Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
20/10/2017
Messages :
35
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Sam 21 Oct - 21:31
Ran Tomoharu
Prénom Nom : Ran Tomoharu
Surnom : Il ne possède pas de surnom, Ran suffit simplement.
Age : 22 ans
Sexe : Homme
Orientation : Bisexuel
Origine(s) : Japonais
Nationalité(s) : Canadienne
Métier/Etude : Étudiant en astronomie et en rêve, ce dernier étant plus une passion.
Groupe : Totem de Compagnie
Caractère
N A R C O L E P T I Q U E •
C'est l'une des premières choses qui caractérise Ran, cette maladie fait partie intégrante de sa vie, le forçant à adopter un style de vie un peu différente des autres. La narcolepsie est un trouble du sommeil chronique, cela peut arriver plusieurs fois dans la même journée de façon imprévisible ou à cause, d'une émotion trop forte comme la surprise, le stress, le rire (du style un fou rire), la colère, etc. Le sommeil peut avoir une durée variable de quelques minutes à une heure environ et le malade plonge directement dans un sommeil paradoxal. Cette maladie possède différents symptômes que Ran supporte durant ses phases de sommeil, certain n'arrivent pas forcément tout le temps.

Il y a d'abord l'hypersomnolence qui est l'un des symptômes principaux étant donné que cela donne l'envie irrépressible de dormir. Il y a ensuite la cataplexie qui est tout simplement une perte du tonus musculaire, c'est-à-dire que les muscles qui permettent de maintenir le corps debout et de bouger "s'endorment", à tout moment Ran peut s'écrouler au sol endormi, cela peut être dangereux selon l'endroit où il se trouve, comme traverser une route, dans les transports en commun ou autres. Mais Ran n'est pas forcément endormi lorsque cela arrive, il peut être pleinement conscient, il sera juste dans l'incapacité de parler ou de bouger. Arrivent ensuite deux symptômes un peu plus rares, mais que Ran a déjà vécu, la paralysie du sommeil et des hallucinations, les deux étant très souvent liés. La paralysie du sommeil est identique à la cataplexie à la seule différence qu'elle se produit très souvent lors du réveil, ces paralysies peuvent donner une sensation d'angoisse profonde produisant la plupart du temps des hallucinations. Ces dernières peuvent apparaître sous différentes formes, sois visuelles, auditives, sensations de toucher ou de déplacement.


G R A N D           R Ê V E U R •
Ran vit donc avec cette maladie qui rythme ses journées ou plutôt la berce... Cela a engendré chez lui une fatigue constante, une difficulté à se concentrer que ce soit dans une conversation ou pour une tache quelconque qu'on lui aurait confiée. Il fait tout de même des efforts surtout lorsqu'il s'agit d'un sujet qui le passionne, comme les rêves lucides. C'est tout simplement le fait d'être conscient dans un rêve et cela se produit généralement durant le sommeil paradoxal. Lorsqu'on devient lucide dans un rêve, le dormeur peut faire tout ce qu'il souhaite ! Cela ne demande un certain entraînement, ce que Ran à fait durant quelques années avant d'y arriver. Il contrôle parfaitement ses rêves comme il le souhaite.

Mais il lui arrive de plus en plus de mélanger le rêve et la réalité, à cause du fait qu'il se réveille et se rendort plusieurs fois dans la journée et que ses rêves se rapprochent assez de la réalité, a peu de chose près... Il a l'impression de dormir tout le temps, de rêver tout le temps. Cela ne lui déplaît pas, bien au contraire, même si ça peut être problématique de ne plus savoir ce qui est vrai ou faux. Mais il y a certains éléments qui lui permettent de différencier les deux mondes, la douleur qu'il ne ressent pas dans ses rêves, Yume son Totem, qui veille sur lui durant les phases de sommeil et peut essayer de le réveiller, puis enfin la lune.



A M O U R E U X •
Et oui chers amis, le petit cœur de Ran est déjà pris, mais il tout à fait possible de l'obtenir étant donné que l'être aimé n'est pas à porter de main. Elle est plutôt sphérique, avec des cratères sur elle, elle montre toujours le même visage la nuit, mais elle est aussi parfois présente le jour. Allez savoir pourquoi, Ran apporte une attention toute particulière à la Lune et point de lui laisser une place dans son cœur.

La façon dont il traite la lune peut être décrite comme une personnification, il offre à cet astre lunaire des propriétés humaines. Il la nomme sobrement Lune, une jeune femme aussi humaine que vous et lui. Cette histoire a tout simplement commencé lorsqu'il s'entraînait à faire des rêves lucides, il lui fallait un objectif qu'il garderait tout au long de son apprentissage, un but qu'il ne pouvait atteindre qu'en rêve. Ce fut donc avec beaucoup de temps et de patience qu'ils se sont approchés, petit à petit. C'est pour cela que Lune sert aussi de point de repère entre le monde des rêves et la réalité. Il rêvait de tenir la lune dans ses bras... L'instant où il a attrapé l'astre lunaire dans ces bras a sans doute été le beau moment de sa vie.

Évitez de parler de Lune comme d'un simple satellite ou chose, sauf si vous tenez vraiment à faire du mal à son petit cœur et vous placer dans sa liste noire de personne qu'il ne fréquentera jamais. Il n'aime pas du tout quand on la critique. La présence de Lune lui a toujours été très rassurante, sa lumière le réconforte durant les nuits sombres, et même si le temps était nuageux, il arrive à l'apercevoir dans le ciel, du moins il essaye. Elle chasse ses cauchemars et rend sa vie un peu plus mielleuse.



R A N •
Que ce soi dans ses gestes ou dans sa façon de parler. C'est un petit nuage tout doux, remplis de douceur, qui aime la tendresse et qui a envie d'en offrir. Il a beaucoup de mal à se mettre en colère ou à ressentir une émotion négative, mais cela ne veut pas dire que ça n'arrivera pas. Il est un peu lent dans ses mouvements, il traîne souvent le pas quand il marche... Ran aime beaucoup prendre son temps, il n'est jamais pressé. Les gens trop pressés ou qui veulent aller vite le stress.

Il parle tout bas et parfois, on l'entend à peine ce qu'il dit, ce qu'on lui reproche assez souvent, le forçant à hausser le ton. Il ne supporte pas les sons trop forts ou tout autre chose de très bruyant, cela peut être tout et n'importe quoi, c'est le bon moyen de lui donner un mal de crâne. Étant habitué au calme, il a une préférence pour la musique douce, acoustique, naturel (vent, bruit des vagues) ou simplement le chant des oiseaux.

Mais la douceur n'est pas la seule chose qui le caractérise, en général, il est du genre patient, curieux, timide, naïf et gentil... Voir même trop naïf et vraiment trop gentil... Il ne cherche pas vraiment à savoir ce qui est vrai ou faut, si on lui raconte quelque chose qui l'émerveille, il va y croire. Si on lui demande de l'aide, qu'importe si la personne une face de lui à fait de mauvaise chose, Ran ne connaît pas son passé et il fera de son mieux pour se rendre utile. Vous savez, c'est un peu difficile pour lui la communication, il ne sait pas vraiment comment s'y prendre face à un inconnu. Il peut donc être facilement manipulable et il ne se rendra compte qu'après ou un peu plus tard de son erreur. Il tentera par la suite de réparer les choses ou alors de lâchement se réfugier dans sa bulle, un peu honteux. Voilà, vous n'avez qu'à prendre tous ces éléments, mélangez-les et vous obtiendrez ce cher petit Ran.
Totem
Symbolique/caractère/physique du totem : Du haut de ses 125 cm au garrot pour un poids de 85 kg, vêtu d'un pelage de couleur brun/roux, avec des partis plus clairs sur le flanc et le poitrail et des jolies yeux couleur noisette, le totem de Ran est une charmante biche de l'espèce Cervus elaphus, soit le Cerf élaphe.
Celons les informations, la biche représenterait la neutralité, la douceur et l'amour. Elle possède de nombreux points communs avec Ran qu'elle ne quitte presque jamais. Le lien qu'ils entretiennent pourrait être comparé à celui qu'une mère entretient avec son enfant. Un rôle que la jeune biche prend très a cœur. Elle se nomme Yume, ce qui signifie «Rêve» en japonais, mais Ran la surnomme parfois Maman, un surnom qui ne la dérange pas, bien au contraire.

Ressemblance avec son humain :  Yume est douce, dans ses gestes et dans la façon dont elle regarde le monde qui l'entoure. Elle est aussi gentille que Ran, même face à des inconnus et elle pétille d'amour, un amour qu'elle ne donne qu'a son jeune protégé. Elle n'est pas naïve, contrairement à lui, mais elle ne fait pas non plus la différence entre le bien et le mal, s'ils se retrouvent tous deux devant une personne, ils seront incapables de savoir si ses intentions sont mauvaises ou alors ils ne l'apprendront qu'un peu plus tard. Avec, un peu de chance, Yume arrivera à sentir le danger plus rapidement que Ran. Puis enfin, tous les deux n'apprécient pas les émotions négatives qu'ils gardent en eux.

Différence avec son humain : Yume joue un rôle de maman de substitution et prend ce rôle très à cœur. C'est comme un guide pour Ran, sans elle, il serait peut-être perdu dans son petit monde. Elle se montre attentionnée, protectrice et l'aide, à sa manière, à avoir confiance en lui. Le fait qu'elle n'arrive pas à distinguer le bien et le mal ne lui permet pas de mettre des limites et puis en tant que totem, elle ne peut pas non plus faire ce qu'un humain pourrait faire à son enfant, mais lorsqu'elle a compris qu'une situation peut être mauvaise ou dangereuse, elle fait en sorte que cela ne se reproduise pas. Yume ne subit pas les crises de sommeil de son jeune humain, durant les phases de sommeil, elle veille sur lui.
Physique
Ran se considère comme quelqu'un de très banale, que se soit physiquement ou dans le style vestimentaire. Globalement, sa peau est plutôt pâle, il mesure 175 cm pour 47,5 kg, ce qui lui donne une corpulence plutôt maigre et niveau force disons qu'il arrive à peine à ouvrir un bocal de cornichons. Il mange correctement, maïs c'est juste qu'il a un estomac d'un moineau, il a aussi des tendances alimentaires qui se rapprochent de végétalisme, mais il ne refusera pas un bon plat avec de la bonne viande, des œufs ou encore du poisson.

Passons à la tête. La taille de ses cheveux s'arrête au niveau de la nuque, ils sont naturellement lisses et à une coupe assez correcte s'il prenait au moins le temps de se coiffer. Ce qui n'est pas souvent le cas et le jeune garçon se retrouve la plupart du temps avec des cheveux en bataille. Leur couleur naturelle est noire, une couleur qu'il n'apprécie pas alors il a tendance, très souvent, de les teindre en blanc. Il a des yeux en amande de couleur noire, un nez et des lèvres fines. Il a toujours un air un peu fatigué, avec parfois des cernes sous les yeux, mais il y aussi ce léger sourie que son visage garde très souvent, il sourit tout le temps à tout le monde.

Ses bras peuvent être qualifiés de "bras baguettes", parce qu'ils sont maigres et longs comme une baguette de pain et ses jambes en font autant. En tenue, ce n'est pas compliqué, c'est même la simplicité. En règle générale, c'est un t-shirt avec la taille des manches qui varie celons le temps qu'il fait dehors. S'il fait vraiment trop froid, il sort le bon gros pull bien trop grand pour lui. Les pulls sont souvent bien trop grands pour lui, mais il les aime bien comme ça. En pantalon, c'est souvent des jeans, qui sont usés avec le temps et du fait qu'il traîne dehors et les chaussures, des converses lui suffisent. Il n'est pas très farfelu dans ses vêtements, il n'a pas vraiment son propre style, du moment qu'il a quelque chose sur le dos cela lui suffit.
Histoire
O R I G I N E,    M E R E    &    P E R E  •
Le jeune garçon est arrivé au monde le 23 mai, à Shizuoka, une grande ville où on peut observer le célèbre Mont Fuji, mais qui a aussi de grand risque d'avoir des tremblements de terre et de tsunami. Il fut nommé Ran, qui signifie Orchidée. C'est la jeune mère qui l'a nommé ainsi en lien avec sa fleur préférée qui est l'orchidée du Japon, soit la bletilla Striata, qui par la même occasion fleurissait entre mai et juin. Avec son nom complet, Ran Tomoharu, cela signifie littéralement « Orchidée qui accompagne le printemps », le nom de famille étant celui de son père.

Les deux jeunes parents, c'étaient rencontrer grâce à des amis communs, ils s'aimaient beaucoup, mais c'était assez difficile de qualifier leurs relations comme un couple. Le père travaille dans l'observatoire astronomique national du Japon, qui se situe à Makita, qui est une ville située dans la banlieue ouest de Tokyo. Alors que la jeune mère travaillait dans un hôpital à Shizuoka. Ils vivaient ensemble, mais le père n'était presque jamais à la maison, ce qui était souvent source de conflit entre eux. Aucun ne voulait quitter son travail et l'arrivée de Ran n'était pas prévue, n'allant rien arranger.

Au bout de quatre semaines, la jeune mère commença à ressentir des symptômes liés à la dépression post-partum, c'est une dépression plus persistant que le baby-blues et qui peut être bien plus grave. Elle perdait confiance en elle, se décourageait, pleurait à chaque fois qu'elle était chez elle, accompagnée de fatigue, de maux de tête et d'autre symptômes qui apparaissent au fil du temps. Elle aurait pu être soignée, mais elle était trop fière pour avouer à quiconque qu'elle n'arrivait pas à s'occuper d'un simple bébé. Son mari, lui, se doutait bien que quelque chose n'allait pas, lors des rares moments où il était à la maison et qu'il essayait d'en parler cela finissait en dispute avec encore le même problème.

Cela était resté ainsi pendant un an. Un an où, malgré les tentatives, la jeune femme ne réussissait pas à sortir de sa dépression. Elle avait donc décidé d'arranger les choses à sa manière. Ce jour se passa comme les autres jours précédents, elle confit son enfant à une nounou et prit la voiture pour se rendre au travail, sauf que cette fois-ci, elle changea de route. Elle se dirigea au nord-ouest du Mont Fuji, là où s'étend une forêt de 35 km², cette forêt se nomme Aokigahara et possède une triste réputation.

La mère ne rentra pas à la maison le soir venue. Il n'a pas fallu attendre longtemps, avant que des gardes forestiers la retrouve le lendemain, sans vie. Ce fut donc le père qui s'occupa de son petit garçon seul. Ran n'a jamais connu sa mère et pour le préserver de cette sombre histoire, son père ne lui en a jamais parlé, il ne voulait pas son fils se sentait coupable du décès de sa mère.



E N F A N C E •
Ce moment a été sans doute le plus sombre dans la vie de Ran et pourtant, il ignore totalement son existence. Il a grandi sous le regard bienveillant de son père. L'enfance du jeune garçon n'est pas banale, elle est juste bien trop tranquille et douce pour vous. Les bambins qui courent partout, à crier de joie, s'amusant et rêvant d'aventure, ça, c'est une enfance banale pour Ran. Trop bruyante, trop agitée... Déjà tout petit, c'était un enfant calme, peut-être un peu trop au goût de son père, qui tenta plusieurs fois de leur faire jouer avec d'autres enfants pour qu'il se fasse des amis. Mais non, Ran préférait s'asseoir par terre et regarder les petites bestioles traverser la route en se disant qu'elles sont bien courageuses de faire ça, de voir les nuages changer de forme en essayant de deviner à quoi ça ressemble, de regarder les branches bouger à cause du vent en se demandant à qui les arbres pouvaient ils faire coucou.

Mais il y avait quelque chose qu'il l'intriguait encore plus, c'était de voir la lune. Elle faisait moins mal aux yeux lorsqu'on la regardait, contrairement au soleil ! D'ailleurs, il arrivait à Ran de gronder le soleil parce qu'il l'éblouissait un peu trop. Le lieu de travail de son père était pour lui un véritable cabinet de curiosités, les rares fois où il s'y rendait, c'était à chaque fois l'émerveillement ! C'est pour cela qu'a chacun de ses anniversaires, le père emmena son fils au Musée municipal de Katsushika, qui est un musée de science qui possède notamment et vous vous doutez bien un parti astronomie. Comme tous les enfants, Ran posa énormément de question à son père sur ce sujet ! « Combien y a-t-il d'étoile ? Nous écoutent-elles ? Nous parlent-elles ? Et les planètes ? Pourquoi y en a-t-il des grandes, des petites et de différentes couleurs ? Tournons tous autours du soleil . ». Mais la question que Ran posait tout le temps, chaque jour à son père, c'était « Est-ce qu'un jour, j'irais là-haut ? » et vous savez, parfois les parents n'osent pas briser les rêves de leurs enfants, cela leur donne de l'espoire, un but dans la vie, une motivation ! Alors, il lui répondait tout simplement que oui, il irait là-haut.

Lorsque son père travaillait et que Ran allait à l'école, il dessinait. Des étoiles, des planètes, des galaxies... Avec beaucoup de couleur et d'imagination. Le plafond de sa chambre en était recouvert et les murs commençaient à être grignotés par les dessins de l'enfant.



D I A G N O S T I C     &      R Ê V E S  
C'est dans ce petit monde que Ran grandit et à son adolescence deux choses importantes se sont produites. Il y a eu d'abord le diagnostic de sa maladie narcoleptique, suite à de nombreux problèmes de concentration, que ce soit pour discuter, écouter ou travailler. Il semblait aussi très fatigué, avec des difficultés à s'endormir la nuit, pour le père cela ressemblait plus à de l'insomnie, mais dans son école, il eut des crises de cataplexie liée au stress des cours et de l'ambiance générale de l'école qui lui déplaisait. Il fut emmené à l'hôpital où sera dévoiler sa maladie. Le jeune homme devait donc réorganiser sa vie avec ce rythme de sommeil imprévisible.

Il réussit à convaincre son père de lui payer des cours à la maison, plutôt que de l'envoyé à l'école où il risquait à tout instant de faire une crise. Ran reçu donc régulièrement un professeur qui lui fit les cours à la maison, il en profita ainsi pour approfondir ses connaissances dans l'astronomie et de se rendre lorsqu'il a du temps libre dans des bibliothèques. Lorsqu'il tomba une fois sur un livre parlant de rêve, cela l'avait profondément intrigué et bien plus encore lorsqu'il a lu le sujet des rêves lucides. Les rêves étaient devenus quelque chose d'assez important au même titre que l'astronomie, ces deux domaines avaient comme point commun l'infini et l'imagination. Il n'y avait rien pour donner une limite à ses univers, tout pouvait se produire, à la seule différence que les rêves lui semblaient plus accessibles que l'espace. Il avait donc commencé à travailler sur ses fameux rêves lucides, ses rêves où on était conscient.

Il faisait tous les conseils qu'il trouvait... Des attrapes-rêves étaient ajoutées dans sa chambre, dont les murs étaient totalement remplis de dessins, il écrit un journal de rêve, qu'il tient toujours par ailleurs, notant chaque bout de rêve qu'il arrive à s'en souvenir. Il pratiquait aussi des tests des réalités, c'est-à-dire de se mettre une alarme à des heures différentes de la journée, puis quand l'alarme s'enclenche, il regarde ses mains en se posant justes trois questions : Où est-il ? Quand ? Et que faisait-il une heure précédente ? L'idée étant que dans un rêve, la réalité est déformée, il vous manquera des doigts aux mains ou alors la peau sera très différente. Mais il faut aussi le plus important, un objectif. Si vous devenez lucide et que vous n'avez pas d'objectif, vous allez très vite perdre votre sang-froid et perdre cette lucidité. Il faut rester calme et avoir un but sur lequel se concentrer. Pour Ran, c'était un choix très rapide : atteindre la lune. C'est-ce qu'il rêve depuis tout petit, atteindre la lune. C'est un entraînement fastidieux qu'il entreprenait, mais il était plutôt déterminé et cela lui offrait un but dans sa petite vie.



Y U M E •
Jusqu'à présent, je vous ai parlé de Ran, il est temps de vous présenter la personne qui vit près de lui depuis sa naissance. Elle se nomme Yume, qui est Yume ? C'est son totem ! Au début, elle n'avait pas de nom et sa forme variait beaucoup d'un animal à un autre. C'était la seule amie qui Ran possédait et au fil du temps le lien à légèrement changer et c'est renforcer.

Vous savez que Ran n'a jamais connu sa mère et qu'il ignore ce qui s'est passé. Il y a tout de même eux une période où il sentait que quelque chose manquait dans sa famille et que d'autres possédaient. Il avait ressenti surtout ça en primaire, les enfants parlaient parfois de leur parent, de leur papa, mais aussi de leur maman. Et qu'est-ce que c'est qu'une "Maman", pour quelqu'un qui n'en a pas ? Il avait beau poser la question à son père, il restait très vague sur le sujet, c'était sûr que lui n'était pas une maman ! Ran avait beau insister, il ne recevait rien de bien concluant comme réponse et il finit par laisser tomber. Cependant, c'est quelque chose qui est resté en lui, une sorte de frustration et une jalousie envers les autres enfants. Pourquoi eux, ils auraient une maman et pas lui ? C'est là que Yume entre en jeu.

À l'âge de 12 ans, le totem prend sa forme définitive. Yume a pris la forme d'une biche, représentant la neutralité, la gentillesse et l'amour, des critères qui correspond tout à fait à Ran. Elle joue en plus, le rôle de Maman, un rôle que Ran lui a naturellement attribué à cause du lien qui les unis et de cet amour qu'ils ont l'un pour l'autre. La jeune biche accepta le rôle sans problème, permettant ainsi à son protégé de combler la place qui lui manquait en lui. Elle veilla sur le jeune garçon comme s'il était son faon. Elle est encore plus protectrice lorsque Ran fait ses crises de sommeil.



T O R O N T O •
Pourquoi vouloir tout laisser pour partir dans l'inconnu ? Après tout, il était heureux dans sa petite vie tranquille et paisible, sans stress, alors pourquoi Toronto ? He bien à cause de son père. C'est lui qui a décidé d'envoyer son fils là-bas, et cela, pour plusieurs raisons.

La première chose, c'est qu'il souhait que Ran s'ouvre un peu plus au monde, un peu plus au gens. Il a envie qu'il sort de sa bulle, tout simplement et il pense que le meilleur moyen, c'est de l'envoyé à l'étranger. La seconde étant que Toronto possède une université réputée pour son taux de réussite, endroit qui peut permettre au jeune garçon de s'investir plus dans ses études et peut être même de découvrir de nouvelles choses qui pourraient l'intéresser. Et troisièmement, il a assez confiance en lui pour le laisser prendre le large, il a juste besoin d'un petit coup de pouce pour décoler. Il compte aussi sur Yume pour l'aider quoi qu'il arrive.

Voici donc les raisons principales de sa venue à Toronto, sortir de son cocon, s'ouvrir aux autres, découvrir de nouvelle chose et grandir un peu plus. Ran est alors âgé de 18 ans lorsqu'il quitta le Japon pour la première fois. Exceptionnellement, son père l'accompagna afin de l'aider pour s'installer dans son nouvel appartement et de le rassurer un peu. Et lorsqu'il du retourner au Japon, Ran du se débrouiller seul.

Les débuts n'ont pas du tout été faciles, il du approfondir ses connaissances en anglais et en français, afin d'avoir plus de facilité de comprendre et de communiquer et disons qu'avec un accent japonais ce n'est pas vraiment simple de se faire comprendre parfois. Il se perdit souvent dans la ville de Toronto en voulant se rendre à l'université, il se perdit même parfois dans l'établissement ou encore dans le bâtiment où se trouve son appartement.

Cette période d'adaptation difficile, qui a duré au moins 2 ans, accompagnés d'un mal du pays, lui a causé de nombreuses crises de narcolepsie à cause du stress. Il est à présent 22 ans, cela fait maintenant 5 ans qu'il vit à Toronto, il arrive à se débrouiller pour communiquer, même si l'anglais reste quelques choses difficiles, il est moins stressé et c'est habitué à la vie de la ville. Il a obtenu la nationalité canadienne, suite à une demande, il pense que cela l'aiderait à s'intégrer un peu plus s'il était de la même nationalité que les autres.
Derrière l'écran

Pseudo sur internet : Hizonde / Ange / Echo
Age : 22 ans
Code:
[b]Nom Inconnu[/b] de Re° - [url=http://totem-emblem.forumactif.com/u35]Ran Tomoharu[/url]
Comment as-tu connu le forum ? En me baladant sur des top-sites.
Comment trouves-tu le forum (contexte, design...) ? J'aime beaucoup le contexte et le design je le trouve magnifique ♥️

_________________
Ran s'exprime en LightSeaGreenPrésentationFiche de Lien



avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
01/10/2017
Messages :
769
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Dim 22 Oct - 10:28
Fiche validée !
Tu as été si rapide que personne n'a encore pu écrire sur ta fiche dis donc ! gyah En tout cas à part quelques petites fautes par-ci par-là on n'a rien à redire. Ton personnage est tellement adorable qu'il a fait fondre le petit cœur de Cass. J'ai d'ailleurs un message de sa part : "Viens faisons des bébés, owi owi chéri. Tu es ma petite fleur fragile et je te protégerai toujours". Autant te dire que sa crédibilité comme boss en prend un coup.

Edit CASS : Je tiens à dire EXACTEMENT ce que je voulais transmettre stare je m'auto-cite donc : "DIS LUI QUE JE LUI FAIT DES BÉBÉS ET QU'IL EST MA PETITE FLEUR FRAGILE QUE JE PROTÈGERAIS TOUJOURS" C'est pas tout à fait pareil EUKAY gyah

BREF. Ceci étant dit, tu es VALIDÉ(E) ! Alors n'hésites pas à vérifier si ton avatar a bien été recensé ICI, à aller demander ton logement ICI et à aller demander un RP dans CETTE ZONE, avec ce formulaire. Et puis peut-être faire ta fiche de lien dans cette zone, si l'envie te prend. Si tu n'es pas inspiré pour le codage, on a mis un code en libre-service à votre disposition !
Voilà, des bisous ♥️
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum