Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
13
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Mar 8 Jan - 22:46
Elle a l'air d'une enfant, Sisel, à fixer le dehors , assise en tailleur devant la baie vitrée. Elle est entourée d'une pile de livre aux titres plus incompréhensibles les uns que les autres. C'est qu'elle a 12 ans de recherches à rattraper si elle veut pouvoir espérer un jour reprendre ses activités. Par chance , la bibliothèque d'Abishai et l'ordinateur portable de Maciej ( pour lequel elle a juré sur ses grues de papier de ne pas le démonter physiquement et informatiquement parlant auprès de son fils afin de pouvoir travailler dessus sans sa surveillance anxieuse) ont répondu à ses questions. Elle a constaté heureuse que la programmation et son domaine de recherche avaient pas mal profiter des progrès en ingénierie pour évoluer en bien. Il y avait eu une bouffée de satisfaction quand elle s'est aperçu qu'un des livres qu'elle avait rédigé peu de temps avant sa déchéance , en 2004, était toujours au programme d'un certain nombre de cursus d'informatique et de mathématiques d'université anglophone.  Cela signifiait que si son bouquin continuait à être vendu qu'elle avait quelque part des fonds propres découlant des droits d'auteur et ça , c'était une seconde bonne nouvelle.


Quoi qu'il en soit , pour l'instant, elle est une simple citoyenne lambda au chômage et pour avoir accès à certains livres introuvable dans le commerce, elle avait emprunté ( comprendre : pris sans demander son avis dans son portefeuille) la carte de son fils et il fallait qu'elle se rende à la bibliothèque avant qu'il s'en aperçoive et revienne en catastrophe à la maison. Son programme de la journée avait été habituel, il avait fallu se lever ( Maciej avait grogné, 8 heure, c'est beaucoup trop tôt pour le musicien qu'il est ) , se laisser écrire le fameux message sur le bras son prénom , son nom et le fait qu'elle est perdue ainsi que le numéro de téléphone d'Abishai, elle avait ensuite récupéré trois grosses parts de pannetons et deux grands mugs de thé corsé avant de retourner s'assoir dans le lit en tailleur , laissant son mari l'enlacer. Elle lui avait fait la lecture à Maciej du dernier livre entamé, notant des idées sur un petit carnet, Maciej l'avait regardé béatement comme il la regarde toujours quand elle parle. Sisel est persuadée qu'il ne comprend rien a ce qu'elle raconte. Mais il écoute. Beaucoup.


Vicomte avait alors manifester l'envie de sortir , de son humaine d'abord pour aller miauler son amour à Paloma et cracher sur le vil concurrent , l'imposteur, le VRAI chat , Le Chat  et de se pelotonner à côté d'eux sur le lit. Puis Nadia été arrivée, avait signalé que 11h était une heure tout à fait acceptable pour se lever vraiment et s'habiller et que le déjeuner serait servi à midi. Sis avait fait une moue boudeuse mais elle avait obtempéré, après tout , si elle se lève, Maciej aussi , si Maciej se lève, il se met au piano et s'il se met au piano,il lui joue la fille au cheveux de lin.

Était arrivé le repas de midi puis Sisel s'était installée non sans avoir d'abord plié deux , trois grues au milieu de ses livres devant la baie vitrée. Maintenant il est 14h. C'est la bonne heure pour sortir. Avec élégance, elle se lève, fait une pirouette, suivi par Vicomte qui l'imite. Elle époussète sa jolie robe verte sombre, après tout, on est pas vendredi, en brocart, toute brodée de pierreries pour imiter des sautoirs luxueux en émeraude. Avec cette robe, elle a vraiment l'air d'une princesse de conte de fée et ça l'amuse. Le tissus lui galbe la taille , offre un large décolleté sur ses épaules mais couvre de manière neutre et sans froufrou complètement ses bras . Ses long cheveux blond blé ont été coiffé dans un mi chignon bun pour les relevés et Nadia s'est amusée à faire deux petites tresses pour structurer l'ensemble. Sisel s'est laissée faire , Sisel lisait son livre .


Elle se dirige vers la chambre pour attraper un large et chaud cardigan camel en cachemire pour se couvrir un peu plus , cachant sa gorge d'un large snood rouge tout en torsade et remettant la main sur ses gants de laine. Elle enfile ses Boots noires, elle met , pèle mêle, dans son petit sac à dos rouge son portefeuille, la carte de bibliothèque d'Abishai susmentionnée, un tote bag et tout pleins de chose qui peut traîner , sous le regard attentif de l'âme chat . Un baiser, un long baiser à son mari qui lui dit qu'elle revient, un geste de la main à Nadia et voilà Sisel qui attrape au perroquet de l'entrée son manteau blanc de mouton retourné , laissant juste le temps à Vicomte de sauter dans la capuche retravaillée pour supporter son poids.


Sisel s'amuse , la tête en l'air, à chercher où la neige s'est posée. Elle décide de faire un détour par le parc pour profiter un peu plus et puis , Vicomte dans 20 cm de neige , c'est toujours très drôle, il n'y a que le museau et la queue qui dépasse. D'ailleurs, une fois dans le parc, ça ne manque pas, il va se jeter dans le tas de neige le plus proche. Sisel, elle, s'intéresse à autre chose. Elle s'approche d'une joli chienne qui semble avoir distancé son propriétaire et qui se roule dans la neige . Sisel tend sa main gantée pour lui caresser le ventre , lui gratouiller. Ça attire Vicomte qui crache sur l'animal comme il crache sur le Chat, jaloux comme un tigre. Et comme ça ne suffit pas , il se gonfle et feule. Dédain total de la chienne et Sisel qui l'ignore? Que cela ne tienne, le voilà qui miaule à tue-tete pour dire que ce n'est pas juste , qu'elle le déteste . Il fait de grands arc de cercle autour de Sisel qui continue de papouiller sa concurrente, mioutant son désespoir et sa détresse. C'est qu'il va rameuter le quartier à baragouiner comme ça. Et à défaut, le propriétaire de la chienne.
"A qui es tu , toi ?"

_________________
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
23
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Dim 13 Jan - 15:31

A endroit enneigé, chaton jaloux
Ft. Sisel Horovice

Jade est finalement un chien comme tous les autres.
Lorsqu’elle ne porte pas son harnais, elle adore courir partout, se rouler dans la neige, aller chercher la balle, se laisser gratouiller le ventre ou entre ses deux oreilles et dormir, roulée en boule à tes pieds ou la tête sur tes genoux. Mais Jade est une chienne qui a besoin de se défouler. Lorsqu’elle assure son rôle de chien-guide, elle doit être calme et tranquille, ne pas réagir au quart de tour dès qu’elle entend le moindre bruit, ne pas s’arrêter dès qu’elle croise un congénère ou un chat ou un oiseau ou un bout de viande. Ainsi, pour lui permettre de courir partout de temps en temps, tu l’emmènes au parc plusieurs fois par semaine, afin qu’elle puisse se dépenser. Certes, tu possèdes une petite cour privative derrière ton appartement, mais elle ne suffit pas à faire le bonheur de ton chien. Lui lancer la balle dans un espace clôt de vingt mètres carrés, le pauvre animal ne court pas assez. A contrario, au parc, elle possède tout l’espace nécessaire mais tu ne peux pas lui lancer la balle. Tu risquerais juste d’éborgner quelqu’un en la lui lançant n’importe où. Normalement, un joueur de hockey accompagné de sa nièce s’en charge mais tu les croises très peu en ce moment. Quoi qu’il en soit, au parc, même sans balle à aller chercher, Jade peut se défouler comme bon lui semble.

Aujourd'hui, Thomas, tu vas donc au parc.
Il neige. Jade adore la neige, elle redeviendrait presque un chiot face à la neige. Les premières fois, elle n’aimait franchement pas. Le neige, ça mouille les pattes et c’est froid. Mais désormais, elle mange les flocons et y creuse des trous. Rien n’est plus amusant que de rentrer du parc au beau milieu de l’hiver avec au bout du harnais un chien totalement détrempé. Mais la neige l’amuse, alors pourquoi pas. Une fois arrivés au parc, tu te trouves un banc un peu près sec et abrité, tu lui retires son harnais puis tu fourres tes mains dans tes poches. Immédiatement, tu l’entends détaller vers la neige en aboyant, heureuse comme tout. De ton côté, tu t’emmitoufles dans ton manteau en espérant ne pas mourir de froid. Sans Jade, tu ne peux pas espérer aller faire un tour et tu ne te munis de ta vieille canne blanche que les jours où ta chienne est malade et qu’elle doit rester à la maison. Mais bon, Jade t’aide énormément dans la vie de tous les jours, tu peux bien te permettre d’avoir froid pendant une petite heure le temps qu’elle puisse se défouler.
Tu plisses les yeux.
La neige n’est pas vraiment ta meilleure amie. Rien telle que la neige pour réfléchir les rayons du soleil et rien de tel que les rayons du soleil pour t’agresser les yeux, même derrière tes lunettes de soleil. Afin de te protéger, tu écrases ta casquette gavroche contre les verres. Une fois fait, et dans le but de t’occuper en attendant que Jade ait fini de se défouler, tu sors ton portable et une paire d’écouteurs. Tu continues alors d’écouter ton livre, L’Ombre du Vent, avec un seul écouteur afin de pouvoir surveiller Jade d’une oreille. Tu sais qu’elle n’éloigne jamais trop de toi, même s’il t’arrive de temps en temps de ne plus l’entendre. Dans tous les cas, elle porte un collier en permanence et elle sait où te trouver.
Actuellement, tu l’entends encore. La sachant occupée avec la neige, tu te détends un peu afin de profiter de ton bouquin et de la voix suave du lecteur. Cinq bonnes minutes plus tard, alors que tu entends ta chienne s’être déplacée vers la droite dans un endroit où, de toute évidence, la profondeur de la neige est plus importante, des bruits de pas se font entendre. Des crissements dans la neige, un aboiement de chien content et… Un chat. Jade aura sûrement trouvé un chat errant avec qui faire ami-ami, penses-tu. Une voix féminine s’élève alors. Tu décroches ton esprit du bouquin afin de tendre l’oreille vers Jade. La crainte que quelqu’un la pense abandonnée et l’embarque ne t’a jamais vraiment lâché.

- A qui es-tu, toi ? entends-tu au loin.

Tu siffles.
Jade est tellement sociale qu’elle est capable de s’entendre avec un peu près n’importe qui, qu’il s’agisse d’un humain, d’un chien ou d’un chat. En entendant le signal, elle se met à détaler vers toi puis, une fois arrivée, elle commence à poser sa tête sur tes genoux afin d’essorer ses poils mouillés contre ton jean. Tu la repousses gentiment en lui gratouillant la tête. Elle halète. Elle a visiblement bien couru mais ce n’est pas encore assez pour elle. Les bruits de pas entendus tout à l’heure se rapprochent.

- Tu t’es trouvée une copine ? demandes-tu à ta chienne en lui frottant le haut du crâne.

Le chat se rapproche également.
Il continue de miauler comme un cinglé, comme si sa vie en dépendait. Tu en arrives même à penser qu’il risque de se briser les cordes vocales à hurler de la sorte. En tout cas, l’humaine et le chat semblent se suivre. Drôle d’idée de venir promener son chat en laisse dans un parc, penses-tu. Mais il y a des gens bizarres partout. Et Jade semble l’apprécier pour l’avoir ramenée ici, donc elle ne doit pas méchante. C’est juste le chat qui a un comportement… Etrange.

- C’est votre chat ? demandes-tu à l’inconnue. Vous êtes sûre qu’il est pas malade ?

Tu retires ton écouteur de ton oreille puis range ton portable dans ta poche, non sans oublier de noter dans un coin de ta tête de reprendre le livre plus tard en reculant de quelques minutes. Cette histoire t’a fait oublier de suivre.
Halloween

_________________

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Message
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum