Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
23
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Lun 31 Déc - 18:54

Et si on se faisait une bouffe ?
Ft. Andrew K. Prescott

- Ok Google, éteint les lumières.

Une main devant tes yeux, l’autre occupée à tâtonner le meuble de l’entrée, tu es à la recherche de tes lunettes de soleil. Quelques secondes plus tard, une truffe mouillée se colle contre ta main puis te guide jusqu’à elles. Une fois trouvées, tu les enfiles en vitesse puis gratouilles le crâne du chien assis devant toi, afin de la remercier le plus chaleureusement possible. Un peu perdu, tu attrapes malgré tout rapidement ton gavroche en jean avant de l’enfoncer sur ton crâne. Jade, devant toi, reste parfaitement immobile, à l’exception peut-être du fait qu’elle secoue la queue avec vigueur et qu’elle halète d’excitation, comme un chihuahua à qui on annonce qu’on va faire une promenade. C’est une chienne intelligente, elle a déjà compris son rôle. Tu lui enfiles son harnais puis clipses la boucle tout en vérifiant que tu ne lui as coincé aucun poil. Instantanément, la voilà revenue dans son rôle de chien-guide. Elle se place devant toi, attend que tu attrapes le guidon, te mène jusqu’à la porte d’entrée et s’assoit sagement devant le temps que tu trouves la poignée et l’ouvres. De ton côté, tu saisis la bouteille de whisky que tu as achetée le matin même.

- On va chez Andy, annonces-tu à ton chien.

Aujourd’hui, Thomas, tu vas manger chez un ami.
Immédiatement, tu la sens se tendre. Oh, le trajet ne la tracasse pas, loin de là. Andrew habite juste à côté de chez toi, vous pouvez vous parler par-dessus vos murets respectifs. C’est plutôt l’idée de voir l’un de ses congénères qui l’excite. Il y a quelques mois, Andy a adopté un chiot. Un Shiba-Inu, bien plus petit que Jade pour le coup, avec un poil plus court et plus dru, et avec une queue touffue recourbée vers son dos. Un drôle de chien, selon toi, qui doit sûrement être très rigolo à regarder. Jade a toujours eu l’habitude de cohabiter avec d’autres chiens, et ce petit chiot a l’air de tout particulièrement lui plaire. Peut-être parce que c’est une femelle et qu’il y a peu de chance qu’elle puisse avoir une portée un jour. Tu ne sais pas vraiment, mais tu préfères qu’elle s’entende avec les autres chiens plutôt qu’elle essaye de les mordre dès qu’elle les croise.
Une fois sortie de votre immeuble, tu te mets tranquillement en route pour environ trente secondes de marche. Devant toi, Jade trottine docilement tout en s’adaptant à ta vitesse et en regardant autour d’elle à la recherche d’un éventuel danger. Mais en trente secondes, peu de chance qu’elle trouve quelque chose. Andy, tu l’as rencontré à la fac, peu après que tu te sois ramassé dans tes études de droit. Lui faisait un cursus littéraire, pour devenir journaliste. Au moins, il aura réussi. Parfois à ses dépens, tu dois bien l’avouer. Mais bon. Vous êtes toujours restés en contact malgré ses nombreux voyages à l’étranger et c’est lui qui a choisi le seul élément de ton appartement qui, apparemment, est coloré : le tapis. Ta mère avait privilégié le blanc partout parce que “tu vis constamment dans le noir, il faut bien un peu illuminer la pièce“. Merci maman. Mais en soi, elle n’a pas vraiment tort. Tes lumières sont toujours réglées sur 3 ou 4 - 1 ou 2 lorsque tu as mal au crâne - alors que le niveau maximum de luminosité est 10, et tes volets sont toujours à moitié fermés.
Mais bref.

Une dizaine de pas plus tard, te voilà devant la porte de chez ton ami. Histoire de bien te compliquer la vie, tu tâtonnes le mur à côté de toi dans l’espoir de trouver la sonnette au lieu d’avoir la simple idée de toquer. Dès lors que le dring a retenti dans tes oreilles, chose désagréable au possible, tu te penches vers Jade pour lui retirer son harnais. Chez Andy, tu n’as jamais vraiment eu besoin de son aide, tu préfères la savoir occupée à jouer avec le chiot plutôt qu’à s’ennuyer à tes pieds. Une fois débarrassée de son harnais, elle commence à faire des allers-retours devant la porte dans l’attente qu’elle s’ouvre, excitée comme jamais. Tu soupires en espérant qu’elle ne sautera pas sur l’hôte de maison dès qu’il ouvrira la porte dans l’unique but de le virer et de filer voir son congénère. Elle est gentille, affectueuse, intelligente, courageuse, vive et réactive, mais qu’est-ce qu’elle peut être excitée parfois.
La porte s’ouvre.

- Salut Andy, dis-tu en levant la main pour saluer ton ami.

Tu l’as reconnu aux bruits de pas.
Tu reconnais tout le monde aux bruits de pas, avant même qu’ils se mettent à parler. Parfois, certains sont déroutés mais toi, tu as l’habitude de ce genre de chose. Les gens sont souvent déroutés devant toi, notamment à cause du fait que tu ne les regardes jamais dans les yeux quand tu leur parles, ou que tu gardes constamment la tête droite peu importe l’activité, ou que tu as un mouvement mécanique lorsque tu essayes de tourner ta tête vers eux. Ce genre de petits détails qui mettent les gens mal à l’aise, chose que tu entends facilement au ton de leurs voix. Mais Andy ne s’en est jamais préoccupé, c’est quelque chose que tu apprécies chez lui. En bref, il s’en fout. Rares sont les personnes qui s’en foutent dès le départ. De mémoire, tu peux les compter sur les doigts d’une seule main. Mais tu n’en veux pas vraiment aux gens qui ont du mal à s’y habituer, tu arrives même à sympathiser avec certains d’entre eux. Mélody en tête de liste. Tu en veux à ceux qui n’arrivent pas à s’y faire, malgré plusieurs rencontres. Tu n’as jamais apprécié être observé comme une bête de foire.

A ton grand soulagement, Jade n’a pas encore bougé, même si tu entends le tap tap régulier de sa queue qui remue et qui frappe le sol. Elle attend que tu lui laisses l’autorisation d’entrée. Une fois l’état de ses pattes vérifié, tu lui fais un petit signe de tête.

- Tu peux aller jouer avec Kurt, lui annonces-tu.

Immédiatement, tu l’entends filer à travers la maison, à la recherche du petit chien. Toi-même, tu essuies tes chaussures avant d’entrer puis, une fois à l’intérieur et à l’abri de la lumière agressive du soleil, tu enlèves ta casquette et tes lunettes.

- Alors… commences-tu à l’attention d’Andy. Comment va Céline Dion ?

Tu es bien conscient qu’Andy est loin, mais alors très loin, d’avoir apprécié sa “promotion“ en tant que journaliste people. Et tu es bien le premier à le charrier à ce propos.
Halloween


Dernière édition par Thomas Hernandez le Ven 11 Jan - 16:00, édité 1 fois

_________________

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Message
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
20/01/2018
Messages :
63
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Sam 5 Jan - 9:25
« Quoi de mieux qu’un parc d’attraction ? »
Feat. @Thomas Hernandez
Un long bâillement s’échappe de ta bouche alors que tu finis par t’étirer tout en contemplant ton ordinateur portable. On peut dire que tu as plutôt bien avancé ce matin… Du moins une fois que tu as mis Kurt à la porte de ton bureau. Cette boule de poils avaient vraiment la capacité de te distraire en moins de deux minutes. Te redressant, tu glisses la main sous ton t-shirt pour gratter ton ventre alors que tu sors de la pièce pour descendre dans ton salon. Tu jettes un coup d’oeil à la pendule avant de prendre le combiné du téléphone. Il te reste assez de temps pour te préparer, et surtout pour vous commander à manger. Tu as beau apprécier les émissions culinaires, tu es toi-même un bien piètre cuisinier. Et on t’a déjà dit que tes étranges mélanges tel que mandarine, chocolat et poulet, n’avaient rien de réellement fabuleux. Amateurs.

Tu commandes rapidements des burgers et des frites dans un petit restaurant de quartier avant d’aller te prendre une douche. La buée emplie rapidement la pièce, si bien que lorsque tu veux te regarder dans le miroir, tu es obligé de passer ta serviette dessus plusieurs fois. Tu passes un coup de peigne dans ta tignasse, constatant que le colorant bleu est déjà entièrement parti de ta mèche blanche. Tu te contentes d’un haussement d’épaule avant de quitter la pièce avec juste une serviette autour de ta taille. Remontant à ta chambre, tu enfiles tes vêtements. Boxer, pantalon camel, chemise, un gilet en laine avec des motifs scandinaves, des chaussettes-sushis et tu termines ta panoplie par tes éternelles bottines. Thomas avait beau ne rien voir, tu ne comptais pas te pavanais comme une pouilleux devant lui.

Tu rejoins le rez-de-chaussé pour baisser un peu les stores, et régler les variateurs de lumières. Tu n’avais pas posé tout ça uniquement pour Thomas, il fallait avouer que pour une ambiance romantique c’était bien utile, mais tu devais avouer que ton ami avait fortement contribué à ces installations. Après tout, c’est un de tes amis les plus vieux et les plus proches. Vous vous voyez en moyenne une fois par semaine, et même s’il est parfois difficile de trouver du temps pour aller chez l’autre, vous trouvez toujours deux minutes pour parler au dessus du mur qui sépare vos jardins. La sonnerie retentit, et tu fonces sur la porte pour réceptionner votre repas. Laissant tous dans les sacs pour que ça ne refroidisse pas, tu glisses le tout dans le four éteint. Puis moins de deux minutes après, on sonne encore à la porte. Pas de doute cette fois-ci, ça ne peut être que ton ami.

- Salut. Vas-y entre.

Kurt n’a pas mis bien longtemps à rappliquer, attendant sagement que sa copine entre. Dans son jeune temps il avait tendance à lui sauter dessus la porter à peine ouverte… Autant dire que ce n’était pas terrible pour l’éducation de l’un comme de l’autre. Mais ils avaient finis par apprendre. Tel deux gamins heureux de se retrouver, ils partirent se battre dans un coin du salon alors que tu soupires.

- Je ne comprends pas comment avec un maître comme moi il puisse être aussi excité. Si tu savais le nombre de fois ou je lui ai renvoyé la balle hier, j’étais mort avant lui.

Tu laisses Thomas passer le seuil de la porte que tu refermes ensuite derrière lui. Et ça y est, voilà qu’il remet Céline Dion sur le tapis. Tu n’auras jamais du lui avouer que tu aimais bien l’écouter de temps à autres… Enfin surtout ses anciennes musiques, et principalement pour emmerder Phineas.

- J’ai ouïe dire qu’elle avait passé des supers vacances avec ces gamins, ça a fait un article du feu de dieu. Bien plus intéressant que les gens qui crèvent de faim, de froid ou des guerres si tu veux mon avis.

Tu les laisses s’asseoir sur le canapé, surveillant de loin qu’il ne risque pas de buter contre quelque chose. En même temps, depuis le temps qu’il vient ici, il connait surement aussi bien ton appartement que le sien désormais. Tu files dans la cuisine ouverte pour prendre deux verres, des glaçons et le plateau avec des amuses gueules que tu as décongelé.

- Hier je leur ai proposé une super histoire de racket, déjà écrit et tout ce que tu veux, et bien non ! L’affaire a encore été refilé à un autre. Donc en plus de bosser pour rien, je leur refile mes infos durement acquises.

Tu soupires t’installant à ses côtés et posant le plateau sur la petite table basse. Tu boulottes un des feuilletés saucisses tout en grognant un peu.

- Qu’est-ce que tu veux boire ?

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !




avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
08/12/2018
Messages :
23
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
le Ven 11 Jan - 17:45

Et si on se faisait une bouffe ?
Ft. Andrew K. Prescott

A peine rentré, tu entends déjà Jade courir au loin en compagnie d’une seconde paire de pattes. Elle et son copain s’arrêtent dans un coin du salon pour, de toute évidence, jouer à se battre. Tu souris lorsque tu entends Andy te dire que le chiot est encore excité comme une puce. Après tout, il est encore jeune. Tu n’as jamais connu Jade quand elle n’était encore qu’un chiot, même si certains de ses comportements, notamment vis-à-vis de la neige, restent très enfantins. La pauvre a été dressée pour être calme et tranquille en permanence, pas étonnant qu’elle ait besoin de se défouler lorsque tu lui retires son harnais. L’arrivée de Kurt a été une bonne chose pour elle.

- J’ai ouïe dire qu’elle avait passé des supers vacances avec ses gamins, ça a fait un article du feu de dieu, t’annonce ton ami à propos de Céline Dion.
- Ça m’a l’air passionnant… réponds-tu sans grande conviction. Après tout, tu n’es pas un fervent lecteur de magazines people et de ce genre d’articles.
- Bien plus intéressant que les gens qui crèvent de faim, de froid ou des guerres si tu veux mon avis.
- Je sens une légère pointe d’ironie, rigoles-tu. Mais dis-toi que ça a le mérite de rassurer les gens dans leurs petites vies tranquilles. M’enfin, si ça peut te rassurer, finis-tu en haussant les épaules.

Ce dont tu doutes fortement.
Tu sais parfaitement que si Andy pouvait reprendre son travail de reporter, il sauterait sur l’occasion sans la moindre hésitation. D’ailleurs, la suite confirme tes pensées. Apparemment, il s’est fait voler son travail sur une affaire de racket. La rage. Même si vous ne travaillez pas dans la même branche, toi non-plus tu n’apprécies pas forcément te faire voler tes dossier, l’idée est donc la même. Le plus souvent, c’est parce que ton patron considère que tu as trop de cas sur le dos et il refile le dossier dont tu t’occupais à des collègues. Ainsi, après deux ou trois visites avec toi, le gamin se retrouve avec un autre assistant qui n’aura pas la même expérience, pas les mêmes conseils à fournir aux parents et à l’enfant, pas les mêmes contacts avec les psychologues, les ophtalmologistes, les auxiliaires de vie scolaires, domestiques, et cetera…. Et ça fout un bordel monstre.
Tu trouves enfin le canapé non loin de l’entrée, où vous avez l’habitude de commencer vos petites soirées repas entre amis. Jade est partie s’ébattre à l’autre bout de la maison et de toute façon, chez Andy, tu n’as pas vraiment besoin d’elle. Tu connais sa maison comme la tienne, même s’il t’est déjà arrivé de te prendre les pieds dans le tapis ou de t’être explosé le genou dans le bord du canapé. Ou le petit orteil dans le coin de la table aussi. Un jour, trop confiant et probablement trop alcoolisé, tu avais même foncé la tête la première dans un mur, à l’endroit où tu pensais trouver une porte. En fait, tu ne la connais pas exactement comme la tienne, mais tu n’y es pas aussi perdu que s’il s’agissait de la première fois que tu y mettais les pieds. Il n’y a qu’à voir les catastrophes que tu fais lorsque tu te rends pour la première fois chez quelqu’un. Tu tâtonnes vaguement le canapé à la recherche d’un accoudoir à côté duquel t’assoir. Une fois trouvé, tu te poses à ses côtés.

- Qu’est-ce que tu veux boire ? te demande Andy, la bouche pleine.
- J’ai amené une bouteille, annonces-tu en montrant le whisky que tu tiens encore dans tes mains.

Tu la poses lentement sur la table afin d’éviter de la faire tomber au sol. Par la même occasion, tu pioches dans le plateau d’amuse-gueules dont l’odeur te titille les narines depuis qu’Andy les avait amenés. Des feuilletés-saucisses. Tu en goulottes un en espérant que la bouteille conviendra. Tu n’as jamais vraiment apprécié venir les mains vides et à défaut de pouvoir cuisiner correctement, tu essayes toujours d’amener une bonne bouteille. Même si tu es obligé de demander de l’aide pour la choisir. Quoi qu’à force, tu as appris à reconnaitre les bouteilles rien qu’à leurs formes, donc tu n’aurais presque plus besoin de personne. Mais tu apprécies varier les petits plaisirs, et les bouteilles de whisky se trouvent très hautes dans le classement. D’après le monsieur qui t’aider à la choisir, il s’agit d’un whisky aromatisé au miel.

- Concernant ton article… Pas celui sur Céline Dion, celui sur le racket, te sens-tu obligé de préciser. Tu ne peux vraiment pas espérer le récupérer ? Ça fait assez longtemps que tu travailles en tant que journaliste people, ils ne peuvent pas te laisser au moins celui-ci ?

En vérité, tu n’as jamais vraiment lu ses articles sur les peoples, principalement parce que ces gens ne t’intéressent pas le moins du monde. Tu t’en veux un peu, au fond, mais tu n’arrives vraiment pas à éprouver le moindre intérêt pour eux. Andy doit forcément se douter que tu ne possèdes pas des magazines Closer à côtés de tes toilettes.

- Et c’est pas comme si tu leur mâchais tout le travail par-dessus le marché… rajoutes-tu. A suivre le flic, ça aide forcément.

Tu pioches à nouveau dans le plateau en réfléchissant.
Puis un large sourire sadique s’étale sur tes lèvres.
Le flic. Voilà des plombes qu’Andy le suit dans ses enquêtes et voilà un peu près autant de temps qu’il t’en parle. Bien évidemment, à force, tu as commencé à t’imaginer des choses, pouvant même mener un véritable interrogatoire à chaque fois que le sujet dévie sur sa personne. Peut-être que ce n’est que dans ta tête, mais en tout cas, c’est un sujet qui t’amuse et qui, tout de même, t’intéresse. La vie amoureuse de son meilleur pote a forcément quelque chose d’intéressant.

- D’ailleurs… ! commences-tu après avoir avalé l’amuse-gueule. Comment ça se passe avec lui ?

Tu t’affales dans le fond du canapé, en attendant patiemment sa réponse. Selon toi, il s’agit là d’un sujet bien plus intéressant et palpitant que les magazines people.
Halloween

_________________

Thomas fait de l'humour en #5472AE
Présentation - Liens - Message
avatar
Sans-Totem
Date d'inscription :
20/01/2018
Messages :
63
Voir le profil de l'utilisateur
Sans-Totem
Hier à 20:15
« Quoi de mieux qu’un parc d’attraction ? »
Feat. @Thomas Hernandez
Tu te lèches les babines bien grasse à cause de ton petit feuilleté alors que ton ami te dépose une belle bouteille de whisky sur la table. Tu grognes un peu, te retenant quand même de commenter. Tu lui fais la remarque à chaque fois qu’il vient t’offrir un truc, comme si tu avais vraiment besoin d’un cadeau pour vouloir passer du temps avec lui. Ça doit sûrement venir d’un traumatisme durant son enfance. Un jour, il a dû aller chez quelqu’un et se faire battre à mort parce qu’il n’avait rien emmené avec lui. Après une tape compatissante sur son épaule, tu prends la bouteille pour lire un peu. On ne peut pas dire que tu y connaisses grand chose en alcool, mais tu sais que Thomas fait souvent un effort pour te dénicher quelque chose de sympa. Tu n’hésites pas et l’ouvrir directement pour en mettre un peu dans les deux verres. Tu prends ensuite des pierres glacés -parce que les glaçons en eau dans le whisky c’est sacrilège- puis tu colles un verre dans la main de ton ami.

- Apparemment non, ma punition va rester encore quelques mois. Je pensais vraiment que ça irait mieux quand j’ai récupéré mon passeport…

Tu soupires, bougeant un peu le liquide ambré dans le verre, faisant tinter les glaçons sur les bords. Tu viens doucement renifler le contenu, mais tu n’arrives jamais à vraiment comprendre les subtilités des odeurs.

- Si tu savais comme ça peu me barber. Je ne comprends pas l’intérêt de ce genre d’article. Et je comprends encore moins ceux qui vont les lire… Leur vie doit être vraiment casse pied pour s’intéresser à celles des autres. Bon c’est vrai que si tu sors avec quelqu’un, j’aimerai le savoir, parce que t’es mon ami. Mais sincèrement, que Justin Bieber se tape quelqu’un ou non, j’en ai rien à faire.

Tu grognes et pestes contre ton travail comme à chaque fois que tu le vois. Tu te doutes bien qu’il n’a jamais lu ce genre de magazine, tu ne sais même pas s’il a déjà lu un de tes articles, même les plus sérieux. Durant vos années de fac il t’arrivait de lui lire certains de tes travaux, pour avoir un avis extérieur, mais ce n’était plus le cas depuis longtemps.

- Je sais oui, je fais tout ce que je peux pour récupérer mon poste. Je suis Phineas pour récolter pleins d’informations, je pond des articles sur des affaires que mes collègues ne connaissent même pas, et au final ça ne sert à rien.

Tu finis par prendre une gorgée du whisky, t’accordant sans honte une petite grimace puisque de toute façon Thomas ne peut pas te voir. Tu as toujours du mal avec les premières gorgées d’un alcool fort. Tu bouges un peu ta langue dans ta bouche, frottant contre ton palet alors que tu fais des petits bruits.

- Il a un goût différent, mais c’est plutôt bon.

Que tu dis avant de reprendre la bouteille. Tu redresses tes lunettes sur ton nez pour mieux lire et constate qu’il contient du miel, ce qui amène sûrement la petite touche de sucré que tu as senti. Tu prends une autre gorgée, plus longue cette fois-ci, mais tu manque de t’étouffer et de tout recracher quand il te demande comment ça se passe avec Phineas. Tu reposes ton verre alors que tu tousses dans une serviette à t’en faire cracher les poumons. Il a beau te poser régulièrement la question, tu as rarement des choses à lui raconter… Et pourtant cette fois-ci… Comment lui expliquer qu’il y a quelques jours tu t’es retrouvé nu dans un lit avec le fameux flic… Comment lui dire que tu n’as que quelques brides de cette soirée un peu trop alcoolisé et que depuis le seau d’eau que tu as balancé sur la tête de Finn tu n’as pas vraiment plus le revoir ?

Tu sens Thomas à tes côté qui s'impatientent. On ne peut pas dire que tu sens le poids de son regard, mais tu comprends quand même qu’il attend. Avachi dans ton canapé, il ne lui manquerait plus que du pop corn et tu aurais l’impression qu’il est en train d’écouter un livre audio.

- Qu’est-ce que tu vas imaginer ? Monsieur Lockwood et moi ne sommes que des justiciers combattants le crime voyons.

Tu boulottes un nouveau feuilleté saucisse, essayant de paraître le plus normal possible… Enfin normal à la Andrew, il ne faut pas non plus pousser. Mais rien que le fait de l’avoir appeler par son nom pourrait sembler louche pour n’importe qui, même quelqu’un qui ne te connaîtrait pas aussi bien que lui.

- D’ailleurs j’ai pensé lui offrir pour Noël un costume digne de l’équipe Findy. Avec la cape et des collants, pour qu’on puisse être comme Batman et Robin.

_________________
Invité, si tu veux des copains, pense à voter toutes les deux heures !




Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum