Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Balms
Date d'inscription :
29/09/2018
Messages :
9
Voir le profil de l'utilisateur
Balms
le Sam 29 Sep - 21:09
Fuyuuki Jenkins
Prénom Nom : Fuyuuki Jenkins
Surnom : Yuki pour les intimes
Age : 33 ans
Sexe : Mâle
Orientation : Bisexuel
Origine(s) : Canadien-anglo de Toronto. Bien que je suis un métis entre une japonaise et une variable masculine inconnue.
Nationalité(s) : Canadienne
Métier/Etude : Simple bibliothécaire rien de bien palpitant. (Ce qu'il ne dit pas, c'est qu'il est un chercheur dans la branche scientifique de la Black Plague, se spécialisant dans la recherche du multivers (la dimenssion d'origine des Totems plus précisément), à temps partiel sur appel, il est médecin de fortune au noir pour ces "imbéciles de mafieux qui se blessent dans une bagarre de gangs barbare et inutile" vous dira-t-il)
Groupe : Black Plague; Balms / Totem de poche
Caractère
Fuyuuki est quelqu'un qui possède une certaine grâce bien à lui. Dans tout ses gestes, tout est calculé. Ils sont exécutés majestueusement et ça frôle la fascination à regarder. Il garde la tête haute et n'abaisse pas le regard facilement. On devine vite qu'on n'a pas à faire à quelqu'un de particulièrement docile qui avalera vos paroles tel un enfant ignorant. Ce qui lui cause bien du soucis pour des relations interpersonnelles, à cause de son langage non verbal entre autre, personnes n'osent l'approcher le trouvant trop froid ou arrogant. Comme s'il se sentait supérieur, au-dessus de tout! Prenant le monde de haut par ses prunelles d'une teinte d'azurée glaciale, porteuses d'un jugement prononcé sur les « imbéciles » qui l'entourent. Bien que ce ne soit pas faux qu'il se croit entouré d'imbéciles, néanmoins, il ne se croit pas particulièrement supérieur. Il est humain, lui aussi, et non un extraterrestre quelconque. Cet homme est d'ailleurs très dur envers lui-même, probablement plus dur qu'avec n'importe qui d'autre. Déjà que ses exigences envers les autres sont hautes, n'imaginez pas à quel point la barrière est haute pour lui!

Sa froideur qui pourrait paraître antipathique n'aide pas à le rendre plus humain. Il faut dire qu'il donne l'impression d'avoir très logique et semblable à celui d'un tacticien qui voit les vies comme des chiffres écris sur un rapport. Bien qu'en réalité, c'est absolument faux. La vie humaine lui tient beaucoup plus à cœur qu'il ne le démontre vraiment. Ce qu'il renvoie s'agit plutôt d'un mur de glace pour se protéger. Cicatrices de l'âme qui l'ont durement blessées durant sa jeunesse et pour lesquelles, même encore aujourd'hui, il a du mal à s'en rétablir ou du moins, il a du mal à briser ses vieilles habitudes. Aujourd'hui, contrairement à l'époque, Fuyuuki désir se défaire de ses barrières, mais s'y prend maladroitement. Ce qui est contraire à ce qu'il reflète : un homme habile et astucieux qui à réponse à tout, mais non, pas sur cet aspect là.

Mis à part son côté social quelque peu défaillant, il a consacré sa vie entière à se bourrer le crâne de connaissances, des plus grandes aux plus... insignifiantes, mais qui ne le sont pas pour lui. Malgré le fait qu'il s'est s'adapté à la situation, ses opinions qui peuvent paraître rigides. Je vous déconseille de vous lancer dans une joute verbal ou même de défier son opinion. Ses convictions sont solides et ses arguments sont soigneusement préparés pour vous renverser à une vitesse fulgurante. Il aime avoir raison et fera tout pour le prouver! Sans parler de son amour, par un orgueil mal placé, d'avoir le dernier mot. Parlant d'aimer avoir raison, si jamais il vous avisait de ne pas commettre ceci ou cela et vous faites fis de son précieux conseil, attendez vous soit à un sermon colérique ou l'entendre soupirer en roulant des yeux murmurant un « Je vous l'avais dit » bien placé qui vous frappera telle une gifle. Si jamais il n'est rien arrivé, il vous fusillera simplement du regard et n'avouera en aucun cas qu'il a eut tort. Le métis aura déjà tourné la page pour mieux oublier.

Bien que pour lui, oublier est une tâche difficilement réalisable étant donné qu'il a une mémoire extraordinaire en générale. Il a d'ailleurs une mémoire photographique qui plus est. C'est ainsi qu'il a eu l'audace d'être à la fois médecin et chercheur. Il suffit qu'il ait lu un ouvrage qu'une seule fois pour se souvenir de son contenu par cœur, mots pour mots. Il pourrait vous le réciter au complet sans tenir le livre qui contient ces mots. Le scientifique a d’ailleurs une mémoire à long terme hors pair, mais cela n'en donne que plus de place pour la rancune... Soyez dans ses mauvaises grâces et vous êtes certain qu'il se souvienne de vous en nourrissant une rancœur sans bornes. N'ayez toutefois pas crainte, il ne tentera pas de vous faire du mal physiquement, il se montrera plus sournois et patient. « La vengeance est un plat qui se mange froid » dit-on, Fuyuuki lui, comprends très bien cela. Cependant, il y a du bon aussi, un seul bon geste à son égard qu'importe lequel, mais faites le bien et il se souviendra d'être reconnaissant à votre égard et fera tout pour vous retourner l'appareil et remplir sa dette en vous accordant une faveur. La faveur doit être dans le raisonnable cependant, si ce n'est pas le cas, il se gardera le droit de la refuser, soyez en sûr!

Finalement, parlons un peu de son côté pacifique. Comme vous pourrez le deviner, Fuyuuki ne prône aucunement la violence. Bien au contraire, il en a horreur! Pour lui ceux qui y ont recours sont des écervelés barbares et sauvages qui ne sont guère mieux que des animaux et encore ce serait une insultes envers ces pauvres bêtes même si elles sont considérés inférieur à l'homme. Il n'y a pas pire créature que l'humanité en vrai... Maintenant que vous savez ceci, pourquoi faites-il parti d'un des gang du crime organisé le plus notoire, violent et dangereux de Toronto? Il y a quelques raisons à cela. La première que tout le monde devine... Aux premiers abords, encore pire si on connaît les détails de son passé, on pourrait croire que c'est purement par « syndrome de Stockholm »... Ce qui n'est pas faux sans doute. Il ne le niera même pas! En revanche, ce n'est pas tout, c'est surtout parce que Fuyuuki croit dur comme fer que les totems ont fait de l'humanité un être meilleur depuis qu'ils se sont liés au 2/3 de l'humanité... Que ce soit médicalement parlant (physiquement & psychologiquement), ou bien sur d'autres plans la coopération de l'humain et des totems ne sont que bénéfiques à ses yeux. Certes, d'autres vices ont fait apparitions, car l'humanité est ainsi, mais il n'empêche que les totems sont devenus essentiels pour leur corp, leur esprit ainsi que leur survie pour un meilleur futur. Depuis qu'il sert la Black Plague, les Balms, il n'a jamais, au grand jamais, approuvé de faire des expériences sur des enfants! Tests pour lesquels il est passé par là. Pour l'instant, il a du mal se faire entendre sur le sujet... En dépit de qualifier ces expériences comme étant « perverses », « inhumaines » et « saugrenues ». Il espère un jour que ses supérieurs le comprennent, bien qu'il est en train de perdre espoir en leur humanité. C'est exactement pour cela qu'il dirige tout son temps et énergie à comprendre la brèche dimensionnelle plutôt que de forcé les jeunes enfants, avec ou sans totem de subir des expériences qu'il ne connaît que trop bien et ne souhaite à personne de vivre cela... Il croit même que ces méthodes nuieraient non seulement à l'enfant, mais aux totems également... Il croit que si la brèche s'élargissait cela inviterait davantage les totems à venir dans le monde des humains. Ou bien, envoyer les humains explorer la dimension et si ce n'était pas dangereux, d'escorter des sans-totems là-bas et ainsi leurs totems pourront les trouver plus facilement et se lié à ces derniers. Du moins, ce sont de spéculations qu'il a. D'ailleurs, il en a des calepins de notes de ce genre et Fuyuuki s'efforce de trouver la bonne théorie avant d’entamé les expérimentations à ce sujet.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser d'un détenteur du totem de la souris, sa définition de « désordre » est illusoire pour le commun des mortels. Il est très strict et classé que ce soit dans son laboratoire ou chez lui. Il est également très soigné de sa personne. De son style vestimentaire jusqu'à son langage. Il ne manque pas de vocabulaire et fait honneur à l'éducation qu'il a reçu de son parent adoptif. Bien qu'il entretient difficilement un lien de parenté avec ce dernier, en dépit des papiers d'adoption frauduleux qui semblent plutôt convainquants. Somme toute, son lien avec celui qui l'a élevé devrait davantage être mentor-apprentis. Ceci étant dit, il peut sembler bien bavard quelques fois, mais lorsqu'il s'agit de son passé ou des détails très personnels, l'homme choisi souvent d'être muet comme une tombe. Préférant se renfermer dans le mutisme que de se dévoiler. Ce qui pourrait lui donner un air mystérieux. Peut-être que sous certaines circonstances pouront l'encourager à s'ouvrir. Soyez avisez que pour réussir cet exploit il faudra sans doute personne suffisamment perspicace qui saura déchiffrer le personnage complexe qu'est cet homme.
Totem
Symbolique/caractère/physique du totem : Son totem est une souris du nom de Eira, 7,5 centimètres de long du tronc ainsi que de la queue pour un total de 25 petits kilogrammes. Une jolie souris blanche aux yeux sombres et non rouges comme le veut un typique cobaye de laboratoire. Ce qui, en passant, fait très cliché, sachant que son métier de l'ombre, Fuyuuki est un chercheur. Bien que dans son métier de la lumière, ce n'est forcément mieux, il se dit bibliothécaire... D'un côté nous avons le cliché du rat de laboratoire, de l'autre le rat de bibliothèque... Bien qu'il se tuera à vous répéter qu'il s'agit d'une souris et non d'un rat. La souris, bien que sa symbolique Occidentale qui peut-être interprétée de manière plus néfaste que sa signification occidentale, son totem reflète davantage cette facette conférée par l'Orient. Même s'il est plus question d'un rat en fait, cependant, une petite différence avec la cousine la souris, le rat est plus extraverti, et la souris plus introvertie. Autrement, Fuyuuki n'est nullement en mesure de contredire qu'il représente un portrait assez fidèle de cet animal... Il en va de même pour son totem.

Ressemblance avec son humain : Autant pour lui-même que sa souris, ils sont tous deux sont à la fois intelligents, astucieux, flexibles, perspicaces, malins, mystérieux, quelques peu avare, surtout en matière des connaissances dans les cas deux cas, ils aiment aussi avoir un certain contrôle, et s'ils ne l'ont pas, c'est la panique qui les gagnent ou les reproches sèches bien sentis, parfois, bien que rarement, ils peuvent se montrer légèrement naïfs. Calculateurs, mais également charismatiques, ils ont un certains pouvoir de persuasion. Ceci étant dit, il semblerait qu'ils éprouvent du mal à se laisser approcher de près, ou avoir des relations un peu trop intimes. Ils ont également du mal à sympathiser avec autrui. Ce qui vous laisse une impression qu'ils sont froids et antipathiques. En toute contradictions, car ils sont, toutefois, passionnés, sentimentaux et, parfois, se bercent dans des idéaux un peu trop romanesque. Il en va de même pour sa souris Eira. Tout deux sont gracieux et dégagent une certaine prestance contrairement à la croyance occidentale populaire qui donne à ce rongeur une réputation sale et putride. Au contraire, ils sont très soignés de leur personne dans tous leurs aspects de leur vie et même de leurs personnalités. Peut-être que le Totem de Fuyuuki est étiquetté comme une proie, mais tous deux ne sont pas particulièrement soumis ou fourni d'un caractère permettant aux autres de marcher sur leurs pieds comme ils le souhaitent.

Différence avec son humain : Bien que leur symbiose soit idyllique, il y a quelques débalancements sur certains aspects. Figurativement parlant, Eira est beaucoup plus avare de savoir qu'est son lié. Allant souvent dans l'excès se faisant mener par la curiosité, parfois au point de perdre les notions de limites. Fuyuuki sait davantage faire plus preuve de sagesse et d'abstinence que sa souris. Bien que notre chercheur se veut plus réaliste qu'idéaliste, cependant, il se laisse parfois un peu trop emporter par ses idéaux. Son totem elle est bien plus réaliste. Tout deux sont très flexibles, tels que mentionné, bien que Fuyuuki soit le plus rigide des deux. La paire n'aime que très peu de gens et sont souvent difficiles et méfiant. Certes, Eira, quant à elle, elle n'aime vraiment que très peu de gens si ce n'est pas personne mis à part son lié. Fuyuuki lui, bien qu'aussi difficile que son animal, est davantage prêt à faire preuve de sacrifice tout simplement parce que la solitude le pèse plus que son totem, même si en théorie, il n'est jamais seul.
Physique
Fuyuuki étant métis, il a les yeux amandes typiquement japonais, les cheveux d'un bruns sombres et raides. Il sont tenus semi-long, flottant sur ses épaules. Sa silhouette est élancée et fine, il a d'ailleurs quelques centimètres de plus à cause de son mystérieux paternel. En tout un bon 179cm. Il frôle également la maigreur, faute à son corps qui ignore comment prendre quelques kilos, ainsi que de le conserver. Ce qui fait qu'il n'a pas exactement un corps d’athlète ou bien une force monstrueuse. Il se contente de forger la force de son esprit délaissant sa force physique.

Sa peau est balafre et passer ses journées dans un laboratoire aide à garder ce teint d'ivoire légèrement cuivré digne d'une poupée japonaise. Il a les mains rugueuses et sèches passant ses journées à manipuler des pages et des pages de multiple écrits en tout genre, allant aux livres de loisirs jusqu'aux rapports scientifiques. De façon générale, pour ceux qui savent à quoi ressemble sa mère, il en est facilement son portrait tout craché excluant ses iris d'un bleu glaciale. Probablement à cause de son paternel encore une fois.

D'ailleurs, ces jolies yeux auraient besoin de porter des lunettes plus souvent. Malheureusement son porteur s'obstine à les porter que très rarement, si ce n'est pas tout simplement pas du tout! Difficile à dire si c'est par orgueil mal placé? Par paresse? Par dédain? Un peu de tout? Qui sait vraiment? Son refus, toutefois, lui confère souvent un ressentit de migraine. Il garde toujours à porter de main des comprimés pour atténué les effets douloureuses qu'elle peuvent émettre.

Encore une fois, grâce à ses origines semi-asiatique, il parait très jeune. Ce qui parfois le fait soupirer de désagrément lorsqu'il se fait carter par doute qu'il ne soit pas majeur. Un peu plus et on pourrait croire qu'il est tombé dans la fontaine de jouvence quelques part dans la vingtaine ou durant son adolescence. Alors, quand on lui demande son âge les gens sont toujours un peu surpris quand il répond qu'il a passer le cape de la trentaine. Eh oui, il n'est plus tout jeune ce Fuyuuki et il a énormément gagner en sagesse qui peut se traduire dans sa façon d'être ou bien se lire dans son regard remplit de complexité. L'expérience, il l'a acquise comme tout le monde et ça se voit même si on le croire bien plus jeune qu'il ne l'est vraiment.

Il affiche rarement une quelconque émotion, sauf peut-être sembler hautain. Ce qui peut le rendre trop souvent difficile d'approche si ce n'est pas son caractère qui s'en charge. Ses sourires son souvent bref si jamais il en fait, bien qu'il a du mal à s'exprimer avec sincérité ses émotions, à l'exception de ceux du découragement, du jugement, évoqué une attitude condescendante, tout cela, lui est parfaitement naturel!
Histoire
Bon, puisqu'on en est là et que vous semblez être intéressés par mon histoire. Je vais bien vous la raconter, mais ne vous plaignez pas après si vous la trouvez trop longue. De toute façon, je ne peux pas vraiment faire plus court vu mon lourd passé et mon âge, alors... Si nous commencions?

Par quoi commencer... Hmmm... J'ai eu une enfance qui n'a pas été des plus... Normale. Elle pourrait sembler malheureuse pour la plupart des gens, en ce qui me concerne, j'aurais pu tomber sur bien pire et ma vie aurait pu être encore plus misérable... Alors tout commença un beau jour de janvier. Le 17 janvier, pour être exacte, un jour d'hiver doux et clément. Je suppose que selon les signes du zodiaque occidentaux je serais capricorne. Un battant dit-on... À quel point je me le demande... Pour ce qui est du côté Occidental je serait né l'année du rat, et j'étais loin de me douter qu'un jour mon totem serait à l'image de sa très proche cousine, la souris. Du moment que je suis né, ma mère ne m'a point gardé. Dès qu'elle m'a mise au monde, elle m'a mis en adoption. Je n'ai, donc, pas sut découvrir la bénédiction d'avoir une mère... Remarquez j'ai été en colère contre elle longtemps, cependant, du moment que j'ai su pourquoi, je lui ai  tout pardonné... Je pouvais que la comprendre... Bien qu'il est trop tôt pour en parler, je le ferais plus tard. Je ne l'ai, donc, jamais côtoyé de ma vie. Je n'ai jamais connu mon père non plus, mais qu'importe, en ce qui lui concerne, c'est comme s'il n'avait jamais existé et c'est très bien ainsi. De toute façon, mon éducation, ma vie et l'homme que je suis aujourd'hui, je ne le dois pas à mes parents, mais à cet homme, le docteur Jenkins. Hmmm... Je digresse, une fois de plus, je parlerais de lui un peu plus tard voulez vous?  

Pour les premières années de ma vie, je fus bousculé de maisons d'accueil en maisons d'accueil. Scénario typique, voir même banal d'un enfant adopté! Accumulant beaucoup de colère, de tristesse, ne sachant quoi en faire de tout ces émotions, ignorant ce qu'était que le sentiment d'appartenance, résultat, j'étais un enfant fougueux et sauvage. Dû à mon instabilité, mon totem était tout aussi instable, il m'est difficile d'énumérer toutes ses transformations. Plus jeune, j'avais un vocabulaire horriblement odieux et beaucoup moins raffiné qu'aujourd'hui. Mes mots était ponctués de blasphèmes. Tout en moi criait « à la rébellion ». Alors, j'ai souvent fugué de mes parents adoptifs. Espérant au final qu'on me rattrape et qu'on me dise « Mais non, ici, tu es chez toi et baliverne si tu n'es pas de notre sang » « Tu es des nôtres à présents, ne nous fuit plus ». Je priais pour entendre ces mots qui n'avaient jamais été prononcés. Un discours que personne n'a osé me tenir. Puis, lors de ma énième et dernière fugue, je fus capturé! Laissez-moi vous dire que ce n'était pas les autorités qui ont mis la main sur ma personne cette fois-là. Tout le contraire! J'étais tombé sur la mafia. La Black Plague, laquelle des deux? Je n'aurais pu le deviner. J'étais très jeune, à l'époque, je ne devais pas avoir plus de 8 ans.

J'ai été mis en nurserie avec d'autres enfants qui ont été kidnappés comme moi... Je devais passer mes nuits à me boucher les oreilles pour ne pas les entendre supplier leurs parents en sanglots... Je devais m'abstenir de toutes mes forces de les étriper, afin de pouvoir profiter à nouveau du silence! Ils me rendaient fous! C'est là que j'ai fais ma rencontre du Dr. Jenkins ce fut sans surprise que mon regard le fusillait. Je voulais qu'il sache que je le détestais! Lui et tout le monde du laboratoire, des cobayes jusqu'aux supérieurs. Lui, il souriait, dans son esprit, il se disait que j'étais un combattant. Un cobaye assez résistant pour les projets qu'il me réservait... Il m'a tenu le visage me reluquant comme sa chose. Je me souviens d'avoir pensé que c'était un « vieux pervers ». De peur que ses mains se baladent plus loin je lui mordis la main. Mon totem se changea en ours, cherchant à me protéger avant de tenter de m'échapper. Il changea à nouveau pour l'apparence d'un chat que je serrais fort dans mes bras. J'avais eu beau me débattre de toute mes forces, crier comme un sauvageon, rien à faire, que je le veuille ou non, je ne sortirai pas d'ici. Du moins, tant que je n'aurais pas soufflé ma douzième bougie. Si je survivais jusque-là toutefois. J'étais devenu leur chose. J'ignorais encore ce qu'il me réservait, mais je m'attendais au pire!

Parfois, lorsque nous étions que lui et moi, je ne me ménageais pas sur mes méchancetés, et ma nature dissidente. En guise de réactions de sa part, j'avais droit à des moqueries ou bien un simple sourire silencieux. Il s'amusait de moi! Et ça faisait que m'agacer davantage. Il cherchait à m'amadouer avec des douceurs, des tapotements sur ma tête, ou bien, il me parlait de sa philosophie que j'aurais qualifiée de foireuse à l'époque. Il m'a même exposé sa manière de penser pour mieux briser ma vision, pour le moins, équivoque; c'était tout noir, ou bien tout blanc, sans nuances. Il m'avait même raconté des histoires pour confirmer sa pensée. Je ne comprenais rien. Absolument rien. Je ne savais pas ce qu'il voulait de moi et ça me terrorisais! Enfin autres que ces tests. Il m'a même confessé qu'il aurait besoin d'un apprenti un beau jour. Dans cette confession, j'entendais une proposition qui au début de refusais inlassablement. Je n'en croyais pas un mot. Après tout, ça aurait pu être un but qu'il me fixait, question que je ne songe pas trop à l’abattoir? Ou bien à m'enfuir? Qui sait ce qu'il pourrait faire de moi! Et vu les possibilités innombrables, j'avais peur! Puis peu à peu, je devenais un peu plus à mon aise à chaque jour qui passaient. Même dans le cadre de son travail je m'étais fait une bonne idée de son mode de vie, dès qu'il avait fini ses journées, il se pressait à perdre son temps à draguer et à picoler à gauche et à droite. Trait de caractère qui m'énervait énormément quand j'étais jeune. Quant à moi, j'ai essayé quelques fois de fuguer, mais en vain... La nurserie était bien gardée, ça oui! De la surface, je l'avais jugé comme était un pervers coureur de jupons flemmard qui passait son temps à boire et à lire des futilités incompréhensibles de Shakespeare! Je l'ai profondément détesté durant longtemps.

Ce que je me suis horriblement trompé... C'est un homme était bien plus savant qu'il n'eût paru. J'avais compris plus tard que c'était pour me tester sur ma vivacité d'esprit. Un test qui n'avait rien avoir à ce que les Balms recherchaient comme réponses. Oui, car c'était de leur côtés que j'étais tombé et pas chez les Curses, fort heureusement! Car, si ça avait été eux, j'aurais probablement été séparé de ma belle Eira. Je ne voudrais cela pour rien au monde! Surtout que j'ai appris qu'en fait les totems depuis leur venus sont devenus vitaux pour notre survie et le bon fonctionnement de l'être humain. Que ceux qui n'en avait pas avaient fréquemment des problèmes physiques et mentaux qui pouvaient être mineurs ou bien très graves. Alors, je comprenais parfaitement leur but, j'ai même adopté cette philosophie puisque c'est la seule qu'on m'avait enseigné dans un âge idéal. Puis, puis-je vous dire que j'étais assez têtu? Et des preuves pour appuyer leurs arguments, ils n'en manquaient pas, surtout le Dr. Jenkins! Je n'ai jamais gagné une seule joute verbale contre lui... Jamais. Contre les autres, en revanche, c'était un jeu d'enfant! Parfois durant certains exercices, en guise de récompense, étant donné que je refusais les bonbons qu'il m'offrait, il m'offrit alors autre chose; m'apprendre. Je préférais acquérir de nouvelles connaissances ou qu'il me lise des ouvrages compliqués plutôt que d'obtenir de vulgaires sucreries. Donc, j'étais à la fois son cobaye et son étudiant, enfin si l'ont veut... Bien sûr je n'étais pas toujours avec lui, mais c'était souvent le cas. Plus d'une fois, je retournais à la nurserie plus satisfait, ou bien je passais des heures à réfléchir sur ce qu'il m'avait dit ou sur un problème qu'il m'avait proposé. Ce qui en soit m'aidait beaucoup pour éviter de me rendre fou avec ces certains pleurnichards qui ignoraient comment se taire! J'avais un certain potentiel, me certifiait-il même si ça me paraissais douteux. Je crois qu'à un certain moment j'ai fini par éprouver même de l'admiration pour cet homme, comme une bonne fois Eira s'était changée en aigle tout comme son totem. Mais finalement comme il s'était moqué un peut trop de moi et l'enfant orgueilleux que j'étais pour le contrarié Eira s'était changée en corbeau. Il a sembler se moquer de moi davantage et je n'aimais pas qu'il se paie de ma tête. Alors je le boudais, mais jamais bien longtemps... Je ne saurais dire pourquoi.

Plus tard il m'expliqua que les Balms souhaitaient simplement de faire en sorte que tout le monde devait posséder un totem. Sans eux nous sommes rongé par la maladie et éventuellement la mort peut nous prendre de manière beaucoup plus prématurée. Cependant, en dépit de ce que je représentais pour lui, je me devais passé des tests, parfois c'était des tests anodins que moi et Eira devions réaliser... D'autres étaient plus pénibles autant physiquement que mentalement! Parfois je le détestais pour cela, mais au final, il trouvait toujours moyen de m'amadouer... Je ne le pardonnais pas, même encore aujourd'hui, mais je dois avouer que plus je vieillissais plus je faisait preuve de répartie, voire, d'obéissance. À moins que ce soit le syndrome de Stockholm qui prenait peu à peu sa place... Ce charmeur! Il savait tant si faire même avec des types comme moi...

Durant les trois jours précédent mon anniversaire de mes douze ans, Eira semblait hésiter entre le corbeau et la souris pour sa forme finale... L'époque ou Eira changeait de forme au gré de mes états d'âmes avaient pris fin. À mon jour d’anniversaire j'ai effectué un dernier test et elle s'est figée en souris pour toujours. Enfin, vu mon horoscope chinois je trouve que c'était approprié même si c'était affreusement cliché pour un cobaye comme moi. Mon premier cadeau? J'étais libéré d'être un cobaye. Ensuite, j'avais le choix de quitter la Black Plague ou d'y rester et devenir l'un des leurs. Il est vrai que lorsque je suis tombé entres leurs griffes, je n'avais qu'une envie; celle de partir loin d'ici. Je voulais tout faire pour partir et je n'étais pas le seul parmi ces enfants kidnappés! Cela dit, j'ai appris à apprécier cette organisation. Aussi brutale et puérile qu'elle puisse être parfois. Je me dis même que malgré ces affreuses expériences, j'avais beau m'imaginer tous les scénarios possibles essayant de trouver ma place ailleurs et mes pensées revenaient toujours auprès des Balms, auprès du Dr. Jenkins... Ils étaient devenus ma famille. Ce n'était pas la famille que je m'étais imaginée, mais s'ils n'étaient plus là, ici et maintenant, je n'étais plus rien... Je me rendis compte que je n'avais nul part où aller. Pourtant, je pouvais aller où bon me semblais, mais en dehors de ces laboratoires, même si ce n'était que de la projection, je me sentais éperdument perdu et seul. Et puis, j'avais encore tant à apprendre aux côtés de ce rouquin libertin. Je dois dire que je l'appréciais et le respectais bien plus que je ne voudrais l'admettre à l'époque, mais je ne pourrais dire en aucun cas que je l'aimais comme un père. Il n'a jamais été un parent pour moi, même si parfois je devais le prétendre lorsque nous sortions tous les deux à l'extérieur. Après tout, il avait l'âge d'être mon paternel. Il n'a qu'été mon professeur et c'est tout.

Alors donc j'acceptai de rester. Moi qui avait tant refusé d'être son apprenti, me voilà que je le suis devenu, mais ce n'est pas une décision que j'avais regretté bien au contraire! Conséquemment, Dr Jenkins ne souhaitait pas que j'habite dans les locaux du laboratoire, mais chez lui. Dans sa riche et somptueuse demeure. Dorénavant, je pouvais enfin goûter au silence. Que cela faisait longtemps que je n'avais pas profité d'un tel calme. D'autant plus que, comme je l'avais deviné, sa vie était plutôt mouvementée et donc il était souvent sorti. En son absence, j'essayais de lire des livres qu'il possédait dans ses immenses bibliothèques bien garnies, seul. Ils étaient bien compliqués pour mon niveau et parfois je me frustrais. Néanmoins j'essayais, c'est dans ce genre de moment qu'il venait à mon aide, et que j'ai commencé à apprendre, enfin, dans un meilleur cadre qu'une simple récompense. De plus, en plus, ces sessions d'apprentissages se firent de plus en plus fréquentes et il sortait un peu moins. Il m'avait tout appris ce que je sais et m'a ainsi éduqué. J'ai troqué mon vocabulaire vulgaire pour celui que l'on connaît aujourd'hui.

C'est durant la vingtaine que je commençais à faire tourner des têtes. Apparemment que j'étais plutôt beau... À croire que c'est encore vrai, je regarde parfois mes photos et je vois presque pas ou très peu de changements physiques démontrant que j'ai vieilli. Pour ceux qui me demande mes secrets de jeunesse éternelle, je n'étais qu'en mesure de répondre qu'il s'agit probablement de mon ADN à leur grande déception. Je crois que c'était plus ou moins à ce moment là qu'il avait commencé à développer des sentiments pour moi. Sentiments que je ne lui avais jamais retourné... Je n'ai jamais eu non plus la décence de l’appeler par son prénom. Pour tout dire, Il s’appelait Jupiter Jenkins. Plutôt consistant avec son totem qui était un aigle. Avant j'avais pour principe de ne jamais appeler les gens par leurs leur prénom et même leur nom, je les vouvoyais tout simplement. Cela me créait une distance de sécurité entre eux et moi. Autrement, si je ne les vouvoyais pas, c'était un signe de faiblesse et que je m'étais attaché à eux... Aujourd'hui c'est une mauvaise habitude que j'ai gardé, mais je compte bien tenter de la briser. Avec un peu d'aide cela dit. Puis, j'ai commencé à avoir quelques personnes qui m'ont confié leurs sentiments. Des femmes, et même des hommes. Je les refusais tous, car j'avais atrocement peur! J'avais peur de m'attacher à eux, et pourtant, je me rattachais à des idées, à cette organisation, à mon mentor, même si je niais que c'était par respect. Je me disais simplement que c'était parce qu'il était plus ou moins décent en dépit de son excentricité et que son intellect étaient intéressants. Alors pourquoi pas personne d'autre? Encore maintenant, je suis incapable de répondre à cette question...

Puis, il y a eu quelqu'un. Quelqu'un qui faisait battre mon cœur, autre que la science ou l'excitation que les romans ou les grandes découvertes me procuraient. Encore, que dis-je! C'était totalement différent. Eh oui, moi Fuyuuki, j'étais tomber amoureux. Pourtant, il ne ressemblait en rien à ce que je saurais apprécié ou de ce que je recherchais... Il était un larbin stupide de la Black Palgue. Il faisait simplement la sale besogne se mêlait à des bastons, du trafic de drogue et se prenait des balles pour des idioties! Un parfait Imbécile du nom de Robin. Et pourtant, jusqu'à lors, à mon grand désagrément, il semblerait qu'il ait été mon imbécile préféré... Je ne lui avais jamais parler jusqu'au jour, où, en tant que médecin au noir, je devais le soigner pour une balle qui s'était pris dangereusement près de la colonne vertébrale. Grâce à mon excellent travail sur ce crétin, je lui avais épargner de finir ses jours en chaise roulante... Qu'avait-il fait pour me remercier autre que de me payer grassement? Se blesser de nouveau dans une bagarre inutile... Mes visites devenaient alors de plus en plus fréquentes. Je l'ai détesté longtemps ce sombre idiot se prenant mes sermons plus d'une fois. Cela dit, il était loin d'être un bel inconnu sorti de nul part. Il était lui-même un des enfants kidnappés par l'organisation lui aussi. Il avait passé les mêmes tests que moi et pourtant on ne s'était jamais adressé la parole. Cela dit, lui-même, tout comme moi, faisions partie de la même mafia. De la même famille.

Il était odieux et entreprenant aussi. Si bien qu'il m'invitait à sortir pour apprendre à me connaître. Tête de mule comme j'étais, ayant toujours ma fougueuses jeunesse, je le repoussais sans gêne. Sa ténacité qui était presque identique à la mienne était impressionnante. Puis, au final, en dessous de cette allure de macho désagréable et sans cervelle qu'il projetait, il était bien plus intelligent et semblait partager la même vision que moi... Ce qui me surprend c'est à quel point il m'avait si bien cerné... Il comprenait et partageait mes peurs. C'était hallucinant à quel point, il me comprenait si bien. Il avait pris un risque en révélant son véritable visage de la sorte, il savait que cela me pousserait à le fuir sans doute. Pourtant, il n'en fut rien. Comme quoi, après quelques années il a réussi à me séduire bien que nous n'étions pas ensemble encore. Puis, un beau jour, il arrive ce funeste jour où mon tuteur est décédé dans une attaque fait par les Curses qu'ils ont déguisé en accident aux yeux des autorités...

On avait célébré des funérailles pour lui. J'étais dorénavant majeur et j'étais suffisamment âgé pour m'occuper de moi-même. Cependant, moi, qui était son héritier et la personne la plus proche de lui, je n'ai pas su verser de larmes ou ressentir quoi que ce soit par rapport à son décès. Je ne ressentais rien. Ce qui avait insulté ses proches amis que je connaissais... Certains ont même pensés que je les trahissais en cachette avec le clan opposé; les Curses... Robin lui, il a tout de suite compris, il avait compris ce qui se passait avant même que je ne le comprenne moi-même. Il est venu prendre ma défense. Toujours avec sa brutalité typique. Une fois seul avec lui, il a fini par briser mes barrières que je m'étais montés... J'avais toujours eu horreur qu'il saisait si bien ma vulnérabilité! Même si quelque part ça me soulageais un peu. Finalement, c'est grâce à lui que j'ai commencé à vivre mon deuil... J'ai pleuré, mais pas de tristesse, de colère, je me sentais abandonné, et comme je savais que ce n'était pas un bête accident comme on le prétendais dans les journaux, non! C'était de sa faute s'il m'avait abandonné. Ou du moins, c'est l'impression qu'il m'avait laissé. Alors, moi qui n'avait rien, j'avais tout donné pour rester... Je lui en voulais si terriblement.

Si ce n'était pas de Robin je n'aurais jamais réalisé tout ces sentiments. À croire que c'était sa mort qui m'avais fait décidé de vivre avec ce rustre que j'aimais tant. C'est plutôt ironique sachant qu'il m'avait aimé lui aussi. Tout ce passait bien entre moi et ce singe. Car oui, son totem était à son image, un singe... Un singe lion pour être exacte. Un petit mammifère en voie d'extinction. Eira, elle aussi avait détesté ce duo longtemps, mais apparemment que tout comme moi, ma liée était tombé amoureuse de son totem. Tout se passait plutôt bien. Il continuait ses imbécillités qui me faisaient rouler des yeux et sourire. Quant à moi je m’acharnais sur ma recherche ainsi que des études que j'ai entrepris en médecine et en archivistique. Pour des fins pragmatiques bien sûr. J'ai fini par obtenir ces deux diplômes avec une facilité enfantine. Au moins, cet adorable crétin m'appuyait dans mes démarches. Je voulais faire abolir les tests effectués sur des enfants. Il semblait du même avis et m'a promis de venir m'appuyer dans ma cause. Qu'importe ce que je faisais par contre et aussi persuasif je pouvais me montrer, rien à y faire. Ils ne voulaient pas changer d'idées. Puis grâce à Robin, j'eu un éclair de génie! Je commencerais par détourner leur attention sur une recherche qui frisait la science fiction; le multivers. Il y avait plusieurs théories, mais aucunes preuves et aucunes formules concrètes n'avaient été découvertes jusqu'à ce jour! Mais, et si nous pouvions visité la dimensions des Totems? Et si la brèche était plus grande? Cela permettrait-il la facilité à certains totems de s'inviter dans notre dimension et se lier auprès des être humains qui n'étaient pas liés encore à eux? Serait-ce possible? La première fois que j'ai sorti ces idées complètement tordues, Robin à rit de moi et m'a traité de « scientifique fou! ». « On dirait le professeur Jenkins quand tu parles comme ça » M'avait-il ajouté Je lui étirais un rictus lui rétorquant qu'il devra faire avec ~

Même si mes idées semblaient irréalistes, ils ont tout de même acceptés après tout, nous étions pile dans la province ou tout cette parution des totems avait commencé. Il était facile de se déplacer et d'aller étudier la brèche en question. C'était un bon départ et tout allait de bon train. Je me donnais corps et âme pour ces recherches. Moi tout comme Eira, qui lisait et relisait les théories de Steven Hawkins, Albert Einstein et d'autres scientifiques exceptionnels de renom qui eux aussi se sont intéressés au multivers. Je savais que ce serait complexe et ardu, et je m'attendais un peu que tout comme n'importe quel autre chercheur je ne saurais achever mon œuvre en une seule vie... Mais, c'était bien plus compliqué que tout ce que j'avais imaginé. Parfois je me sentais découragé et à plusieurs reprises, je fis face à d'intenses frustrations. Ces recherches... ont fini par me coûter mon couple...

Malgré qu'on a passé nos plus belles années ensemble, que chaque jour, nous étions plus amoureux de l'un et de l'autre qu'hier et moins que demain, notre amour déclinait. Un déclin qui a éteint cette flamme entre nous... Ça avait commencer par de la distance, et ensuite plusieurs disputes qui ont fini par éclater... Finalement, c'est lui qui a rompu... Alors, je suis parti, plus décidé que jamais de me noyer dans mon travail. Je crois que c'était ce qui le frustrait le plus même s'il savait que c'était mon mécanisme de défense qui était en marche. Je faisais comme si nous nous étions jamais connu... Il a beau m'avoir laissé, je crois qu'il savait mieux exprimer à quel point il en souffrait que moi. Tel à mon habitude j'ai simplement fuit mes émotions. Enfermer dans une petite boîte donnant cette impression de froideur sans émotions... Alors que c'était absurdement faux! J'avais souvent songé à lui. Trop souvent! Retourner le voir, m'excuser et pouvoir de nouveau être avec lui, mais en même temps, je ne voulais pas, par crainte et par orgueil. Ces deux défauts qui me guettent si bien... Alors, je m'étais dévoué à une vie de solitaire. Sans amour, sans famille même si la Black Plague était devenue ma famille jusqu'à un certain point et sans amis... À vrai dire, je n'avais jamais eu d'amis jusqu'ici. À l'exception de mon totem, ma jolie petite Eira.

Je poursuivais mon petit train de vie en tant que bibliothécaire et j'avais mis une pause sur ma recherche sur laquelle je me questionnais si elle était vraiment utile? Après tout c'était à cause de cette ambition irréaliste que j'avais même gâché ma vie... Une partie du moins pas tout. Quoi que depuis j'avais une mauvaises habitude qui se développait petit à petit c'est à dire noyer ces états d'âmes dans l'alchool. Je fis une rencontre plutôt étrange... J'étais tellement bourrer que je me dis que ça devait tenir du miracle que je me souvienne d'une telle rencontre... Enfin presque... Je me souviens plus ou moins de ce dont on a parler, car c'est ce qui à le plus marquer dans mon souvenir. Je me souviens que je conversais avec une femme? Qui? Aucune idée!

Ça commencer quand elle m'a payer un verre, on a parler de tout ce qui nous pourrissait la vie. Je ne pensais pas m'ouvrir autant et pourtant je l'avais fait. Avec une étrangère de surquoi! Puis de fil en aiguille j'ai aborder un sujet qui me pesait beaucoup, néanmoins, je ne pensais pas que ça aurait eut cet effet ça m'a fait du bien et suivis de ses paroles, je ne pensais pas en avoir eut autant besoin d'entendre ces mots. J'avais parler comme quoi j'avais souvent le sentiment qu'on m'abandonnait, elle m'a affirmer le contraire évidement. L'ironie c'est qu'en partageant le fait que je me suis souvent sentis abandonné, elle c'est tout le contraire... Elle sentais beaucoup qu'elle repoussais les gens d'elle à cause d'elle même, elle a même dit qu'elle n'avait que des regrets. En partageant un peu de nos vécu contradictoire elle fini par me dire "Peut-être-t-on ils abandonner? Mais as-tu seulement songé une seconde que c'était vraiment ce qu'ils voulaient? Comme tu dis, nous avons toujours le choix, mais parfois les meilleurs options se limitent et il ne nous restes plus que les choix les moins pire à prendre... Ce que j'essais de dire c'est que peut-être tu devrait considérer que malgré leur mauvaises décision peut-être ont-ils seulement fait ce qu'ils pouvaient, qu'ils ne voulaient pas intentionnellement te faire du mal, même si c'est arriver malgré eux." Ces mots m'avaient bien cloué le bec et m'avaient fait beaucoup réfléchir... Même lorsque le bar s'est fermer on a continuer à picoler et à parler... Cependant alors que je me suis endormi dans le parc, elle avait disparu... Le reste était floue, mais son conseil m'a bien marquer.

Les jours passaient et ayant pris beaucoup de recul pour réfléchir, j'ai fini enfin par pardonner à ces quelques personnes que je ne pouvais que compter sur les doigts de la main qui étaient importants dans ma vie, tant par leur présence que dans leur absence... Après tout, peut-être avais-je été injuste et n'ai pas considérer tous les possibilités. Durant des années je me suis trop efforcé à voir le pire en chaque être humain plutôt que de m'ouvrir un peu plus les yeux de voir que parfois... Je dis bien parfois! Du bon. Ou du pas si mauvais. Peut-être qu'à jeun mon opinion aurait été simplement que cette mystérieuse inconnue étaient naïve. Bien que ça ne change rien à ce qu'elle m'a fait ressentir et le changement qu'elle a enjendrer dans mon esprit... Ce qui m'a marquer aussi c'est qu'elle m'a confesser ce qu'elle aurait voulu dire à l'enfant qu'elle avaient abandonner, qu'elle a chercher durant des année sans jamais le retrouver... Et, alors que j'étais habituellement un être plutôt froid, j'ai été touché par cela même si ça ne s'adressait pas à moi j'ai presque fait tout comme sans savoir pourquoi. C'est ainsi que j'ai pu pardonner à ma mère. Pour la toute première fois, je savais ce que c'était de pardonner.

Après avoir pardonné ma génitrice, j'ai fini par pardonner à Jupiter... Que c'était étrange... je l'ai connu durant 17 longues années, et 3 ans après sa mort que j'ai pu prononcé son nom pour la première fois, sans aucune honte, bien qu'avec une voix qui se brisait sous la nostalgique. J'ai même pardonné à Robin, lui aussi, même si en réalité, c'est moi qui l'avait abandonné plus que l'inverse. Je lui avais reparlé, mais on en se tenait qu'à cela, car lui aussi il avait tourner la page et m'avait oublié pour un autre. J'étais jaloux, mais cela ne m'a pas empêché de sourire sincèrement à leur bonheur, même si je me sentais attristé. Il m'a cependant redit la même promesse qu'il m'avait faite. Qu'il m’appuierait et viendrait me défendre pour mon but. Ces mots ont sut faire battre douloureusement mon coeur, bien que je fus tout de même reconaissant qu'il veuille toujours tenir la promesse qu'il m'avait fait...

Malgré tout ces émotions fortes que j'ai éprouvé à mes 28 ans, j'ai continué ma vie moi aussi. Me dévouant à mes recherches, espérant trouver une quelconque formule concluante qui puisse intéresser mes supérieurs suffisamment pour ne plus prendre de jeunes enfants en tant que cobayes. Après ces épisodes émotionnels ou je vidais ma bouteille de toutes ces émotions que j'avais emprisonné, je les avais vidées. Croyez moi, il s'agissait une question de jours avant d'imploser, si je n'avais pas rencontré ma mère. Il y avait longtemps que je ne m'étais pas senti aussi bien et en paix avec moi-même.  Jusqu'au moment où ont avait célébrer mon anniversaire, ayant quelques peu oublié que je fêtais déjà mes 33 ans... J'avais déjà passé le cape de la trentaine et j'avais su échapper à la crise trentenaire jusqu'à aujourd'hui... Celui où on réalise que l'on ne désire pas mourir tout seul... Un élan de panique m'a soudainement pris, cette panique de perdre encore une fois le contrôle de sa vie et la laisser entre les mains de la peur. Une panique solitaire pour lequel j'étais le seul à vivre. Ma souris doit penser que j'en faisais tout un plat pour rien. Il n'empêche que cette sombre crainte m'a sournoisement rattrapé! Encore, j'avais de la chance! Puisque mon corps ne semblait pas démontrer de trace de vieillissement, il n'était peut-être pas trop tard. Peut-être que le temps était venu pour que je remédie à ce qui me faisait si cruellement défaut? Sans oublier mes ambitions, tout en prenant soin de ne pas répéter mon erreur avec mon premier amour... Espérons que, cette fois-ci, j'y arriverais tout en faisant de ma recherche un succès! Serait-ce trop avare d'émettre de tels requêtes? Demandais-je l'impossible? Qui sait, peut-être bien, mais je serais confronté à une autre décision déchirante à prendre, mais, je ferais ce choix en temps et lieux, pour le moment, je vais faire de mon possible pour réaliser tous mes désirs et ambitions... Et c'est sans plus tarder que cela commence, maintenant!
Derrière l'écran

Pseudo sur internet : Atsuki
Age : 25 ans
Code:
[b]Kasuka Heiwajima[/b] de Durarara!! - [url=http://totem-emblem.forumactif.com/u186]Fuyuuki Jenkins[/url]
Comment as-tu connu le forum ? DC
Comment trouves-tu le forum (contexte, design...) ? Toujours aussi beau ~ surtout avec les melons d'eau partout qui donne faim <3


Dernière édition par Fuyuuki Jenkins le Ven 19 Oct - 22:37, édité 2 fois
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
01/10/2017
Messages :
769
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Lun 15 Oct - 8:57
Des nouvelles ?
Voilà quelques jours qu'on n'a pas vu le bout de ton nez, des nouvelles ?
N'hésites pas à demander un délai si tu as besoin. Sans nouvelles de ta part dans 7 jours, ta fiche sera archivée et ton compte supprimé. Merci de ta compréhension, des bisous ~

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !



 
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
102
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Lun 15 Oct - 17:03
La modification est en court c'est juste que mon irl passe quelques peu en priorité merci de votre compréhension :3

Je devrais pouvoir poster mes modifications cette semaine

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
01/10/2017
Messages :
769
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Mar 23 Oct - 15:03
Fiche validée !
Cette fois-ci c'est la bonne ! J'ai encore vu quelques fautes mais je ne vais pas faire trainer en longueur plus longtemps, fais juste attention durant tes rps ! En tout cas c'est tout bon pour moi sisi

BREF. Ceci étant dit, tu es VALIDÉ(E) ! Alors n'hésites pas à vérifier si ton avatar a bien été recensé ICI, ton totem ICI, ton métier ICI et à aller demander ton logement ICI (facultatif). Tu peux aller demander un RP dans CETTE ZONE, avec ce formulaire. Et puis peut-être faire ta fiche de lien dans cette zone, si l'envie te prend. Si tu n'es pas inspiré pour le codage, on a mis un code en libre-service à votre disposition !
Voilà, des bisous ♥️

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !



 
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum