Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
21/08/2018
Messages :
7
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 21 Aoû - 17:37
Billy Rothman
Prénom Nom : Billy Rothman
Surnom : Bill… Kill Bill LOL
Age : 26 ans
Sexe : Male
Orientation : Pan !
Origine(s) : Américaines
Nationalité(s) : Américaine
Métier/Etude : Infirmier(e)
Groupe : Totem de compagnie
Caractère
Billy. Saint est le Billy.... Quoi ? On raconte de la m- Pardon, il y a des enfants ici- n’importe quoi ? Hum, pas faux. Faut dire qu’avec toi, on a toujours l’impression que tu débites des âneries tout le temps et sûrement à tout le monde. Personne n'est à l'abri d'une petite blague de ta part, en particulier lorsque ton sourire narquois s'affiche sur ta tête. C’est que tu es légèrement loufoque sur les bords. Tu t'amuses beaucoup des autres, uniquement parce que les réactions des gens titillent ta curiosité.
À part cela, tu te considères comme sympathique, assez facile à vivre -à croire que tu n'as jamais de problèmes dans ta vie-, un brin hédoniste dont l’humour ironique mélangé à une bonne touche de graveleux dans la pâte qui fait de toi, un super gars. Dire que Draco Malfoy est ton poto BBF, que dis-je, ton âme-sœur tendrait plutôt à prouver le contraire mais bon, si tu le dis...

À toutes ces merveilleuses qualités, il faut rajouter ta vantardise. Tu es le genre de gars à faire les louanges de ce que tu as. Et pourquoi cela ? Tout simplement parce que tu as le plus beau métier du monde et plusieurs avantages à ton arc. Pas la peine de les décrire, tu le feras dès que l’occasion se manifestera, ou pas. Si tu le pouvais, les photos de « tes beautés » circuleront tous les jours. Par contre, on touche avec les yeux.
Dans tous les cas, tu fatigues tout le monde avec ça, toi y compris, mais c'est plus fort que toi. Cette façon d'agir sans prendre le temps de peser le pour et le contre te met parfois dans des situations que tu as toi-même organisé. Oh bien sûr, tu n'en sors pas toujours indemne, mais tu préféreras en rire qu'autre chose. Tu ris de tout de toute façon, tu mets un point d'honneur à toujours garder ta bonne humeur. Heureusement que ce n'est pas le cas à ton boulot et que tu apportes une attention particulière à tes gestes. Cela n'empêche pas les autres de passer derrière toi pour en être sûr malgré ton amour pour ta profession.
Remettre en cause ce en quoi tu tires une satisfaction personnelle provoquera toujours en toi autant d'irritation que les changements brutaux de températures. Tu ne t'y habitueras jamais. Les changements de temps, hein.
Totem
Coyote - Transformation, malice, humour. C'est un animal sournois et trompeur. Il aime tromper les autres et lui-même. Il tombe dans ses propres pièges et cela ne lui sert pas de leçon. L'énergie du coyote nous apprend qu'il ne faut pas avoir peur de faire le clown, de se retrouver dans des situations difficiles. Le coyote enseigne qu'il faut savoir rire de soi, c'est comme ça qu'on sort vainqueur. Le coyote nous montre notre côté fou.
Bell, de son nom scientifique Canis latrans mearnsi est un coyote du mearns faisant tout juste cent deux centimètres pour une quinzaine de kilos. Son aspect fin dû par ses grandes oreilles pointues, son museau effilé et sa fourrure dont la couleur varie du gris sur le dos au fauve sur les pattes, adoptant des nuances plus ou moins claires. Le dessous du corps et de la tête sont quant à eux gris blanc. Comme tous ceux de son espèce, ses yeux sont jaunes et légèrement en amande.

Ressemblances avec son humain : Joueur, il ne refuse jamais un moment d'amusement. ▬ Curieux, il ne faut pas grand-chose pour attirer son attention, mais il en faut beaucoup plus pour la détourner. ▬ Énergique, Bell préféra tourner en rond dans une pièce que se poser. Billy s'est souvent demandé ce qu'il pouvait bien faire quand lui dormait. ▬ Persévérant. Encore et toujours. Malgré les relâchements, il finira toujours ce qu’il a commencé.  ▬ Joyeux, Billy n'a qu'à voir sa démarche guillerette pour avoir un regain d'énergie. ▬ Gourmand, il ne refusera point les douceurs qu'on lui offre (et il ne ratera pas une occasion de narguer Billy pour le faire oublier sa stupide lubie de restriction calorique.). Pourtant les totems n’ont pas besoin de manger, mais vous pouvez compter sur Bell pour finir vos restes. Garantie sans gaspillage. ▬ Espiègle. Mordiller le bas de pantalon pour mieux vous ignorer juste après avoir capter votre attention est toujours une bonne activité aux yeux de Bell. ▬ Déconcertant. Combien de fois Bell amène des affaires devant une personne pour les lui montrer... Et l’empêcher d’y toucher. ▬ Insouciant. La vie, c’est bien. N’importe où, voire même avec n’importe qui. ▬ Astucieux ils finissent toujours par trouver une solution pour faire croire que tout était calculé depuis le début. À la MacGuyver. Dommage que ça perde de son efficacité avec les proches.

Différences avec son humain : Casanier, il est clair qu’entre rester à la maison et voyager dès que l'occasion se présente, le choix est vite fait ▬ Naïf, voilà pourquoi il tombe inlassablement dans les mêmes pièges ▬ Dépendant, il est bien rare à Billy de ne pas lui marcher dessus au moins une fois par jour tellement Bell reste dans ses pattes.
Physique
Aux dernières nouvelles, ton mètre soixante-dix-neuf supporte très bien tes soixante-dizaines de kilos. Et pour cause, ta condition physique, tu l'entretiens à la salle quand l'envie te prend et que tu as le temps. Résultat, tu es plutôt bien musclé sans trop en abuser. Tu dis que tu n’as pas trop le choix avec le métier que tu fais - mieux vaut avoir la forme lorsque l’on bouge d’un bout à l’autre d’un hôpital tout au long des gardes - mais en réalité, l’embonpoint de ton père te fait peur sur ton apparence future, alors autant prendre de bonnes habitudes dès maintenant.

En parlant d’habitudes, tu en as des pelles sur ta personne. Par exemple, si on s'attarde sur ta peau qui fut miraculeusement épargnée par ta négligence lors de ton adolescence, tu as cette sale manie de te gratter le ventre au niveau des trois vestiges de quelques centimètres de diamètre de la seule opération chirurgicale que tu as reçu, et ce jusqu’à ce que tu prennes ta douche. Puis, il y a ce moment quand tu t'habilles le matin et que tu te dis que tu t'es clairement trompé de vocation. Mettre une chemise et un pantalon en toile, c'est le comble pour un infirmier qui doit se changer en tenue réglementaire pour se mettre à bosser. Seulement l'envie -ou le traumatisme, au choix- de bien se vêtir te saisit sans vraiment que tu n'y prennes gare. Sinon, tu te contentes d'un simple jeans uni. Tu es du genre propre sur toi. Ouep, les salons de manucure et les salons de coiffure ne te sont pas inconnus. Enfin, ça c'est lorsque tu as un but bien particulier à l'extérieur des murs de ta tanière. Chez toi, c'est une autre histoire : Sweat ou t-shirt imprimé, joggings ou jeans crocs, on est loin du swag que tu peux avoir à l'extérieur. Il en va de même pour ta pilosité faciale. Dehors, ton visage est rasé de près, mais quand tu campes tel un joueur de CoD, elle a plus de chances de pouvoir vivre sa vie.
Contrairement à ce que pourrait penser les autres, la seule raison pour laquelle tu te regardes aussi souvent dans la glace, c'est pour évaluer la repousse trop rapide à ton goût de ces poils sur ton visage.
Voilà un soin minutieux en dents de scie que tu n’accordes pas à tes cheveux. Ouais, tu es sélectif en vrai. Tu t’attardes un tant soit peu sur tes cheveux pour ne pas qu’on ait l’impression que tu ressembles à un épouvantail. Enfin, selon ta propre vision du monde, en adepte des couvre-chef que tu es. Bonnets, casquettes, bandeaux… Tout y passe sur tes cheveux châtains de longueur moyenne lorsque tu ne les laisses pas délibérément ébouriffés. Sauf l’élastique. C’est un crime les gens. Comme les leggings en guise de pantalons. Même cela tu le sais.

Les expressions de ton visage ne sont pas épargnés eux non plus, comme tu veux que ton visage affiche ce que tu ressens. De là à dire qu’il est très expressif au point de te lire comme un livre ouvert, non. Cependant, tes dents alignées qui se laissent voir entre tes lèvres à l’arc de Cupidon marqué lors de tes sourires dont tu as le secret facilite grandement la mise en garde de ta future idiotie en préparation. Une chance pour le monde que l’on t’ai appris à sourire pour ne montrer que ton contentement.
D’ailleurs, il reste encore une partie de ton visage à décrire : tes yeux noisettes surplombés par des sourcils dignes de ton paternel et dissimulés derrière tes lunettes... Tu es aveugle comme une taupe sans elles, selon tes dires. Tu avais envisagé, fut un temps de te faire prescrire des lentilles de contact, cependant, ton corps est bien trop conditionné par tes mimiques.
Bien qu'ils peuvent te donner un air hautain -déjà que ta mauvaise habitude datant de ta jeunesse à garder la tête haute pour que ta précieuse monture ne glisse pas sur l’arête de ton nez n'ait pas aidé-, ces bouts de verres ont l'avantage de se retirer d'un seul geste. Sans compter que  le simple fait de t’imaginer rehausser tes lunettes dans le vent te rend mélancolique. Et puis tu avais fini par apprendre à dormir avec au malheur du portefeuille de tes parents qui sous-estimaient ta capacité à agir stupidement.
Histoire
« ONCE UPON A TIME »
First • To • Fourteenth times
Ton enfance fut paisible à Denver, entre les frasques de ta mère et la cool attitude de ton père quand il ne se prenait pas pour le prochain inventeur de l’année. Être enfant unique t’apportait bien des avantages aussi. Déjà, les petits caprices que tu faisais et qu’on laissait passer parfois. Ouais, ouais, on parle encore de cette histoire de lunettes glissantes que tu refusais de changer. Ou ta phase, je veux faire ce sport, puis un autre pour finalement faire de la musique et ainsi de suite. Ou encore le chien familial que tu as obtenu en marchandant le jour de ton opération de l’appendicite ; tu avais appris avec les meilleures, aka ta mère pour jouer la comédie et ton père pour le je-m’en-foutisme royal. Bref, tu étais un enfant qui voulait tout faire à la fois tant ces choses piquaient ta curiosité.
Ce comportement un peu dissipé n’était jamais aussi présent qu’en cours. On te le signalait souvent à l’école, mais tu n’en prenais cure car tes parents -du moins, ta mère qui arrivait toujours à trouver une place au sein des conseils des parents d’élèves- te défendaient envers et contre tous. Tu préférais jouer qu'écouter les enseignants et ceux-ci ne pouvaient que se tirer les cheveux pour ne pas avoir réussi à garder ton attention et le calme plus de dix minutes, en dépit de tes facilités évidentes d’apprentissage.

À défaut de vraiment apprécier l’école, tu arrivais toujours à avoir des notes potables lors des contrôles, grâce à l’acharnement quotidien de ta mère à te faire bosser une fois rentré chez toi, histoire de garder le niveau et la face auprès de ses amies. Et puis, il fallait se l’avouer : leur manière d’enseigner était rasoir tout plein. Ce qui n’était pas le cas concernant les sciences, en particulier la biologie ; l’année où tu avais étudié le corps humain était la meilleure de ta vie.
Heureusement pour toi, tu as eu des profs qui se démarquaient des autres par leur approche ou leur façon de donner envie d’apprendre, non pour toi-même, mais pour les rendre fier de tes réussites. Et ça t’avait changé de ta vie scolaire assez pourrie, avec ta pseudo image du maigrichon à lunettes qui se permettait tous les affronts parce que sa mère le protégeait, alors qu’il n’y avait pas plus dissipé que toi. Pauvre de toi, tu n’avais pas eu de chance en grandissant plus vite que tu prenais de poids, mais tu pouvais compter sur tes amis envers qui tu as longtemps pensé que tu leur faisais pitié avec tes réflexions et blagues frôlant l’absurde ignorance. Sans oublier tes choix vestimentaires qui n’ont pas tellement changé depuis le “relooking” organisé par tes amis.
Etrangement, tes parents avaient approuvé et participé à l’horreur que fut cette période de rappel à l’ordre. La traitrise à tous les étages. Ils n’avaient qu’à le dire qu’ils te trouvaient moche tiens. Oh wait, peut-être bien qu’ils s’en étaient déjà plaints à un moment donné dans ta vie avant ton entrée au collège. Et peut-être bien que des vêtements de marque traînaient dans le fond de ton placard. Bah, au final tout le monde était content du résultat, toi y compris. Comme quoi, le changement a du bon parfois.

« NEW BEHAVIOR FOR NEW LIFE »
Fifteenth • To • Twenty-second times
Déjà quinze ans que tu étais sur cette terre et tu arrivais désormais à tourner ta langue deux fois dans ta bouche avant de parler et on appréciait enfin ton sens de l’humour/auto-dérision. Et puis, tu commençais enfin à ressembler à quelque ch- à un jeune homme pas trop moche, grâce à tes efforts vestimentaires, si l’on comptait le nombre de personnes qui t’approchait. Comme quoi, le passage rapide de ton totem en sa forme définitive quelques années plus tôt t’aurait peut-être mis la puce à l’oreille si tu lui avais prêté plus d’attention, mais comme d'habitude, tu avais à peine haussé les épaules lorsque ce fut terminé. Ouep, le plus intéressant pour toi était le changement de forme, mais même cela n’avait pas été particulièrement spectaculaire. Pour toi, cela prouvait juste que tu étais resté le même : cool, pas de prise de tête et tout prendre au cinquième degré. Et ce ne fut pas facile pour ne pas faire de ta vie une série dramatique avec tes hormones qui ont participé à la fête qu’est l’adolescence.
On t’avait gentiment surnommé papillon à cause de ta vie sentimentale. Tu allais de relation en relation -et encore le mot est fort- de durée variable sans vraiment prêter d'attention particulière à tes partenaires. Une hécatombe pour tes amis qui tournaient de l’œil devant tes nouvelles conquêtes et qui n'avaient de cesse de te demander ce que tu cherchais vraiment en acceptant chaque déclaration. Toi-même tu ne savais pas quoi leur répondre d’autre que satisfaire ta curiosité. Connais toi toi-même, visiblement cette devise leur était inconnue ou ils n’en apportaient pas plus d’importance que cela. Après tout, ce n'était pas toi qui cherchais les partenaires, mais eux qui venaient à toi. C'était également eux qui te larguaient comme un moins que rien. Et ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient, tu n'étais jamais vraiment impliqué sentimentalement dans tes histoires, rejetant d'un revers de main et d’un “comme tu veux” à chaque séparation, te disant que visiblement vous n’aviez pas la même vision du couple.

Le seul vrai problème à ta vie restait dans quel métier tu allais exercer le long de ta vie. Ton cœur oscillait entre diffuser la connaissance auprès de morveux, bien que le apprendre par cœur te rebutait toujours autant, et apporter ton aide dans ce monde sanglant et rempli de quêtes de connaissances que sont les sciences. Dans les deux cas, ta future profession te demandait ce que tu avais évité de faire volontairement durant jusqu'ici : étudier sérieusement, ce que tu te résignas à faire, consacrant quatre années suivantes pratiquement qu’à cela après que tu aies décidé que le savoir et la pratique dans le domaine de la santé était bien plus attrayant et stimulant que celui de l’éducation nationale. Entre temps, tu profitais de tes pauvres et très courtes périodes de répit pour sortir avec les amis qui eux comprenaient ce que ce que ta formation impliquait et rencontras plein de personnes aux personnalités éclectiques. Dont ton premier amour.

Tu n'avais rien fait, en tout cas, pas dans l'immédiat... Ni après coup. Il se pourrait bien que tu l’avais déjà repéré dans les couloirs de ton lycée à l’époque sans oser l’accoster, mais à présent elle se démarquait vraiment du reste des autres : émancipée, un brin fofolle avec ses cheveux roses, sûre d’elle et de ce qu’elle fera plus tard ; bref, un peu comme toi. Son intérêt en pharmacologie et toxicologie était en phase avec tes études d'infirmière. Ça et toutes les autres choses qui piquaient ta curiosité. Et ta surprenante circonspection avait été la nouvelle taquinerie de tes proches lorsque tu t’étais retrouvé en couple avec cette personne aux cheveux pastels.

Deux ans plus tard, te retrouver à jouer chauffeur-accompagnateur et assistant des sorties avaient fini par encourager ton envie de pâturages plus verts, et quels pâturages !
Ton intérêt soudain pour la programmation et les conventions n’étaient pas passés inaperçu. Pour preuve, tu accompagnais tes amis dans cette raillerie sur ton comportement. Comme si tu avais du temps pour t’y plonger vraiment. Au final, tu n’en connaissais pas plus qu’à présent, mais cela avait servi de bonne base lorsque tu parlais avec Paolo par Skype d’où, fidèle à toi-même, déblatais des conneries dans le seul but de l’entendre rire. En particulier lors de vos longues séances de rattrapage du temps passé sans contact, que cela fut à cause de tes études ou du planning chargé de Paolo. tu n’avais étrangement pas lâché l’affaire et on peut dire que ce ne fut pas une partie de plaisir de rester aussi longtemps “ami”.

Qu’est-ce qui t’avait plu ? Peut-être cette impression de satisfaction lorsque tel geste ou tel réflexion donnait des réactions plus insolites les unes des autres ? Sa sincérité dans ce qu’il faisait ? Cette liberté de faire des choses sans avoir à rendre des comptes que tu avais perdu avec Roxane ? Quoi qu’il en soit, l’envie de connaître toutes les facettes de cette personne qui finissait toujours par se faire submergé par la vie avait eu raison de ton affection pour elle. Tu le kiffais, mais tu n’avais pas envie de précipiter les choses comme il s’était passé avec Roxane que tu avais largué presque aussitôt la découverte de tes sentiments. Tu parles d’un temps de réflexion. Champion.

« LOST : MISSING PIECES »
Twenty-second•To•The last time
La vie, c’était cool depuis que tu travaillais dans le CHU de ta ville. Tes heures de garde étaient chargées et épuisantes, mais si valorisantes. Une chance que le déplacement ne prenait pas plus d’une demi-heure. Ouais, tu ne t’étais pas foulé dans ta recherche de job, mais en même temps, tu t’étais assuré d’avoir une place lors de tes stages là-dedans. Connaître tes futurs collègues avant même d’avoir fini ta formation avait permis une intégration encore plus rapide. Tu envisageais même de continuer tes études pour te spécialiser tellement ton métier te plaisait. Il ne te manquait plus que les enfants -tu entends par là des vrais, pas ta chienne- jouer dans le jardin pour qualifier ta vie d’épanouie.

Ouais, ton insouciance n'avait jamais été aussi prononcé que jamais. À ce niveau là, c'était du déni. Déni de cette fin d'histoire imminente aux yeux de tous sauf les tiens. Idiot que tu es. Tu avais laissé traîner les choses sous prétexte que tout rentrerait dans l'ordre une fois que la folie de vos jobs marathoniens seraient moins denses. Tu avais bien rongé ton frein pendant trois longues années avant de pouvoir choper ton prix à savoir, Paolo -la comparaison à un jeu mobile sur des créatures capturables en les amadouant à coup de baies serait tout à fait fortuite.-, que serait-ce quelques mois d’attente, hein ?  
Mais attendre quoi ? Oh, juste un signe de vie de sa propre initiative.

Depuis qu’il s’était installé à Toronto pour suivre sa formation, tu le forçais gentiment à garder le contact, quitte à dormir très peu après ton boulot, dans le seul espoir d’entendre, à défaut de voir briller dans ses yeux, cette lueur de passion qui l'animait lors de vos conversations. Et à chaque réponse courte de sa part, tu regardais Bell étendu sur Jolly ta chienne, comme un vieux sac usé par le temps et la vie à tes pieds. Tu faisais pitié sur le coup. C’était à se demander si tu ne t'étais pas jeter à corps perdu en heures supplémentaires et toutes autres activités avec tes potos quand tu trouvais miraculeusement le temps pour endiguer le mauvais présentement dans le coin de ta tête lorsque tu laissais délibérément quelques jours sans lui donner de tes nouvelles. Au lieu de cela, tu craquais et lui laissais à nouveau des petits messages et esquissas des sourires quand le petit vu à côté de tes messages Messenger s’affichait.

Tu n’eus le déclic que lorsque Ty Rothman, ton propre père te demanda depuis combien de temps tu étais de nouveau sur le marché des célibataires, sous le prétexte qu’on n’entendait plus tes monologues sur tes conquêtes. Déjà, wow la claque devant l’impression qu’avait ta famille de toi et ensuite, ce temps était révolu depuis tes dix-huit ans. Bon okay, depuis tes vingt-quatre ans, c’est-à-dire depuis l’installation de Paolo à Toronto. D’ailleurs, en calculant bien, tu avais passé plus de temps dans la conquête de son cœur que de temps en tant que couple.  Moins de deux ans et déjà la rupture pointait le bout de son nez. Tu n’avais pas envie de réfléchir trop longtemps à cette éventualité. Oh que non. Nope, tu n’avais pas l’intention d’être passif cette fois-ci.

Tu pouvais encore entendre ta mère te dire à quel point tu étais stupide d’abandonner ta vie si bien rangé pour une amourette à l’autre bout du monde et qu’elle ne t’aiderait plus à rembourser ton prêt étudiant si tu partais, tandis que ton père se contentait d’un thumb’s up en arrière-plan pour ne pas se faire remarquer par sa petite femme. Au final après avoir pesé le pour et le contre, c'était plus facile pour toi de le rejoindre que l'inverse. Et ce fut long. Long à faire les démarches administratives. Long à attendre les réponses. Long à obtenir les bons papiers, mais encore plus long à voir Paolo perdre foi en vous, sans pouvoir physiquement intervenir.
Ainsi, ton visa de travail et la confirmation de ton emploi en poche, tu roulas jusqu’à chez lui pour sonner à sa porte, les valises à tes pieds et ton sourire significatif qui était toujours présent sur ta face.

Il fallait vraiment que tu l’aimes ou que tu sois vraiment con pour autant persister. Tu penchais tout de même pour la seconde partie à chaque fois que tu voyais la tête ronchon des mauvais jours, ne pouvant retenir ce petit ricanement au rappel du surnom qu’on t’avait donné plus jeune. Si toi tu étais un papillon, alors Paolo devait être cette lumière artificielle qui perturbait tes trajectoires guidées normalement par la Lune.
Derrière l'écran

Pseudo sur internet : Barothé
Age : 20+, Ahaha...
Code:
[b]Miyuki Kazuya[/b] de Daiya no Ace - [url=http://totem-emblem.forumactif.com/u184]Billy Rothman[/url]
Comment as-tu connu le forum ? Dude, ça fait tellement que je le stalk que je m’en souviens même plus. °°
Comment trouves-tu le forum (contexte, design...) ? Good, j’aurai pas stalké aussi longtemps sinon.


Dernière édition par Billy Rothman le Mer 29 Aoû - 14:09, édité 4 fois
avatar
Totem poids lourd
Date d'inscription :
10/11/2017
Messages :
180
Voir le profil de l'utilisateur
Totem poids lourd
le Mar 21 Aoû - 18:13
bird Bienvenue bird
Ta fiche est terminée je souhaite que ce passe bien pour toi !
Des bisous ^^

_________________
[30/12/17 - 00:20:23] @ Gan Naraï : tu es parfaite ♥️
Cadeau de Ho Joo ♥️:
avatar
Invité
Invité
le Mar 21 Aoû - 18:19
Bienvenue coyote !
Les coyotes, c'est cool, vraiment ! hello

Si c'est fini comme dit plus haut, bonne attente de validation, en espérant que tout se passe bien :3
avatar
Invité
Invité
le Mar 21 Aoû - 18:22
WELCOOOOOOME !!

Une fiche fort sympathique hiii Tu me garde un petit coin de rp à l'occasion ? hihi

EN tout cas bon courage pour la valid bird et encore bienvenuuuuue bird
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
11/02/2018
Messages :
50
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 21 Aoû - 18:29
Bienvenue à toi bird

Maintenant que j'ai fini de lire cette belle fiche fournie je peux te dire à coup sûr que j'aime ton personnage sisi Le vava est sympa, l'histoire ausi et puis c'est génial que vous soyez venus à deux hihi Et j'ai ri en voyant que ton pet s'appelle Jolly, le mien aussi hihi Sauf que le mien est un chat xD

En tout cas, félicitation d'avoir fini ta fiche et bon courage pour la suite. :D
Hâte de te voir (toi, et Paolo d'ailleurs) validé(s) o/

_________________
Merci Ho Joo d'avoir décrédibilisé MK à jamais avec cette atrocité horriblement parfaite x'D

Min-Ki répend son sass en Teal
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
01/10/2017
Messages :
769
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Mar 21 Aoû - 18:31
Bienvenuuuuuue !
Ptn j'adore le choix du personnage... J'avais moi même hésité à le prendre fut un temps hihi
Je m'occuperai de lire ta fiche demain ! Courage en attendant, et n'hésites pas à nous rejoindre sur Discord coeur

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !



 
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
21/08/2018
Messages :
7
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 21 Aoû - 21:48
Cet accueil, je n'en attendais pas autant mais j'adore ! Merci !
Ouais, je me déplace jamais en solo. C'est plus facile pour faire souffrir rencontrer les gens. hihi

Wenn > Ouais, ils sont cool. **
Nael > Pas d'problème mon cher  hello  
Mink-Ki & Gan > Hum, j'aime ça, les coïncidences.~  hihi
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
01/10/2017
Messages :
769
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Mer 22 Aoû - 19:45
Encore un effort...
Hé vous n'êtes vraiment pas un couple pour rien vous hihi
Ta fiche est top et le personnage est très intéressant, mais j'ai aussi un petit soucis au niveau du totem. Je ne retrouve pas toutes les caractéristiques du coyote et du coup ça manque un peu de substance. J'ai fouiné sur différents sites pour ressortir des traits de caractères, certains que l'on retrouve d'ailleurs chez Billy.

Donc pour le coyote souvent on retrouve : tenace, auto-sabotage, naïf, drôle, auto-dérision, taquin, joyeux, adaptable, difficile à comprendre, trompeur. Donc effectivement on en retrouve pas mal dans la description du coyote que tu as fait mais après tu ne l'utilises pas pour mettre plus en avant les points de similitude entre Bell et Billy.
/!\ Les différences doivent vraiment être minime entre les deux, autrement c'est qu'ils ne se correspondent pas sisi

Ensuite c'est un point  de détails mais bon vu que je suis là... Dans la période des 15 ans tu parles de quand le totem a pris sa forme fixe. On est d'accord que ce passage n'arrive pas à ses 15 ans ? Parce que le totem prend sa forme définitive l'année des 12 ans de son humain sisi

N'hésites pas si tu as besoin d'aide coeur

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !



 
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
21/08/2018
Messages :
7
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mer 29 Aoû - 14:12
Damn, on a encore recommencé. Quelle coïncidence. hihi

Alors comme prévu, j'ai fait les modifications dans la partie totem (J'espère qu'elles sont bonnes).
Enjoy !
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
01/10/2017
Messages :
769
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Ven 31 Aoû - 18:45
Fiche validée !
Yeah cette fois-ci c'est bon pour moi ! Tu vas donc pouvoir aller t'amuser... En attendant patiemment ton compagnon à torturer hihi N'hésites pas à venir nous rejoindre sur le serveur Discord, tu as le lien en page d'accueil normalement coeur

BREF. Ceci étant dit, tu es VALIDÉ(E) ! Alors n'hésites pas à vérifier si ton avatar a bien été recensé ICI, ton totem ICI, ton métier ICI et à aller demander ton logement ICI (facultatif). Tu peux aller demander un RP dans CETTE ZONE, avec ce formulaire. Et puis peut-être faire ta fiche de lien dans cette zone, si l'envie te prend. Si tu n'es pas inspiré pour le codage, on a mis un code en libre-service à votre disposition !
Voilà, des bisous ♥️

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !



 
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum