sorte pour la soirée de demain et qu'elle te la racontera un peu. Tu espérais aussi que la composition plaise à son petit ami. Après tout, tu avais fais en sorte que la compo transcrive le plus les sentiments de la jeune femme. Oui, tu espérais que tout allait bien se passer pour elle et qu'elle allait t'envoyer un petit message pour te raconter et discuter avec toi. Une belle rencontre que voilà.


Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum