Revenir en haut
Aller en bas

avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
04/03/2018
Messages :
87
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Ven 14 Déc - 21:37
Le destin avait réunit, il y a déjà quelques années, deux coeurs. Celui de la tante de Ludovick et de l'oncle de Mélodie. La tradition voulait que depuis, La famille maternelle de Lud et la famille paternelle de Mélo passaient ensemble le jour de l'an lors d'un énorme party donnés chez les mariés, dans une grande maison de deux étage et un sous-sol, un peu perdue en campagne, avec une immense cour dégagée.

Comme chaque année, Mélo et Lud y passaient le changement d'année, ils avaient décidé d'aller au québec ensembles et bien sûr, ils se devaient d'être chacun accompagnés de leur amoureux. C'est ainsi qu'à bord du fameux jeep jaune de Lud, s'étaient redus au party Ludovick, Liam, Mélodie et Abishai. Il étaient arrivés le 30 décembre au soir et la tante les hébergeait dans les deux petites chambres qu'elle avait au sous-sol.

Le 31 au soir, c'était le party et c'est après un énoooormes repas que les gens allaient soient se vautrer au salon à écouter les rigodons, jouaient à des jeux de société dans la cuisine où allaient chanter et danser sur les rigodons dehors, autour de l'énorme feu de joie. La température de -17 degrés celcius empêcha aucunement le barman de traîner le quatuor dehors après avoir enfiler leurs habit d'hiver.

Une fois dehors, il fût comblé de remarquer que la neige était collante et il se fit une boule de neige qu'il lança sans prévenir derrière la tête de Liam... mais celui-ci, ne se doutant pas du geste, bougea à la dernière minute et la balle heurta plutôt la joue d'Abi.....

Lud, avec quelques verres de vin dans le nez, se plia en deux de rire.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Dim 16 Déc - 17:16
Tel que Ludovick l'aura souhaiter, Liam aura la chance de rencontrer sa famille maternelle en compagnie de Mélodie comme leurs famille était maintenant lier par les liens sacré du mariage. Ainsi qu'Abishai qui était le petit ami de Mélodie. En chair et en os! "Ah ben *tabarnak! Moi qui croyais que c'était une légende urbaine stupide comme le père Noël!" La route fut un peu étrange, mais dans la bonne humeur de l'esprit des fêtes. Les meilleurs amis qui parlait sans cesse comme deux pies et parfois chantait des chansons de Noël à tue-tête, versus, Liam et Abishai qui s'était présenté un peu et une fois que c'était fait c'était plutôt mort du côté des chums les deux n'étant pas particulièrement bavards. Le pauvre anglophone devait absolument rien comprendre du jargon québécois de Mélodie et de Ludovick... Au milieu du chemin pour aller gazer, c'était Liam qui avait prit le relais pour le reste du trajet et Ludovick qui s'occupait de la musique ayant Lily sur ses genoux. Laissant les tourteraux en arrière tranquille.

Arriver en soirée ils avaient passés la nuit chez le couple Perron-Laberge avant de passer aux célébrations du lendemain soir. Alors que tous les quatres sortirent habillés bien chaudement pour profiter du feu de joie soudainement, il entendit une boule de neige éclater sur Abi à peine une seconde après qu'il s'était déplacé. Il regardait Abi et se retenait de rire tout en regardant le coupable tordu de rire. Ce dernier se retourna avec ce grand rictus malicieux ne prêtant pas attention qu'il y avait des enfants autour pour sortir les gros mots. Une vraie langue de pirate.

« J'espères que c'est pas moi que tu visais mon *tabarnak~

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
30/10/2017
Messages :
103
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Ven 28 Déc - 17:31
Abishai souffle un gros nuage de buée, engoncé dans son manteau de laine, son bonnet vissé sur sa tête et Ada cavalant toute heureuse dans la neige au-devant de lui. C’est un nouvel an bien particulier que celui qui s’annonce. D’abord, il ne le passe pas à Toronto contrairement aux années précédentes. Ce n’est pas la première fois qu’il s’absente ainsi, laissant sa mère au bon soin de Nadia (et optionnellement aussi de son père.) Ce n’est pas la première fois qu’il vient voir ses beaux-parents non plus. C’est la première fois qu’il se paie Ludovick et Liam en prime, certes. Mais c’est à la limite accessoire et ça accentue l’exotisme d’une langue qu’il ne comprend pas vraiment et dans laquelle, quand l’incompréhension le gêne, il lance un peu de tchèque et de polonais dans le bazar en grognant, s’amusant des réactions face à ces langues inconnues aux sonorités si âpres. Ce n’est pas non plus la première fois qu’il s’en va en les laissant seuls tous les deux. Mais là, c’est spécial. On est le 31 décembre, Saint Sylvestre, juste avant le changement d’année. Sauf que. Sauf que Sisel Horovice est née le 31 décembre 1969 à 23h30. Maciej le sait, Maciej l’a déjà couverte de cadeau à Noël, Maciej doit attendre ce moment depuis treize ans avec impatience. Là, ils sont tout seul, vraiment tout seul, le club du 3ème âge amateur de Rom Pol de Toronto ayant kidnappé Anshel pour éviter qu’il ne broie du noir tout seul dans son coin et Nadia passant toute la trêve des confiseurs avec sa grand famille et sa collection de neveux et de nièces. Ils sont vraiment seuls, pas de barrière, pas d’interdit. Pas de gêneur. Et au vue de sa conception à lui une vingtaine d’année, faire attention, ce n’est pas leur truc. Bref, Abishai s’imagine grand frère d’un ou de potentiels petits frères ou petite sœurs. Futur fratrie qui auront potentiellement très peu d’écart avec ses enfants à lui, s’il en a. Ainsi, petit Abi subit des angoisses d’enfant unique dont il aurait dû être sujet bien plus tôt dans une famille normalement constituée.

Nouveau soupir, la tête tournée vers le ciel, les mains enfoncées dans les poches du manteau. Il n’a jamais vu un ciel aussi pur. D’habitude, il n’y voit aucune étoile, le ciel de Toronto étant pollué par les lumières urbaines. Soudain, un boulet de canon neigeux lui arrive en pleine joue. Son regard se baisse sur le sol tandis qu’il se débarrasse de la neige à grands coups de moulinets de bras pour éviter que par ce glacial -17°, un peu de neige ne lui reste dans le cou.

« Do piče! »


Il a l’air malin vraiment maintenant, il grogne, il ne sait pas si c’est intentionnel et son lui intérieur est prêt à en venir aux mains. Cependant, il est à peu près sûr que s’il colle une droite à Ludovick, Mélodie ne lui pardonnera jamais et risque de le bouder jusqu’à la fin du séjour ici. Et on ne veut pas ça, vraiment. Déjà que lui et ses deux mètres dépassent de l’assemblée de garçon de 20 bons centimètres.

« C’est pas possible, t’as de la m*** dans les yeux, comment tu fais pour viser aussi mal !? »

Déjà qu’il avait fallu supporter l’animal tout le long du trajet en voiture, dans cette espèce de jeep jaune. Tiens d’ailleurs, Abi se demande intérieurement ce que Maciej aurait pensé du véhicule. Il avait eu le droit à un message subliminal lui-même en recevant un nouveau véhicule à Noël. Peut-être avait-il mal compris. Un regard sur Ludovick lui indique que la question peut largement être rhétorique, il était à tout point vu un peu ivre. Abi grogne un peu et vient se caler dans le dos de Mélodie.

« Explique à ton andouille d’ami d’enfance que je ne suis pas une cible, s’il te plait. »

_________________

Ada see you , bro !
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
17/02/2018
Messages :
191
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Ven 28 Déc - 19:56
Je me sentais folle comme un balai. J’avais tellement hâte! Je pense que tout le monde pouvait bien le remarquer. Le passage de la nouvelle année me rendait toujours aussi fébrile. Je ne sais jamais si c’est à cause du party en lui même, le décompte, ou tout simplement le fait que nous passions toujours au moins deux jours chez mon oncle qui avait marié la tante de Ludo. Une histoire de fous et remplis de rebondissements. Ça me faisait toujours plaisir de voir autant de gens, c’était très étourdissant, mais à chaque année j’avais beaucoup de plaisir avec mon meilleur ami et nos familles.

Cette année c’était un peu différent. Cette année on y allait à quatre! Mon oncle, comme à son habitude nous laissait coucher dans son sous-sol, laissant une chambre pour Ludo et Liam et une autre pour que je puisse faire des bêtises avec Abi. La vieille, nous avions fait le trajet dans la jeep et ce fut quelque chose d’assez… Spécial. Je crois que nous n’avions pas l’habitude de voyager à quatre comme ça. En fait, c’est normal que nous n’ayons pas l’habitude, c’était la première fois. Si j’avais servi de co-pilote à mon ami lors de la première moitié du voyage, la deuxième partie était plutôt à l’arrière, où j’étais plus sage, somnolant à moitié, la vieille ayant peu dormi à cause du stress des préparatifs, comme à mon habitude, et la peur d’oublier quelque chose d’important.

Et aujourd’hui voilà que l’on fêtait. Après le copieux repas et des discussions interminables sur tout et rien, nous avions décidé, comme à notre habitude, de sortir, prendre l’air. À cause du froid, j’avais enfilé des pantalons de neige, je n’aurais pas survécu au froid en portant uniquement des collants. Au chaud, emmitouflée dans mon manteau marine, protégée par mon bonnet, mon foulard et mes mitaines bourgognes, je me sentais bien. Je devais aussi avoir l’air d’un ours polaire. Mais la température ne me donnait pas le choix.

Une fois à l’extérieur, je ne pus m’empêcher de pousser une exclamation de joie. À chaque année, je ne pouvais m’empêcher de trouver la vue jolie. Les étoiles, le feu de joie. Ce moment au grand air était l’une des traditions que je préférais. Il ne manquait qu’un chocolat chaud ou un thé pour que ce soit comme dans un rêve.

Ou parce que ma joie et mon enthousiasme fut coupé lorsque je vis une boule de neige voler et atteindre de visage d’Abi. Alors que je regardai Abi, le pauvre, ça doit être tellement froid! D’un autre côté, ce n’est pas trop grave, ce n’est que de la neige, après tout, mais il ne semblait pas du tout content.  Ludooo qu’as-tu faiiiit!? C’était évident que c’était lui qui avait fait quelque chose, surtout lorsqu’on regarde la réaction de Liam. Il ne faut pas s’en faire. Ludo ne sait pas viser, à jeun comme saoul. Spontanément, je lâchai, les sourcils froncés, fâchée, mais pas tellement non plus :

- Ludooooo! Mais tu es vilain!

Je n’arrivais pas à être vexée après mon ami. Après tout, je savais que du moment où nous allions mettre les pieds dehors, il serait enclin à faire une bêtise comme celle-ci. Alors qu’Abi semblait que je lui serve de bouclier… En vrai, je ne suis pas vraiment un bouclier étant donné qu’il a pratiquement quarante centimètres de plus que moi, mais au moins, il pouvait me réchauffer alors que la température affichait pratiquement les – 20 degrés.

Spontanément, je regardai mon ami et dit, sans gêne :

- Vengeaaaaance!

Non, Ludo n’allait certainement pas s’en sortir comme ça! Et puis quoi encore! D’autant plus qu’il riait beaucoup trop.  Et j’en profitai. Non mais une bataille commencé comme ça, ça mérite bien une vengeance. Probablement que Liam allait se mettre du côté de Ludo, c’est comme une guerre de couple, pour une rare fois, je compte bien gagner contre mon meilleur ami.

Je pris dans mes mitaines de la neige, formant ainsi une jolie boule, une fois satisfaite, je jetai à Abi un regard amusé avant de reporter mon attention sur Ludo. Il va le payer cher! Une fois certaine de ma cible, plutôt facile à frapper, étant donné qu’il ne faisait que rire encore, je lui lançai ma boule de neige comme un lanceur de baseball et j’atteignis ma cible, sur son épaule.

Bon, ce n’était pas sur son visage, mais j’étais plutôt satisfaite de ma performance! Victorieuse je levai les deux bras dans les airs, ravie de faire la folle dans la neige. Au moins, sur l’épaule, j’étais certaine de ne pas blessé mon ami. « La guerre, la guerre, ce n’est pas une raison pour se faire mal. »

J’aimerais bien être dans la guerre des tuques, sans Cléo, bien entendu. Parce que l’histoire de ce chien, c’est absolument trop triste! J’aurais aimé avoir un immense fort comme dans le film et ça m’amuserait de mitrailler de haut Ludo à coup de balles de neige! C’est mon coeur d’enfant qui aimerait bien s’amuser autant. Pour une fois que je serais plus grande que les trois garçons! C’est sûr aussi que je me concentrerais un peu plus sur le Ludo et Liam. Peut-être même que je serais assez gentille pour qu’Abi soit dans mon équipe, dans mon fort, seulement s’il est gentil!

Malheureusement, il y avait assez de neige pour faire une bataille, mais pas assez pour faire un fort. Dommage.

_________________

Merci Vilmos hihi
avatar
Totem de poche
Date d'inscription :
04/03/2018
Messages :
87
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de poche
le Sam 5 Jan - 21:59
-« J'espères que c'est pas moi que tu visais mon *tabarnak~/

-Noooon??

À voir son grand sourire fendant, c'était clairement un si, mais il sentait qu'il allait encore plus le regretter s'il l'admettait pleinement. Il n'eut pas le temps de se soucier plus longtemps qu'il entendait Abi grogner derrière Mélo et le voir caché derrière le fit rire à nouveau

-- Vengeaaaaance!

Il n'eut pas le temps de réagir qu'il reçut une boule de neige sur l'épaule de la part de sa meilleure amie. Quoi?? Elle a vraiment vengé son copain?? Il ne pu s'empêcher de se moquer en se rapprochant du couple, gardant toujours un oeil sur Liam qui était toujours aussi menaçant dans son coin...

- Prince Abishai et sa preux chevalière Mélodie!!

Il arriva à la hauteur de la demoiselle et sans crier garde, il s'empara D'elle et la mit sur son épaule telle une poche de patate et s'enfuit des deux autres garçons au pas de course... très ralenti par le poids de son butin.

-LES PRISONNIERS SONT ACCEPTÉS!!! HAHAHA!!!

Il se demanda comment allait réagir Abi. Maintenant c'était Mélo la demoiselle en détresse. Il savait qu'en ce moment, il n'avait aucun avantage, mais il s'amusait.

-C'est pas bien la vengence jeune padawan, regarde ce qui t'arrive maintenant!

Il se moquait un peu d'elle et tentait de continuer de s'enfuir, prenant garde de ne pas échapper Mélo, pour ne pas la blesser. Jusqu'où pourrait-il aller? Est-ce que Liam allait être de son côté ou contre lui?? Il atteignit le balcon et y glissa Mélo de l'autre côté de la rampe... Une sorte de cage improviser même si elle avait juste à aller à l'autre bout de la surface pour en descendre. Allait-elle jour le jeux et faire sa prisonnière? Il se doutait que si elle jouait le jeu, ce ne serait pas sans se battre... Il rapmassa un peu de neige au sol et se retourna, prêt à affronte son ou ses adversaires..

_________________
anglais français
avatar
Totem de compagnie
Date d'inscription :
09/04/2018
Messages :
113
Voir le profil de l'utilisateur
Totem de compagnie
le Jeu 10 Jan - 22:03
Son "non" avec son grand sourire fendu au oreilles sonnait plutôt comme un "oui" pour Liam. Le grincheux étira alors un sourire malicieux.

« Huh-huh... Prochaine fois tu devrais mieux visé au lieu de lancer comme une fille ~

Ce qui serait un peu demander au vu que le barman avait un peu abusé de l'alcool. À peine allait-il lui "apprendre à visé" en formant une boule de neige, une autre vola sur l'épaule de son copain accompagner d'un cris de guerre d'une jeune femme réclamant vengeance pour son petit ami. Tout en démentissent ce qu'il venait de dire sur viser comme une "fille". Dans tout les cas, Mélodie était bien plus en mesure d'attaquer que son meilleur ami que l'inverse, du moins, pense-t-il. Sur quoi les deux hommes regardaient le titan se cacher derrière sa petite amie... Il devait se retenir de rire à cette scène qui était tout de même adorable "Hum... Dude, je sais pas si tu le sais, mais avec sa taille de crevette elle ne protège pas grand chose!" commentait-il avec amusement dans sa tête. C'est alors que Ludovick kidnappa Mélodie sans qu'Abi ait eut le temps de réagir. Liam non plus d'ailleurs clamant qu'on avait le droit de faire des prisonniers. Il soupirait en riant marmonnant surtout pour lui-même avant de le rejoindre.

« Il est pas croyable celui-là! Un véritable enfant!

Bien qu'il gardait un œil sur Abi qu'il ne connaissait pas et encore moins comment il réagirait... Soudainement qu'il avait la brillante idée de faire de lui son prisonnier pour procéder à un troc et ainsi récupérer sa douce. Arriver sur place et ayant une boule de neige à la main prêt à être lancé! Celle-ci arriva en plein visage de Ludovick qui était en train d'en faire pour défendre sa prisonnière. "Bullseye!"

« C'est comme ça qu'on vise! Au moins maintenant t'as une vraie raison de me bombarder ~

Avant de rigoler à gorge déployé. Lui qui se disait ne pas avoir un cœur d'enfant, un peu, enfin, beaucoup d'alcool et une petite guerre de boules de neige et c'était partie!

_________________

Il grogne en #330066, il sacre en #b32920
*En cas de sacres : Ce sont des sacres québécois qu'il est possible de les remplacer par le sacres français tels que : putain, bordel, merde, foutre, le tout selon le contexte.
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum