Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 3 Juil - 21:02
Apparemment qu'une rencontre n'attendait pas l'autre... Revoir ce Artjom, se faire harcelé au travail par un certain Ludovick et maintenant il y avait cette demoiselle sans nom qui est entrer dans le décor. Au départ, c'était juste une demoiselle que tu avais entre vu une fois dans un salon de tatouage pendant que tu te faisais un nouveau tatout sur la nuque cette fois, bien que cacher par sa chevelure chocolaté. Quand tu avais fini ce que tu avais affaire et après avoir payé tu te dirigeait vers la sortie en la regardant de plus près tu te rends compte qu'elle n'est pas laide du tout. "En vrai elle est plutôt canon faut l'admettre, dommage qu'elle ne soit pas un homme... J'aurais pu me rincer l’œil pour de vrai." Mis à part cette remarque intérieure, vous n'aviez qu'échangé vos regards haineux et rien de plus. Liam avait cependant le sentiment que c'était une sans-totem, ne voyant pas d'animal à ses côté et il y avais aussi cette aura... Bref!

C'est quelques années plus tard, dans les... 1 an et quelques mois passé que tu étais destiné à la revoir. Son patron, qui carburait au café, avait entendu parler d'une boulangerie sur ton chemin et voulait que tu lui rende une petite visite sur le retour, car ils avaient encore des ennuis avec la magasineuse. Liam se souviens bien d'avoir maugrée son incompétence avec ce si charmant vocabulaire québécois ~ Bref Il s'en serait bien plains, si ce n'était qu'au moins la boulangerie en question n'était pas un détour. L'homme chauve-souris s'y est donc rendu et la dame au comptoir était tout aussi charmante avec les clients que lui. Comme quoi vous vivez presque l'air d'être des âmes sœurs tous les deux. "Elle est canon, mais putain qu'elle fait chier la gonzesse... D'ailleurs je l'ai pas déjà vu une fois? Je crois que oui? Enfin, bon, franchement elle pourrait faire un effort au moins comme elle est au service à la clientèle!" Comme s'il pouvait parler... Il est aller faire ses courses lâchant un sarcastique « Merci beaucoup mademoiselle ~ Adios Pain moisie! » Ainsi il lui avait conférer un petit surnom à elle aussi même si en vrai, il pensais avoir très peu de chances de la recroisé à nouveau.

Bien que Le mécanicien devait admettre que en dépit d'avoir un service clientèle merdique, elle faisait du putain de bon pain! Le patron approuvait même que le café y était meilleur que le Tim Horthons, et il a eut droit a un regard très sombre de Liam véhiculant une phrase sans même la prononcé "Ah non! Tu me fais retourner là-bas en tant que ton commis une fois et tu vas le prendre cher!" Évidement, son patron le rassurait que c'était une blague "T'était mieux vieux con!" Alors qu'il rigole, le grincheux lui s'était remis à son boulot.

Puis encore une fois tu sortais seul... C'est pas parce qu'il y avait eut ce fiasco avec monsieur perruche que tu devait te privé pour autant de sortir dans les bars... Dernière fois, tu avais agis avec précautions, cette fois-ci, tu es aller de manière hasardeuse, espérant que ta poisse ne t'embête pas alors que le jeune homme prend s'y risquait un peu plus. "Vais-je enfin pouvoir me démolir en paix? J'ose espérer que oui..." Le mécanicien, aillant terminé sa dure journée de labeur dans la canicule, il s'assit au bar et commande ton whiskey sur glace. Dès qu'il fut servit, le grincheux se fit le plaisir de se le mettre dans le gosier déposant son verre vider cul sec sur la table de bois.

En regardant un peu autour de lui après 2, 3 verres, Liam revis la magnifique demoiselle latine. Non loin avec un homme clairement bourrer à ses côtés. "Ah tiens c'est miss pain moisie... Même si elle me remarque je suis sûr qu'elle va me ficher la paix ELLE! Pas comme ce maudit Lu-- ..." Resongeant maintenant à cette soirée foireuse le feu s'empara de ses pommettes, lui montant à la tête, l’alcool n'ayant certainement pas aider à la cause non plus. Il toqua la table réprimant sa rage.

« *Câlisse!

Lâche-t-il dans un murmure colérique resserrant son verre en bouillonnant d'émotions. "EST-CE QUE JE PEUX L'OUBLIER JUSTE DEUX MINUTES DE MA *CRISS DE VIE *TABARNAK?!?!?!" À ces mots miss pain moisie et son "petit copain de l'heure" s'était rapprocher et il pouvait tout entendre. Ayant les nerfs à vif encore plus maintenant qu'il a songer un instant de plus à son bégin depuis 1 mois et demi il fini par élever la voix.

« Oh fermer votre putain de gueule tous les deux! C'est plus possible de savourer son scotch tranquille?!

Fit-il... Un peux plus et on aurait cru que ces mots était sortis tout droit de la bouche d'un grand père grincheux qui détestait tout le monde et que son grand amour était son fusil de chasse calibre 44. Le mécanicien les dévisageait un bref moment tous les deux avant de continuer ayant leur attention. Il avait entendu quelques bribes de conversation, mais en bout de ligne le message de la latine sexy était clair il ne fallait pas être un génie pour comprendre!

« Pis toi le tarla! Oui toi! T'es lourd! T'as pas compris que tu la fais chier? Elle attends juste ça que tu lui fiche la paix?! Même moi à sa place et avec ta tronche de laiderons et ton parfum de pisse de cheval je voudrais que tu dégage le plancher en vitesse!

Il regarde la demoiselle haineusement, mais se calma un peu peut-être que c'était peut-être dû à sa beauté qui faisait cette effet. Néanmoins elle ressentit bien qu'elle l'avait fais bien chier.

« Oh tiens resalut miss pain moisie, comme on se retrouve, j'aurais préférer pas te recroisé...

Il lui adressa un sourire sarcastique avant de siroté longuement en la jugeant de ses pupilles violacés par artifice.


Dernière édition par Liam Renard le Mar 13 Nov - 19:19, édité 1 fois

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Mer 4 Juil - 2:56
Soirée tranquille. Un bar. L’idée m’avait plutôt plu. Je m’étais dit que cela ferait du bien de sortir un peu. Boire. Ne pas rester dans mon appartement à passer la soirée à me mettre à jour sur mon forum… Nevermind. Je suis déjà à jour. Sinon, il y avait la possibilité de commencer une nouvelle série sur Netflix qui m’avait quand même traversé l’esprit. Mais pour une fois, ironiquement, j’avais besoin d’air.

C’est peut-être à cause de la trentaine de degrés qu’il faisait aujourd’hui qu’il me donnait cette envie. Ou parce que si je restais dans mon appartement, j’allais cuire comme un petit pain sur mon divan en espèce de cuir… Que je ne pourrais plus jamais quitter parce que je vais y être collée… Je ne serais dire exactement. Je me demande presque pourquoi.

Ce que j’étais certaine, en revanche, c’est que j’allais me faire chier. Il est plus que certain qu’un mec va impérativement me faire chier. C’est la raison pour laquelle je ne sors pas souvent. Les mecs sont tellement lourds quand ils veulent!

Non, pas seulement lorsqu’ils veulent, ils font toujours chier en réalité. Avec leur gros égo surdimensionné en mode « il faut absolument que je séduise une fille pour qu’elle finisse dans mon lit ce soir ». Les filles ne sont pas mieux, elles, elles font tout leur possible afin d’attraper le plus gros poisson.

Et tout particulièrement ce que ces poissons ont dans leur pantalon.

Aujourd’hui, je ne me suis pas fait chier. Une fois que j’eus terminé de travailler, je m’étais changée, délaissant mes habits de travail pour d’abord prendre une bonne douche, puis ensuite revêtit un short en jeans avec un t-shirt noir, en gros, rien d’extraordinaire. Pas envie de me faire chier. De toute façon, le noir et les jeans – les déclinaisons de jeans, des pantalons, aux shorts et la veste également – constituent 90% de ma garde-robe. Du coup, le choix est plutôt facile. Dans mes pieds, j’ai ma fameuse paire de converse que je traine pratiquement tout le temps.

Au bar, ça commençait bien. Je venais ici parce que le barman était supportable, il n’y avait pas tellement de gens qu’ils venaient… En vrai, c’était pas mal le même monde qui se trouvait dans le coin, ça m’arrangeait.

Mais ce soir.
Ce soir il a un mec qui a décidé de me faire chier.
Le genre de mec que je n’ai pas vu une seule fois dans ma vie. Sinon je lui aurais mis un poing dans le visage pour qu’il ne s’approche pas aujourd’hui. C’est le type de mec qui prend deux bières et qui est déjà saoul et qui me trouve de son goût.

En gros, pratiquement les plus insupportables. Au début, j’avais fait mon gros possible pour le snober, genre ne pas le regarder, soupirer, lui répondre sèchement. Mais il semblerait que monsieur soit tenace.

Ironiquement j’ai réussi à lui trouver une qualité. Fuck.

Sincèrement, il me décourageait. Le pire, c’est qu’il voulait m’offrir à boire. Mais genre. IL NE VOYAITPAS QUE J’AVAIS DÉJÀ UNE BIÈRE ENTRE LES MAINS.

Il devenait insistant.
Insistant, limite du harcèlement.
Limite que je vais l’étouffer avec du pain.
Limite genre. Oups, j’ai commencé à élever la voix.
Limite qu’il vient de mettre sa main sur ma cuisse.
Limite que je suis à deux doigts de lui mettre mon poing dans la gueule.
Je suis très capable de le faire…
Il suffit d’attendre le moment propice. Quoi que papa n’aurait pas du tout apprécier que je fasse une telle chose… MMmmh.

Si ce n’est ce con qui se met à parler encore plus fort. Monsieur en mode : « je suis dans ma semaine, je n’aime pas être dérangé », qui râle parce qu’il ne peut pas boire son scotch tranquillement.

Euh. Non. Si tu voulais boire un scotch tranquillement, il fallait tout simplement que tu restes cacher chez toi. D’ailleurs avec la mine que tu as, tu aurais dû le faire.

D’ailleurs… Sa tête me dit un truc… Même si je n’arrivais pas à me souvenir à quel endroit je l’avais vu pour la dernière fois.

Peu importe c’est juste un connard comme tous les autres ici. Finalement, Netflix m’aurait mis de meilleur humeur… Ou parler à mes amis sur une chatbox.

Je pensais que le monsieur Scotch en avait fini et tout ça. Mais il semblerait qu’il ait des choses à dire celui-là. Question « d’être tranquille », ce n’était pas son point fort. Genre. Dude. Calme-toi un peu. Je ne t’ai rien demandé. Rien du touuuut. Parce que ce n’est pas du tout de tes affaires, je suis largement capable de le gérer. Ce n’est pas non plus le premier qui m’approche de cette façon.

Mais il semblerait que cela ait quand même refroidit le pantalon de notre cher ami. Pas lui qui gueule, l’autre, le collant. Il s’éloigna quelque peu bredouille.

Tant mieux.

L’autre gars, l’espèce de grognon, prit quand même la peine de m’adresser la parole. C’était quand même suprenant. Compte tenu du fait qu’il voulait être tranquille. Il doit être vraiment dans sa semaine parce qu’il n’arrête pas de changer d’idée…

Quoi que papa disait bien qu’il n’y a rien que les fous qui ne changent pas d’idée. M’ouais, c’est quelque peu décevant qu’il n’ait pas changé d’idée…

« Miss pain moisi ». Ah.
Lui.

Cet idiot. Genre ton pain est moisi. Ouais, mon cul quoi. Je roulais des yeux en mode : non mais sérieusement tu te prends pour qui, si tu veux, je peux te donner du pain moisi et te le faire manger, ça va me faire plaisir.

Mais je trouvais que lui dire tout ça, ça commençait à être long pour un dude qui ne voulait pas se faire déranger et qui voulait la paix. Je pris quand même le temps de lui dire un petit :

- Bonsoir, monsieur je-ne-suis-pas-foutu-de-me-mêler-de-mes-affaires.

L’envie de partir boire ma bière dans un coin me tentait terriblement, mais d’un autre côté, je ne voulais pas qu’il me fasse chier et qu’il me colle à la peau. Mettons donc quelques points sur les « i ».

- J’imagine que tu t’attendes à ce que je te remercie ? Mais en réalité, je ne crois pas que ce soit nécessaire, j’aurais pu me débarrasser de lui toute seule.

Nous nous étions croisés plus d’une fois. La première fois, je ne sais pas pourquoi je m’en souviens, peut-être c’est parce qu’il a un air aussi enjoué que le mien. Il était chez le tatoueur. Le même que j’ai. Il devait se faire un truc complètement débile dans la nuque, je n’ai pas regardé ce que c’était. J’y étais venue pour que le tatoueur termine ce qu’il avait commencé dans mon dos. Des fleurs. Une tonne de fleurs. Qui longeait mon épaule pour se terminer à mes hanches. Quelque chose d’assez féminin. Étonnement.

Et la deuxième fois que nous nous étions revus, c’était pour du café. Sa commande ne m’avait pas trop fait chier, ce qui m’avait permis d’être « relativement agréable » avec lui.

Bah.
J’avais gardé mon humeur habituelle, c’était déjà bien.

Mais pour le moment, j’étais plutôt exaspéré par ce mec.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mer 4 Juil - 19:46
Les deux étant du coin de l'oeil le grognon cru voir qu'il lui tripotait la cuisse et qu'elle aurait bien put le frapper, mais il n'en fut rien... "Bah qu'est-ce que t'attends va--- ... Étrange... Serait-ce?" Quelque chose avait attirer son attention sur la brunette, mais il ne serait comment l'identifier et peut-être que le fais que d'avoir abuser de la boisson n'a pas aider altérant ses sens. Puis leurs dispute à sens unique se poursuivis car qu'importe ce que la jeune femme disait n'allant pas de main morte sur les mots pourtant! En ce qui concerne le lourdeaux, on aurait dit qu'il avait de la merde dans les oreilles. Ayant assez de ce cirque c'est pour cela qu'il avait décidé d'intervenir. Même Lily avait mis son grain de sel en lui grognant après à cause de ses intentions polissonne sur la jeune femme qui avait pourtant clairement refuser... Intimidé à la fois par le québécois allié de son totem, il se replia la queue entre les jambes disparaissant du bar. Ce qui était presque décevant pour Liam.

« Tché! Mauviette...

Sifflait-il entre ses dents. "Tant qu'à m'avoir déranger, il aurait pu au moins me défié pour que je lui tape sur la gueule en m'imaginant roué mes poings sur la sale tronche de ce beau salopard de Ludovick!" S'il l'avait salué, c'était sans doute à cause de cette chose qu'il a peut-être vu ou pas vu, bien sûr, après y avoir mit son grain de sel. Enfin, salué façon Liam... Apparemment qu'elle a fait exactement, ce qui l'étonne et ce qui l'étonne davantage c'est qu'elle n'a pas non plus disparut du décor comme son harceleur. N'ayant pas la langue dans sa poche non plus elle s'élançait :

« J’imagine que tu t’attendes à ce que je te remercie ?

En réponse, il haussa le sourcil et bien qu'il n'eut de temps pour répondre à la question son regard expressif était suffisamment révélateur sur sa façon de penser "Pfft! Tu te fous de moi? Comme si je l'avais fait pour toi!" Du coup, il est intervenu pas pour la mystérieuse demoiselle, mais bien pour lui-même. Malgré tout, il semblerait que son intervention de notre Anti-Héro n'a pas été apprécié à sa juste valeur.

« Mais en réalité, je ne crois pas que ce soit nécessaire, j’aurais pu me débarrasser de lui toute seule.

« Te flatte pas à ce point princesse ta dites "reconnaissance" je m'en branle totalement! Vous m'aviez juste saoulé avec votre petite dispute de couple et comme tu n'as pas réagit assez rapidement fallait bien que quelqu'un d'autre le fasse à ta place! Ce qui est bizarre parce que c'est pas l'envie de le frapper qui te manquais; qu'est-ce qui t'as retenue?

Répondit presque nonchalamment Liam. "À vrai dire, je doute même qu'elle me réponde plus précisément, mais peut-être que j'aurais une autre forme de réponse..." Bien que Liam se doute bien qu'elle soit clairement une sans-totem, elle avait réussi à le fasciner d'une façon qu'elle ignore encore. Entre-temps, il jeta un œil à sa chauve-souris "Toi t'as intérêt à te tenir tranquille toi!" l'avertissait son lié. Sachant que le sujet de totem pour un Sans-Totem peut être assez délicat. Avertissement qu'elle avait vu dans son regard quand elle se faisait dévisagé, mais avait-elle intention de l'écouter? Car, il faut l'avouer Lily un totem qui avait davantage tendance à faire ce qu'elle veut tout comme le garagiste.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Ven 6 Juil - 0:01
Je crois que dans se bar, nous sommes les deux personnes les plus rayonnantes de joie. Bien évidemment, c’est du gros sarcasme tout ça. Parce qu’on s’entend pour dire qu’il est loin d’être la joie incarnée. De toute façon, ceux qui incarnent la joie incarnée, c’est probablement ceux qui font le plus chier. Je suis certaine qu’avec leurs grands sourires innocents, ils ont seulement envie de taper quelqu’un, c’est certain. Parce que ce n’est pas vrai qu’une personne peut être gentille envers tout le monde. Impossible.

Au moins, une chose qui était plaisante avec lui, c’est qu’il s’en foutait de ma reconnaissance. Tant mieux, je ne voulais pas non plus la lui donner.


Il me donnait presque envie de rire.
Moi.
Une princesse ? La princesse du pain moisie en somme. Enfin, si nous reprenons ses mots. « Princesse », non mais, est-ce que j’ai vraiment l’air d’une princesse ? La seule chose que j’avais d’une princesse, se sont leurs cheveux relativement longs et détachés. C’est tout. Absolument tout.

Finalement je crois qu’il serait bien de l’étouffer avec du pain moisi ce mec-là. Ça lui apprendra à dire du gros n’importe quoi sur des gens qu’il ne connait pas. Ouais, l’autre con m’a mis de mauvais poil et ça se ressent. Qu’est-ce que ça peut bien vous faire !?

Non mais il ne comprenait strictement rien en réalité, ce mec. Il est vraiment idiot. Bon, quoi qu’idiot ça lui va plutôt bien comme qualificatif. Non mais ce n’était pas une dispute de couple cet affaire-là. C’était juste un connard qui ne comprenait absolument pas lorsqu’on lui disait non. Et lorsqu’on lui disait non, il entendait un oui, du coup il continuait comme un demeuré.

Mais il me demandait également pourquoi je m’étais retenue.

Devais-je vraiment lui répondre ? Est-ce que cela allait changer sa vie de savoir pourquoi je ne l’avais pas tapé ? D’un autre côté, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus logique de ne pas lui répondre. Ne pas lui répondre, il penserait probablement que je n’avais rien fait parce qu’au fond, ça me plaisait.

Et ça ne m’avait pas plu du tout. Tout le contraire en fait.

Je ne l’avais pas fait, pour honorer la mémoire de mon père. Ok. Dis comme cela, c’est particulièrement lugubre. Mais c’était un peu pour cela. Parce que je savais que mon père n’aurait pas du tout approuvé que je le frappe, d’abord.



S’il avait encore été en vie, probablement qu’il m’aurait longuement sermonné, même si j’ai plus d’un quart de siècle maintenant. Il m’aurait sermonné comme si j’avais huit, dix ans. Il m’aurait dit que ce n’était pas une bonne chose, que même les gens qui ne sont pas gentils avec nous, ne méritent pas qu’on les frappe. En guise de réponse, j’aurais probablement hoché de la tête, sans rien ajouter, parce que je n’aimais pas le contredire ou encore me disputer avec lui. Parce que mon père, je l’appréciais grandement.

Voilà. La raison était simple. J’aimais mon père et c’était pour cela que je ne l’avais pas frappé. Mais ça, l’autre con n’avait pas besoin de le savoir, ce n’était pas nécessaire à sa survie dans ce monde. Du coup, je pris une gorgée de ma bière. Elle commençait à réchauffer. La vilaine, l’autre d’avant avait visiblement trop attiré mon attention.

Je finis par hocher des épaules, en mode nonchalance, avant de lui dire :

- J’hésitais. Je me demandais ce qui serait le plus douloureux entre lui mettre mon poing au visage ou encore de l’étouffer avec du pain moisi…

Un petit rictus se forma sur mes lèvres. Sourire n’était pas ce qui me plaisait le plus, mais j’étais quand même satisfaite de ma réponse. Qu’il l’aime ou non, ça, je m’en fiche complètement, je n’avais pas besoin de son approbation pour une connerie du genre...

Quoi que…

- Tu crois qu’il aurait préféré lequel des deux ?


Ironiquement, je ne crois pas que nous sommes deux personnes qui apprécient tout particulièrement parler aux autres. Cela pouvait bien se voir à nos deux caractères. Je crois qu’il a un dégoût des autres assez similaires au mien. Enfin, c’est ce que je crois, je n’en suis pas certaine, nous ne sommes pas encore assez intimes pour que je puisse répondre à cela. Mais d’un autre côté… Je ne suis pas certaine que je souhaite être plus intime avec lui.

Il a l’air de faire trop chier.


Dernière édition par Charlie Torres le Lun 9 Juil - 14:51, édité 1 fois
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Ven 6 Juil - 10:12
Apparemment qu'elle n'a pas trop bien saisi le sarcasme de Liam. Enfin, vu ses trait affreusement sérieux, c'était difficile à dire... Surtout que c'est probablement la fois où elle avait eut droit d'une plus grande intégration que les autres jours. Alors, il est normal qu'elle n'ait pas encore découvert cette facette de Liam... En la regardant plus attentivement à nouveau, il pouvait presque compatir à son humeur massacrante, car les voilà tout les deux de très mauvais poil à cause d'un homme pour des raisons qui diffère. Pour lui, un homme qu'il voulait oublier. Pour elle, se débarrasser d'un misérable insecte un peu trop collant..

C'est vrai qu'il avait poser une question, mais il ne s'attendait pas à avoir une réponse particulière sirotant sa boisant. Bien que soudainement ce que rétorque la bombe à ses côtés avec ce petit sourire en coin sarcastique semblait l'avoir charmer tout comme ses paroles. "Elle commence à me plaire avec son attitude de merde... Pas si mal pour un pain moisie!" Il en a même ricaner et réfléchi un peu.

« Hum... Il aurait probablement préféré que tu l'étouffes, forcément... Mais, rien n'est plus satisfaisant qu'un bon coup de poing sur la gueule, mais ce qui aurait été mieux pour son cas c'était un bon coup de genoux aux burnes...

Il lui jeta un regard de ses prunelles améthystes par artifice.

« Enfin... La troisième option tu n'y a surement pas penser par "honneur" ou bien parce que tu n'es pas aussi cruelle que tu veux le démontrer?

Son rictus s'étirait, ressemblant à sa chauve-souris renard à ses côtés lorsqu'elle sourit, mais ce sourire chez Liam était sarcastique et pas particulièrement bon, et encore moins dans le but de séduire non plus.

« Enfin, pour la troisième suggestion, ne me remercie pas chérie ~ Tu es la bienvenue pour des conseils ~

Ajoutait le garagiste d'un ton provoquant presque agace. Le jeu commençait à lui plaire, alors pourquoi ne pas le poursuivre? Si elle veut bien embarquer dans le jeu. Et hop cul sec avant d'interpeller le serveur à nouveau pour un nouveau verre. "Je ne pensais pas qu'en essayant de me défoncé je trouverais quelqu'un comme elle... D'autant plus que c'est pas la première fois qu'on se voit"

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Lun 9 Juil - 15:41
Ah ouais, un coup de pieds dans les parties, intimes. Il paraît que ça fait drôlement mal. Je n’ai jamais pris la peine d’essayer par contre. J’ai quand même un peu de savoir-vivre. Même si beaucoup de gens en doute. Mais je suis quelqu’un de sage. Non mais si on y pense vraiment, c’est vrai que les gens me font chier.

L’autre con avec ses lentilles, il est un peu plus supportable, il y a quelques personnes sur cette terre qui son beaucoup plus supportable, mais quand même, je ne suis pas pour leur faire de gros câlins et leur envoyer de l’amour. Ça non. Jamais de la vie. Il n’en mérite pas. Sauf… Naah. Personne voilà. Encore plus si ce sont des gens avec un totem. Il y a des gens avec des totems PARTOUT. C’est une vraie invasion. Concept à la con. Tellement con que j’aurais préféré retrouver ça dans un forum RPG, dans un livre ou encore dans une série TV. Je ne veux même pas voir de quoi ça a l’air ces choses-là ça me répugne. Parce que je ne suis pas assez bien pour ceux qui en ont.

Fuck you Amanda.

Bref. J’avais soudainement envie de donner des coups de pieds dans les parties, peu importe le sexe, au premier qui s’approcherait de moi. Je dois me détendre. Je terminai ma bière. Voilà. J’en commandai une nouvelle au barman. Une brune. Amer. Amer comme mon humeur actuellement. Quelle idée d’avoir pensée à cette… femme complètement dégueulasse aussi !

J’essayai quand même de ne pas avoir l’air trop désagréable avec l’autre à côté de moi. Il n’avait rien fait. Pas encore. Mais il ne méritait pas toute la haine que j’avais envers ma génitrice.

C’est avec un semblant de sourire, un genre de sourire minuscule, à peine perceptible que je répondis à l’autre :

- Parce que je trouvais cela satisfaisant d’avoir trouver quelque chose à faire avec ce qu’il me reste de pain à la fin de ma journée de travail. Je n’ai pas dû y penser. Mais s’il repointe le bout de son nez, je pourrais tenter la troisième option.  

Bah quoi. Au lieu de prendre le pain, le mettre en morceau et le faire sécher pour faire des croutons, faire en sorte de devenir une meurtrière avec mon pain, je trouvais que c’était une solution fortement envisageable, ça compenserait pour les pertes de fin de journée. Non, mais je n’ai pas tellement de perte non plus. Je sais quelles sont les quantités que je dois faire afin qu’il m’en reste pour moi à la fin de journée, sans qu’il y en ait trop. Bon, bien sûr que cela dépend également des clients. Si j’ai un afflux… Je vis avec, voilà tout, pas trop le choix. Tant que je n’ai pas un autobus de chinois qui décident de venir chercher des trucs dans ma boulangerie, tout irait bien.  

Non mais ta gueule l’autre con. Je ne comptais pas non plus te remercier, hein. Je trouve qu’il s’en permettait un peu trop avec ses « chéries », « princesse » et compagnie. Je voyais bien qu’il le faisait exprès. Ne joue pas à ça, tu vas le regretter. Il faisait exprès de me provoquer. Je le sais. Et ça me fait chier.

Mais je n’ai pas pu m’empêcher de le fusiller du regard en lui disant d’un ton très sérieux :

- Je ne suis pas ta chérie. Tu fais chier avec tes petits surnoms qui se veulent mignons… Si tu continues, c’est toi qui va se mériter la troisième option. Après tu me remercieras de me l’avoir proposé.  

Voilà. Le pire, c’est que pour lui, j’en serais tout à fait capable de le frapper à cet endroit si sensible. J’ai beau l’apprécier un peu plus que le lourdaud d’avant, il m’exaspérait quand même.  Et s’il continue. Il me croira probablement, mais j’en suis tout particulièrement capable. Ça pourrait lui clouer le bec, ça pourrait faire du bien à ce gars un peu trop bavard pour quelqu’un qui souhaitait avoir la paix, il y a quelques minutes de cela.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Lun 16 Juil - 18:00
On dirait qu'elle a pas trop compris que Liam se montrait sarcastique envers elle. Ça se voyait avec son grand sérieux et cela lui arrachait un petit sourire en coin rieur. "Ai-je l'air de ça quand on m'agace?... Nah je dois être forcément pire qu'elle! Je commence à comprendre ce qu'il peut bien ressentir quand il... il..." Il se mit fixer un point dans le vide un instant. Tout semblait au ralenti. Une image venait en tête. Un sourire séduisant, arrogant, narquois et moqueur à la fois! Dans sa tête ses paroles moqueuses mêlé à celles qui étaient mielleuses envahissaient ses pensées. "Il semblerait que j'ai aussi commencé à t'aimer." "Si tu continue de faire cette tête de psychopathe, je vais finir par te trouver sexy" "Et puis, je préfère payer un bel homme plutôt qu'un vieux chauffeur de bus tout ramolli..." "Le Don Juan, je suis pas un ange, et encore moins TON ange, compris?!" "S'il-te-plaît, mon ange ~" "Je dirais... un peu de tout ça..." "NON JE NE DÉGAGE PAS ESPÈCE D'IMBÉCILE!!!!" "Choisis ce que tu veux, je paie" "C'est dommage que tu fasse le grognon comma ça... Tu as vraiment un beau visage" "Bah... Je crois que... J'ai toujours été comme ça..." "Je ne crois pas que ce soit dans ta nature profonde d'être... comment dire.. De grogner après les autres pour les tenir éloignée de toi..." "T'es vraiment une bête sexy et sauvage trop intéressante à dompter pour que j'abandonne!!" "Mais Quel con!" "Oh c'est rien, j'ai d'ailleurs pas très envie de t'en parler, du moins, pas ce soir." "t'as beau être grognon et tenter de me repousser, quand je vois la solitude autour de toi.. je dirais.. que j'ai envie de la chasser... Même si elle semble être ta meilleure amie, tu m'intrigues... et aussi, t'es un peu marrant à vexer.... Je ne sais pas.. c'est... instinctif!" "Ô Liam je regarde tes lèvres et je me demande si elles sont aussi douces qu'elles en ont l'air" "Qu'est-ce qui t'emmène dans le coin ce soir???" Ce visage inoubliable qui lui donnait une soudaine envie irrépressible envie déchirante de le frapper ou l'embrasser... Ou bien les deux en même temps! Son expression s'assombrit en grognant.

« Rah! Fais chier!

Maugréa tout bas le mécanicien, surtout pour lui même, pour se retourner vider son verre cul sec et redemander au barman un autre verre. Même s'il était quelques peu dans la lune, il avait bien entendu la demoiselle lui fusiller ses mots avec son regard noir et ce dernier rétorqua de la même façon qu'elle.

« Oh! Ca va! Tu pensais sincèrement que j'étais sérieux? Pffft c'est ça! T'as entendue parler du sarcasme oui?

"Je croyais qu'elle le maîtrisais apparemment c'est un oui et un non... Et puis quoi encore?! Prétends donc que je te drague avec ça pour bien me faire marrer ouais!" A-t-il pensé sans pour autant le dire.

« Puis bon si ça te fais autant chier et que tu veux continuer à me parler aussi bien de me dire ton nom, non? À moins que tu veux que je continu à t’appeler "Miss pain moisie", après tout je l'aime bien et ça te colle à la peau comme ton tatouage dans le dos!

Oups il l'avait échapper de sa si grande spontanéité... Ou est-ce vraiment un oups? Après tout le tatouage qu'elle avait dans le dos était plutôt commun alors il y a des chances que ce n'était elle qui l'avait vu à ce moment là. Une fois que son verre était servit, il adressait un merci et paie machinalement à l'employer avant d'enfilé rapidement une gorgée dans le gosier.


Dernière édition par Liam Renard le Jeu 19 Juil - 13:50, édité 1 fois

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Jeu 19 Juil - 3:20
Ma nouvelle bière en main, j’en pris une gorgée. J’avais bien payé le barman, avec un semblant de sourire sympathique, mais sans plus. Je n’avais pas particulièrement envie d’avoir l’air gentille et agréable avec qui que ce soit en ce moment.

Il me demandait si je connaissais le sarcasme.

Tss. Amateur. Non mais je n’ai pas besoin d’une personne pour me dire c’est quoi le sarcasme. Non mais je suis quand même une grande fille, je n’ai pas besoin de lui pour savoir ce que s’est. Idiot. Il n’avait pas besoin d’une réponse, ce n’était pas nécessaire, je préférais seulement regarder, d’un air blasé un peu en mode : « non mais sérieux !? »

J’avoue que me faire appeler « miss pain moisi » ce n’est pas ce qui m’enchantait le plus. Parce que je sais que les pains que je fais sont bons. Du coup, ça fait quand même chier de me faire dire que mon pain est moisi. Le pire, c’est que je suis convaincue qu’il sait que mon pain et bon… et les pâtisseries également.

Aussi bien de lui donner mon nom. Comme cela, ça allait être régler et il pourra retourner dans ses pensées, parce qu’on ne se cachera pas, il pensait à des trucs lui aussi, juste à la vitesse qu’il avait terminé son verre. Je ne suis pas une débutante dans la matière. Boire pour oublier. Penser à autre chose. Il était presque un compagnon. Presque. Non mais compagnon de beuverie quand tu ne connais pas son nom, ce n’est pas génial.

Du coup, je décidai de me présenter.

- Charlie Torres.

Aussi simple que cela. Je pris une nouvelle gorgée de mon breuvage avant d’ajouter tout simplement :

- Toi ?

Je crois que c’était quand même assez légitime de lui demander son nom. Sinon j’allais lui trouver un surnom particulièrement bidon qui pourrait, avec un peu de chance, le faire assez chier pour qu’il se décide à me dire son nom. Comme ça, nous serions quitte. Faire chier les gens, c’est quand même un jeu qui se joue à deux. Avec lui, on pourrait bien s’entendre.

Enfin.

Presque.

Ça aurait bien été s’il n’avait pas parlé de mes tatouages dans le dos. Parce que ce n’est pas tout le monde qui a vu mon tatouage. En fait, peu de monde l’on vu. Peu de gens l’avaient vu au complet

Je le fusillai donc du regard.
Il allait devoir faire attention à ses paroles.
Je sais bien que nous nous étions vu une fois au salon de tatouage, mais.
Ce n’est pas une raison pour regarder les tatouages des autres.

Ceux qui avaient vu tous mes tatouages, était fort peu nombreux, pour ne pas dire inexistant.

Ça me rendait quand même de mauvaise humeur, c’était quelque chose d’assez personnel. Il était quand même mieux de ne pas me demander que s’il pouvait bien signifier. Parce que les gens qui font ça, ce sont des gros cacas. Mais ironiquement je pense que l’autre-là, s’intéresse assez peu à ce genre de choses.

- Ça te plaît de regarder les tatouages des autres ? T’es un stalkeur ou quoi ?

Je le regardai, relativement suspicieuse. Non mais, ce n’était pas la première fois que nous nous voyions et, ironiquement, ça ne me surprenait pas que ce soit la dernière fois.  Parce que on pourrait vraiment penser qu’il est un stalkeur. D’abord le salon de tatouage, ensuite lorsqu’il est venu à la boulangerie. Voilà.

Tant qu’il n’entre pas dans mon appartement sans mon autorisation, ce serait bien. Je ne veux pas qu’il abuse non plus. Quoi que je ne compte pas non plus l’inviter dans mon appartement. Je n’ai pas la tête à cela, et il ne me plaît pas particulièrement plus. Ouais, il m’arrive quand même d’être difficile envers les personnes avec qui je daigne de passer la nuit. Je ne couche pas avec n’importe qui.

Ce serait beaucoup trop dégoûtant. Lui il fait encore parti des « n’importe qui ».
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 24 Juil - 0:27
Avec son air complètement blasé il l'as bien lu dans les yeux noir de la mademoiselle "Non, mais sérieux?" Il répondait presque un espèce de "Bah oui voyons bah oui! Plus sérieux tu meurs" aussi sarcastiquement du regard, pas sur qu'elle le comprenne, sauf si c'est une télépathe ou une sorcière... Mais non, juste une femme comme n'importe qu'elle, enfin presque. il y avait toujours cette petite impression qu'elle dégageait autour d'elle qui ne l'avais pas lâcher. Tu t'en doute un peu de quoi il s'agissait, mais tu préférait pas sauter aux conclusions, du moins, pas quand c'est ce genre de truc là.  Lorsqu'elle donna son nom tout en demandant le sien, il hocha la tête avant de lancé en toute spontanéité le fond de ta penser.

« Huh, mignon comme prénom...

Mais bon apparemment qu'il vit une perche pour l'agacer "Avec un prénom comme ça, même s'il est vraiment jolie, elle doit souvent se faire prendre pour un mec pour d'autres cons" Le mécanicien taquin décide de la saisir avec un petit sourire moqueur en coin juste pour la provoquer encore un peu.

« Pour une fille ~

Une gorgée de plus dans ton gosier alors qu'elle était prête à entamer sa deuxième bière entre ses mains. Tu attends sagement sa réaction voir à quel point ça l'aura énerver. C'est à se demander ce qui lui prenait de la provoquer comme ça... Peut-être que l'homme de ses pensées l'avais influencer? Qui sait! Mais il évite d'y penser, il n'était pas là pour se rappeler de lui après tout! L'homme chauve-souris était déterminé de croire qu'il valait mieux pour eux deux de disparaître de leur vie et tourner un nouveau chapitre au plus vite! Alors elle l'accusa de voyeurisme avec dégoût. En réponse, il se retiens de rire "Moi? Stalker les gens? Oh je t'en pris! J'ai une vie et j'ai pas de temps à perdre avec cette habitude tordu! Bien que j'en ait connus... Urg! C'est tellement les pires casses pieds qui puisses exister!" Le mécanicien répliqua alors sur le champs ayant avaler son ricanement avant.

« Ouais? Dans les porte-folios des artistes tatoueurs normalement, bien que certains se la pète à le montrer à tout le monde... Cependant, t'es pas fait de ce bois là...

Il se gratte le menton légèrement penseur avant de poursuivre.

« Puis bon, ce genre de tatouages faut dire c'est tendance ces dernières années alors il y en a un paquet qui a dû s'en faire un similaire. On en voit partout! Sans offense, t'as quand même une gueule assez "générique" alors ça aurait put être toi ouais, mais ça aurait put parfaitement être quelqu'un d'autre.

Il n'avait pas tort! Des tatouages de fleurs ont en voyait de plus en plus! Certains c'était pour suivre le mouvement et d'autres parce que c'était simplement jolie ou encore parce que ça avait une signification pour elles. Il se doute bien que cette Charlie était loin d'être du genre à suivre le mouvement de la populace elle avait une opinion et elle n'avait rien à voir du tout avec ces moutons insignifiants! C'est probablement ce qui lui plaisait le plus chez elle. Dommage que malgré tout ça, elle n'avait aucune chance la pauvre.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Jeu 26 Juil - 2:40
Non mais il est lourd. Obèse. Sérieusement, s’il se trouve, je lui enfonce mon poing en quelque part où il va le regretter, j’en suis certaine. Non mais, je suis vraiment très sérieuse, s’il se trouve drôle, je vais le taper, je n’aurais aucune sympathie pour lui. Je commençai en avoir un peu de sympathie pour lui, pas beaucoup, certes, mais juste assez pour dire que nous avions une conversation relativement intéressante, pas trop chiante et que cela pourrait peut-être finir en deux personnes relativement normales, bien que fort peu sympathiques, qui discutent ensemble.

Mais là. Me faire dire que c’est un « un mignon comme prénom pour une fille », il voulait vraiment sa propre mort. Parce que s’il me sort encore son truc : « ouais, mais c’est du sarcasme », je vous jure qu’il va finir par valser dans un mur. Et probablement que j’en serais capable. Bon, c’est vrai, que j’aurais très fortement envie de le faire, mais je ne le ferais probablement pas. Je ne voudrais pas me trouver en prison ou me faire arrêter pour une connerie du genre.

J’ai quand même une certaine réputation à tenir.

- Haha.

Quel con. C’était vraiment tout ce que j’avais envie de lui dire.

- Très drôle. Tu ne vois pas que je me roule à terre…

Ça. C’est du sarcasme monsieur. Tu ne veux pas vraiment que je me roule sur le sol. De toute façon, je ne le ferais pas, même s’il me suppliait. Peut-être que s’il me donnait assez d’argent je pourrais penser à le faire. Ou peut-être même le faire. Mais le plancher est trop sale, parce que les gens sont trop cons. Je suis certaine sur toute la surface du plancher du bar, il n’y a pas un seul endroit qu’il n’y ait pas déjà eu du vomi dessus. Oui, c’est à peu près certain qu’il n’y a pas un centimètre carré sur lequel il n’a pas déjà eu du vomi dessus.

Bref. C’est dégoûtant, les bars sont des endroits vraiment horribles et je ne devrais pas venir ici. Mais bon, je n’y peux rien, j’essaie quand même faire un certain effort au niveau social et je me dis, que ce serait parfois bien de parler à des gens en dehors du travail. Parce que oui, je suis humaine, il m’arrive parfois d’avoir envie de parler à des gens.

Quoi que… c’est plutôt rare.
Et que je finis toujours par le regretter.
Comme en ce moment. Je le regrettais. Vraiment.

Surtout qu’il me mit particulièrement de bonne humeur lorsqu’il fit que j’avais une gueule générique.
Non mais.
TOI-MÊME.

Non mais lui, il n’est définitivement pas venu ici pour draguer. Parce que si ça avait été le cas, je lui aurais bien versé ma bière sur la tête. Mais. Non mais ça ne se dit pas à quelqu’un qu’il a une gueule générique! T’a deux choix dans la vie, soit tu lui dis qu’il ou elle est beau/belle ou sinon tu lui dis qu’elle est moche. C’est tout. Être générique, c’est loin d’être un compliment. En vrai, c’est vraiment une appellation de connard. Et je ne me gênais quand même pas pour lui dire mon avis sur le sujet.

- « Une gueule assez générique » … Et puis quoi encore !? Si tu veux je peux te donner un bon coup dans les parties, je crois que ma gueule ne te sera plus générique.  

J’eus un petit rictus mauvais. Je voyais bien l’image mentale. Il allait de soit que la journée qu’il allait recevoir un coup dans les parties, ma face serait beaucoup moins générique.

Et là, il se remit à me parler de mes tatouages. Il n’aimait pas les fleurs. On dirait qu’il n’aimait pas les fleurs. M’en fiche. Non mais sérieusement, t’es déjà complètement débile, je ne comprends pas pourquoi tu devrais me dire que des fleurs sont génériques. Je voulais des fleurs. J’en ai eu. Point. Et peut-être une signification particulière. Peut-être pas. J’avais quand même quelques tatouages qui reflétaient des choses plus ou moins importantes pour moi. J’avais un scorpion et une femme avec des cornes. Les deux ensembles représentaient mon signe astrologique et celui de mon père. J’avais un ours qui était suivi d’un ourson. Celui-là, c’est mon père qui l’avait choisi, c’était dans mes premiers tatouages, parce que j’ai toujours été son ourson, je l’ai toujours suivi, me mettant, quand j’étais plus jeune dans ses pattes.

Et ça me fâchait qu’il juge mes tatouages. Mes fleurs, mon problème, pas le sien. Je pris une bonne gorgée de bière avant de déposer, dans délicatesse la bouteille sur le comptoir.

- T’es qui toi pour juger mes tatouages !? Non mais sérieusement, si je veux des fleurs, que tu aimes ou pas, je m’en fous complètement. J’avais un peu d’espoir que tu es un peu moins con que les autres gens ici, finalement je crois que je me suis trompée.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Jeu 26 Juil - 23:55
Voyant sa réaction, elle n'était pas que sarcastique, mais vexée... "Bon... J'ai pousser la blague trop loin, fais chier..." Faut dire que Liam et se faire des amis même s'ils se ressemblent de caractère ce n'était pas sa tasse de thé. Il s'étonnait même d'avoir un caractère plus pourri que celle de la demoiselle. Lui qui se croyait aussi pourri qu'elle bah non il fallait qu'il descende d'un niveau plus bas... Et donc il garda le silence à chacune de ses répliques.

« ...

Ouais, pas de doute, elle était vexée et ça c'était pas une blague! Il tapotait ses doigts quelques peu nerveusement sur le comptoir. Le culpabilité le commençait doucement à le ronger. Il lâcha un soupire en roulant un peu des yeux sur sa propre bêtise. "J'ai encore merder et dire que pour une fois c'était pas tant dans mes intentions". Le jeu était devenu à sens unique et n'était plus amusant du tout. Il lâcha donc quelques mots qui fit arrêter la partie... Enfin si on peut appeler ça une "partie".

« D'accord... J'ai été trop loin.

Admit-il dans un murmure pour poursuivre avec un peu plus de sérieux et de sincérité, sans sourire, sans rictus rien. Même son ton semblait moins irritant et s'était adoucis, peut-être un effet de l'alcool cela dit.

« J'aimais bien le petit jeu, en tout cas, pour le temps que ça duré, mais c'est devenu chiant au final. Je suis désolé. Puis, t'as parfaitement raison! Qui suis-je pour juger, tout particulièrement si c'est des conneries! J'ai menti pour bien des choses, mais j'étais sérieux quand j'ai dit que tu avais un jolie prénom. Sinon j'ai un peu sauter ta question, mais le gros con qui est là c'est Liam Renard, enchanté Charlie.

Inutile de lui mentionner de vive voix que se faire des amis c'était pas son truc, il jugeait bon qu'elle serait suffisamment intelligente pour le constater elle-même. Si, toutefois, elle ne l'avait pas compris, c'était qu'elle était tel qu'il l'avait prétendue, mais pas ce qu'il espérait; une banalité comme le reste. Une autre personne sur son chemin qui le déteste à la première approche et qui ne saurait changé son avis. En généralement, Liam ne mentait pas, mais il avait menti à elle parce que c'était un peu le jeu qu'elle proposait, il l'avait bien aimer jusqu'à ce que ça dérape. Ça lui changeait les idées, elle ne s'était probablement pas attendu qu'il jouerait si dure et c'était compréhensible. Même Liam l'avait compris qu'il avait été trop dure pour une fois. D'ailleurs il était facile à deviner que s'excuser, dans le cas de Liam, était un événement à marqué sur un calendrier! Elle lui était prometteuse et il ne saurait se mentir là-dessus.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Lun 30 Juil - 3:51
J’avais trop réagi. Ouais. Ce n’était pas génial. J’aurais pu faire mieux, j’aurais dû faire mieux, garder mon calme, ne pas l’envoyer chier. Mais garder mon calme, ce n’est pas mon fort, loin de là. Que l’on se moque de moi… Je peux dire que ça va. Mais me faire dire que je suis une fille banale, ça, c’est vraiment dégueu. J’aurais quand même préféré qu’il me dise que je suis moche, ça donne une idée. Enfin. Non je ne veux pas vraiment qu’il dise que je suis moche, c’est juste qu’entre les deux, c’est un peu moins pire. Je pense que je ne suis pas normale. Enfin, je sais bien que je n’ai jamais réellement été une personne normale, après tout je n’ai pas du totem, mais quand même.

Il avait été trop loin. C’est ce qu’il disait.
Pourtant il était toujours à côté de moi.

Non mais je ne suis pas conne, je sais bien ce qu’il voulait dire. Je n’étais pas certaine si j’étais d’accord ou non avec lui. Je dois dire que je me suis un peu emportée… Enfin, beaucoup. Mais la question était que c’était un peu lui qui a commencé. Habituellement, les gens font chier, mais pas de la même manière que lui. Lui, il tient tête. C’est quand même amusant. C’est relativement amusant. Parce que je ne lui dirais pas que son attitude est plutôt plaisante. Non mais, si je lui avouais une telle chose, je suis certaine qu’il s’en prendrait la tête. Je ne voudrais pas qu’il me nargue pour une telle bêtise. Je ne suis pas certaine qu’il soit de ce genre de personne.

Peu importe.
Il avait gagné. J’avais réussi à le blaser. Dommage. Le jeu avait été relativement intéressant, mais bon. Ça valait mieux que les espèces de pots de colle qui sont en mode : « je veux faire exprès de te faire chier ». Comme l’autre idiot qui était venu dans ma boulangerie il y a quelques temps en mode : « non mais je n’ai rien fait, je veux juste du bon manger ». Pour savoir tout de ma vie quoi. Quel idiot.

- C’est drôle que tu t’excuses, je n’aurais pas pensé que ce serait ton genre de le faire.

Mais il était blasé de notre jeu. Du coup, je me permis d’ajouter :

- Mais c’est apprécié…

Quelque chose de rare. Je donnais de la reconnaissance à quelqu’un. Je ne savais pas trop si j’appréciais le fait qu’il disait que mon nom était joli… Prénom qu’en réalité je n’appréciais pas du tout parce que c’est ma génitrice qui l’avait choisi, parce que si cela avait été de mon père, il m’aurait définitivement donné un nom à consonnance latine. Parce que ça aurait sonné beaucoup plus doux. Enfin, c’était ce que mon défunt père pensait. Peut-être que j’avais apprécié le fait qu’il s’excuse, ça m’avait quand même calmé, étonnement.

Je me permis d’ajouter également un semblant de blague. Parce que vu qu’il s’était identifié comme un gros con, je ne pouvais que me permettre d’être d’accord avec cette appellation.

- Et j’admets que « gros con », ça te va plutôt bien.

Un sourire en coin. Minime.
Montrer que je plaisantais, que je pouvais avoir l’air un peu sympathique, bien que cela soit une chose qui arrive très rarement. Je ne suis pas habituée à sourire. Je n’aime pas sourire, je ne me trouve pas jolie quand je le fais. Passons.

Je pense qu’on en était rendu à une certaine trêve de vacheries. Enfin, s’insulter un peu moins. Il n’était pas mal comme compagnon de bar. J’aimais bien son air de rebelle, en mode « je me fous un peu du monde » mais pas trop en même temps. Autant que je l’avais fait chier au départ avec le con qui m’harcelait, autant, maintenant il me faisait la conversation et nous connaissions le nom de chacun.

- Enchantée également, Liam.

Je lui avais dit cela avant de prendre une nouvelle gorgée de bière. Ce n’est pas avec ça que je vais me saouler fort, mais c’était quand même rafraichissant.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mer 1 Aoû - 0:54
Il ne s'attendait pas exactement grand chose de sa part, hormis si c'était qu'il partirais si jamais elle réagissait comme ce don il en avait tant l'habitude. Il prit le temps de prendre une gorgée alors qu'elle se fit peut-être une légère rétrospection. Elle semblait un peu sous le choc qu'il s'excuse...

« C’est drôle que tu t’excuses, je n’aurais pas pensé que ce serait ton genre de le faire.

Il faut dire que lui-même ne s'y attendait pas en faite...

« Ouais? Eh ben, moi non plus.

« Mais c’est apprécié…

Ajouta-t-elle avec ce petit sourire en coin de ses jolies lèvres pulpeuses. Il avait l'air un peu surpris qu'elle accepte si facilement, mais ne rétorquerais pas et ne fit qu'hocher la tête en guise de remerciement à son commentaire soudain. Soudainement quelques peu gêner les rougeurs en moins. Cela dit il a finit par se présenter à son tour ayant fini de la taquiner. Son commentaire par contre lui arracha un ricanement amuser.

« Comme tu veux, « miss pain moisie » ~

Dit-il avec un ton qui prêtait à l'humour et un rictus moqueur en coin. À ses mots, il vint claquer son verre contre sa bouteille avant de le vider cul sec. Comme un toast en silence.

« Alors grande fille, comme ça on était dans l'humeur de socialisé un peu? Ou c'est parce que tu t'emmerdais?

Façon quelques peut maladroit et détourner de lui demander ce qu'elle était venu ici. Enfin, faut dire elle était certainement pas là pour oublier quelqu'un comme notre cher Liam... D'Ailleurs il observe sa chauve-souris qui s'est montrer bien calme... Un peu trop même... "Tu fais bien ça Lily si maintenant tu pouvais rester sage ce serait super!" Regardant un peu intensément dans le vide. Son totem elle était un peu perdue et ne savait pas ce que son humain le lui voulait avec ce regard pour une fois... "Hein?!"

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Sam 4 Aoû - 2:16
Une paix s’était installée entre nous deux. C’était quand même un peu plus harmonieux. L’envie de lui arracher la tête m’était passée, j’étais d’humeur à sociabiliser un peu. Un peu. Pas des masses non plus, il ne faut pas exagérer. Mais je trouvais qu’il pourrait être une personne relativement intéressante à côtoyer. Je ne dis pas qu’il pourrait être un ami, il ne faut pas exagérer non plus. Mais peut-être qu’il pourrait être un compagnon de bière, bien qu’il ne buvait pas de bière en ce moment, relativement intéressant.

Il me demandait ce que j’étais venue faire ici. On pourrait résumer ces questions à ça. Si j’étais d’humeur à sociabiliser? Je ne suis pas tout à fait certaine que ce soit le cas. Je crois que c’est plutôt une accumulation de circonstances qui ont fait en sorte que j’aie eu envie de venir ici. Je crois qu’il y avait un peu d’ennui dans le lot. C’est vrai que maintenant que mon père était décédé… Je me sentais encore plus seule que je ne l’avais jamais été. Déjà que j’avais l’habitude d’être seule, j’avais l’impression que cela c’était accentué depuis qu’il était parti. Mon père avait toujours su trouver les mots pour ne pas que je m’ennuie, pour que je le trouve un peu idiot, même si je l’aimais d’amour. Ensemble, on avait regardé un bon nombre de séries. Des séries que j’avais un peu de mal à me remettre depuis son décès. Je n’avais pas encore réussi à me mettre à la deuxième saison de Jessica Jones, lorsqu’il avait découvert le personnage, je me souviens qu’il avait pouffé. Je lui avais demandé pourquoi il rigolait et ça lui a pris trois ou quatre épisodes avant de me dire qu’il se marrait parce qu’il trouvait que le personnage me ressemblait pas mal.

Et moi je l’avais boudé. C’est complètement ridicule. Non mais. Moi, au moins, je n’avais pas été possédé par un espèce de fou, super beau en passant, mais fou quand même, j’adore cet acteur... Enfin. Ce n’était pas là la question. C’était plutôt l’idée de devoir répondre à monsieur Liam avec qui, il y a quelques secondes auparavant, j’avais trinqué en silence avant de boire un peu mon breuvage.

Je n’étais quand même pas pour lui dire que c’était parce que mon père me manquait. Non. Et dire que j’avais envie de compagnie, ce n’était pas vraiment mon genre non plus. S’il savait ça, il se moquerait probablement de moi, ne comprenant pas comment une personne aussi joyeuse et rayonnante que moi, pouvait bien avoir envie d’un peu de compagnie.

- Bah… Il fait chaud, je me suis dit que boire une bonne bière serait bien. Puis tant qu’à boire, aussi bien de boire avec d’autres gens. Mais je ne sais pas si c’était une bonne idée de venir ici.

Voilà une pause. Je crois que c’est rare que je parle de façon aussi… « normale » à quelqu’un. Une conversation humaine avec un humain, entouré d’humains.

Ça ne me ressemble tellement pas.
Je me demande vraiment ce que je fais ici.
Parler avec Liam, en effet. Mais bon voilà qu’aussi bien de faire plus ample connaissance.

- Et toi? Tu es venu pour te saouler? Ou pour te trouver des chicks?, dis-je en ricana sombrement.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mer 8 Aoû - 6:16
Après plusieurs verre de Whiskey, et son porte feuille qui allait être dépouiller s'il en commande un de plus. Alors, s'il voulait continuer à boire il devait prendre quelques chose de moins cher et qu'il n'appréciait pas autant... Heureusement, avec 6 verres de Whiskey sur glace qui avaient glisser sur son palais, était suffisant pour altérer le goût de la bière la rendant plus tolérable dorénavant... Il en commande une, une rousse car c'est celle qu'il savait le mieux endurer, la blonde était vraiment pas génial et ne parlons même pas de la noir ou même de la brune! La blanche était la dernière qu'il n'avait pas vraiment goûter et c'est pas ce soir qu'il en avait envie... Donc une rousse! C'était ce qu'il a demander au Barman en attendant sa réponse qu'il reçut entre-temps qu'on le servait. Il paie et l'écoute.

« Qui sait? Elle était peut-être mauvaise ~

Lâcha Liam d'un ton sarcastique et moqueur. Avant de prendre une gorgée de sa rousse... Ouais... Il fallait qu'il se sente chaud pour au moins adoucir ce goût ignoble de bière qu'il appréciait difficilement. Ses deux question passait et ne réagit pas trop, la dernière il a bien faillit d'étouffer avec... S'étouffer de rire cela dit. "Puré! Ces foutus Tonrontois! Ils sont si dense?! Hahahaha! Franchement, après Ludo même elle me croit hétéro... Dire qu'à Montréal on me remarquait presque tout de suite... Apparemment ici ça passe, m'enfin c'est en ma faveur si on veut! Pffft! Ça reste quand même hilarant!" Il ricana donc avec elle de la même manière.

« Wow! Trouver des chicks? Mouais! Parmi tous ces gaillards il doit y en avoir pleins qui tomberait à mes pieds ~ Ou peut-être juste une? ~

Fit-il avec un sarcasme sans nom! "Mon cul ouais! Hahahaha!" Le mécanicien se retourna pour admirer les autres clients du bar avec ce rictus mauvais avant de reporter son attention sur Charlie à nouveau avec un grand non-sérieux. Une autre gorgée avait été sirotée. N'empêche elle lui avait glissé une idée qu'il n'avait pas songé plus tôt... En revanche, il essayait de se projeter de l'oublier par le biais du sexe telle était la suggstion qu'elle lui avait donner d'une drôle de manière... Ce qui lui semblait tout sauf une bonne idée. De toute façon, comme le mec dont-il-ne-fallait-pas-penser est polyamoureux, alors, il doit s'en branler qu'il couche avec un autre! Si ça se trouve, il y avait bien plus de chance de repenser à lui pendant l'acte qu'autre chose... Sans parler qu'il était plus d'humeur à taper sur un mur que de coucher avec un autre gars, si ce n'était pas de simplement boire jusqu'à oublier avec une compagne pour mieux oublier et changer ses idées ce qui marchaient plutôt bien... Enfin, un peu plus de la moitié du temps en tout cas!

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Mar 14 Aoû - 2:34
Habituellement, les gens normaux, parce que, décidément, Liam n’était pas une personne normale, m’aurait dit que ce n’était pas vraiment une mauvaise journée, qu’il y a des gens qui vivent des choses qui sont beaucoup plus pénibles à surmonter que ma petite journée de merde. Ces personnes m’auraient probablement également dit que dans chaque journée, il y a un point positif, qui fait en sorte que cela reste tout de même une bonne journée.

Mais pas Liam. Parce que lui, il voyait bien que c’était possible d’avoir une mauvaise journée, qu’il est possible d’être maussade pour tout et n’importe quoi, que l’on peut gueuler lorsque quelque chose ne nous plaît pas. Ça me plaisait bien. Au moins, avec lui, il n’était pas nécessaire de mettre des gants blancs, il n’était pas nécessaire de faire attention à mes mots. Je pouvais quand même lui dire les choses telles que je les voyais et cela ne semblait pas trop lui poser problème.

Sauf quand il pousse le bouchon un peu trop loin. Mais ça, bon, personne n’est parfait non plus.

Sinon ça serait vraiment moche et très embêtant. Non mais un monde parfait, ce serait complètement ridicule, tout le monde serait tout gentil, ils vivraient dans de la ouate. Personne pour vivre des malheurs, pour évoluer, changer, comprendre que notre monde est complètement illogique.

Décidément, ce ne serait vraiment pas amusant du tout, ça ne m’intéresse pas d’être parfaite. Et ce, même si on m’a souvent demandé de l’être. Parce qu’à défaut d’avoir un totem, il aurait fallu que j’aie une attitude irréprochable. Et puis quoi encore? Je suis le vilain petit canard noir de toute façon, aussi bien de continuer avec cette étiquette.

Liam aimerait bien qu’une demoiselle tombe à ses pieds. Enfin, c’était ce que j’avais compris. Je regardai autour de nous, j’analysai un peu la population qui se trouvait autour de nous. Liam n’était pas particulièrement laid, il aurait quand même des chances avec la gente féminine. J’étais quand même curieuse quoi. En même temps, ça me permettrait de regarder la faune et voir s’il n’y avait pas une personne qui dans le lot me plaisait particulièrement.

Je finis par reporter mon regard vers mon compagnon de beuverie, parce que, pour être honnête, ça commençait à ressembler à ça, enfin, pour lui, parce que moi, ce n’est pas avec ma bière que je n’allais plus être à jeun. Je pris une bonne gorgée de bière avant de continuer ma moquerie.

Rien de bien méchant bien entendu, mais j’avais retenu quelques personnes qui pourraient être intéressante pour Liam. Ou peut-être pas. Enfin, c’est que j’aimerais bien voir.

- Alors, dis-moi, laquelle t’intéresse le plus? Cette jolie blonde, là-bas qui a un beau cul, à moins que tu préfères les rousses, comme sa copine qui est juste à côté, quoi que cette couleur ne semble pas être naturelle… Et ses seins non plus d’ailleurs, dommage.

Pas de jugement particulier. La blonde me plaisait bien, personnellement. Plutôt grande, de longs cheveux détachés, un petit short bien moulant et une camisole qui l’était tout autant. Je l’avais pointé de la tête en mentionnant également son amie la rousse qui me faisait penser à la méchante de Twilight. Twilight est une mauvaise série de film, les livres sont beaucoup moins décevant, cela dit… pour des adolescents… Bref, tout cela que la blonde était beaucoup plus intéressante que son amie rousse qui semblait beaucoup plus superficielle.

Mais.

À moins qu’il ne préfère les garçons? C’est fortement possible ça aussi. J’aime bien les deux, alors pourquoi pas lui. J’avais remarqué un garçon plutôt intéressant d’ailleurs non loin des deux demoiselles, que je lui pontai discrètement.

Un homme, plutôt grand, pratiquement aussi grand que Monsieur Liam, avec des cheveux bruns en bataille, aux yeux foncés, accompagné d’une barbe plutôt entretenue. Il ressemblait à un gars que j’avais déjà croisé au gym.

C’est peut-être lui, mais je n’en suis pas certaine.

Le garçon me plaisait plutôt également. Passer du bon temps avec les deux que j’avais remarqué serait bien agréable, bien qu’il y ait fort peu de chance que cela se réalise.

- Sinon, si tu préfères, il y aurait peut-être bien ce mec. Il semble plutôt intéressant, beau monsieur en tout cas, ajoutai-je, amusée.

Une nouvelle gorgée, pour le laisser réfléchir quoi. Personnellement, je ne suis pas certaine de savoir sur lequel des deux, mon choix se porterait. En fait, je ne suis pas certaine que l’un ou l’autre soit intéressé par ma propre personne, ils auraient probablement tendance à trouver que j’ai un caractère plutôt mauvais.

Dans le pire des cas, je pourrais toujours voir si ça pourrait intéressé Liam…
Occasionnellement bien entendu.
Sans le forcer non plus.

- Je suis quand même curieuse de savoir quel est ton genre.

J’avais laissé cette dernière phrase en suspend, bien curieuse de voir ce qu’il allait faire ou encore dire. Je ne crois pas qu’il allait en aborder l’un deux, il pourrait peut-être me montrer une autre personne qui lui plaisait, ou tout simplement partir parce que je disais des choses qui étaient assez intimes alors que nous nous connaissions pas du tout, du moins à peine.

Mais j’espérais qu’il joue le jeu, ça m’amuserait quand même.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mer 15 Aoû - 21:04
À sa réponse sarcastique, il semblait que Charlie s'est un peu mise en chasse à sa place. Ce dont elle n'avait pas forcément besoin de faire, si Liam voulait une fréquentation il s'y serait mit déjà, hors si c'était pas le cas, c'est parce qu'il n'en avait pas envie. Il se surprends un peu quand elle lui propose des filles. "Sérieux? Elle à cru à cette connerie? Gosh! Ce que j'aurais donner pour que ce soit le cas avec tous les putain d'homophobe de merde que j'ai rencontrer à Montréal, on dirait que je les attrapais tous et qu'à Toronto, il y en avait moins s'ils n'étaient pas existant ou bien on me prend simplement au mots... Après 6 ans, j'aime bien la vie de Toronto et c'est maintenant que je le réalise que c'est encore plus vrai maintenant! En tout cas, je sais pas si c'était parce qu'elle était naïve ou ouverte d'esprit, dans tout les cas! Wow!" Il semblerait qu'il ait plus de chance pour le moment, c'est vrai qu'à Montréal il ne pouvais pas vraiment se dire très très chanceux. Surtout pas sur le côté cœur.

Bref! Charlie en retournant son banc sirotant sa bière observa les fille les désignant de la tête leur étayant leurs atouts. Un peu comme quand on feuille un menu dans un restaurant. Cela dit, Liam n'a jamais été un gran fan du crin doré, cependant il était d'accord avec ce qu'elle affirmait sur cette donzelle.

« Mouais c'est vrai qu'elle a un joli petit cul.

Ce qu'il ne dit pas par contre il le gardait en penser : "En tout cas, un mec avec un cul comme celui-là, je lui ferais pas de mal au contraire, je prendrais soin de lui~" Même s'il n'était pas d'attaque à ce genre d’interaction pour ce soir c'est le commentaire qu'il s'était garder rien que pour lui. Alors qu'elle lui pointe la rousse, il prit une gorgée de sa bière de la même nuance et ricana lorsqu'elle signale les artifices dont sa poitrine.

« Tu vois des seins toi? Plutôt dire que c'est des ballons de baudruches. Elle doit y avoir investie un bon montant, c'est dommage quand même de voir ce que certaines personnes sont prêt à faire pour plaire aux autres...

Ridiculisait Liam en rigolant enfilant un autre gorgée dans le gosier. Sans parler que ce genre de personne superficiel sur leur apparence, ce n'était pas ce le type de personne qui l’intéressait le plus et ça n'avait rien de particulièrement attirant à ses yeux non plus.

C'était alors qu'elle pointait un homme qui ressemblait presque en tout point à Ludovick Perron, que la torontoise avait droite à une réaction plus prononcé de sa part. Le visage du québécois s'était décomposé à sa vu ses iris tremblaient avec émotion dans le regard. Le début de sourire qu'il avait? Envolé! Pendant une fraction de seconde, il l'aurait presque confondu avec lui, mais il n'avait pas les même très faciaux et son attitude n'était pas la même non plus. Ce clone de Ludo n'avait pas cet attitude de crétin, casanova, qui fait des blagues à tout va non-stop tel qu'il le connaissait. Autrement dit, il ressemblait un peu trop au mec qu'il cherchait tant à oublier par le biais de l'alcool. Il ne savait pas trop comment réagir. C'est rapidement que son regard s'endurcisse ainsi que ses traits de visage sous la colère pour se retourner tranquillement face au bar pour évité de regarder le clône plus longtemps et même les demoiselle qui gloussais comme des oies au fond. En dépit Charlie lui avait tout de même posé la question de c'est quoi son type. Il pris son temps avant de dire

« Oh chez pas, peut-être quelqu'un un peu comme toi.

Finit-il par dire lui jetant un regard.

« Bien que tu as des pièces en trop et pas la bonne mécanique si tu vois où je veux en venir...

Dit-il l'accompagnant de son regard qui s'était volontairement porté sur sa poitrine quand il a dit qu'elle avait des pièces en trop. Du coup il admit vaguement qu'il était homosexuel. Restant tout de même vague par pur méfiance habituelle comme ça si elle n'avait pas compris ce n'était pas grave, mais avec les propos qui en suivit ce qu'il a dit il aurait été difficile de ne pas comprendre quel genre il aimait bien.

« En tout cas, c'est certainement pas un mec comme lui! Ce saleté de crétin, d'imbécile heureux, maudit coureur de jupons, d'enfoiré de mes deux!

Alors qu'il grinçait des dents sentant la rage monté pas contre Charlie, mais une certaine situation et un certain visage qu'il voulait oublier à tout prix. Il serra sa bière si fort que c'était à se demander si d'un instant à l'autre elle n'allait pas lui éclater dans les mains! À l'entendre parler, il semblait bien le connaître et bien le détester! En revanche, si on lisait entre les lignes, cette dite fureur et à quel point ce dit "crétin" semblait s'accaparer de son esprit de la sorte, on ne pouvait en déduire une autre possibilité : Liam le détestait au point d'en être amoureux.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Lun 20 Aoû - 1:05
Je rigolai discrètement au commentaire sur la rousse. Je dois quand même dire que c’était un peu méchant, mais il n’avait pas tort. D’un autre côté, peut-être que la fille se sent mieux dans sa peau parce qu’elle a une plus grosse poitrine. Je lui souhaite. En fait, je ne sais pas si je lui souhaite. Après tout, on est comme on est, et changer son physique… Il faut s’accepter comme on est, c’est tout! Bon. Moi j’ajoute bien quelques tatouages, mais l’essentiel reste quand même naturel. Ce n’est que de l’encre sur ma peau.

Enfin.

Je dois dire que Monsieur Liam me surprit. Quelqu’un comme moi? C’était une soirée d’humour aujourd’hui ou quoi!? Non mais personne ne veut d’une personne comme moi. Je ne suis pas douce, je ne suis pas agréable, j’ai une tête de mule et les gens me font chier. Du coup, je prends un vilain plaisir à les faire chier en retour. Je suis très loin de ce qu’on pourrait considéré comme étant une épouse parfaite. De toute façon, je m’attends surtout à finir ma vie, seule. Non mais je ne me fais pas d’illusion. De toute façon, je ne veux pas me marier. Avoir des enfants? Je ne sais pas. Peut-être. Je pourrais les aimer comme mon cher père m’a aimé. Mais… Ça fait peur ça.

Je préférais ne pas y penser pour le moment. Je pris plutôt une gorgée de mon breuvage. L’avenir m’effrayait autant que mon passé il faut croire. De plus, je me moquai de mon nouveau compagnon de beuverie.

- Un peu comme moi? Tu ne dois vraiment pas apprécier les gens pour vouloir être avec quelqu’un de mon genre… Ou une incroyable patience. Mais je pencherais beaucoup plus pour la première option.

Parce que Liam ne semblait pas être un mec particulièrement patient. On peut quand même s’en douter un peu avec notre charmant début de conversation où il a presque engueulé l’autre type… Et moi aussi d’ailleurs, parce que nous faisions trop de bruit et que l’autre abruti était un peu trop insistant dans l’idée de vouloir me voir dans son lit… Chose qu’il avait uniquement imaginé dans ses rêves.

Mais il semblerait que j’aie un défaut de fabrication. Du moins un défaut qui faisait en sorte que Liam n’arrivait visiblement pas à m’apprécier à ma juste valeur… Si je peux vraiment avoir une valeur. Je ne crois pas que ma valeur soit vraiment importante. Le fait que je ne dois pas avoir de totem doit baisser ma cote.

Je dis des conneries. Mais ça mérite quand même une certaine réflexion un jour. Pas ce soir.

Je n’avais pas la bonne mécanique. Mh. Embêtant. Je trouvais ça dommage, il aurait pu être un compagnon de lit de temps en temps, après tout, il n’était pas le garçon le plus désagréable que j’avais rencontré dans ma vie. En fait, les plus désagréables c’était probablement mes demis-frères, ses connards que j’ai rêvé plus d’une fois leur mort en abordant un immense sourire à mes lèvres. Leurs morts avaient été chaque fois différente. Mes préférées étaient quand ils agonisaient pendant de longues heures.

Sadique? Moi? Pas du tout voyons.

Je reportai mon attention vers Liam, je ne voulais pas sembler trop déçue.

- Ouais, je vois ce que tu veux dire. C’est presque dommage… À moins…

J’ai une idée complètement conne qui vient de me passer par la tête. Je suis certaine qu’il va refuser, mais au point où j’en suis, j’ai quand même le droit d’avoir un peu de plaisir et de me moquer des autres. Bon je le fais quand même assez souvent, mais je trouvais que ma réflexion méritait tout de même d’être dite à voix haute. En plus de cela, je me demandais comment Liam allait réagir avec mon idée.

- À moins que tu sois prêt à ce qu’on trouve quelqu’un qui a la bonne mécanique, comme tu dis, moi ça ne me dérangerait pas.

J’avais proposé ça de façon nonchalante, un peu en mode « je m’en foutisme » parce que le pire qu’il puisse arriver, c’est qu’il refuse. Il pourrait en être gêné ou outré, ça m’importait peu, j’allais seulement bien rigoler.

Sauf qu’il changea bien vite d’air lorsque je lui avais montré le monsieur. C’était comme s’il le connaissait. En tout cas, ce dont j’étais certaine c’est que Liam semblait beaucoup trop fâché après ce monsieur, qui n’avait rien fait pour le moment. Je ne sais pas ce que j’avais fait, mais visiblement, j’avais choisi le mauvais gars. Il en était même rendu à dire que c’était un coureur de jupon, il faut vraiment qu’il connaisse le mec en question. Disons qu’il était rapidement monté sur ses grands chevaux le monsieur.

- Allons, calmes-toi? Tu connais ce type? En tout cas, tu sembles vraiment avoir une dent contre lui.

Et avoir une dent contre lui, ces mots étaient plutôt faible. Il semblait littéralement ragé contre le monsieur.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Jeu 23 Aoû - 0:43
La soirée commençait doucement à s’égayer à rigoler de la rousse en plastique ou bien a reluquer la petite blonde, même si dans le cas de Liam on peut difficilement dire qu'il était attirer vers elle; agréable à regarder certes, mais pas attirer. Mais lorsqu'il admit à Charlie son type ou du moins l'un d'eux, il prit une généreuse gorgée avant de lui rajouté une réponse à laquelle la belle n'avais pas songé.

« Ou bien c'est juste que tu es de ces rares personnes... Très rare, qui me font moins chier que d'autres...

Cependant, elle a comprit qu'elle n'était pas son genre. et osait même lui proposé d'aller en chasse en sa compagnie... Sur quoi, face à sa suggestion impertinente, elle se prit un regard noir silencieux du genre : "T'es sérieuses fille?! Tu trouve que je suis d'humeur à me taper un mec aujourd'hui? Je suis plus d'humeur à défoncés des gueules aujourd'hui! Même si j'avais quand même réussi a oublier un peu ce qui me rendait dingue... Enfin, jusqu'à ce que je trouve son clone..." Il soupire et reprit une gorgée espérant que l'alcool engourdisse sa colère montante avant de répondre plus calmement qu'avec la tronche qu'il tirait en ce moment!

« Non. Je ne suis pas d'humeur et j'étais certainement pas venu pour ça. Mais si tu veux partir en chasse, 'as'y ne te fais pas prier.

Plus il buvait, plus le temps avançait plus, il commençait à avoir un peu de mal à prononcé comme il se doit prenant des petite raccourcis ici et là.

« Pas c'type là en particulier, mais je connais quelqu'un qui lui r'ssemble un peu trop, je lui ferais sa peau encore une fois si je le recroise!...

Il finit sa bouteille cul sec et semblerait-il que la chaleur et l'alcool lui était rapidement monté à la tête pour décidé de lui faire un topo rapide sur le dit "sale type" en question qui hantait son esprit depuis un baille.

« T'sais quand t'es dans tes p'tites affaires et qu'il y a un de ces beau chieur salopard qui vient t'emmerder? Ouais! Ça là! Il te sourit, d'un sourire si charmant et énervant que tu veux lui casser les dents, tu vois?! Il ne fait que respirer qu'il te fait déjà rager! Ensuite, il te racontes toutes les conneries culcul au monde pour essayer de te faire tomber dans ses bras comme avec n'importe quelle foutues donzelles qu'il a croisé! Évidement, il dit "Mais non, je ne me fous pas de toi, c'est vrai je t'assures!" pour te balancer le lendemain "Ouais en faite, je suis polyamoureux, mais juré je prends pas n'importe qui!" MON CUL OUI!

Rageait-il se retenant de frapper le comptoir du poing. Se rendant vite compte qu'il a ouvert sa grande gueule qu'il tenait à tenir fermer à doubles tours il grognant à nouveau.

« Awww Fuck! Boit un bon coup et oublie tout ça tu veux?! J'ai rien dis du tout, compris?!

Fit-il en colère contre lui-même tout en étant fortement gêner. Puis une question envahi son esprit embrouillé à savoir s'il reprend une bière question de noyer sa colère dans l'effet dépressif de l'alcool, où s'il s'arrêtait là avant d'être malade et ne plus marché droit pour rentrer chez lui... Une chose est sûr, il allait avoir une sacré gueule de bois le lendemain avec 8 verres dont 6 de Whiskeys et 2 de bières.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Dim 26 Aoû - 17:38
Aaah. C’était probablement l’option la moins surprenante. C’était le genre de parole qu’on pouvait relativement trouver logique venant de lui. Je ne sais pas si je devais être touchée ou déçue. Un peu des deux. Déçue parce que c’est une réponse à laquelle je pouvais m’attendre, touchée parce que c’est un compliment assez rare que les gens n’ont pas particulièrement l’habitude de me faire. Du coup. C’était quand même apprécier.

Mais je n’allais quand même pas le lire dire que j’avais apprécié. Non mais je ne voulais pas qu’il se moque de moi avec ça par après. Non, non. Le mieux, pour le moment c’était de lui répondre un petit quelque chose, assez simple comme :

- Oh, bah, c’est plutôt cool. Au moins c’est réciproque.

Je n’avais pas cherché très loin. J’espérais qu’il ne serait pas frustrée que je ne lui dise pas merci. Mais au moins, il savait maintenant que c’était réciproque et qu’éventuellement, il serait peut-être possible que l’on se revoit. Mais probablement juste pour boire, des trucs comme cela, je ne crois pas que monsieur apprécie ma suggestion. Il n’y avait pas grand-chose à rajouter.

C’est vrai qu’il ne semblait pas de bonne humeur. Je crois que pour l’instant, au lieu de partir à la chasse, le mieux c’était de rester en sa compagnie. Je regardai ma bouteille, faisant tourner le liquide tranquillement, réfléchissant, avant de dire plus doucement :

- Non ça va aller. Il faut croire que tu n’as pas le sens de l’humour ce soir.

Je l’écoutai. Tout simplement. Il n’y avait pas grand-chose à faire de plus. Il semblait s’emporter. Je ne comprenais pas, si à moitié je dirais. Je n’ai jamais vraiment été avec un mec qui avait de vrais sentiments pour moi. Pas vraiment. Je suis un peu le genre de personne qui reste seule. Et c’est mieux comme cela, ou sinon avoir des relations, mais très courte, sans attache. C’est beaucoup mieux comme ça. Ça m’empêche de finir dans l’état de Liam, qui semble vraiment beaucoup boire pour oublier ses problèmes.

Je ne veux pas devoir le ramasser à terre en petits morceaux. Je ne veux pas qu’il tombe malade. Pas que je me soucis de lui, mais je n’avais pas envie de devoir lui donner un coup de main afin de ramasser les dégâts qu’il a fait. Je ne veux pas non plus qu’il boive jusqu’à tomber non plus. Sinon, il faudrait lui trouver un endroit pour qu’il puisse se reposer. Je ne pourrais pas le ramener chez lui, du coup, il y a de fortes chances que je doive l’amener chez moi.

Et je ne tiens pas à amener un homme qui pourrait être malade chez moi. Je suis relativement gentille avec lui, mais je ne veux pas trop l’être non plus. Non mais, il ne faut pas exagéré. Je vois peut-être un peu trop loin, peut-être qu’il serait correct, peut-être qu’il pourrait rentrer chez lui. Je ne sais pas, ce serait à voir s'il boit encore ou s'il en a assez.

Il me donnait moins envie de boire. J’hésitai maintenant à prendre une nouvelle bière. Ce serait ma troisième. Ce serait peut-être un peu abusé ce soir. Je veux garder toute ma tête, moi, si je me compare à Liam. Je me dis que je pourrais peut-être lui donner un conseil. Ce n’est pas le genre de choses que je donne gratuitement. Mais Liam semblait avoir une certaine souffrance. Il me faisait un peu pensé à moi quand je rage sur ma génitrice ou ceux qui me servent de demis-frères. Il n’y avait pas de solution, je ne pouvais pas lui dire ce qu’il était mieux pour lui, ce qu’il devait faire, de toute façon, on ne se connaissait pas vraiment.

Par contre. Je pouvais lui donner un conseil.
Il peut en faire ce qu’il veut, moi je m’en fiche.

Je sirotai doucement mon breuvage, tranquille.

- J’veux pas faire celle qui ne se mêle pas de ses affaires, mais vu que tu en as parlé, je peux bien me donner mon avis. Ça vaut ce que ça vaut, tu en fais ce que tu veux, je ne suis pas ta mère, tu n’es pas obligé de m’écouter. Je crois seulement que boire tous ces problèmes-là, c’est peut-être pas la meilleure idée du monde. Enfin. Je ne tiens pas à t’accompagner chez toi parce que tu es saoul mort ou devoir veillé sur toi parce que tu es en mode « je dégueule ma vie ».
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Lun 27 Aoû - 19:27
Vous savez dans certaines conversations, lorsque qu'on la démarre et éventuellement il y a un de ces "mais"... Généralement oublier ce qui précède le "mais" et prenez davantage en compte la suite! C'était exactement ce qu'il faisait. "Tu viens pas me donner conseil, mais c'est exactement ce que tu fais hein? Tché! Elle en a du culot pour une étrangère! ... Hm?... Ma mère?! Fille si t'étais ma mère je t'aurais balancer ma bouteille en pleine figure et quitter les lieux il y a longtemps!" À cette penser il ria de vive voix secouant doucement la tête bien qu'il a bien entendu ce qu'elle a dit, bien qu'il rit quand même.

« T'es drôle toi!

Il se laissa la peine d'éclater de rire un bon petit coup avant de rétorquer.

« Écoute c'est bien gentil, mignon et tout ce petit conseil de ta part, mais comme tu dis t'es pas ma mère, d'ailleurs j'en avais une et elle était de trop, alors une deuxième? Hahaha! Et puis quoi encore? C'est plus une génitrice t'façon... Elle m'a juste pondu un point c'est tout! Ou bien elle est juste une mère terrible. Puis, si ça t'inquiètes tant que tu sois coincé à me chaperonner, franchement t'as pas à t'en faire. Je peux prendre soin de moi-même tout seul! Je n'ai besoin de personne. Pas que ça intéresse qui que ce soit non plus... Enfin... qu'importe! J'ai pas envie de me faire chaperonner par une meufe que je connais à peine qui... Nah laisse! Qu'importe mon état je peux très bien veiller sur moi merci!

Se coupa ce dernier qui était sur le point de dire à haute voix qu'il la trouvait sympa. Dans se discours bien que c'est son côté solitaire qui a parler, mais son orgueil s'est bien fait sentir. Ce qui aura eut raison que la chauve-souris le regarde avec un certain dédain, bien que Charlie est incapable de la voir. Liam aurait bien encore bu, n'était pas tout à fait satisfait encore, il ne le fit pas sentant qu'il était en train de gêner la demoiselle et il y avait aussi Lily qui le regardait avec jugement tel que mentionner.

« R'garde moi pas comme ça...

Échappe-t-il sèchement en marmonnant dans le vide s'adressant à son totem Lily. Il observa un peu l'inquiétude que sa compagne cachait derrière son expression de je m'en foutisme fini, mais ses mots la trahissait. C'est en réalisant cela que Liam se dit qu'il était sans doute l'heure de partir. Ne croyant pas qu'elle ait quelques chose de plus à rajouter. Même s'il avait tout de même aborder un sujet épineux pour eux deux; leurs mères.

« Bon aller copine de beuvrie... le party est fini; j'me tire. M'enfin, merci de la soirée miss pain moisie.

Tel qu'il l'a déclaré, il fini par se lever marquant son départ et... Woah! Tout s'est mis à tourner d'un coup dans sa tête du moment qu'il s'était mis sur ses pieds. Bien qu'il avait toujours les mains sur le comptoirs heureusement. Il sentait sa tête ballotter, même flotter, et un sentiment de vertige qu'il le saisissait en grand. S'il aurait fait un pas de plus et ne s'était pas écouté il aurait tomber en beauté juste là. Ouf! Pour le moment il attendait un peu que ce sentiment de déséquilibre s'évanouisse avant de faire un pas de plus. Si on tentait de l'aider il repoussait ces aides, que cela venait de n'importe qui, d'un geste de la main.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Mar 28 Aoû - 1:41
Moi drôle? Je jugeais Liam, non mais sérieusement, il n’allait pas bien. Il se payait la tête. Je lui ai bien dit qu’il n’était pas obligé de m’écouter. Il rigolait en plus! Je ne savais pas si je devais en être heureuse ou insultée. Je préférais restée indifférente face à tout cela, ne pas m’offusquer par un dude qui commence visiblement à avoir un peu trop bu. En fait, ce n’est pas vraiment son ricanement qui me mis de mauvais poil, c’est plutôt ses paroles.

Il commençait à être désagréable. Non mais. Monsieur semblait vraiment plus de mauvais poil depuis qu’il a parlé de son dude qui était polyamoureux. Comme si celui-là pouvait le rendre d’humeur encore plus massacrante qu’il ne l’était au début de la conversation. C’est vraiment chiant. J’espère que lorsque je me mets à boire à en plus finir je suis plus supportable que lui. Parce que même à jeun, je ne me trouve pas souvent supportable. Enfin. Ce n’était pas de moi qu’il était question ici.

Il n’aimait pas les conseils. Bien fait pour moi. Je l’avais bien appris à mes dépends. Ça m’apprendra à vouloir essayer d’être relativement gentille avec quelqu’un. Il m’avait plutôt énervée. Je faisais le plus que je pouvais pour le garder pour moi, mais doit quand même admettre que j’étais un peu frustrée, ce qui allait fort probablement se faire ressentir dans mes paroles, bien que cela ne soit pas dans mes intentions initales.

- Je t’ai dit que tu n’étais pas obligé de m’écouter, et savoir tes histoires avec ta mère, je m’en fous complètement. La mienne aussi m’a fait chier et elle m’a pondu, comme tu dis, puis s’est amusée à me rabaisser. So, les histoires de génitrices, je connais assez ça. T’avais juste à ne pas m’écouter, c’est tout. Je te l’avais dit.

Tch. Je l’avais averti et voilà qu’il se mettait parler de sa mère. Non merci. Je sais déjà ce que c’est une mère désagréable qui ne fait que vous mettre au monde, pas besoin de me le rappeler, pas besoin de me présenter ses expériences traumatisantes. J’avais les miennes et c’était bien assez comme cela. Je n’avais aucunement besoin de savoir les trucs des autres. De toute façon, lorsque je disais quelque chose, pour avoir l’air d’un semblant sympathique, je me faisais chier dessus par l’autre là parce qu’il ne veut rien savoir de mes conseils.

C’est tellement plus mon problème rendu-là. Je faisais mon gros possible, mais il semblerait qu’on n’apprécie pas lorsque j’essaie d’être gentille. Les gens devraient se décider quelques fois. Je faisais des efforts et voilà qu’on m’envoyait chier et lorsque je ne faisais pas d’effort je faisais chier le monde. Ça me rend de mauvaise humeur.

Mais bon, il semblerait que la soirée était finie pour lui. Tant mieux. Sinon il se serait ramasser dans les toilettes à vomir sa vie, j’en suis plus que certaine. J’avais vu tellement de mec faire « yo, je suis super fort je peux boire tout ce que je veux » et que finalement, l’accumulation de breuvage de leur soirée se ramassait dans une cuve de toilette. Quel dommage.

Il s’était levé. Ça semblait difficile pour lui. Il l’avait bien mérité au final. Je devrais peut-être lui donner mon numéro. Mais je n’avais pas de crayon sur moi, le temps que j’en demande un au barman, il allait probablement être trop tard et, de toute façon, je suis certaine que si je le lui donnais, il allait me trouver vraiment collante. C’était une meilleure idée de ne pas le lui donner. De toute façon, on pourrait toujours se retrouver dans un bar ou un autre.

Ou pas. Enfin.

- Adios, monsieur je-ne-suis-pas-foutu-de-me-mêler-de-mes-affaires. Enfin, si tu réussis à marcher droit jusqu’à la sortie, dis-je en ricanant une dernière fois.

Mais quand même, par mesure de sécurité, je préférais attendre qu’il quitte avant de faire de même. Non pas que je m’inquiétais pour lui, m’inquiter pour lui ce serait complètement idiot puisque je ne le connais pratiquement pas, mise à part qu’il semble avoir quelques problèmes questions relations amoureuses et que ce n’était pas le gars le plus joyeux et qui lance des sparkles au monde.

Sinon je l’aurais bien fuit depuis très longtemps.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mer 29 Aoû - 4:07
Wow... Juste Wow... Il haussa du sourcil simplement la regardant véhiculant ses pensée dans son regard "Qu'est-ce que j'ai dit de mal encore? J'ai pas parler de la sienne et elle l’interprète tout comme si! Bien que j'aurais du me la fermer sur la mienne si je ne veux pas de problèmes, bien que je doute qu'elle joue les rapporteuse alors ça peux aller... Puis, c'est pas comme s'il était écrit sur ma tronche "Enfant en fugue disparu de Montréal à retrouver mort ou vif" quand bien même... Sans parler que je suis majeur maintenant et ça va bientôt faire 10 ans que j'ai fugué. Puis pourquoi elle réagit comme ça?! Justement! Son conseil je pouvais bien en faire ce que je veux! Pas la peine de me le répéter comme ce genre de meufes qui sont genre : "Non, mais ce n'est pas comme si je t'aimais ou quoi que ce soit HEIN?!" ou encore "La ferme, je te hais!" Alors que c'est le contraire en faite... Pffft! Après, on dit que c'est moi la meufe en SPM qui sait pas ce qu'elle veut en plus d'être susceptible comme pas possible! Enfin" Toujours sur le comptoir se tenant sur ses mains en plus de ses deux jambe il lui répliqua une dernière fois avant de tenter de prendre son envole.

« ... Bah justement merci c'est gentil, mais non merci! C'est comme tu dis j'en fais ce que je veux de tes sermons! Pas la peine de te prendre la tête alors puisque tu t'en fous après tout! Non? J'ai mal saisi?

"Susceptible comme une fille mon cul! Ils ont pas connu Cette gonzesse de Charlie ça c'est certain! Peut-être bien qu'au fond comme elle s'est donner la peine de me conseiller elle aimerait bien que je l'écoute pour pas avoir l'impression d'avoir été inutile... Je suppose que par rabaissé par sa mère c'est un peu ce qui se passe. Oh pauvre fille bouhouhou! Si seulement ma mère s'en était tenu à ça... Enfin... D'un côté on a la mère à Charlie qui l’oppresse, et ma mère qui me prenait pour un trophée... Difficile à dire qui est la pire des deux et encore je me bases que sur des foutus spéculations! Enfin au moins ça me change de.... Non... Non, non, non, nonononon! Pas ça! Va t'en Oust!!! Hiisshhhh!!!" Pestait-il dans son crâne quand il sentait Ludovick revenir à la charge. Jusqu'à ce que Charlie lui souhaita à la limite un bon débarras! Cela dit, tout ce qui lui restait en tête c'était son "Enfin, si tu réussis à marcher droit jusqu’à la sortie". Tout juste avant qu'il se décide à prendre le chemin de la sortie. Il se tourna le visage lentement dans sa direction avec cette expression fort sérieuse la dévisageant un moment... Un bon moment. On aurait pu s'attendre à un ronchonnement du genre "Oh ferme là miss pain moisie! Je ne tomberai pas!" au lieu de ça il sortit plutôt :

« Est-ce que c'est un défi?

Dans les cas où elle répondrait que s'en était un il devrait lui se préparer un petit gage à proposé "Hmmm... Qu'est-ce que je pourrais lui lancer comme gage par contre... À moins qu'elle ait une idée?" La pauvre Lily affaissa une aile devant sa jolie bouille de renarde.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
19/06/2018
Messages :
59
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Lun 3 Sep - 22:13
Je détournai le regard. Il me faisait chier. Je le trouvais tout particulièrement déplaisant en ce moment. Non pas qu’il ait été plaisant avec moi, mais il aurait pu être un peu moins désagréable. Enfin. Je ne peux pas me confier et je n’avais plus envie de lui répondre. Non mais il m’avait vraiment de mauvaise humeur. Ça ne valait pas la peine de lui dire quelque chose. Je ne voulais pas lui dire qu’il pourrait peut-être avoir raison. Je ne veux pas admettre une certaine défaite devant lui. Valait ainsi mieux garder le silence.

-

L’envie de lui ficher mon point dans son minois était très intense. Un peu trop même. Finalement, ça ne servait pas vraiment à grand-chose. On pouvait presque parler, mais on ne peut pas parler de tout. C’est complètement débile. Lui, ça va, il peut dire ce qu’il ressent sur l’autre personne que je dois oublier et faire comme s’il n’avait rien dit. Mais moi, non. Pas le droit. Je me renfrognai. Peut-être qu’il n’était pas super comme compagnon de beuverie… Dommage. J’avais cru trouver une personne qui pourrait être intéressante, à qui je pourrais parler un peu, mais il semblerait que Monsieur Liam ne soit pas la personne que je cherchais.

Il me saoule. On va devoir éviter quelques sujets si jamais nous venions à nous croiser de nouveau.

Je me levai à mon tour. Lui, il avait peut-être du mal, mais moi, c’était la forme. J’ai seulement pris deux bières, je suis une personne raisonnable. De toute façon, je ne pouvais pas passer la nuit dans un bar… Nuit, c’est quand même assez relatif, parce que les bars et les boîtes de nuit ferment à deux heures. Mais quand même ce n’était pas une bonne idée de veiller longtemps, je voulais quand même donner un « bon » service aux clients. Et si je ne dors pas assez, j’allais trouver les clients encore plus insupportables qu’ils ne le sont déjà.

Il me demanda alors, très sérieusement, si c’était un défi. Ce n’était pas mon but initialement. À vrai dire, je n’en avais pas grand-chose à faire… Mais finalement, je me disais que ce pourrait être plutôt marrant. Je ne savais pas ce qu’il y avait à gagner ou à perdre, ça ne m’intéressait pas tellement. Mais je me disais que ce serait très drôle de le voir se planter au milieu du bar, il en serait fort probablement super embarrassé. Ce pourrait être intéressant de voir sa réaction. J’aime bien quand même m’amuser quelques fois.

- Pourquoi pas? J’aime bien les défis.

Cependant, je n’étais pas trop certaine de savoir ce que je pourrais avoir de ce défi complètement débile. Probablement pas grand-chose. C’est pas mal à ça que je m’attendais. J'aurais également pu refuser tout simplement, lui dire un simple « non, c'est trop débile les défis, je n'ai plus cinq ans... », mais bon, j'ai quand même le droit de m'amuser un tout petit peu. M'amuser avec d'autres gens, des vrais gens c'était assez rare. Je m'amusais généralement plutôt avec des gens que je rencontrais sur Internet. Le changement ne fait pas trop de mal.

Je pris ma bière pour une dernière fois avant de la poser sur le comptoir, où le barman pourrait la prendre et en faire ce qu’il voulait bien. La recycler probablement. J’avais terminé pour ce soir. Je fis un semblant de sourire sympathique au barman. Il n’était pas trop mal celui-là, il ne faisait pas trop chier en essayant de séduire ses clientes ou de tout savoir sur leur vie. Il était assez discret, aimant bien parler de la pluie et du beau temps avec ses habitués qui étaient un peu devenu ses amis.

Peut-être que je reviendrai ici.

- Si tu perds, il arrive quoi? Et si tu gagnes?

Après tout c’était son défi, c’était quand même à lui de trouver des conséquences ou des récompenses complètement débiles qui correspondaient assez bien à son niveau d’ivresse et de débilité. Je suis convaincue qu’il n’y arriverait pas, parce que s’il réussit, je vais être quand même déçue, ça veut dire qu’il est encore assez à jeun. Malheureusement.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Sam 29 Sep - 4:51
Au départ, elle semblait plus prête à le laisser partir, ou partir à son tour pour évité de lui péter à la tronche, mais du moment qu'il a évoqué le défi elle semblait pris d'un léger intérêt, elle est aller à même de dire qu'elle aimait l'idée! Elle lui avait même demander ce qu'il proposait comme gage! Un peu pris au dépourvu, il émanait un petit silence signe qu'il ne savait pas trop quoi exactement proposer. "Je suis sur que je vais avoir des idées de merdes... Je dois être trop saoul pour être créatif..."

« Si j'me plantes, j't'achètes une bière si j'réussi cela dis bah... T'm'en achète une? Enfin, plus d'whisky... Ça peut même être du brandy! En bar, en bouteille, en caisse... qu'import'.

"Mouais c'est de la merde, mais sur le moment je ne trouve pas mieux alors voilà..." Se décevait-il tout seul. Cependant après ses dires il s'engagea déjà dans son défi regardant la sortie qui était quand même pas à côté. Il prit une inspiration discrète. Lily le suivait de près en planant. Bien que le prix à gagner s'agissait d'une bière aux frais de la demoiselle pas qu'il en soit terriblement intéressé de ce prix là, son véritable prix est que sa fierté ne soit pas teinté par une chute disgracieuse de saoulons au beau milieu de la place devant tout le monde... Et il ne se le mentira pas à lui même, il était un peu plus que bien réchauffer... Cela dit, il entreprit de marcher dans le bar, faisant fit de ses vertiges voulant avoir l'air naturel. Le québécois se sentait presque flotter dans sa démarche marchant presque mieux que lorsqu'il était à jeun! Voilà que même sans s'en rendre compte, il s'était rendu à la sortie complètement indemne comme s'il n'avait pas pu une seule goûte d'alcool. À la sorti il s'arrêta impressionner lui-même qu'il ait réussi avec une facilité presque divine!

« J'sais bien que j'tiens bien mon alcool, mais alors là... La vache! Même pour moi j'm'impressionne...

Pensait-il à haute voix, toutefois dans un murmure, avant de se retourner pour s’apercevoir que Charlie était déjà là et lui sourit.

« Oh hey! T'vois? J'tiens bien trèèèès bien mon alcool ~

"Je t'en prix dit moi que t'as pas entendu ce que je me suis marmonner pour moi-même..." Espérait ce dernier derrière ce sourire de mal aise.



[HRP :: sur un dée 20 j'ai tirer un 20... du coup succès parfait X'DDDD]

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum