Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Sam 15 Déc - 20:43
Hier Ludovick s'était pointé à l'improviste, complétement saoul, les yeux rougis, limite on aurait cru qu'il avait consommé, mais comme il en avait pas l'odeur, si ce n'était que celui du fond de baril, on pouvait alors seulement croire qu'il avait pleuré. Avec insistance, Ludo avait finit par cracher le morceau. Cachant sa douleur dans une bonne humeure douteuse prennant cela à la légère alors que dans les faits, c'était de la foutaise à l'état pure! Il s'était disputé avec sa meilleure amie la veille... Et pas pour une petite idiotie de gamin non... Il avait caché sa vie amoureuse en tant que poly... En plus d'avoir confessé le fait qu'il l'avait déjà aimé. Comment ça commencer? Par un stupide texto que le rebel avait envoyer pour une misérable ceinture... "C'est de ma faute!" Pensait le québécois rongé par la culpabilité. Si seulement il avait garder silence radio plus lontemps, tout ça ne se serait pas passé! Ce soir là, il avait sut combien Ludo tenait à cette pimbèche. Bien que le mécanicien ne la portait pas dans son coeur, pour rien au monde il aurait souhaité que leur amitié se brise. Tel qu'il avait put se douter et constater, l'homme de son coeur était complétement anéhantis et Liam ne le supportait pas de le voir ainsi, surtout en sachant que c'était à cause de lui. Du moins, il en était persuadé.

C'était pour cela que ce matin-là, il abandonna le chevet de son gros dormeur pour aller confronter Mélodie. "Si, moindrement, elle n'est pas la salope que je penses qu'elle est, elle devrait être dans le même état que lui." Espérait l'homme chauve-souris. Il ressentait ce besoin iminent de lui parler. Si elle croyait être la seule à avoir mal pris le mode de vie du barman, elle se trompait grandement!

Arrivé au musé dans lequel Mélodie travaillait, il remplaça son casque par une casequette Harley Davidson. Il avait un manteau assez banal, des jeans bleus ordinaires, ses capes d'acier, sa tignasse en mini queue de cheval comme sa chevelure s'allongeait et qu'il avait négligé de refaire sa coupe ces derniers temps. Tout pour mieux se fondre dans la masse! Puis, il fusionna avec Lily question qu'elle ne le reconaisse pas toute suite. "Pour le peu que je la connaît, si elle me reconnaîtrait, elle tournerait les talons sur le champs!" Réfléchi le motard. Mais dès qu'il fusionna avec son totem, il savait qu'il n'aurait pas plus de 10 minutes pour la trouver... Donc, il entre et se mit à la chercher rapidement tout en essayant de ne pas avoir l'air trop pressé ou bien de trop chercher. Il suivait donc son instinct tout en se demandant où se trouverait-elle à cette heure-ci durant sa journée et ce qu'elle ferait? Suivant cette logique, il fini par la trouver avant que 10 minute ne s'écoule. Étant face à un tableau quelconque, il aperçu en regardant par-dessus son épaule la rouquine qui s'approchait plus ou moins dans sa direction d'une démarche pressé de fuir les visiteurs et ne semblait pas avoir apperçu Liam qui se faisait discret en dépit de sa grande taille. Au moment où elle s'attendait le moins, un bras attrappa le siens soudainement. La surprenant! Lily se défusionna tout de suite de son propriétaire révélant l'identité de l'ange déchu.

« Il faut qu'on parle! T'as deux minutes?

Ordonnait-il tout bas d'un ton fortement sérieux. Du regard, elle pouvait sentir qu'il préférait un endroit en privé... Il espérait qu'il ait attrappé la petite demoiselle à sa pause d'ailleurs.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
191
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Dim 16 Déc - 3:55
J’avais passé la soirée collée contre mon amoureux, peu bavarde, préférant me morfonde devant un film quelconque sans trop me préoccuper de l’histoire ou quoi que ce soit. J’avais fini par m’endormir avant la fin du film, blottie contre mon géant protecteur, ma peluche entre mes petite mains. C’est dans un état comateux, à moitié réveillée, que je filais sous les couvertures. Durant la nuit, je me réveillai à de nombreuses reprises et lorsque je m’endormais enfin, mon sommeil était plus qu’agité.

En somme, j’avais passé une très mauvaise nuit, qui me donna l’impression de ne pas avoir réellement dormi. Au matin, je devais avoir clairement des cernes, j’avais un air particulièrement peu réveillé, errant comme un zombie dans la chambre, avant de penser qu’il serait une bonne idée de me changer si je désirais aller travailler. Je n’avais pas envie d’y aller. J’avais uniquement envie de rester chez ici, j’avais envie de rester coucher en petite boule dans le lit et broyer du noir tranquillement.

Mais on me poussa à mettre une jolie robe turquoise… aux motifs d’oiseaux. J’eus quand même une petite grimace en la prenant. Parce que les motifs d’oiseau. Mais c’était ma robe de secours que j’avais laissé chez Abi. Quelle idée d’avoir laissé celle-ci. Je me détestai en ce moment. J’avais encore envie de pleurer juste à ce moment… Mais ce n’était pas le moment. Le moment était plutôt à ce que je me change, que je fasse ma « routine du matin ». Mes cheveux étaient remontés dans un chignon vite fait.

Rapidement, j’avais pris un petit déjeuné, je m’étais fait un repas et sous les encouragements de mon copain, j’étais partie travaillée, l’esprit et le coeur ailleurs.

Devant mes collègues, je faisais de mon mieux pour paraître « normale », du coup, quand elles me demandaient si j’allais bien aujourd’hui, je répondais tout simplement « oui, oui », sans donné plus d’informations. Parce que je ne voulais pas donner d’informations, je ne voulais pas que les gens sachent. Les gens n’ont pas besoin de savoir.

Je faisais de mon mieux pour faire comme si rien n’était arrivé. Mais c’était difficile. J’avais une boule dans le ventre. Une bonne qui voulait que j’éclate en sanglot à n’importe quel moment. Je m’en voulais et je lui en voulais également. Je pensais à cela sans cesse. Même si je voulais penser à autre, même si je voulais me changer les idées, je n’y arrivais pas du tout. Je faisais que penser et repenser à tout ce que nous avions dit la vieille, je me demandais comment nous aurions pu finir cette conservation différemment, sans en arriver aux larmes et à mon départ.

Mais tout cela, ça me mettait une nouvelle fois toute à l’envers. Je n’y arriverais pas. Je ne supporterais pas cette journée. Je finis par m’éclipser dans une salle. J’avais besoin d’air, de regarder autre chose. J’allais, instinctivement, me réfugier dans la salle du groupe des Sept. Parce que c’était une salle où les paysages pouvaient être apaisants.

Je crois.

C’est ce que j’allais découvrir bien assez rapidement.

Je regardai les toiles, encore plus perdue dans mes pensées, mon esprit vagabondant sur des souvenirs que je partageais avec Ludovick. Les soirées pizzas et films, nos vacances sous les tentes, tous ses midis que nous avions passé à rigoler ensemble.

Est-ce que nous allions partager des moments comme ceux-là encore?
Ou… C’était vraiment fini…?
Je ne sais pas…
Je ne veux pas savoir…

Fixant Figure with Rays of Light de Lawren S. Harris, j’essayai de me calmer. Cette toile m’aidait quand même un peu. Elle avait quelque chose d’apaisant. Probablement par les couleurs. Cette idée de pureté. Je ne sais pas. Je n’ai pas la tête à analyser l’oeuvre.

D’autant plus que je fus rapidement tirée de mes pensées par… Quelqu’un qui me prit par le bras. Je ne pus m’empêcher de sursauter, sans pour autant crier. C’est seulement que je n’attendais pas à une telle chose. On pouvait facilement reconnaître que j’étais une employée, je tenais dans mon cou, une carte montrant mon nom ainsi que mon rôle au sein du musée. Généralement, les personnes m’interpellaient, c’était bien rare qu’ils m’attrapaient par le bras de cette façon.

Je finis par me rendre compte que la personne qui tenait mon bras… C’était Liam.

Et visiblement, il souhaitait me parler. Je fronçai les sourcils. Il voulait que l’on parle. Non? Je n’ai pas envie. Il ne voit pas que j’ai assez tourmenté en ce moment, que je n’ai pas envie encore de me prendre la tête.

Je finis par bredouiller :

- Si… Si c’est Ludo qui t’envoie… Je… Je n’ai rien à dire.

Je ne voulais pas du tout lui parler. Pas aujourd’hui. Je n’ai pas du tout envie.
Je veux qu’il parte.

- Laisse-moi. Je… Je ne veux pas parler de ça. Je… Je travaille.

_________________

Merci Vilmos hihi
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Dim 16 Déc - 17:19
Comme il l'avait espéré, Mélodie n'était pas dans un meilleur état. Cernée, les yeux fatigués, la tête lourde, ses pas débalancés, tout criait en elle que rien n'allait. "J'aurais été furieux pour lui si elle était toute joyeuse et rayonnante..." Ce qui aurait été inquiétant en effet. Si son regard semblait triste et absent se noyant dans une peinture à laquelle ils faisaient face tous les deux sans pour autant y parvenir, elle continua son chemin. Maintenant qu'elle avait Liam dans son champs de vision une étincelle de mépris venait l'habité. Des prunelles de haine auxquelles, il en avait trop l'habitude. D'autant plus que sa haine ne rivalisait en rien un homme qui à été consommer par elle durant des années jusqu'à lors. Bien qu'il se fâcha lorsqu'elle avait oser sous-entendre qu'il parlait en son nom comme un bon chien chien.

« J'ai l'air de son pigeon selon toi?! Comme si il l'aurait sugérer d'ailleurs! Et si par ailleurs il l'avait fait, je lui aurais défoncé le cul avec mes capes d'acier pour qu'il le fasse lui-même! Je suis venu ici par moi-même; il ne sait même pas que je suis ici...

Coupa-t-il à peine avait-elle prononcé son dernier mot. Quand elle refusa sous prétexte qu'elle avait du travail, il n'était pas convaincu de sa pauvre excuse. "Mon cul oui! T'aurait dû rester chez toi idiote si t'es pour faire la gueule au boulot..." Quoi qu'il se ravissait inconsciement que si c'était le cas, il n'aurait pu avoir cette discution, alors c'était mieux ainsi. Du coup, vu son refus, il changea de stratégie. "Comme elle ne veut pas parler, elle peut faire autre chose..." songea le québécois.

« Bon, faisons comme ça; tu n'as pas besoin de parler si tu ne veux pas et tu écoutes ce que j'ai à dire. 2 minutes c'est tout ce que j'ai de besoin...

Il était buté et il avait le visage de quelqu'un dont absolument rien ne lui ferait changer d'avis. Sa détermination parraissant tant qu'il en allourdissait l'atmosphère. Le regard de Lily était plus doux et contrastait avec la brutalité de son humain "S'il-te-plait Mélo..." suppliait son animal du regard.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
191
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Mer 19 Déc - 23:47
MAIS IL FAIT CHIER CE LIAM! J’en ai déjà marre. Je veux qu’il parte. Non mais pense-t-il que j’ai juste ça à faire? Je restai de marbre devant toutes ses remarques idiotes et inintelligentes. Il jappait comme un chien qui était prêt à mordre, mais pour le moment, ça ne me faisait pas peur. J’avais d’autres chats à fouetter que de me préoccuper de toutes ses remarques désagréables.

Il n’était peut-être pas venu de la part de Ludovick, justement, parce qu’il ne venait pas de la part de Ludovick, ça annonçait quelque chose de pire. Au moins, si c’était Ludo qui lui avait dit de venir pointer le bout de son nez sur mon lieu de travail, j’aurais déjà une bonne idée de ce qu’il serait venu me dire. Mais il semblerait que ce ne soit pas de lui. Il semblerait que ce soit Liam qui voulait vraiment me dire quelque chose en particulier. J’étais un peu suspicieuse. Non mais, genre, c’est quoi la probabilité qu’il se pointe ici le lendemain avec une dispute avec celui que je considérais comme mon meilleur ami? C’est fait exprès, c’est clair qu’il le sait. Je suis peut-être un peu trop suspicieuse justement, mais je ne suis pas idiote.

J’espère qu’il n’est pas venu ici pour m’engueuler, sinon, c’est lui qui va manger des trucs pas gens pour une fois. Je suis aucunement d’humeur à me faire dire ce que j’aurais du faire, ce que j’aurais du faire et si et ça. Non mais sérieusement, ce n’est pas de ma faute.

Ludo aurait du me retenir. Il ne l’a pas fait. Il est lâche. Il est paresseux. C’est probablement ce qu’il lui a empêché de… de…

PURÉE. SI JE POUVAIS TAPER LUDO EN CE MOMENT, JE LE FERAIS! Je le déteste tellement! Même qu’il me fait chier! VOILÀ. LUDO, TU FAIS CHIER. Je fronçai les sourcils, prenant une bonne respiration. Je dois le faire, j’ai… J’ai encore envie d’éclater en sanglots.

Je croisai mes bras. Oui. Je suis encore fâchée, juste y penser, je suis furieuse. J’aurais tellement aimé que ça se termine différemment. Mais… non, ce n’est pas du tout ce qui s’est passé finalement et je lui en veux encore plus pour tout ça. Je jetai donc un coup d’oeil contrarié à Liam, lui disant froidement :

- Je t’écoute.

Même si je n’ai pas du tout envie de l’écouter. Loin de ça. Je ne veux pas qu’il me fasse encore plus de mal, je sais qu’il est là et qu’il ne m’aime pas. Alors pourquoi il vient me voir? Ça ne fait aucun sens. Lily semblait vraiment à ce que je lui parle. Mais je ne veux pas. Je ne veux pas dire des choses, je ne veux pas parler de Ludo.

Si penser à lui me fait très mal, parler de lui serait pire.

Je ne veux pas l’écouter. Je ne sais pas pourquoi je restais en fait. Je n’avais aucune raison de l’écouter. Même si ce n’était que deux minutes selon lui. Tout le monde sait que lorsqu’on dit que ça va durer juste deux minutes, ça en dure au moins le double, si ce n’est pas plus. J’espérais qu’une de mes collègues pointent le bout de leur nez pour venir me voir pour une raison ou une autre. Peut-être trouveraient-elles Liam particulièrement louche pour un homme dans un musée. Parce que les hommes portaient un ensemble comme le sien étaient plutôt rares dans le domaine muséale. Non mais, je ne juge pas, c’est un fait, tout simplement. Comme on peut dire qu’il y a plus de femmes qui viennent dans un musée que les hommes. Ce sont des choses logiques. Pourquoi, soudainement, les choses logiques me plaisaient-elles? Elles avaient quelque chose de rassurants je crois. C’est comme une routine, lorsqu’on fait toujours les mêmes choses aux mêmes heures ça avaient toujours quelque chose de rassurant.

Mais Liam, lui, était loin d’être rassurant.

_________________

Merci Vilmos hihi
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Ven 21 Déc - 5:51
Clairement, elle était très contrariée de sa présence. C'était les bras croisés et à contre cœur qu'elle accepte. Lily regarda son humain. "Bon, je lui aurais bien dit que ce serait mieux ailleurs, en privé, mais ça l'air déjà de lui en demander tout son petit change juste pour m'écouter alors je n'ai pas de temps à perdre!" C'était alors qu'il se lançait sans plus tarder, prenant un ton légèrement plus adoucis que d'ordinaire, mais toujours les traits si durcis.

« Que les choses soient claires, je ne suis pas venu pour que tu lui pardonnes, encore moins de te faire la morale, même que t'as raison d'être fâchée. Je te cacherai pas que je te hais et m'en fiche de tes états d'âme, mais Ludo compte plus que ma haine pour toi. Même si tu le détestes en ce moment, j’espère que ce ne soit pas pour de bon, pas comme ça et encore moins pour une connerie pareille. Même si ça ne devrait regarder que vous deux, je suis tout de même en parti à blâmé pour ça.

"Et je me sens mal d'avoir anéantis une si longue amitié..." Aurait-il compléter s'il avait le courage de l'admettre à Mélodie. Une vulnérabilité, dont il voulait pas dévoiler encore moins à elle.

« Les gens nous croient rarement quand on leur dit "Je sais ce que tu ressens" et crois-moi je le sais... Tu te sens trahis, déchiré, tu sens que ta confiance en lui n'avait aucune valeur, qu'elle était inutile "comment oses-t-il me mentir?" "Il aurait dû tout me dire ce lâche!" "Il s'est bien foutu de moi" tu te dis. 

Pesait-il ses mots avec une colère lourde et sincère sachant qu'elle ne pouvait pas se sentir autrement. Pour bien établir que c'était un sentiment qu'il connaissait bien, trop bien d'ailleurs.

« Moi non plus, je ne l'ai pas appris de la meilleur manière qui soit. Enfin pour le poly...

En même temps, il avait plutôt la tête du typique jaloux possessif. Donc l'hypothèse que ce soit Liam qui à entraîné Ludovick à être polyamoureux était à écarter immédiatement!

« En ce qui concerne ses sentiments, il me l'a avouer après un verre ou deux, mais comment il me l'a amené ça ressemblait plus à une mauvaise blague. Du flirt fichtrement pas sérieux! Comme s'il me narguait. Jusqu'à ce qu'il dise qu'il voulait être avec moi et me débarrasser de ma solitude et d'autres conneries dans le genre. Là j'avais commencé à y croire. Mais, je ne suis pas tenu en place.

Pour ne pas dire simplement qu'il a prit la fuite tel le grand timide qu'il est! 

« Le pire c'est que tout de suite après, je l'ai vu avec un autre mec, ce Nael, que je n'en savais que dalle à ce moment-là. Puis, je l'ai vu l'embrasser tout lovey dovey comme un sale couple! Assumant que son copain lui posait une question, j'ai lu clairement sur ses lèvres : "Oh ce n'est rien!" ... Alors de savoir qu'il m'a pseudo dit que je l'intéressais pour finalement se jeter dans les bras d'un autre comme si de rien n'était dans mon dos?! J'espérais faire comme d'habitude l'oublier et tourner la page comme tous les autres connards avant lui... Il s'était présenté à mon job... 3 semaines plus tard... J'avais tellement la rage que je lui avais balancé ma clé anglaise et je lui aurais balancé mon coffre à outil au complet s'il ne m'avait pas crié dessus qu'il était polyamoureux... Il a finit par me cracher la vérité, non pas sans l'avoir poussé à bout d'abord. C'était probablement plus facile à écouter comme je ne le connaissais pas aussi longtemps que toi. Entre nous, il est franchement à chier pour s'expliquer! Tout ce que j'avais compris à son charabia c'était qu'il était un imbécile indécis. J'ai dû tout décortiqué tout seul, pendant un mois. J'ai fini par comprendre que c'était pas tout à fais ça, mais au fond. Ce qu'il voulait dire c'est qu'il est capable d'aimer plusieurs personnes à la fois pour des raisons différentes... Un peu comme en amitié, seulement, il l'applique en amour aussi. Je ne connais pas Nael, peut-être que toi non plus, mais je suis certain qu'on est différents, mais Ludo lui nous aime forcément pour des raisons différentes. Même, ce qu'il voit en moi m'échappe... Parfois, je ne sais même pas pourquoi, je me suis embarqué dans cette folie...

Il se gratta la nuque embarrassé et se repris.

« Bon, de toute façon, si tu crois avoir été la seule à avoir été trompée, tu ne l'es pas. Il a eut de secrets, mais au fond qui en a pas? Même toi, je suis sûr qu'il y a des trucs que tu ne lui dis pas. Est-ce que ça fait de toi ou de lui une mauvaise personne? En autant que ce ne soit pas dans le but de manipuler, d'utiliser ou d'abuser, je ne crois pas non... Et c'est injuste de le définir que par sa vie amoureuse alors qu'avec ou sans la polygamie, avec le fait qu'il t'a caché ses sentiments passés pour toi ou non, est-ce que ça le change tant de l'ami que tu connais depuis 10 ans? Je sais pas, cette réponse te reviens à toi. En ce qui me concerne polyamoureux ou pas, je penses que Ludo est vraiment un homme merveilleux... Un crétin et un couard, mais, au moins, c'est un merveilleux et gentil crétin.

Quand il parlait de son Lulu, qu'il le veuille ou non sa voix s'adoucissait, il avait du mal à regarder la jeune femme dans les yeux pour couronner le tout, il avait même des rougeurs qui s’emparait de ses pommettes. Quand il a prit une pause suffisamment longue pour qu'elle digère le tout, il reprit son sérieux, la rougeur ayant fader déjà.

« Mais si vraiment la raison de le détester en ce moment n'est ni à cause de ses secrets, ni sa vie amoureuse, mais à cause de moi. Peut-être que Ludo ne te mérite pas, mais si franchement tu préfères entretenir de la haine pour moi que de faire un effort pour le bonheur de ton am- enfin, ex-ami, peut-être qu'au fond tu ne le mérites pas non plus... Un point c'est tout!

Prononçait-il d'une froideur sans pareille, mais il en avait fini et si elle avait rien d'autres à dire, soit! Cela viendra contredire qu'au fond elle s'en fichait de Ludovick.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
191
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Jeu 27 Déc - 0:24
Je secouai la tête. Des fois, les garçons ne comprennent pas grand-chose. Enfin Je crois, je trouve. Possible que je me trompe. Il est idiot ce Liam. Il n’a pas compris. Il fait le gars du genre : yo, tu dois me blâmer. N’a-t-il pas encore compris que je m’en fiche de lui? Visiblement non. Ça me met tout à l’envers. Je ne voulais pas que Liam me raconte tous les détails du comment et du pourquoi. Parce que ça ne changerait rien. Parce que n’est pas ce qui allait faire : ok, je vais aller voir Ludo de ce pas. Non! Du tout. Qu’il ait été fâché parce que lui Ludo a fait le con, c’est son problème. Ludo est toujours reconnu pour faire des bêtises dans ce genre, ce n’est pas quelque chose qui me surprenne aujourd’hui. Combien de fois que Ludo est venu me voir en me disant qu’il avait merdé avec quelqu’un et qu’il ne savait plus comment coller les morceaux? Souvent. Parce que Ludo, est comme ça. Maladroit, du moins dans ses paroles.

Je ne pouvais pas faire grand-chose pour le moment, ne serait-ce que d’écouter tout le charabia de Liam. Si je le pouvais, je m’enfuirais. Je ne voulais pas entendre tout ça, ce n’était tellement pas nécessaire, c’était même gênant. J’aurais bien préféré que ce se soit Ludo qui me le raconte de sa bouche. Tout simplement. Là, j’avais l’impression que c’était un moment particulièrement malaisant, mais que je ne pouvais pas interrompre, je ne pouvais pas dire « non arrête », il était parti dans une lancée et tout ce que j’arrivai à faire c’était de l’écouter. Par politesse, même si en vrai, mes oreilles préféraient tourner les coins ronds et ne pas entendre tous les détails.

Je retins un soupir de soulagement lorsqu’il eut terminé. Je crois que je préférai lorsqu’il m’insultait, c’était beaucoup moins long. L’idée également de lever les yeux vers le plafond, mais je crois que dans les deux cas, il se mettrait à se plaindre comme quoi je ne suis pas gentille de ne pas l’écouter ou un truc tout idiot du genre.

Une fois qu’il eut terminé, je le regardai sévèrement. Il m’embêtait beaucoup. « Faire un effort pour le bonheur de mon ami ». COMME SI JE NE FAISAIS PAS D’EFFORTS!? Comme si j’étais une personne lâche, qui ne se forçait jamais et que le bonheur de mon ami, je m’en fichais complètement!?

Je regardai Liam, d’un regard dur et fort peur agréable. Le genre de regard que je réservais habituellement que pour mon frère. Je voulais mettre les choses aux clairs avec lui.

- Je m’en fiche qu’il sorte avec toi. S’il est avec toi, c’est qu’il a une raison. Je n’ai peut-être pas encore compris laquelle, mais peut-être qu’un jour ça viendra. Tu n’es pas le premier mec un peu étrange et peu agréable que Ludo fréquente. Mais s’il t’aime, tant mieux, tu as de la chance. Parce que si jamais tu as un problème ou quoi que ce soit, Ludo va remuer ciel et terre pour t’aider. Même chose avec ce Nael.

J’avais dit ça, d’une voix tremblante. C’était l’effet des diverses émotions qui me traversaient. L’amour que j’ai toujours pour Ludo, un amour qui ne pouvait pas partir dans les trois secondes après que l’on se soit disputé. Je l’aime toujours Ludo, je l’aime d’amour, il est l’équivalent du frère que j’aurais tant aimé avoir. Bien sûr que j’ai un frère, mais j’aurais préféré que ce soit Ludo.

MAIS PURÉE QUE JE SUIS FÂCHÉE CONTRE MON MEILLEUR AMI EN CE MOMENT! Et c’est pour ça que ma voix tremblait, ce mélange d’amour, de colère et de peine me traversaient et ma voix le projetait.

Je pris une grande respiration, j’ajoutai :

- Je suis fâchée parce qu’il n’a pas été correct avec moi. Oui, j’ai explosé, parce que je pensais qu’il trompait Nael avec toi. Et ça, je ne trouverais pas ça correct de sa part. Parce que des relations cachées, comme ça, c’est malsain. Mais… Mais j’aurais aimé… J’aurais aimé qu’il me force à rester… Que… Que l’on en discute calmement, que l’on se dise les vraies choses quoi! Quitte à ce que l’on hurle, que l’on pleure, mais que ça finisse tout de même avec un gros câlin et de l’amour…

Une pause. J’avais envie de pleurer maintenant. Il allait penser que je suis faible et tout ça. IL N’AVAIT JUSTE À PAS VOULOIR SAVOIR TOUT ÇA. S’il ne l’avait pas fait, je ne serais pas dans cet état…Enfin, je le serais un peu moins. Mes yeux s’embuaient de larmes, de nouveau. Je n’en peux plus. J’en ai marre. Je veux rentrer. Ou seulement avoir un câlin.

Je finis par murmurer :

- Mais il ne l’a pas fait… J’ai eu l’impression que je ne connaissais plus mon ami… Ce… C’est ce qui fait le plus mal…

J’étais prête à ce qu’il m’inonde d’insultes. Après tout, il ne m’appréciait pas du tout, ce serait normal.

_________________

Merci Vilmos hihi
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Jeu 10 Jan - 22:05
Elle l'a écouté jusqu'à la fin sans répliquer, bien qu'après ça, ça lui avait donné envie de parler de son côté de l'histoire. Il ne l'avait obliger en rien. Depuis le début, sa venue consistait seulement à reconsidérer de ne pas sacrifier son amitié pour quelques secrets. Secrets qui, en soit, n'avaient rien contre elle, et, également, qu'elle n'était pas la seule à en être passer par là. De lui en vouloir pour ses secrets. Cependant, il trouvait que ça n'aurait pas été juste de la forcé à l'écouté pour ne pas en faire tout autant alors, il n'en fit que pareillement. Au moins, elle n'était pas suffisamment bête pour être fâché contre Ludo à cause de lui. Cependant, il haussa le sourcil quand elle a mentionner qu'il remuerait ciel et terre pour lui et Nael. Calmement il lui posa une petite question.

« Tu crois qu'il n'en ferait pas autant pour toi?

Il l'avait laisser partir certes, mais ce n'était pas parce qu'il ne le voulait pas, il .tait simplement convaincu que c'était fini et il que quoi qu'il fasse c'était peine perdue. Un mauvais jugement de toute évidence voyant la réaction de Mélodie et ce qu'elle lui répondit. Elle avais même admis qu'elle a en quelques sortes péter les plombs pour Nael et Liam de se faire tromper. Il reconfirmait cependant qu'il n'y avait rien de cacher pour lui. Toutes les cartes étaient misent sur table et s'en était assurer que ce soit le cas.

« Je le savais...

Elle poursuivit tout de suite après qu'elle aurait aimer qu'il le rattrape ou quelques chose, qu'ils s'expliquent tranquillement et que ça finisse bien en somme, mais il n'en fut rien. Sachant cette couardise chez le barman, il se rendit compte que la petite rouquine était bien courageuse... Probablement, plus qu'eux deux. Sachant que Liam avait fait la même erreur avec Ludovick; celle de tout laisser tomber. C'est seulement grâce à la persévérance de Ludovick et des sacrifices qu'il a dû faire qu'ils sont ensemble aujourd'hui. "Ludo aurait souhaiter la même chose... Du moins la confrontation en moins, il déteste les disputes, ça ne se discutait même pas. Mais comme il me l'a expliquer, il l'avait laissé partir, car selon lui tout était perdu... J'avais cru qu'il était du genre optimiste, c'est à croire qu'il était plutôt du genre pessimiste, enfin, en ce qui la concerne faut dire..." Réalisait silencieusement Liam.

Lorsqu'elle compléta qu'il avait l'impression de ne pas connaître si bien si meilleur amis qui remonte à au moins une décennie si ce n'était pas plus, le québécois trouvais que le choix de mot ''impression'' était plutôt rassurant. Il y avait encore espoir et aucune si ce n'était qu'une incertitude instable.

C'était à ce moment aux bords des larmes qu'il ressentit un appel au câlin flagrant venant de la jeune femme, ce qui fit effet pour Liam d'un enfant qui pleure à la recherche de réconfort, ce qui fit presque retrousser le nez du québécois. L'idée de l'enlacer était beaucoup trop malaisant! Même pour la consoler! Alors, il se contente de tapoter légèrement son épaule d'une main timide de deux coups...

« C'est correcte d'avoir mal, d'être fâché après quelqu'un qui nous tiens à cœur tout en ne souhaitant ne pas le perdre... Parfois c'est ceux qu'on croit connaître le plus qui nous surprends le plus.

Fit-il avec un ton compréhensif et un très léger sourire... Alors que l'humain avait du mal à afficher avec franchise sa compassion sa chauve-souris elle la démontrait sans se cacher.

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum